Créativité : comment faire sauter les verrous et éviter les blocages ?

Comment stimuler sa créativité et se défaire de ses peurs ?

Personne n’est à l’abri d’un blocage créatif suite à des critiques négatives. Et c’est précisément le thème qui inspire Danielle Krysa, l’autrice de « Your Inner Critic Is a Big Jerk: And Other Truths About Being Creative » (« Votre critique intérieure est débile ; et autres vérités sur la créativité » en français, non traduit). Elle s’est elle-même retrouvée dans cette situation au cours de sa carrière d’illustratrice, d’écrivaine et de conférencière et elle s’est aperçue que bien souvent, nous sommes notre pire critique. Dans son livre, Danielle Krysa nous livre ses conseils pour nous aider à débloquer notre créativité. Apprenez à faire taire cette petite voix intérieure qui sape votre créativité et transformez vos peurs, en initiatives !

1. Tout le monde est créatif

Chacun d’entre nous possède une imagination et ressent le besoin de créer des choses. Le peintre Pablo Picasso disait « Dans chaque enfant il y a un artiste. Le problème est de savoir comment rester un artiste en grandissant ». Danielle Krysa explique que les enfants qui jouissent d’une confiance créative (ceux qui sont encouragés à développer des idées différentes et à les mettre en pratique) dès leur plus jeune âge parviendront à la garder en grandissant. Mais que faire si ce n’est pas notre cas ? Pas de panique ! Elle explique qu’il est toujours possible de rattraper le temps perdu :

  • Réalisez de petits projets qui demandent un peu de créativité. Cela peut être des choses du quotidien, comme aller se promener pour chercher des objets qui attirent votre attention et qui vous serviront à transformer quelque chose en petite œuvre d’art.
  • Appropriez-vous votre créativité. Il faut se rappeler « qu’être créatif » ne veut pas forcément dire peindre des portraits ou écrire des best-sellers. Nous possédons tous un talent et Danielle Krysa propose de se lancer dans des petits projets pour le découvrir. « Rappelez-vous l’époque où, enfant, vous dessiniez, écriviez, chantiez et montiez des pièces de théâtre dans le seul but de vous amuser. »

Lire aussi dans notre rubrique : Workers

Envie de tout plaquer ? 5 conseils pour (enfin) oser changer d’air

2. Arrêtez de trouver des excuses

Oui, vous avez peut-être du boulot par-dessus la tête, des courses à faire que vous repoussez depuis mardi dernier, mais si vous voulez avoir du temps pour votre créativité, vous devez le créer. Comme l’explique l’autrice, votre « critique intérieure » trouvera l’excuse parfaite pour vous pousser à perdre du temps de façon incontrôlée si elle sent le moindre soupçon de procrastination. Danielle Krysa partage plusieurs outils pour y parvenir :

  • Dites adieu aux excuses. « On peut trouver plein d’excuses tout à fait valables, mais nombreux sont ceux qui arrivent à les dépasser », explique l’autrice. Pour faire de même, réfléchissez aux excuses que vous utilisez souvent. Les identifier pour vous permettra de les écarter quand elles essaieront de s’immiscer dans votre esprit.
  • Intégrez la créativité à votre routine. On a tellement de choses à faire tous les jours, c’est facile de jeter l’éponge. Grossière erreur. Analysez la manière dont vous occupez votre temps et réfléchissez à comment vous pourriez trouver un créneau pour développer votre talent. Vous pouvez peut-être y consacrer vos samedis après-midis, ou regarder moins la télé.
  • Fixez-vous des échéances. Sur un calendrier, cochez la date à laquelle vous avez l’intention de finir un projet, quel qu’il soit. Définir une date limite vous motivera à atteindre votre objectif.
  • Trouvez un lieu. Réservez un coin de votre logement pour y organiser tout le matériel dont vous avez besoin pour tout avoir à portée de main.
  • Entourez-vous de personnes créatives. Inscrivez-vous à des cours de peinture, allez à des événements, des expositions ou des rencontres autour de chez vous pour rencontrer des personnes créatives. Créer ce que l’autrice appelle une « tribu créative » renforcera vos habitudes et vous aidera à développer votre réseau dans votre région.

3. Ne parlez pas d’échec, mais de feedback

Pour l’autrice, que vous ayez étudié dans une école d’arts ou non, l’objectif est que vous vous donniez les moyens de créer une version améliorée de vous-même. Il est donc normal d’avoir des doutes et d’avoir peur d’échouer en cours de route. Pour vaincre ces peurs, la première chose à faire est de partir du principe que les erreurs n’existent pas, il n’y a que ce que l’autrice appelle des « pannes d’inspiration ». Pour Danielle Krysa, nous n’échouons vraiment que lorsque nous n’essayons pas ; tout le reste fait partie du processus. N’oubliez pas que :

  • L’échec peut vous inciter à continuer de travailler. Se tromper peut être une manière d’explorer son univers créatif. Changez votre regard sur le concept « d’échec » et commencez à le voir comme une partie intégrante de l’apprentissage.
  • L’échec vous apprend que tous les chemins ne sont pas faits pour vous et vous offre la possibilité de découvrir de nouvelles formes d’expression, que vous n’auriez peut-être pas envisagées sinon.
  • Si vous recevez des critiques négatives sur votre travail, prenez-les comme un feedback qui peut vous aider à vous améliorer, à apprendre et à avancer.

4. Envoyez valser vos blocages

Les blocages, ça arrive. C’est aussi simple que ça. Plus vite vous commencerez à accepter qu’ils font aussi partie du processus créatif, plus vite vous pourrez arrêter d’en avoir peur. L’autre truc qui fait la différence, c’est comment les gérer pour qu’ils ne se retournent pas contre vous. Danielle Krysa puise dans sa propre expérience et celle de nombreux autres artistes pour nous apprendre comment appréhender ces moments :

  • Acceptez que rien n’est parfait. Ne laissez pas l’imperfection créer un blocage. Dites-vous que les erreurs peuvent aussi apporter une certaine beauté. Accepter l’imperfection est un grand pas à franchir pour commencer à créer sans peurs.
  • Allez vous promener. Aussi simple que ça. Si vous êtes bloqué, allez faire un tour sans but précis, juste pour vous dégourdir les jambes. De cette façon, non seulement vous vous videz la tête, mais vous stimulez également votre circulation sanguine et votre cerveau s’oxygène mieux, ce qui vous aidera à avoir de nouvelles idées.
  • Fixez des règles. Selon Danielle Krysa, l’une des meilleures manières d’éviter les blocages est de définir des limites et de s’y tenir. Le fait d’avoir quelques règles à respecter peut vous aider à apprendre à écarter les projets qui ne mènent nulle part ou à solliciter l’aide de votre « tribu créative ».
  • Débarrassez-vous du cœur du problème. Les blocages peuvent avoir plein d’explications différentes, alors plus vite vous les identifierez, plus vite vous pourrez aller de l’avant et y remédier. Il est aussi possible que le blocage vienne de vous-même, que vous soyez (inconsciemment) en train de vous saboter avec des messages négatifs, provenant de critiques extérieures ou de vous-même car vous trouvez que votre projet n’avance pas. Qu’importe la raison, le plus important est de l’identifier pour mieux l’éliminer.

Comme vous pouvez le constater, être une personne créative n’est pas facile, bien au contraire ; c’est exigeant, mais également palpitant et très gratifiant. Alors la prochaine fois que cette petite voix intérieure essaie de saboter l’un de vos projets, ne l’écoutez pas et mettez en pratique tous les conseils que vous venez de lire. Faites en sorte que votre critique intérieure soit votre alliée, et non votre ennemie !

Article traduit de l’espagnol par Sophie Pronier
Photo WTTJ

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :