Entretien : 7 conseils pour avoir confiance en soi (du moins en apparence)

Entretien d'embauche : 7 conseils pour avoir confiance en soi

S’il y a bien un moment dans votre carrière durant lequel vous avez besoin de croire en vous, c’est dans le cadre de votre recherche d’emploi, et en particulier lors d’un entretien d’embauche. Redouté par de nombreux candidats, il provoque souvent peur de mal faire, stress de se laisser surprendre par une question, et angoisse à l’idée de ne pas décrocher le poste… et par-dessus tout ? Le manque de confiance en soi bien sûr ! Or, pour convaincre un recruteur en entretien, il est indispensable d’être soi-même convaincu de ses compétences… Mais alors, d’où vient la confiance en soi ? Et comment avoir l’air plus sûr de nous face à un recruteur ? Nos conseils pour avoir l’air aussi confiant qu’Afida Turner (enfin…)

1. Faites le point sur vos compétences (vous en avez plein !)

Ce conseil peut paraître simple, il est pourtant la réponse à une peur fondamentale liée à l’entretien : celle de ne pas être à la hauteur. Face à cette inquiétude, vos connaissances sont vos meilleures alliées. Même si vous pouvez en douter, vous êtes plein de ressources. Alors, avant l’entretien, n’hésitez pas à les identifier. Relisez l’annonce, pointez les qualités recherchées, faites le lien avec vos expériences passées et notez toutes vos forces sur une feuille. Si vous ne cochez pas toutes les cases de l’annonce, cela ne veut absolument pas dire que vous n’êtes pas apte à obtenir le job (preuve en est : on vous a convoqué à un entretien). Sur ces petites lacunes, préparez votre défense en misant sur votre envie d’évoluer et d’apprendre : « J’ai vu que vous recherchiez également quelqu’un qui maîtrise les logiciels de montage vidéo, c’est justement une compétence que j’aimerais beaucoup ajouter à mon arc. D’ailleurs, j’ai commencé à m’entraîner grâce à des formations en ligne et je serai ravie d’approfondir mes connaissances chez vous… » Finalement, ce qui compte pour avoir l’air confiant, c’est de bien vous connaître. Autant vos forces, que vos faiblesses. Si vous en prenez conscience et les assumez, vous serez beaucoup plus à l’aise d’en parler.

Lire aussi dans notre rubrique : Candidats

Peut-on dire « je ne sais pas » en entretien d'embauche ?

2. Apprenez à maîtriser votre discours

À l’école, avez-vous déjà dû réciter un poème devant toute votre classe ? Souvent, quand vous l’appreniez par cœur, vous pouviez alors vous concentrer sur d’autres choses que le texte : votre intonation, votre respiration, le lien avec la classe. Et quand vous ne le maitrisiez que moyennement, vous bafouilliez, deveniez tout rouge, etc. Pour l’entretien d’embauche, c’est la même chose. Plus vous connaîtrez votre pitch, plus vous pourrez vous concentrer sur d’autres éléments pendant l’entretien : votre langage corporel, la relation que vous créez avec le recruteur, etc. Il ne s’agit pas d’apprendre votre discours par cœur, bien au contraire, car cela risquerait de vous ôter toute forme d’authenticité, mais d’en maîtriser les grandes lignes : votre parcours, vos compétences, vos motivations… En bref, vous devez vous sentir à l’aise avec votre histoire.

Pour vous entraîner : simulez l’entretien devant votre miroir ou même sous votre douche et adaptez votre discours au fur et à mesure. Le mieux étant de faire un faux entretien avec des amis. Si vous êtes capable de l’expliquer à un proche alors vous pourrez parfaitement convaincre un recruteur. En effet « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément », dirait Nicolas Boileau.

Et puis, ils seront là pour vous rappeler vos victoires et toutes ces petites choses positives de votre personnalité dont vous n’avez même pas conscience. Demandez-leur de vous faire des retours. Ils seront des juges bienveillants de votre prestation.

3. Jouer la carte de la positivité

Un sourire à l’accueil quand vous annoncez votre nom, un échange rapide de politesses dans l’ascenseur, pas besoin d’être original, seulement d’être agréable. Ces petits codes sociaux peuvent paraître anodins mais réunis, ils forment la première impression que vous laissez en arrivant dans l’entreprise. Les employeurs recherchent quelqu’un qui n’aura pas de difficultés à s’intégrer dans une équipe. Souvenez-vous toujours que ce laps de temps avant l’interview est presque tout aussi crucial que l’interview elle-même. Alors allez-y, acceptez la boisson que l’on vous propose (cela vous évitera en plus d’avoir la gorge nouée à cause du stress), échangez quelques mots avec la personne qui s’occupe de vous… Montrez que vous êtes heureux d’être là et que vous vous sentez déjà à votre aise. Le bénéfice sera double : vous dévoilez votre personnalité au naturel et vos pensées ne sont pas dirigées vers l’entretien imminent.

De même pendant l’entretien, préférez également les formulations positives. Essayez de bannir les expressions pessimistes et rabaissantes telles que “Je ne suis pas très…”, “Je connais moins…”

4. « Fake it ‘til you make it »

Cette expression anglo-saxonne très populaire qui signifie « fais semblant jusqu’à ce que ça marche » doit être votre nouvelle devise ! On parle aussi de méthode Coué et sa “prophétie autoréalisatrice”. Adopter la pensée positive peut en effet renforcer votre confiance, en vous répétant par exemple que vous réussirez votre entretien les heures avant de vous y rendre ! En effet, votre subconscient est bien plus puissant que vous ne l’imaginez et détermine bon nombre de vos états physiques et nerveux, alors pourquoi ne pas lui parler ?

5. Reprenez le pouvoir de l’entretien

Si l’entretien nous déstabilise et nous fait perdre confiance en nous, c’est aussi à cause du déséquilibre des pouvoirs candidat-recruteur(s). On voit trop souvent cette rencontre comme un exercice où les recruteurs nous mettent à l’épreuve, nous testent. Et c’est le cas ! Mais ce n’est pas unilatéral. Vous aussi, cherchez à rejoindre une entreprise qui vous plaît. Vous aussi, avez des critères de sélection. Donc ils doivent eux-aussi chercher à vous convaincre ! Vous n’êtes pas acquis pour le recruteur. Si vous vous présentez à l’entretien dans l’optique que vous allez simplement avoir une discussion pour comprendre si l’entreprise correspond à vos attentes, vous renversez le jeu de pouvoir. Vous verrez, vous vous sentirez bien moins vulnérable !

6. Contrôlez votre body language

Au fond de vous, rien n’y fait, vous ne vous sentez absolument pas confiant ? Votre body language peut vous sauver la vie et vous aider à masquer ce manque d’assurance. Alors pendant l’entretien, on dégaine sa meilleure pose : un joli sourire, les bras bien visibles sur la table (par exemple les mains croisées sur le bureau) ou sur les accoudoirs de votre chaise, les jambes croisées ou bien plantées dans le sol. Et en bonus, ne fuyez pas le regard du recruteur et n’hésitez pas à parler avec vos mains !

7. Soyez philosophes, relativisez

Le job vous fait très envie, OK. Vous tenez absolument à vous montrer sous votre meilleur jour : OK. Mais re-la-ti-vi-sez. Vous ne participez pas à Squid Game, votre vie n’est pas en jeu ! Si vous vous connaissez bien, que vous restez naturel, tout devrait bien se passer. Et si vous ne décrochez pas le job, c’est peut-être que celui-ci ne vous correspondait pas tant que ça, non ? Que vous en trouverez un autre, bien plus adapté à votre profil et à vos envies par la suite ? Bien sûr, c’est plus facile à dire qu’à faire, mais vous répéter ça avant de passer votre entretien peut vous aider à vous calmer et à rester vous-même.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook, LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles !

Photo par Welcome to the Jungle

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :