Coach en télétravail : un nouveau métier né de la crise

Coach en télétravail : un nouveau métier propulsé par le Covid

À l’annonce du premier confinement, de nombreux Français se sont retrouvés à travailler depuis leur canap’, leur lit ou à improviser un bureau sur un coin de la table de la cuisine. Un an plus tard, tous n’ont pas encore retrouvé les salles de réunion et les open spaces, et il a bien fallu se faire à l’idée : le boulot à la maison, c’est parti pour durer. Alors pour ceux qui n’arrivent pas à quitter leur pyjama, à décrocher de Zoom le soir venu ou à s’organiser seuls, des pros du coaching en entreprise se sont spécialisés dans la gestion du télétravail. Leur mission : accompagner les salariés et les managers qui se sont perdus dans la migration du bureau à la maison. Rencontre avec Mireille Tritz Kayser, fondatrice de Coach’Mi, spécialisée dans le bien-être au travail… et depuis un an, dans les bonnes pratiques en télétravail.

Cela fait un an que vous intervenez auprès des salariés et managers pour leur apprendre à mieux vivre le télétravail. J’imagine que le Covid et le boom de ce mode d’organisation vous ont inspirée ?

Le télétravail préexiste à la crise sanitaire mais à l’annonce du confinement, cela a été la panique à bord dans de nombreuses entreprises. Comme le télétravail n’avait pas été anticipé ni préparé, très vite, on a vu les limites et les problèmes que pouvait engendrer ce mode d’organisation : en plus de devoir gérer leurs enfants toute la journée, certaines personnes se plaignaient de travailler plus qu’avant, d’avoir du mal à déconnecter le soir. Puis, l’isolement a joué sur leur moral… Face à l’explosion soudaine du télétravail, il y avait aussi de grandes disparités de situations entre ceux qui avaient le bon équipement, la bonne connexion… Et, un vrai besoin d’accompagnement.

Coach en télétravail, en quoi ça consiste exactement ?

Mon approche, c’est d’amener les gens à prendre du recul pour envisager le télétravail sous un nouvel angle et se concentrer sur ce qu’il a de positif à nous apporter. Depuis le début de la crise nos libertés sont certes restreintes, mais nous voyons aussi qu’en télétravail, les entreprises sont généralement plus souples. Peu importe la façon dont le travail est fait, tant qu’il est rendu à l’heure, cela n’a pas vraiment d’importance. Et quand on est bien organisé, cela nous laisse le temps de prendre 30 minutes pour faire un jogging ou d’aller chercher nos enfants à l’école. J’aime beaucoup utiliser la psychologie positive et transformer les inconvénients en avantages. On ne peut rien changer à notre environnement extérieur, mais on peut toujours changer notre manière de l’aborder.

Concrètement, à quoi ressemble une séance de coaching ?

La plupart du temps, ce sont les dirigeants d’entreprises et managers qui me sollicitent pour accompagner leurs salariés, mais il m’arrive aussi d’avoir des demandes de la part de salariés qui n’arrivent pas à gérer leur temps ou ne sont pas suffisamment autonomes. À chaque fois, nous commençons par fixer un objectif ensemble, puis on réalise des entretiens réguliers, dans le cadre d’un suivi rapproché. Je donne des clés, des astuces et des idées mais l’important, c’est de cheminer à deux. Contrairement au consultant, le coach n’est pas seulement là pour donner des conseils, mais pour guider la personne et l’amener à trouver elle-même des solutions.

Aviez-vous expérimenté le télétravail avant la crise ?

Je le pratique depuis de nombreuses années et cette organisation me convient très bien. Pour moi, c’est synonyme de liberté et de confiance. Nous n’avons pas d’autre choix que de nous responsabiliser. Mais pendant le premier confinement, je me suis rendue compte des difficultés que cela pouvait engendrer : il y avait les enfants à la maison, nous étions en famille 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7… Pas l’idéal.

Travailler chez soi, pensez-vous que cela s’apprend ?

Il y a des clés, des outils et des automatismes à prendre, mais c’est plus ou moins facile selon la personnalité et la situation de chacun. Par exemple, ça a été plus compliqué pour les personnes qui venaient tout juste d’être recrutées dans une structure : elles n’avaient aucun repère dans l’entreprise. En général, il y a certaines choses à acquérir, et c’est tout l’intérêt de l’accompagnement.

Qu’a-t-on à gagner à se faire coacher ?

Cela peut aider les salariés à se sentir plus serein, à mieux vivre leur télétravail et en même temps à changer le regard que l’on porte sur soi. En télétravail, certains se sentent comme aspirés dans une spirale négative : ils se trouvent nuls, improductifs. D’autres ont perdu leurs repères, ils ne savent plus s’ils travaillent dans leur lit, ou s’ils dorment dans leur bureau… Chacun doit retrouver un semblant d’équilibre. Une fois cet ajustement fait, nous gagnons en productivité ainsi qu’en satisfaction personnelle.

Quels sont les conseils phares pour bien télétravailler ?

D’abord, il est nécessaire de déterminer un espace de travail dédié dans la mesure du possible, mais aussi de continuer à s’habiller tous les matins pour se mettre dans une dynamique de travail.

Concernant la gestion du temps, le télétravailleur doit fonctionner avec un planning pour s’imposer un cadre, puisque celui-ci n’est plus déterminé par l’entreprise. Au-delà des tâches professionnelles, il ne faut pas oublier de se dégager du temps pour des moments de bien-être : nous pouvons par exemple planifier 20 minutes de marche ou de méditation dans notre agenda. Et si le principe de la to-do-list est intéressant, on oublie trop souvent de faire sa “did-list” en fin de journée. Cela permet pourtant de voir le travail accompli d’un seul coup d’œil. Et nous donner un vrai coup de boost au moral.

Troisième point : il faut absolument garder le contact avec ses équipes et collègues. Pendant les webinaires que j’ai animés, j’ai vu des personnes qui continuaient à se faire des caméras-cafés, à se lancer des challenges entre collègues… C’est important de communiquer pour ne pas subir l’isolement, qui est le principal danger du télétravail.

Cela fait maintenant un an que de nombreux Français expérimentent le télétravail. La demande de coaching en télétravail est-elle toujours importante ?

C’est un secteur en plein boom aujourd’hui ! Au début, les gens avaient un peu la tête dans le guidon, on était dans un tel phénomène de crise qu’accompagner les gens et les entreprises n’était pas vraiment à l’ordre du jour. Mais avec le temps, on constate un phénomène de lassitude et on réalise que cette organisation à distance va durer. Les entreprises et managers commencent à mesurer les répercussions des confinements et du télétravail sur la santé des salariés. Certains appréhendent déjà le retour des équipes au bureau : après une longue période de télétravail et de chômage partiel, ils se demandent dans quel état ils vont récupérer leurs équipes.

Après l’adaptation au télétravail, allons-nous avoir besoin de temps pour nous réhabituer au bureau ?

Il y a ceux qui adorent le télétravail et sont un peu embêtés de perdre ce confort. Il ne faut pas oublier que si on parvient à le gérer, le télétravail apporte une qualité de vie supérieure. Certains ont d’ailleurs peur de perdre en productivité en retournant dans un environnement bruyant, comme l’open space. Et puis, il y a ceux qui vont retourner au bureau en ayant perdu leurs repères. Ce ne sera pas un retour au “monde d’avant”, il y aura toujours des protocoles sanitaires à respecter dans certains domaines d’activité, des restructurations d’équipes… Tout ce qui est associé au changement favorise le stress.

Le télétravail est-il transitoire ou parti pour durer ?

Le télétravail a beaucoup d’aspects positifs, il permet notamment aux entreprises d’économiser sur les loyers, et aux salariés d’économiser les frais de repas et le temps de trajet. En revanche, il ne convient ni à tout le monde ni à toutes les activités, et ne doit pas être mis en place sous la contrainte. Je pense que le télétravail sera bien plus répandu qu’avant la crise, mais qu’il doit être optimisé. Selon moi, l’équilibre réside dans un télétravail à temps partiel, en alternance avec le présentiel.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook, LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles !

Photo by WTTJ

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :