Postuler à l'étranger : comment écrire le parfait CV en anglais ?

07 déc. 2016 - mis à jour le 23 août 2022 9min

Postuler à l'étranger : comment écrire le parfait CV en anglais ?

auteur

« If you’d like to apply for this job, please submit your resume and cover letter. Stage, emploi, échange universitaire, aventure internationale… quelle qu’en soit la raison, pour postuler à l’étranger, il va falloir rédiger son CV en anglais. Si vous pensez qu’une simple traduction de votre CV français suffira, détrompez-vous. La culture anglo-saxonne est bien différente de la nôtre et les attentes des recruteurs le sont aussi.

Mais alors comment s’y prendre ? Welcome to the Jungle a enquêté sur les clés du parfait CV en anglais. La structure, la forme, les phrases types et mots de vocabulaire à connaître… Elisabeth Blanchet, auteure du Guide complet de l’expatriation (Express Roularta, 2014) nous parle des règles essentielles à suivre pour rédiger facilement en quelques heures un CV percutant en anglais.

Sommaire :

  • Quelques règles de base à respecter pour rédiger un CV en anglais
  • Comment structurer son CV en anglais (en 7 parties) ?
  • Les 3 erreurs à ne pas commettre lorsqu’on rédige son CV en anglais
  • CV en anglais : des différences selon les pays

Quelques règles de base à respecter pour rédiger un CV en anglais

La longueur du CV

Bien qu’en France le CV ne doit pas dépasser 1 page, le CV britannique peut être plus long. Si les expériences professionnelles le justifient, les recruteurs accepteront tout à fait un CV d’une longueur de 2 pages. « Si on a des choses à raconter, il ne faut pas se limiter à une page », selon Elisabeth Blanchet. « Par contre, pas plus de 2 pages ! », précise-t-elle.

Côté US, il est tout de même conseillé de le faire tenir sur une page sauf quand vous aurez atteint 15 ans d’expérience, bien qu’Elisabeth Blanchet estime qu’il faut simplement « adapter son CV au poste pour lequel on candidate », sans se borner à des règles toutes faites.

Les résultats avant tout

L’action, c’est ce que recherchent les recruteurs. Contrairement au CV en français assez descriptif, les anglo-saxons veulent voir de l’exécution, de l’initiative… et des résultats ! « Quand on peut quantifier avec des chiffres, il faut le faire, conseille Elisabeth Blanchet. Par exemple, plutôt que de vous contenter de dire que vous avez dirigé une équipe de commerciaux, dites combien de personnes vous avez managé, pendant combien de temps, en incluant le chiffre d’affaires de l’entreprise… Les anglo-saxons sont pragmatiques. Sans en faire trop, bien sûr. »

Les recruteurs attachent une importance toute particulière aux verbes d’action « les power verbs »_. Utilisez pour évoquer vos missions et les résultats obtenus.

Vous pouvez par exemple mentionner : «Increased site traffic and conversion KPI’s with targeted SEO strategies », «Wrote and published 5 articles per week totaling 50 posts », «Increased Facebook following by 40% and total Facebook reach by 600% »…

Vous n’avez pas encore beaucoup d’expérience ? Mettez en avant la bonne gestion de votre emploi du temps à l’université ou encore les responsabilités que vous avez eues dans l’organisation d’un événement par exemple.

Attention au style

Pour rédiger un CV en anglais US, privilégiez les phrases courtes, les chiffres clés, les graphiques. « Et gardez un style homogène », ajoute Elisabeth Blanchet.

Pour rédiger un CV en anglais UK, privilégiez plutôt les paragraphes rédigés. Et gare aux majuscules ! N’utilisez pas les lettres capitales pour les noms propres (le vôtre ou celui d’une entreprise ou d’une école). Les Britanniques trouvent cela étrange.

Les activités extra-scolaires ont leur importance !

Aux Etats-Unis, bien plus qu’en Angleterre, plus de 75% des recruteurs déclarent préférer les candidats qui se sont engagés dans des activités extra-scolaires et 9 sur 10 pensent que c’est un signe avéré de leadership. Il n’y a donc pas à hésiter. « Il est très important de mettre en avant les soft skills. C’est là que vous allez faire la différence. Je vous encourage donc à parler de vos engagements bénévoles, de vos activités sportives, etc. », affirme Elisabeth Blanchet.

Petits boulots, associations, pratiques sportives à haut niveau, hobbies, projets personnels,… tout à sa place dans cette catégorie. Une seule règle pour créer son CV en anglais : comme pour vos expériences, il faut que vous mettiez en avant votre action et les résultats ou du moins que vous donniez quelques indications sur l’envergure du projet (taille de l’équipe, montant du budget géré, etc.)

Comment structurer son CV en anglais (en 7 parties) ?

Les différences culturelles entre la France et les pays anglo-saxons sont nombreuses, même si elles ne sautent pas toujours aux yeux. Elles se traduisent notamment dans la façon dont est régie la recherche d’emploi. Il est impératif que votre candidature respecte les conventions en la matière. Pour rédiger un bon CV en anglais, voici les 7 règles à respecter :

1. Personal data (identité, présentation générale)

Si en français votre CV comporte votre date de naissance, statut marital, permis… ces informations n’ont pas lieu d’être sur les CV anglophones. Vous pourriez même mettre mal à l’aise le recruteur. N’indiquez donc que votre nom et prénom ainsi que votre contact (mail, téléphone, etc.) Ceci est particulièrement vrai aux Etats-Unis où les mesures anti-discrimination sont fortes et où les CV sont ainsi très neutres. En Angleterre, le cadre est néanmoins plus souple. Et surtout, n’oubliez pas d’ajouter +33 devant votre numéro de téléphone pour que le recruteur puisse vous joindre !

Concernant la photo, il n’est pas absolument pas obligatoire de la mettre dans un CV en anglais, encore une fois pour éviter le délit de faciès. En revanche, elle peut représenter un bonus si vous postulez dans un secteur où l’apparence est importante, comme la vente ou le marketing. « Je recommande la photo, même si ce n’est pas toujours politiquement correct aux Etats-Unis », tranche Elisabeth Blanchet Burgot.

2. Professional objective (GB) / Career Planning (USA) (objectifs de carrière)

En deux ou trois phrases, vous devez présenter vos objectifs professionnels ainsi que la raison pour laquelle vous êtes le candidat parfait à ce poste. N’hésitez pas à vous vendre - tout en restant concis - en mettant en avant vos compétences, votre expérience et vos qualités. Tel un slogan publicitaire, le career objective doit être court, accrocheur et clair. « Précisez pourquoi vous êtes la personne idéale pour réaliser ce boulot. En quoi vous êtes bon dans ce que vous faites ? Cela met en haleine le recruteur pour lire le reste du CV », conseille Elisabeth Blanchet.

Un exemple : « Dedicated and experienced accounting professional with proven success managing finances for mid-size commercial organizations. Seeking an opportunity to use my decade of experience to serve the state government. » (« Comptable expérimenté et dévoué ayant prouvé ma capacité à gérer les finances d’organisations de taille moyenne. À la recherche d’une opportunité pour mettre à contribution mes 10 années d’expérience au service de l’Etat »).

3. Work experience (expérience professionnelle)

Pour votre CV US, cette partie n’a pas vraiment sa place et vous pouvez vous en tenir à la phrase : « References available on request ». Ce qui compte c’est votre personnalité, qui vous êtes, vos compétences, ce que vous aimez.

En revanche, pour rédiger votre CV en anglais britannique, cette rubrique doit être détaillée avec soin. Toutes vos expériences professionnelles doivent y figurer en mettant en avant cette “culture du résultat” tant recherchée. Pour décrire les actions menées, renseignez-vous en amont sur les “buzz words” du secteur d’activité pour en glisser dans vos descriptions (exemples pour un poste en marketing : surveys, target audience, trend analysis, consumer insights…) D’autant plus si vous voulez valoriser une expérience au sein d’une entreprise française, méconnue de votre interlocuteur.

4. Education (formation)

Les formations sont à présenter de manière chronologique, en commençant par la plus récente. N’oubliez pas de préciser l’année d’obtention. Si vous n’êtes pas encore diplômé, ajoutez simplement « (expected) » après l’année d’obtention prévue. Le système français étant assez unique, n’hésitez pas à ajouter une description assez brève sur le contenu de votre formation, vos principaux cours («Main subjects : … ») ou votre majeur, autrement dit, votre spécialité (« Major in …. ») Les anglo-saxons sont également très friands des prix, concours etc. À mentionner donc pour gagner l’attention du recruteur (« Prizes : …. »)

5. Professional skills (compétences)

Indiquez quelles sont vos compétences en informatique, sur les outils précisés dans l’offre et/ou en langue. Mentionnez votre niveau : native, bilingual, fluent, moderate, basic. Vous pouvez également inclure ici vos certifications (TOEFL, GMAT etc.) et vos séjours linguistiques et voyages s’ils sont significatifs.

Quelques expressions pour préciser votre niveau :

  • Maîtrise complète = Fully literate with
  • Usage professionnel = Writing knowledge
  • Usage basique = Basic knowledge

6. Miscellaneous (divers)

Vos loisirs peuvent booster votre carrière ! Cette rubrique révèle votre personnalité, point majeur de votre candidature. Mettez en avant votre pratique du sport, de la musique ou votre engagement dans une association. Astuce : évitez les banalités et soyez précis en citant des noms d’auteurs que vous adorez ou une équipe de sport dont vous êtes le premier supporter.

7. References (références)

Les recruteurs anglo-saxons ont l’habitude de contacter vos anciens employeurs ou professeurs, donc pas question de mentir sur votre expérience dans un CV en anglais ! « Les références sont obligatoires. Et il faut que ça soit vrai ! Car vos référents vont être contactés », avertit Elisabeth Blanchet.

À vous d’indiquer deux ou trois noms et coordonnées qui joueront en votre faveur. Astuce : si vous préférez ne pas donner de recommandations, précisez que vos références sont disponibles sur demande (« References available upon request »). Ce n’est en revanche pas une pratique commune aux US donc il n’est pas nécessaire de réaliser cette partie si vous postulez là bas.

Les 3 erreurs à ne pas commettre lorsqu’on rédige son CV en anglais

Si vous ne voulez pas que votre CV finisse à la poubelle, voici 3 erreurs courantes à bannir lors de la rédaction de votre curriculum vitae en anglais :

1. Faire des traductions approximatives

Si votre anglais est encore un peu hésitant, vous manquez sûrement encore de vocabulaire, surtout en milieu professionnel. Plutôt que de tomber dans le piège des faux-amis ou de faire appel à Google Translate (et ses traductions parfois loufoques), renseignez-vous au préalable sur les termes à connaître lorsqu’on candidate en anglais :

Formation = training
Poste = position
Bénéfices = profits
Concurrent = competitor
Société (entreprise) = company
Objectif = target
Lettre de motivation = cover letter
Stage = internship
Valeur ajoutée = added value
Diplôme = degree
Compétences = skills

2. Se tromper dans l’équivalence des diplômes

Le système éducatif dans les pays anglo-saxons fonctionne différemment qu’en France, ce qui peut parfois porter à confusion. Pour éviter les formulations maladroites et les erreurs de diplômes, voici quelques exemples d’équivalence :

  • Baccalauréat (avec mention) = High School diploma, scientific option, equivalent to A Levels (with honours)
  • BTS / DUT en … = Two-year university degree in …
  • Licence de … = Three-year university degree in …
  • Master = Master degree in…
  • Classes préparatoires = Two-year (or Three-year) intensive preparation courses for the entrance exams to top French (Business/Engineering) schools

Astuce : surfez sur les sites du British Council et du NARIC pour trouver de potentielles équivalences à vos diplômes.

3. Sur-évaluer son niveau en langues

À moins d’avoir été « born and raised in the US » d’avoir déjà passé quelques années en pays anglo-saxon ou d’être vraiment passionné par l’anglais, vous ne pouvez pas mentionner « fluent » sur votre CV. Mais d’autres alternatives existent pour illustrer votre niveau de maîtrise. Vous pouvez vous référer à la grille d’évaluation de Linkedin :

  • Native or bilingual proficiency : bilingue, natif
  • Professional working proficiency / Fluent : courant
  • Limited working proficiency / Good skills : bonnes connaissances
  • Elementary proficiency / Conversational skills : connaissances de base

Vous pouvez également évoquer votre score à l’un des 3 examens connus dans le monde entier : TOEFL, TOEIC ou Cambridge.

Ultime option, vous pouvez mentionner une des échelles de niveau, mises au point par les agences gouvernementales, et vous auto-évaluer. En Angleterre, l’échelle de niveau standard est nommée CECRL, alors qu’aux Etats-Unis il y a 2 normes : ACTFL et ILR.

CV en anglais : des différences selon les pays

Avez-vous remarqué qu’au cours de l’article, nous vous avons parfois donné des conseils différents pour votre CV en anglais, en fonction du pays d’origine de l’entreprise pour laquelle vous allez postuler ? S’il existe de nombreuses similarités entre le monde professionnel anglais et américain, leurs normes en termes de candidatures diffèrent fortement !

Avant toute chose, il convient de choisir la langue dans laquelle postuler et donc rédiger son CV en anglais.. Elisabeth Blanchet insiste par exemple sur le fait que « pour les anglais, il est très important de respecter l’orthographe anglaise. Sinon, ça va les vexer ».

Et oui, il existe plusieurs « anglais » : UK (britannique) ou US (américain). Si vous postulez en Angleterre ou aux Etats-Unis la question ne se pose pas. Mais si vous voulez postuler en Asie par exemple ? On vous recommande alors d’utiliser le format et l’anglais US, plus international. Il existe des différences dans le vocabulaire (mots, format de dates etc) :

  • Organize, Analyze (US) vs Organise, Analyse (UK)
  • Fulfill (US) vs Fulfil (UK)
  • Behavior, Favorite (US) vs Behaviour, Favourite (UK)
  • Program (US) vs Programm (UK)
  • Internships (US) vs Placements (UK)

Attention aussi au format des dates ! Aux Etats-Unis, on écrira November 10, 2022 (ou 11-10-2022) tandis qu’en Angleterre ce sera plutôt 10 November 2022 ou 10th November, 2022 ou 10-11-2022.

Sachez aussi que de manière générale, un CV américain doit avoir un côté vendeur : il convient de vous mettre en avant en précisant, chiffres à l’appui, vos contributions pour les entreprises pour lesquelles vous avez travaillé. En revanche, un CV UK sera plus sobre, moins tape-à-l’oeil, davantage dans le style des CV français.

Ainsi, il convient de faire plusieurs modèles de CV si vous postulez dans différents pays.

Et dernier conseil, une fois rédigé, n’oubliez pas de mettre à jour votre profil LinkedIn en créant un profil en anglais !

  1. Cliquez sur l’onglet “Profil”.
  2. Positionnez votre souris sur le triangle inversé à côté de “Voir le profil en tant que”
  3. Sélectionnez “Créer un profil dans une autre langue” dans le menu qui apparaîtra
  4. Complétez les champs puis cliquer sur “Créer profil”

Rédiger son CV en anglais, check ! Adaptez-le maintenant au secteur dans lequel vous postulez, le luxe adopte par exemple ses propres codes.

Vous serez ensuite fin prêt et capable de répondre au fameux « If you’d like to apply for this job, please submit your resume and cover letter » avec « Please find my resume attached. »

[Article mis à jour par Sylvain Guillet le 23 août 2022]

Les thématiques abordées

Postuler à l'étranger : comment écrire le parfait CV en anglais ?