Welcome to the Jungle - Logo

Retour au travail : « Penser que tout redeviendra comme avant, c'est illusoire »

L'après-confinement en entreprise : une experte nous raconte

La crise du coronavirus a mis tout un pan de la société à l’arrêt. Mais alors que la date du début du déconfinement a été fixée au 11 mai prochain, peut-on imaginer reprendre sereinement le travail comme avant ? Psychologue clinicienne à la Sorbonne Université et spécialiste du retour au travail des patients atteints de maladies chroniques et de cancers, Catherine Tourette-Turgis décrypte la situation psychologique des salariés en télétravail et au chômage partiel. Pour elle, c’est une certitude : le retour en entreprise ne sera pas simple et le monde du travail devra s’adapter. Explications.

Après le confinement, les salariés français en télétravail ou au chômage partiel vont reprendre progressivement le chemin de l’entreprise. Comment va se passer ce retour au travail ?

Il n’y a pas une seule réponse, parce que cela dépend beaucoup de l’expérience vécue du confinement. Il est sûr que le retour au travail va être plus compliqué pour les personnes qui vont réintégrer leur poste après avoir perdu un proche, pour celles aussi qui ont eu le Covid-19 et souffrent encore d’une grande fatigue, pour celles qui sont angoissées à l’idée d’attraper le virus, et enfin pour les personnes pour qui le confinement a eu un effet dévastateur sur la cellule familiale en exacerbant des divergences de positions et des conflits. Mais si l’expérience personnelle du confinement compte, l’expérience professionnelle du confinement l’est tout autant : un salarié va reprendre son activité peut-être plus sereinement si le télétravail a bien été organisé par l’entreprise, ou au contraire, avec un peu plus d’appréhension, si le travail à distance a eu des effets délétères sur sa vie privée par une surcharge de travail ou par l’abandon de ses managers. Quelle que soit la situation, il ne faut pas imaginer que cela va être simple. La crise que nous traversons génère beaucoup de stress et beaucoup de salariés angoissent à l’idée qu’il y ait des réorganisations dans leur entreprise à la sortie du confinement. Et qu’ils soient contraints à court ou moyen terme de rechercher un emploi.

Quelle que soit la situation, il ne faut pas imaginer que cela va être simple.

Certains disent pourtant que tout va peu à peu rentrer dans l’ordre… Vous ne partagez pas leur avis ?

Au fond, nous avons tous besoin de croire que tout sera exactement comme avant, parce que ça nous rassure. Si tout change, quelle sera notre place dans le monde de demain ? Dans le cas où notre entreprise a prévu de se réorganiser radicalement, ça sera différent, mais de quelle manière ? Nous avons tous peur d’être exclu et oublié ! « Qui l’entreprise va-t-elle garder ? » « Qui a un rôle vraiment indispensable ? » « Si je suis licencié, est-ce que cela veut dire je ne suis pas utile ? » Toutes ces interrogations, tant qu’elles restent sans réponse, sont angoissantes.

Ce sentiment d’être inutile au bon fonctionnement de sa société ou de la société est-il encore plus largement partagé chez les salariés au chômage partiel ?

C’est une certitude ! Quand on vous met au chômage partiel, concrètement, cela veut dire qu’on peut se passer de vous. C’est très dur, et ça l’est encore plus si le contact entre l’entreprise et le salarié a été rompu pendant cette période. Toute rupture du sentiment d’appartenance à l’entreprise constitue une souffrance morale et un risque de désaffiliation ayant pour effet un retrait et une perte de motivation. Certaines personnes revenues à leur poste après un long moment d’absence pour maladie disent souvent : « Je suis parti, personne ne s’en est aperçu, je suis revenu, personne ne s’en est aperçu. Alors, à quoi bon ? »

Même si on travaille dans le tertiaire et que l’on touche un salaire plus important que la moyenne française, le chômage partiel peut être très mal vécu. Dans notre société, on imagine que plus notre salaire est élevé, plus notre utilité sociale est grande. Et bien, cette crise dégrade l’appartenance sociale de ces travailleurs en revalorisant d’autres emplois « utiles à la nation ». De ce constat peut naître une crise existentielle et l’envie de se réorienter. Autour de moi, j’entends de nombreuses personnes dire qu’elles souhaitent changer d’activité professionnelle pour devenir instituteur, chef pâtissier… Cette quête de sens n’aboutira pas toujours, mais c’est déjà un premier pas.

Certaines personnes revenues à leur poste après un long moment d’absence pour maladie disent souvent : « Je suis parti, personne ne s’en est aperçu, je suis revenu, personne ne s’en est aperçu. Alors, à quoi bon ? »

Justement, pensez-vous que cette envie de réorientation va concerner un grand nombre de salariés ou ça restera un épiphénomène ?

Aujourd’hui, nos vies sont souvent organisées autour du travail, alors, quand il ne nous satisfait plus, tout s’effondre. Les salariés abandonnés par leur hiérarchie ou en quête de sens vivent ce que l’on appelle « le syndrome du temps compté ». Certains vont vouloir se réorienter tout de suite, d’autres vont prendre de la distance avec leur travail… Mais attention au principe de réalité : il est illusoire de penser que tout le monde va pouvoir être en adéquation avec ses réflexions et ses « nouvelles valeurs ». Beaucoup de salariés vont être obligés de s’accrocher à leur travail pour éviter la précarité.

Pour eux, une façon de sortir la tête de l’eau peut être d’être utile ailleurs. Un peu partout dans le pays, on a vu des personnes s’engager dans des associations pendant le confinement : elles ont fabriqué des blouses, des masques, elles ont préparé des repas pour les soignants, fait les courses pour des voisins âgés, elles sont venues en aide aux plus précaires… Peut-être qu’elles souhaiteront continuer après.

Si on n’aime plus son travail, cela peut être aussi parce qu’on n’aime plus son entreprise. Peut-on prévoir aussi un rejet de certaines entreprises ou de certaines pratiques managériales ?

Comme j’ai pu l’observer avec les personnes qui reviennent à leur poste après une longue convalescence, l’entreprise a plusieurs façons de gérer une crise ou une situation “inédite” : elle peut être bienveillante, respectueuse et proposer un accompagnement spécifique, mais, elle peut aussi avoir un discours arrogant et culpabilisant. Depuis plusieurs années, de nouveaux concepts de management émergent chaque jour, tels que « le management agile », « l’intelligence collective » ou encore « le management flexible » et si ces principes à la mode sont censés améliorer le bien-être des salariés et optimiser la gestion des équipes, nous voyons aujourd’hui des entreprises adeptes de ces méthodes qui forcent les salariés au chômage partiel à télétravailler, d’autres qui oublient totalement leurs équipes ou encore qui licencient et précarisent à tour de bras. Toutes ces situations créent un sentiment de rejet, voire de dégoût pour l’entreprise. Pour que les salariés renforcent leur attachement à leur entreprise pendant le confinement, les managers doivent être présents, souples et à l’écoute. C’est simple et bien plus efficace.

Pour que les salariés renforcent leur attachement à leur entreprise pendant le confinement, les manager doivent être présents, souples et à l’écoute.

Avant de pouvoir réouvrir leurs portes, celles-ci vont aussi devoir garantir le respect des gestes barrières et la distanciation sociale. Quel sera, selon vous, l’impact pour les salariés du changement de certaines pratiques sociales au travail ?

Dans un premier temps, notre rapport au corps va changer au travail. Il n’y aura peut être plus de bises, de poignées de main, d’accolades entre collègues, on sera plus éloignés les uns des autres. Cela risque de créer ce qu’on appelle une déprivation sensorielle et cette situation n’est pas tenable sur le long terme. N’oublions pas que l’être humain est un animal social : nous ne pouvons pas vivre sans affection, sans tendresse et plus globalement sans notre corps ! Pour éviter que cette situation soit à l’origine de manifestations de colère ou de rejet mutuel, les salariés et les managers devront trouver de nouvelles façons de communiquer leurs émotions.

Comment les managers peuvent-ils préparer l’après-confinement ?

D’abord, il est important de rappeler que l’appareil psychique, c’est un corps avec des organes, il se détériore très vite : une peur, une panique générale, une limite de liberté, une contrainte, un isolement, un enfermement contraint rend malade, fait déprimer, détériore la santé psychique et mentale de tous. Si tout le monde a conscience de cela aujourd’hui, on est beaucoup moins nombreux à imaginer que l’impact psychologique négatif perdure plusieurs mois après la fin de l’enfermement subi. Et pourtant, plusieurs études montrent que les personnes qui ont vécu des situations similaires continuent à avoir peur de la foule, à souffrir de troubles du sommeil après.

Pour éviter des situations dramatiques, les managers doivent avoir conscience que l’après se prépare dès aujourd’hui. Si le lien a été rompu, la personne en charge du management d’une équipe doit reprendre contact avec ses salariés, les tenir au courant de la situation de l’entreprise. En télétravail, le manager doit organiser avec son équipe des pauses virtuelles, où chacun peut faire son retour d’expérience. Il doit permettre de libérer la parole sur le vécu de l’expérience du confinement avant de rentrer dans l’entreprise. Demander aux salariés ce qui a manqué le plus, ce qui aurait peut être mieux organisé, ce qui manque encore et répondre aux besoins. De leur côté, les salariés devront tentés d’être transparents et force de proposition.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline

Photo by WTTJ

Romane Ganneval

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :