Le guide de survie des parents pour gérer enfants et télétravail

Télétravail avec les enfants : comment gérer le confinement ?

“Nous sommes en guerre”. Le lundi 16 mars, lors de l’allocution présidentielle annonçant un confinement strict pour limiter la propagation du Covid-19, vous n’avez peut être pas pris immédiatement toute la mesure de l’expression. Ni ses conséquences. Et vous voilà déjà nez à nez, 24h sur 24 et 7 jours sur 7 avec… vos enfants. Si vous faites partie des ‘chanceux’ qui ont la possibilité de télétravailler, à vous les joies des conf calls sur fond de hurlements et interruptions toutes les 10 minutes (plus fréquentes encore si votre enfant est en bas âge).

On ne vous fera pas l’affront de parler de “solution miracle” ou de “recette infaillible”, mais la solidarité étant plus que jamais de mise, on a souhaité vous faire part de quelques pistes d’organisation. Après une semaine de confinement, voici comment certains des principaux intéressés jonglent entre garde et télétravail, en tentant de (re)trouver l’équilibre !

Reco n°1 : accepter de ne pas pouvoir être sur tous les fronts

Inutile de vouloir en faire “trop”. La période est mal choisie pour espérer être à 100% sur votre job ces prochains jours (semaines ? mois ?), tout en briguant le statut de meilleur parent au monde. Rester chez soi équivaut aujourd’hui à un geste citoyen qui, pour préserver la santé de tous, oblige chacun à limiter au maximum ses contacts avec l’extérieur. De quoi aider à relativiser ! Marine, cheffe de projet digital et maman d’une petite fille de 2 ans, témoigne : « Déjà en temps normal, quand je suis en période de rush, j’ai tendance à relativiser en me disant que je ne sauve pas des vies. En ce moment, le plus important c’est de permettre à ma famille de vivre au mieux ce confinement. J’évite de vouloir à tout prix réaliser la même charge de travail que d’habitude, simplement parce que la situation ne le permet pas. »

Un lâcher prise qui, il faut bien l’avouer, a de quoi être facilité par une charge de travail souvent réduite et une direction bienveillante. Aussi, si certains employeurs n’hésitent pas à arranger leurs salariés à l’aide d’un emploi du temps aménagé, toutes les entreprises ne se montrent pas, par choix ou par nécessité, aussi conciliantes. Sollicitée quotidiennement, Anne essaye elle aussi de garder le cap. « Il y a peut être des super héroïnes mamans. Moi je fais le max, mais ce que je fais je veux le faire bien. Malgré tout l’attachement que j’ai pour ma boîte et ma conscience professionnelle, ma devise est et restera #familyfirst », explique cette responsable RH et maman de trois enfants âgés de 9 mois, 4 ans et 6 ans.

Reco n°2 : mettre en place une nouvelle routine pour tous

Passée l’étape essentielle de l’explication du contexte aux enfants, nombreux sont les parents qui définissent une nouvelle routine familiale. Des chartes de confinement et autres programmes d’activités fleurissent, notamment sur la toile, pour mettre en lumière les règles et le planning type décidés en famille. Compilant plages de travail pour les uns et devoirs ou loisirs pour les autres, ces dispositifs présentent l’avantage de donner un rythme à l’enfant, pour s’adapter au mieux à cette situation inédite. Pour Caroline et son conjoint, dès le deuxième jour de confinement le ton est donné avec leurs deux garçons de 3 et 6 ans. « On a mis en place un planning quasiment heure par heure, en mixant travail scolaire, loisirs, temps d’écran… Ce qui est drôle, c’est que dès le mercredi matin au réveil, les garçons ont été le regarder. Ils se le sont complètement appropriés. Depuis, on l’a laissé en faisant évoluer les activités qu’on choisit ensemble la veille. Ca a permis de mettre un peu de rigueur dans notre organisation, tout en dégageant du temps avec les garçons ou de productivité pour le travail », explique cette responsable marketing.

Exercices physiques, écoute de podcasts, activités manuelles… chacun fait preuve de créativité pour occuper sa progéniture. La tâche étant plus ardue pour les familles qui ne disposent pas d’un balcon ou d’un accès à l’extérieur. Mais au global, le mot d’ordre semble être le même : lâcher du lest. Nathalie Franc, pédopsychiatre au CHU Saint-Eloi de Montpellier appelle effectivement à plus de souplesse qu’à l’accoutumée dans une interview au Monde. « Il faut en effet veiller à trouver des contenus adaptés à l’âge de l’enfant, mais là aussi je crois qu’il faut s’adapter à la situation et surtout qu’il ne faut pas culpabiliser à avoir recours aux écrans pendant cette période très spéciale », rassure-t-elle.

Pour les parents, c’est l’assurance aussi de s’aménager des règles pour travailler plus sereinement et disposer d’un temps de concentration. « Je vais dans leur chambre pour m’isoler quand je dois faire une conférence téléphonique. Si la porte est fermée, ils savent qu’il ne faut pas rentrer à moins d’une urgence », explique Emilie, chef d’agence d’un réseau de distribution électrique et maman d’une famille recomposée de 3 enfants de 5, 10 et 12 ans.

Reco n°3 : adapter son planning de travail

À mesures exceptionnelles, planning exceptionnel ! Pour tenter d’assurer en télétravail, Marine a mis en place une stratégie avec son conjoint : «Tous les matins, on se lève plus tôt pour pouvoir bosser pendant que la petite dort encore, même chose pendant la sieste de l’après-midi, et si besoin on s’y remet le soir après manger une fois qu’elle est couchée. » Nombreux sont les couples en télétravail à opter pour cette tactique. Soit en alternant matin et après-midi, soit par roulement toutes les 2 heures environ : seule garantie de pouvoir assurer une journée minimum de 5 heures. Mais pour être vraiment efficace, encore faut-il que la parité soit respectée. « J’ai dû rappeler à mon mari que mon travail était aussi important que le sien et qu’on était tous les deux dans la même galère. Sinon c’est pas le covid qu’il faut craindre, mais le divorce ! », peut-on notamment lire en commentaire du compte Instagram Bordel de mères.

Moins évident encore, le cas des parents télétravailleurs en solo. Qu’ils soient séparés du second parent ou qu’ils gèrent lorsque celui-ci peut poursuivre son activité en extérieur, leur quotidien s’apparente souvent au parcours du combattant. Chaque jour, Julien, qui assure seul la garde de son garçon de 4 ans dont il est séparé de la maman, pare au plus urgent. « J’ai annulé mes réunions les moins importantes et je me limite à deux heures de call par jour. Davantage ce n’est pas gérable, assure ce responsable développement d’un réseau de franchises. Je tente au maximum de les fixer pendant sa sieste l’après-midi, comme ça je me rends plus disponible à son réveil. »

Reco n°4 : se ménager un temps à soi

« Gérer les calls ou écrire relève du défi quotidien. Les trois premiers jours, je ne savais plus où donner de la tête. Et ensuite, c’est comme tout, on s’habitue. On trouve une nouvelle dynamique, l’important étant de se ménager des temps de pause, hors boulot et enfant. Juste un temps à soi pour décompresser et déconnecter », suggère Hannah, journaliste et maman d’une petite fille de 3 ans dont elle s’occupe seule la journée.

Cette parenthèse est pour tous une question de survie compte tenu la double, voire la triple vie – l’ensemble des tâches domestiques s’ajoutant au combo déjà détonnant garde d’enfants et télétravail – mettant les nerfs des parents à rude épreuve. « Je bosse 10 heures par jour entre conférences téléphoniques et mails à gogo, alors qu’on est tous les cinq sur la table de la salle à manger à travailler. Je n’ai plus de patience et les neurones grillés. Autant dire que ma fille doit prier pour aller chez son père », confesse Emilie.

Lecture, sport, cuisine… à chacun sa soupape de sécurité pour rester à la fois patient envers ses enfants et le plus productif possible dans son travail. Le week-end est, plus que jamais, attendu avec impatience pour recharger les batteries. « Après 5 jours de confinement, j’avais l’impression qu’on était déjà au jour 5 000. Vendredi soir, j’ai eu un petit coup de mou après cette semaine très dense où je me suis retrouvée en première ligne au boulot. Heureusement, les deux jours de week-end m’ont fait du bien, même si on n’a pas chômé », confie Anne.

Reco n°5 : être transparent vis-à-vis de ses interlocuteurs

En télétravail, l’importance de se créer un espace de travail compte parmi les indispensables pour éviter de brouiller entièrement les pistes entre les sphères privée et pro. Mais, pour les parents, difficile de pouvoir s’y tenir et davantage de s’improviser un bureau au calme. « Je pourrais potentiellement m’isoler dans la maison, car chacun à sa chambre. Mais comme elle est sur plusieurs étages, m’isoler signifierait laisser mes enfants livrés à eux mêmes. J’ai préféré m’installer dans la salle à manger, entre la cuisine, le salon et avec vue sur le jardin, pour être à mon poste de tour de contrôle », souligne Anne.

Pour s’éviter la charge mentale d’avoir à dissimuler leurs conditions de travail atypiques, beaucoup font le choix d’une totale transparence, que ce soit vis-à-vis de leurs collègues ou de leurs interlocuteurs externes. Depuis une semaine, mentionner le fait d’avoir un enfant lorsqu’il faut envisager un call ou un visio est devenu monnaie courante. Heureusement, le sentiment d’être “tous dans le même bateau” semble instaurer un cadre de bienveillance quasi-général. Christian, responsable éditorial, s’amuse d’un call qu’il a eu avec l’une de ses collègues mamans. « Alors qu’on était en train d’échanger sur le boulot, elle s’est coupée pour demander à sa fille d’arrêter… de manger du papier. On a eu un fou rire, parce que la situation était aussi dingue que le contexte, s’amuse-t-il. Je n’ose pas imaginer ce que vivent les parents en ce moment, ça force le respect. »

Reco n°6 : envisager les bons côtés du confinement

Cette période de confinement nourrit chez certains parents de véritables motifs de satisfaction. Juliette et son mari se félicitent notamment de pouvoir assister à certaines étapes de la vie de leur bébé de 8 mois. « On a décidé de prendre les choses de la façon la plus positive possible, philosophe cette professeure d’anglais. On sait, lui comme moi, qu’on ne peut pas être ultra productifs mais notre priorité c’est notre bébé. On se dit qu’on a la chance de vivre cette étape charnière de sa vie où elle évolue hyper vite. »

D’autres vont même jusqu’à en tirer partie. Du gain d’autonomie à l’aide aux tâches quotidiennes, sans oublier la création de nouveaux moments de convivialité, les liens se resserrent en famille. Et malgré le stress de la situation, beaucoup de parents relativisent. Julien le premier : « Je ne vais pas mentir, j’attends chaque soir avec impatience. Mais ma famille est en bonne santé, et dans l’Histoire on a clairement connu plus dure comme ‘guerre’. »

Au travail aussi, les initiatives pour maintenir le lien et s’entraider ne manquent pas. Une manière le plus souvent de (re)découvrir ses voisins d’open space et d’appréhender une nouvelle part de leur intimité, ne serait qu’à travers leurs conditions de travail actuelles. Julien notamment a eu l’occasion d’une discussion sincère avec sa manager. « Dès le début du confinement, elle m’a téléphoné pour me demander comment je gérais la situation. Là où on s’en était toujours tenu à un cadre strictement pro, on en est venus de fait à une discussion plus perso sur nos situations réciproques, avoue-t-il.Aujourd’hui, elle ne manque pas une occasion de me demander comment va Lucas. »

Bonus

Parce qu’une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, après ces quelques pistes de “gestion de crise”, voici notre sélection des meilleures activités trouvées sur la toile pour faire plaisir à vos kids :

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook et abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles !

Photo by WTTJ

Retrouvez aussi nos 6 conseils vidéo pour bien gérer les enfants pendant le télétravail.

Mélissa Darré

Brand content manager & Work In Progress Chief editor @Welcome to the Jungle

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Télétravail : le guide ultime

Retrouvez tous nos articles sur le télétravail : règles, conseils, astuces, études...etc.

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :