Poisson d'avril : les 8 (pires ?) blagues à faire entre collègues

1er avril : les blagues auxquelles vous attendre en télétravail

Comme la majorité des Français, mesures sanitaires obligent, vous êtes probablement de ceux qui télétravaillent en ce début de Printemps… Et on ne va pas se mentir, cette semaine ne sera sûrement pas la plus hilarante de votre vie. Et les semaines de reconfinement à venir ne devraient pas être fofolles non plus. Heureusement, vous avez quand même de super collègues (si, si) et peut-être que l’un ou plusieurs d’entre eux tenteront l’impossible en ce 1er avril : un bon vieux poisson d’avril à l’ancienne. On apprécie l’effort, mais il vaut mieux se préparer au meilleur, comme au pire.

1. Le fond d’écran

Il est comme ça votre collègue Thomas : créatif, généreux, taquin. Du coup, à chaque visio depuis à peu près un an (c’est ce qu’on appelle être tenace), il affiche, imperturbable derrière lui, un nouveau fond d’écran personnalisé. La plage aux bahamas vous a fait sourire, la photo de la soirée de noël où votre voisine de bureau tente un grand écart sur la piste franchement rire, celle en gros plan de vous adolescent.e (en même temps on vous a déjà dit de ranger votre Facebook) beaucoup moins. Et comme Thomas s’ennuie un peu (passionnément) en ce moment, on vous parie qu’il a compilé quelques pépites photographiques pour ce grand jour. Pas de jaloux, la France est soudée dans cette épreuve, il y en aura pour tout le monde.

Lire aussi dans notre rubrique : Workers

Vaccination : demain, notre entreprise pourra-t-elle nous forcer la main ?

2. Le dossier effacé

Votre prof au lycée vous l’a suffisamment répété : non, un devoir de maths, une copie de philo, un exposé sur la Chine des années trente, ça ne DISPARAÎT PAS COMME ÇA d’un ordinateur. Depuis, dès que vous avez un mini doute (mince, ce fichier, mais où s’est-il donc glissé ce coquin ? #sueurs), vous vous répétez comme un mantra rassurant les doux mots de votre professeur : NON, CA NE DISPARAÎT PAS COMME ÇA !
Sauf que votre collègue Charlotte, elle, sait pertinemment que votre mantra est : 1) circonscrit dans le temps 2) circonstancié. En clair : au-delà de 15 minutes de recherche, et si ce fichier contient un travail conséquent et/ou des données compromettantes pour votre DG, vos sueurs se transforment en panique et c’est la crise de nerfs assurée. Un lundi, du temps où vous alliez encore au bureau, vous avez même lancé un pot à crayon sur Thierry. Et comme Charlotte aime bien vous faire vriller : affirmatif, pour la cinquième fois en deux ans, elle a juste déplacé votre fichier-hypra-important-en-cours du GoogleDrive partagé dans le dossier “Traité”. (Pensez-y, avant de lancer le cactus sur votre conjoint.e)

3. La blague ratée

C’est bien simple, vous ne l’avez jamais entendu faire une blague depuis que vous avez rejoint la boîte en 2017. C’est votre N+3 (ou 4 ? vous ne comprenez plus rien à cette réorganisation de crise…), un type sans âge qui d’ordinaire fait les cent pas dans les couloirs, smartphone vissé à l’oreille. Ce matin, conscient de la baisse de motivation de ses équipes, - puisqu’il a lu un article là-dessus dans Management - il a convoqué tout son petit monde à un visio-afterwork le soir-même. Le mail est plutôt touchant, ça parle de courage et de résilience, d’esprit de corps et de lendemains forcément meilleurs. Sauf qu’en bas de page, c’est la blague. «PS : les premiers connectés se verront livrer une bouteille de champagne chez eux !… Non je plaisante ! Poisson d’avril ! »

4. Les répliques cultes

Imaginez. La réunion commence, les webcams se lancent une à une, un léger brouhaha s’installe, chacun prend position sur le sujet - bénin - du jour. Puis, c’est au tour de Benjamin (dont vous ne savez pas très bien ce qu’il fait là d’ailleurs). « Vous savez, moi, je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise situation » la réplique fuse, le mime est parfait. Oui, Benjamin (ça rime avec malin) a enregistré une cinquantaine de répliques cultes pour répondre à peu près à toutes les situations de taff, et est bien décidé à s’incruster partout, toute la journée. On vous met au défi de tenir plus de 20 minutes en réu avec lui. Ses prefs : « Te casse pas on a compris » ; « You talkin’ to me ?! » ; « Travailler d’égal à égal ? On en reparlera quand il faudra porter quelque chose de lourd » ; « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités » ; « On réglera ça après la Jean-Guile » ; Ah oui et bien sûr : « Benjamin ? Préjent ! »

5. Le malade imaginaire

C’est LA blague qui divise les Français.e.s. Peut-on rire de tout, à tout moment et avec n’importe qui, alors que le monde est toujours en proie à une pandémie (re)confinante, et que pour ceux qui ne sont pas obligés/autorisés à se rendre sur leur lieu de travail, le lit est devenu un bureau ? En plus court : peut-on faire croire qu’on est malade du Covid-19 pour amuser la galerie ? Deux poids deux mesures ici : si c’est le.la stagiaire, pas drôle ; si c’est ta boss, on te laisse juger, sans te juger… Très élégant, très amusant, ce toussotement répétitif dans le coude, dès le début de la visio… On souligne le petit effet “wahou” des cernes désormais noires (ah, elle a des jumeaux de 2 ans qu’elle gère seule depuis mars 2020 ?) et la phrase, drama à souhait, « Bon, je crois que j’l’ai chopé, mais j’m’arrêterai pas vous m’entendez ? J’m’arrêterai pas. » Le problème, c’est qu’à force de la voir suer sur son clavier, on se demande vraiment ce que cache cette fièvre de 40°C…

6. Webcam allumée

Ca commence souvent par un : « Mel, assieds-toi faut qu’on te parle ». Généralement, quand tes deux meilleurs potes de l’open-space te disent ça, c’est mauvais signe. La dernière fois, c’était pour t’annoncer qu’ils postulaient tous les deux sur le même poste que toi. Là, ils ont même inventé une réu bidon pour pouvoir te convoquer tranquillement en dehors de la messagerie interne. « Ecoute, on savait pas comment te le dire. » / « Mais il fallait te le dire ! » / « Oui, c’était important. Un peu comme le truc de la salade entre les dents. » (Ah ça, ils savent faire durer le suspens) / « Bon voilà, ce matin, en réunion produits, quand t’as coupé ta caméra, en fait elle était pas coupée. Mais pas coupée… du tout. Tu vois ? » Vous hésitez… Vous vous revoyez bien quitter discretos la réunion pour quelques minutes, l’ordi en main, mais pour quoi déjà ?
Ah oui voilà. Aller aux toilettes. Avec l’ordi.

Vingt minutes plus tard, alors que votre monde intérieur s’effondre et que vous rédigez le plus beau mail de démission de toute votre carrière, Tic et Tac refont surface en visio : « Mais nooooonnnn… on deconnaaaiiiiit ! »

7. La livraison Amazon

Mathilde, c’est celle sur qui vous avez toujours pu compter. Elle offrait des fleurs aux anniversaires des membres de son équipe, continue à organiser des cagnottes en ligne pour les pots de départs et partage à chaque instant ses meilleures histoires et anecdotes. Intarissable, inarrêtable, son rire transperce les casques lors des réus, et le soir, c’était (snif) clairement le pilier de comptoir sur qui s’appuyer. Mais ce que vous ne saviez pas, en ouvrant ce matin le petit paquet Amazon qu’elle a fait envoyer à toute la team, c’est qu’elle a en plus un vrai don pour les jeux de mots. Caustiques et efficaces, la boîte de sardines à l’huile et sa petite note personnelle : « Des sardines dans leur boîte. Comme nous ! Bisous bisous ! »

8. La (fausse ?) rumeur

La fausse rumeur en entreprise, c’est comme la fake news, ça se propage vite. Très vite. Rien qu’en un an vous faites le compte : la soi-disant idylle entre Caroline et Pierre, le remplacement de la machine à café par une machine spéciale “soupe et décaféiné”, la limitation des pauses-clopes à deux par jour par personne ou encore le changement de stratégie managériale de la société, désormais axé sur la bienveillance et la transdisciplinarité horizontale (pardon ?). En ce jour de 1er avril, méfiez-vous, les rumeurs les plus folles pourraient pulluler. Même à distance. Ne vous fiez à personne. Ne décrochez que si c’est vraiment nécessaire. Restez chez vous.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook, LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles !

Photos by WTTJ

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :