Être invité à une soirée d'entreprise avant son 1er jour : comment gérer ?

Comment survivre à une soirée d'entreprise avant son 1er jour ?

Vous venez de signer un CDI dans la boîte de vos rêves et avez déjà tout préparé : vous connaissez l’entreprise sur le bout des doigts, vous avez plein de bonnes idées à proposer et attendez tranquillement votre premier jour. Vous avez hâte de vous intégrer et de montrer ce que vous valez. Sauf qu’un premier dilemme s’impose à vous : votre nouvel employeur vous invite à une soirée d’entreprise ou un teambuilding avant même votre premier jour… Faut-il y aller ? Comment se comporter dans cette soirée où personne ne vous connaît mais où tout le monde vous observe discrètement ?

9 conseils pour éviter les moments de gêne et faciliter votre intégration

1. Pensez à vous renseigner sur le dress-code

« Dans mon ancienne boîte, on avait pour habitude d’inviter les futures recrues à nos réunions mensuelles avant leur arrivée officielle. Ces réunions, c’était surtout l’occasion de se retrouver pour une grosse soirée tous les mois. Un jour, un futur collègue a dû vouloir la jouer “safe” et est venu en chemise et chaussures cirées. J’ai vu son visage se décomposer quand il nous a tous vus en t-shirt… voire pour certains, en tong (c’était la canicule). Je n’aurais pas aimé être à sa place… », rigole Constance, développeur-web. Alors n’hésitez pas à interroger la personne qui vous a invité sur le dress code, pour éviter d’être en décalage total avec vos futurs collègues.

2. Modérez votre consommation d’alcool

L’open-bar est votre meilleur ami… et votre pire ennemi. Si quelques verres peuvent vous aider à vous détendre, gare au mojito de trop ! Et c’est encore plus difficile lorsque l’ambiance s’y prête, avec une équipe jeune (ou pas) et détendue. Une technique non approuvée par l’OMS, mais très efficace : servez plutôt les boissons aux autres. Non seulement, cela montrera que vous êtes une personne joviale et serviable, mais cela vous assure surtout de ne pas être le plus ivre de tous.

À (ré)écouter : l’épisode À la ramasse de notre podcast Make my dignity great again.

3. Souvenez-vous des conseils de votre Maman

Sois ponctuel, pas de coudes sur la table, mange la bouche fermée, dis merci… Il va sans dire que la politesse est d’usage. Alors c’est le moment de vous souvenir de toutes les bonnes manières que vous avez apprises. Et dans le cas d’une invitation à un cocktail ou un repas, choisissez la facilité : évitez les plats en sauce qui tâchent, le pain croustillant qui fait des miettes ou le taboulé qui laisse du persil entre les dents. Merci d’éviter également de faire un volcan avec votre purée.

4. Engagez la conversation

Vous ne voulez pas être la personne bizarre, un verre à la main, qui observe l’assemblée depuis un coin de la pièce, n’est-ce pas ? S’ils ne le font pas naturellement, faites-vous violence et abordez vos futurs collègues. Vous pouvez commencer par les personnes que vous avez déjà eu l’occasion de rencontrer lors de votre process de recrutement (un RH, un manager). Engagez la conversation, puis une fois que vous vous sentirez plus à l’aise, demandez-lui de vous introduire à d’autres personnes avec qui vous serez amené à travailler. Pensez également à échanger rapidement avec votre futur boss. Idéalement, abordez-le le plus tôt possible, avant d’être moins lucide (cf. point n°2). Dans les sujets de conversation à privilégier, il y a : sa carrière, l’année qui se présente, ses passions, etc. Bref, laissez-le parler de lui au maximum.

5. Évitez l’humour qui tâche

Une ambiance détendue et légèrement enivrée peut conduire à des blagues ou des histoires au mieux grivoises, au pire de très mauvais goût. « J’ai été invité à un cocktail avec ceux qui sont devenus mes collègues par la suite. L’un d’eux était un peu lourd/misogyne. Pour ne pas le vexer, j’ai choisi de sourire à ses plaisanteries sans relever plus que ça. Quelques mois plus tard, une de mes collègues qui était présente à cette soirée m’a avouée qu’elle avait eu de gros a priori sur moi car elle pensait que je trouvais sincèrement ces réflexions acceptables », raconte Antoine, chef de projet dans un grand groupe. Alors si vos futurs collègues ou supérieurs se lâchent un peu, évitez de rentrer dans leur jeu et gardez de la retenue. Il vaut mieux sembler un peu coincé, que carrément indélicat.

6. Évitez les sujets risqués…

La règle de base de la bonne entente entre collègues veut que l’on évite les sujets polémiques : la politique, la religion, la scission autour du beurre doux et du beurre salé… « Ce que j’ai trouvé le plus difficile, c’était de naviguer entre les sujets polémiques. En France, les gens débattent beaucoup et sur tout. Dans ma culture c’est assez rare [Julian est américain] alors je ne sais pas comment me comporter. J’ai dû prétexter 20 fois d’aller aux toilettes pour sortir d’une discussion de ce type ! », plaisante Julian, consultant en finance. Alors si la conversation dérape, battez en retraite ou rebondissez illico sur une anecdote moins clivante.

7. …Ou de parler uniquement du travail

C’est le sujet de conversation le plus naturel et facile, notamment lors d’une première rencontre professionnelle. Mais si c’est un bon moyen de briser la glace (“et toi, tu fais quoi ?”), n’hésitez pas à rebondir sur un sujet annexe dès que possible. Pour vos futurs collègues, cette soirée est l’occasion de relâcher la pression, d’oublier quelque peu les soucis du boulot. Pour vous, c’est surtout le moment de vous chercher des points communs et de commencer à tisser des liens pour vous sentir plus à l’aise lors de votre “vrai” premier jour. Vous aurez tout le temps de parler des cours de la Bourse et de la stratégie de l’entreprise plus tard.

8. Montrez le meilleur de vous-même… sans surjouer

Dur, dur de montrer à vos futurs collègues à quel point vous êtes intelligent, sympa et motivé, sans passer pour un lèche-botte. Or, savoir rester humble et naturel fait souvent la différence entre une bonne et une mauvaise impression. Alors rangez cette impressionnante collection de diplômes, les photos de vos vacances à Saint-Barth’, et essayez plutôt de vous intéresser à vos futurs collègues.

9. Soignez votre sortie

Faut-il rester jusqu’au bout de la nuit ou vous effacer prudemment après deux verres ? C’est avant tout une question de ressenti. Mais, quoi qu’il arrive, vous aurez fait une bonne impression rien que par votre apparition. Pensez à remercier la personne qui vous a proposé de rejoindre l’équipe le soir même, et pensez à renouveler vos remerciements par e-mail le lendemain. Cela ne pourra être qu’apprécié. Si vous le pouvez, notez dans un coin de votre tête une anecdote ou une information sur chacune des personnes que vous avez rencontrées. Ainsi, vous pourrez faire une bonne deuxième impression lors de votre premier jour : « Alors Alice, ces vacances au ski c’était comment ? »

Mais le plus important, c’est de vous sentir à l’aise et ne pas vous forcer à accepter cette invitation si vous pensez que cela peut vous desservir. La soirée constitue peut-être une belle occasion de vous rapprocher de vos futurs collègues, mais rassurez-vous, il y en aura d’autres. « J’ai eu l’occasion de parler de mes hobbies avec mon recruteur, et notamment mon intérêt pour la danse. Quand il m’a annoncé que j’étais prise, il m’a aussi proposé de me mettre en contact avec quelques-uns de mes futurs collègues qui se réunissaient toutes les semaines pour faire de la salsa. J’ai botté en touche. L’idée de danser collé-serré, et sobre, avec des futurs collègues me rendait vraiment mal à l’aise. Je crois que j’ai bien fait. Et j’ai quand même fini par rejoindre leur groupe quelques mois après mon premier jour. », conclut Caroline, consultante en marketing digital.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo d’illustration by WTTJ

Marlène Moreira

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Le RSA, c'est quoi déjà ?

Parfois méconnu, souvent obscure… On lève les zones d’ombres autour du RSA. Pour devenir incollable c’est par ici !

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :