Comment faire un bon CV ? Nos 10 conseils

31 juil. 2020 7min

Comment faire un bon CV ? Nos 10 conseils
auteur.e
Camille Montaz

Freelance Communication & Rédaction

20 secondes. C’est le temps que passerait un recruteur à lire un CV, d’après Elisabeth Dartigues, fondatrice de Mon Coach Mobilité et ancienne DRH. L’essentiel : aller droit au but et communiquer les bonnes informations, car chaque détail compte ! Rédiger son CV, c’est donc faire tout pour le rendre le plus attractif possible, avec pour objectif ultime, bien sûr, de décrocher un entretien d’embauche. On vous dévoile nos conseils !

1. Être simple et pragmatique

Vous pensez que votre CV est trop classique et que pour se démarquer, il vaut mieux faire dans l’originalité ? Faux ! Si vous n’êtes ni designer, ni graphiste, restez simple. Le Curriculum Vitae doit être clair pour permettre une lecture rapide et efficace. Privilégiez ainsi une structure linéaire, aérée, avec des espaces, pour bien délimiter les différentes parties et permettre au recruteur de se concentrer sur ce qu’il a envie de voir. Le contenu ne doit pas être trop chargé.

Si vous êtes en sortie d’études ou que vous avez peu d’expérience, votre CV doit tenir sur une seule page. Sinon, vous pouvez vous permettre d’en mettre deux, mais il faut que ce soit justifié”, met en garde Elisabeth Dartigues. Vous pouvez jouer sur les marges, la police des espaces, une réorganisation des sections ou une diminution de la taille de vos bullets points (attention toutefois à ne pas trop réduire les marges : gardez-en suffisamment pour que la qualité d’impression de votre CV reste bonne). Sinon, l’astuce consiste à insérer l’adresse d’un site personnel/blog, que vous alimenterez avec des informations complémentaires.

2. Mettre en avant des actions et des résultats

Lister les missions dont vous étiez en charge dans vos précédents jobs, c’est bien, montrer que vous avez assuré, c’est mieux. Rédiger son CV, c’est questionner la finalité de chacune de vos actions en vue de les présenter comme un ensemble de résultats, et non comme une simple liste de responsabilités. Concrètement, utilisez des verbes d’action, qui seront plus parlants et marquants que des verbes passifs ou des expressions du type “en charge de” (qui sont, de plus, très classiques). Privilégiez donc des verbes comme : créer, négocier, développer, économiser, analyser… À vous de trouver le terme le plus précis pour décrire votre travail. Les managers voient et revoient des CV qui utilisent les mêmes termes… Innovez !

Ne lésinez pas non plus sur les chiffres au sein de vos descriptifs de postes. Ils permettront au recruteur de mieux mesurer l’impact de vos actions. Fréquences, évolutions, retombées… Toute précision complémentaire est intéressante. Si vous ne vous la pétez pas un peu dans votre CV, alors quand ?

3. Ajouter une rubrique « compétences » au CV…

En fonction des cas ! Elisabeth Dartigues précise : “Si vous êtes en réorientation professionnelle, cette rubrique est essentielle. Par exemple, un responsable marketing qui voudrait basculer sur un poste commercial aura tout intérêt à mettre en avant les compétences transférables qu’on ne voit pas forcément dans ses seules expériences. En revanche, un DRH qui a toujours été DRH n’en aura pas besoin : ce serait redondant et ces détails auront plutôt leur place dans le mail d’accompagnement ou la lettre de motivation” Cette section « compétences », le cas échéant, permet de résumer au même endroit ce que vous avez appris durant votre formation et vos expériences professionnelles. Elle doit être séparée du reste du CV, pour ne pas gêner la lecture (à l’aide par exemple d’un encart sur le côté). Vous pouvez y lister vos aptitudes techniques : la maîtrise de certains logiciels ou outils, les langues que vous maitrisez, etc.

Au sein de cet encart, en plus de vos compétences techniques, n’hésitez pas à mentionner vos soft skills, c’est-à-dire vos compétences comportementales : créativité, bonne gestion du stress, adaptabilité.
Lorsqu’on décide de rédiger son CV, on utilise des termes précis et adaptés et on évite les termes galvaudés tels que : motivé, investi, déterminé. Enfin, soyez honnête ! Si vous sentez que vous enjolivez un peu trop la réalité, c’est peut-être que ce poste n’est pas fait pour vous ?

4. Insérer des mots-clés et du vocabulaire technique

« SEO Yourself » ! Utiliser les bons mots-clés peut avoir un réel impact sur la visibilité de votre CV. “Aujourd’hui, la plupart des CV sont d’abord lus par des moteurs de recherche”, précise Elisabeth Dartigues. “Il est donc essentiel que les termes qui correspondent au poste recherché apparaissent. Mon conseil : faire l’exercice inverse, c’est-à-dire se demander quels mots vous utiliseriez si vous vous recherchiez sur Internet. Lorsque j’étais DRH par exemple, j’ai fait le test et j’ai tout de suite indiqué ‘relations sociales” derrière mon nom. En relisant mon CV, ce terme n’apparaissait nulle part, alors qu’il était probablement le plus important !
Autre astuce : analysez les annonces pour les jobs de votre domaine de compétence et passez en revue les profils LinkedIn des professionnels exerçant le poste que vous convoitez. N’hésitez pas non plus à utiliser du vocabulaire technique et spécifique, pour vous positionner en expert sur votre domaine.

5. Choisir la bonne police et éviter les images

Lorsque l’on décide de rédiger son CV, il est important de s’arrêter sur une ou deux polices. La taille optimale doit se situer entre 10 et 12 (à part le nom, qui doit être écrit en plus gros que le corps du CV). Attention au choix de votre police, qui peut en dire long sur vous. Les polices trop “fun”, comme Comic Sans MS, sont à bannir : elles vous enlèvent toute crédibilité. “Surtout que certains moteurs de recherche ne peuvent pas reconnaître ces caractères. Alors, même si le rendu est très joli, il faut être extrêmement vigilant sur ce point”, insiste Elisabeth Dartigues.

Calibri ou Times New Roman ont été vues et revues. Privilégiez des polices plus modernes comme Helvetica, Verdana ou Century. Vous pouvez même tenter d’utiliser la même police que l’entreprise dans laquelle vous postulez, en utilisant des sites tels que What the Font, qui retrouvent les polices à partir de documents de communication. Pour insister sur certains passages du CV : mettez le texte en gras, en italique ou en souligné. Sélectionnez bien ce qui sera mis en gras, c’est ce qui attirera l’œil du recruteur..

Idem, évitez d’insérer des images tels que des logos et autres visuels. “Là aussi, les algorithmes ne savent pas les lire et ça vous desservira. Quant à la question essentielle de la photo d’identité, vous pouvez choisir de la mettre ou non, mais le critère premier est qu’elle vous mette en valeur et qu’elle soit cohérente. On évite, par exemple, une photo en pleine nature pour un poste dans un bureau !”, sourit Elisabeth Dartigues.

6. Adapter le contenu au poste

Rédiger son CV, c’est aussi l’adapter en permanence à l’offre à laquelle vous postulez. Votre parcours et vos formations vous ont permis d’acquérir des compétences variées, que vous mobiliserez différemment selon les attentes propres au poste. Reprenez les compétences requises spécifiées dans l’offre et tentez d’orienter vos descriptions, pour montrer votre valeur ajoutée sur ces points-là. “Il est également essentiel de mettre un titre ! Lorsque ce dernier est conforme à l’annonce, en tant que recruteuse, je sais immédiatement que cette candidature est pertinente et ça me fait gagner un temps précieux. Ce dernier peut être accompagné d’une petite phrase explicative, par exemple ‘Directeur commercial - J’accompagne la stratégie et le développement business des entreprises’. Ça permet de clarifier le positionnement du candidat”, note Elisabeth Dartigues.

Si le poste requiert de très bonnes compétences relationnelles, mettez en avant vos réalisations d’équipes ou vos présentations. Le but n’est pas de tout mettre, mais de sélectionner ce qui pourra intéresser le recruteur avant tout.

7. Ajouter une section “Intérêts” si vous voulez en parler

La section “Intérêts” en bas de CV permet de dévoiler votre personnalité et votre originalité, au-delà de vos compétences professionnelles. Aujourd’hui, entreprises comme candidats cherchent avant tout une cohérence en terme de valeurs, vos loisirs et vos passions peuvent donc faire la différence. “Mais attention : si vous dites que vous êtes passionné par quelque chose, il faut que ce soit vrai. J’ai eu l’exemple d’une candidate qui indiquait sur son CV être une grande amatrice d’opéra. Or, il se trouve que je le suis aussi. Quand j’ai abordé le sujet avec elle, j’ai réalisé qu’elle n’avait été en voir que deux fois dans sa vie. Dans ce cas, vous prenez le risque de passer pour un entourloupeur !”, averti Elisabeth Dartigues.

Il faut également éviter les banalités telles que les voyages, sauf si vous avez une expérience vraiment originale à raconter. En réalité, cette section de votre CV doit servir votre propos et renforcer votre profil. Par exemple, si on a fait 20 ans de danse classique, c’est la preuve que l’on a acquis des capacités d’endurance, d’acceptation de l’autorité, un certain perfectionnisme aussi. Mais si l’on postule à un job qui exige une grande rapidité et qu’on précise être passionné de marathon, ce n’est peut-être pas le plus cohérent.” En somme, choisissez les hobbies qui vous semblent les plus cohérents par rapport aux valeurs de l’entreprise, que vous affectionnez véritablement et surtout, ajoutez des détails. Exit le classique cinéma, musique et sport. Donnez des informations plus originales aux recruteurs, pour qu’ils saisissent votre personnalité.

8. Privilégier la première partie du CV

Des études effectuées auprès des recruteurs ont permis d’identifier les zones les plus attractives et les plus vues, donc celles à privilégier lorsqu’on s’attelle à rédiger son CV. La première moitié du document est celle qui retiendra le plus l’attention. C’est donc là qu’il faut capitaliser. La hiérarchie visuelle doit être très claire. Privilégiez un ordre inverse à l’ordre chronologique pour avoir en haut de chaque partie vos expériences les plus récentes. Les personnes ayant encore peu d’expériences professionnelles peuvent mettre en valeur leur formation académique en laissant cette partie en haut de CV. Ceux qui ont plus d’expérience ont tout intérêt à y insérer plutôt la partie “expériences professionnelles”.

9. Objectif 0 faute

Ce conseil peut vous paraître couler de source, mais il revêt pourtant une importance capitale ! Une faute d’orthographe sur un CV est absolument rédhibitoire pour bon nombre d’entreprises. C’est un document qui doit être lu et relu pour atteindre la perfection avant envoi. L’effort à fournir ne demande que peu de temps mais peut tout changer, ne baclez donc pas cette étape cruciale ! N’hésitez pas à faire relire votre CV à votre entourage avant de l’envoyer. À force de travailler dessus, certaines coquilles qui vous auraient échappé pourraient apparaître.

10. Attention au format et au nom du document

Votre CV doit toujours être envoyé au format PDF. Faites attention, aussi, au nom du fichier. Le recruteur va l’enregistrer dans ses documents, mais doit ensuite pouvoir le retrouver facilement, sans avoir besoin de le renommer lui-même. Un CV intitulé “CV Sophie” ou “Sans nom” aura plus de chances de se perdre dans ses fichiers qu’un “CV - Sophie Durand - Stage Communication Welcome to the Jungle”.

À vous de jouer maintenant !

Les thématiques abordées
Vous êtes à la recherche d’une nouvelle opportunité ?

Plus de 200 000 candidats ont trouvé un emploi sur Welcome to the Jungle

Explorer les jobs
Oups
Contenu indisponible dans la langue choisie
Oups
Contenu indisponible dans la langue choisie
Oups
Contenu indisponible dans la langue choisie
Oups
Contenu indisponible dans la langue choisie
Oups
Contenu indisponible dans la langue choisie
Oups
Contenu indisponible dans la langue choisie