Trouver un stage à la dernière minute : 10 conseils pour s’en sortir

Trouver un stage à la dernière minute : 10 conseils

Dans un monde idéal, chaque étudiant décrocherait le stage de ses rêves en temps et en heure sans le moindre stress. Mais que faire quand toutes nos pistes tombent à l’eau et qu’il ne nous reste plus que dix jours pour trouver une entreprise prête à nous accueillir quelques semaines ? Plus la peine de rêvasser ou d’espérer un quelconque miracle, il est temps d’employer la manière forte et de se retrousser les manches.

Si le mois de décembre annonce le début des festivités de fin d’année et promet de belles orgies de chocolat sous le sapin en regardant des comédies romantiques, c’est aussi une période charnière pour tous les étudiants en quête d’un stage pour le mois de janvier. Du moins pour les quelques derniers qui n’ont toujours pas trouvé d’employeur, faute de temps ou d’offres. Alors comment s’organiser pour trouver chaussure à son pied, même à la dernière minute ? Réponse avec Ana Fernandez, coach professionnel chez Energycoaching.

1. Se poser les bonnes questions

S’il n’y a rien d’alarmant dans le fait de ne pas encore avoir trouvé de stage, il est temps d’être le plus efficace possible dans vos recherches. « Rappelez-vous vos derniers entretiens, peut-être certains points sont-ils à améliorer ? », interroge Ana Fernandez. L’heure du bilan a sonné. Avez-vous une idée de ce qui aurait pu déplaire au recruteur ? Étiez-vous suffisamment à l’aise pour mettre vos compétences en avant ? Aviez-vous pensé à présenter vos travaux pour illustrer vos propos… ? Profitez de ce laps de temps pour ne pas réitérer les potentielles erreurs du passé et vous perfectionner pour signer le précieux contrat.

Lire aussi dans notre rubrique : Students

Premier CDI : « ma liberté est-elle en jeu ? »

2. Revoir son passeport pro

Dans cette quête, vous avez la chance d’avoir des documents capables de résumer votre parcours et votre personnalité. Mais encore faut-il que ces derniers jouent en votre faveur. « On parle alors bien d’un CV percutant, d’une lettre de motivation courte et d’un profil linkedin mis à jour », rappelle la spécialiste. Et si autant de CV ont été envoyés pour si peu de résultats, peut-être que le regard d’un professionnel, tel un coach, un conseiller ou un professeur principal, pourrait aussi vous être utile ? Une mise en page suffisamment claire, des compétences bien mises en valeur et un usage de mots-clés sont autant d’éléments nécessaires pour que ce dernier soit lisible à la fois par une machine et un humain.

3. Mettre à jour son CV sur les sites spécialisés

Nul ne l’ignore, les job board sont pratiques : en plus de proposer des offres intéressantes, il est possible d’y créer un espace personnel, de déposer une lettre de motivation et un CV en quelques clics. Mais une fois le compte créé, les étudiants ont tendance à penser que leur part de travail est faite. « Or, lorsqu’un employeur va chercher son futur stagiaire, il va prélever les derniers CV enregistrés sur les plateformes sans s’embêter avec ceux des trois derniers mois, observe Ana Fernandez. Il est donc important de penser à retirer son CV pour le publier de nouveau toutes les trois semaines, et ce même si rien n’a bougé. » Cela permettra de faire remonter son profil dans les filtres du job board en question et bien exposer sa candidature à la vue de tous.

4. Ne manquez pas les salons de recrutement

Pensez à repérer les derniers salons d’emploi virtuels ou en présentiel de la saison pour y participer à coup sûr. « Ces événements sont récurrents à cette période et rassemblent un grand nombre d’entreprises, explique Ana Fernandez. Chacun des employeurs présents va apporter avec lui ses dernières offres de stage et d’alternance et sera disposé à vous écouter. » Alors partez à la chasse avec une pile de CV sous le manteau et pourquoi pas en profiter pour passer un entretien si vous parvenez à convaincre votre auditeur ?

5. Faire attention aux relances de campagne

Être à l’affût des offres de stage en cette période cruciale est important dans la mesure où les entreprises sont en pleine relance de recherches de stagiaires et d’alternants. « En effet, ces dernières ont parfois réussi à débloquer des budgets pour embaucher dès le mois de janvier et ne lésinent pas sur les campagnes de recrutement, précise la spécialiste. Certaines prennent même la forme de journées portes ouvertes. » Alors ouvrez l’œil.

6. Vérifier les dernier refus et relancer

Dans le cas où vous avez passé un ou plusieurs entretiens qui n’ont finalement pas abouti, pensez à relancer ces mêmes entreprises. « L’idée n’est pas d’insister mais plutôt de faire appel à leur bienveillance quant à votre situation en vous renseignant sur de potentiels besoins complémentaires pour la nouvelle année, nuance Ana Fernandez. Malheureusement, même les rencontres ayant fait une bonne impression ont tendance à tomber dans l’oubli alors rappelez-vous à leurs bons souvenirs. » Peut-être que d’autres services pourraient avoir besoin d’un coup de main ?

7. Ne pas sous estimer les candidatures spontanées

« Les candidatures spontanées ont parfois la réputation de ne pas fonctionner, et pourtant il ne faut pas les sous-estimer », révèle Ana Fernandez. Ces dernières redoublent d’intérêt en cette période de fin d’année, surtout auprès des entreprises qui n’ont toujours pas trouvé leur futur protégé. « Pour cela, privilégiez les sites institutionnels des sociétés plutôt que les plateformes regroupant toutes les offres », recommande la coach. Le tout, bien sûr, en ciblant les entreprises en lien avec le secteur d’activité qui vous intéresse. Vous pouvez également regarder du côté des organigrammes des entreprises pour trouver le nom du chef de service de l’entreprise que vous convoitez et le contacter directement sur les réseaux sociaux professionnels.

8. Être proactif sur linkedin

Si mettre à jour son profil LinkedIn est un minimum, il ne faut pas s’arrêter à cette étape pour autant : soyez pro-actif !« N’hésitez pas à développer votre activité pendant toute votre recherche, conseille Ana Fernandez. Adhérez à des groupes de recrutement de stage ou d’alternance, participez à des discussions et contactez des managers ou des RH directement via leur messagerie. » Ici, un seul mot d’ordre : audace.

9. Élargir son horizon d’attente

Qui dit dernière minute dit ouverture d’esprit. Et s’il ne s’agit pas de postuler à n’importe quelle offre encore disponible, il est important d’élargir son horizon d’attente et plus concrètement le secteur d’activité qui nous intéresse. « Par exemple, si le poste de chargé de communication dans la culture demeure introuvable à ce stade du processus, peut-être qu’assistant de communication ou community manager dans l’industrie pourra aussi bien faire l’affaire », illustre Ana Fernandez. Soyez déterminé, pas fermé.

10. Solliciter son réseau

Dans les périodes d’urgence comme celle-ci, le réseau est l’outil le plus précieux car il amène avec lui des contacts potentiellement intéressés par votre candidature. « D’ailleurs l’entourage, ce n’est pas que le réseau LinkedIn, vous pouvez aussi solliciter votre famille et vos amis », rappelle Ana Fernandez. Dans tous les cas, l’impératif est le même : avoir un projet professionnel clair, concret et crédible à présenter pour que ces derniers puissent le relayer de manière compréhensible à destination de leurs propres réseaux.

Finalement, trouver un stage à la dernière minute est loin d’être une tâche impossible lorsqu’on a les bons conseils en tête. Alors une fois que vous les avez intégrés, n’oubliez pas d’oser !

Photo par Thomas Decamps
Édité par Romane Ganneval

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :