Qu’est-ce que le marché caché de l’emploi et comment y accéder ?

Marché caché de l'emploi : comment y accéder ?

« La partie immergée de l’iceberg », c’est souvent par cette image que l’on évoque une chose imperceptible à l’œil nu mais qui constitue pourtant une partie importante, voire majeure d’un objet. Une métaphore appliquée volontiers au marché de l’emploi qui, comme les gros blocs de glace à la dérive, ne laisserait entrevoir qu’une infime partie de sa composition. À côté d’un marché visible où les offres d’emploi ouvertes à toutes les candidatures sont souvent concurrentielles, se tiendrait un marché caché de l’emploi plus confidentiel et alternatif. Mais comment y accéder et avoir ainsi une longueur d’avance bien utile sur vos concurrents en période de recherche d’emploi ? Enfilez votre combinaison pour une plongée dans le marché caché de l’emploi.

Marché caché de l’emploi : une définition

Le « marché invisible », ou « marché caché » de l’emploi, a représenté pas moins de 2,8 millions d’embauches en 2020 sur un total de 7 millions de recrutements, soit 41% du total, selon une étude publiée en 2021 par SmartData, l’outil consacré au Big Data du cabinet Randstad.

Sous cet intitulé, on retrouve toutes les offres d’emploi qui ne sont pas officiellement publiées sur les sites généralistes tels que Pôle Emploi, Indeed ou encore Welcome to the Jungle. Ce sont notamment les candidatures spontanées, le bouche à oreille, le réseau personnel, la prise de contact sur les réseaux sociaux ou encore les annonces publiées dans des magasins…

Les recruteurs peuvent opter pour ces démarches pour rester discrets lorsqu’un process de recrutement le requiert… Ce marché invisible vous permet surtout d’accéder à des opportunités intéressantes, sans que vous soyez en compétition avec trop de profils ! Quant aux candidatures spontanées, elles vous ouvriront peut-être la voie vers une mission-sur-mesure absolument parfaite pour vous…

Lire aussi dans notre rubrique : Candidats

Recherche d’emploi : 5 raisons de contacter un manager plutôt qu’un RH

Travailler son réseau

L’un des moyens d’accéder au marché invisible de l’emploi est de solliciter et de développer votre réseau. Anciens collaborateurs, amis sur Linkedin, groupes professionnels… Les offres d’emplois « cachées » pourront se révéler à vous par ces biais. Naïma B., consultante en gestion de carrière pour Engage RH, l’affirme : « Le réseau personnel est essentiel. Participer à des salons, à des webinaires d’entreprise, être actif sur des groupes Facebook ou sur des discussions Twitter à propos du secteur ou des entreprises qui vous intéressent peut être gagnant ! Ça permet de mettre en avant son expertise, de nouer des relations utiles et de se faire connaître par des potentiels recruteurs. »

Certains secteurs, comme l’hôtellerie ou la restauration, sont particulièrement présents dans ce marché caché, parce que presque toujours en recherche de nouveaux talents pour rejoindre leurs équipes. C’est aussi le cas du secteur des services à la personne, où les recrutements se font souvent par cooptation. Entretenir ou créer de nouvelles relations avec des personnes évoluant dans ces professions peut donc être très efficace, si vous êtes en recherche de nouvelles opportunités. Quant à votre réseau personnel, il a aussi son importance. Vos amis ou votre famille peuvent tout à fait vous aider dans votre quête, en vous suggérant des idées auxquelles vous n’auriez pas songé ou en vous mettant en relation avec des personnes dans le secteur que vous convoitez. N’hésitez pas à les solliciter !

Être actif sur les réseaux sociaux

« Même si un candidat a un très bon CV, les recruteurs n’iront vers lui que s’il se fait connaître », note Naïma B. « L’idéal, c’est d’abord de consolider son profil Linkedin, en faisant apparaître des compétences en adéquation avec l’intitulé de poste qui vous attire. Pour cela, il faut noter les bons mots-clés, afin de ressortir dans les résultats de recherche des employeurs. » De la même manière, communiquer sur votre recherche d’emploi est une bonne idée. Et pour aller encore plus loin, n’hésitez pas à partager des contenus en lien avec votre secteur d’activité. Les professionnels verront toujours d’un bon œil les personnes passionnées, actives et au fait des dernières actualités !

« En réalité, il ne faut pas hésiter à faire du personal branding », insiste Naïma B. « Être visible sur Internet, rédiger des articles pour des blogs spécialisés, diffuser son CV sur les sites des entreprises que l’on vise, tout cela aide les recruteurs à vous remarquer. Les profils IT, particulièrement sollicités actuellement, ne doivent par exemple pas hésiter à être présents sur les forums en ligne. C’est souvent là que les chasseurs de tête les sourcent. »

Dénicher les offres cachées

« Pour cela, il faut avant toute chose bien cibler la mission qui vous intéresse. Beaucoup de candidats perdent du temps à visualiser leurs objectifs, du coup ils tournent en rond. Le nerf de la guerre, c’est de définir l’intitulé du poste souhaité puis de lister toutes les sociétés « idéales » en fonction de leur taille, de leur secteur géographique, de leur culture d’entreprise… Ça permettra ensuite d’être en veille sur leurs sites Internet ou sur les comptes Linkedin de leurs responsables, afin de dénicher des offres qui n’auraient pas forcément été publiées sur les sites généralistes », explique Naïma B.

Une autre astuce utile, partagée sur Instragram par la coach en carrière nouvelle-zélandaise Badasscareers : repérer des offres d’emploi qui n’auraient pas été publiées en tant que telles sur le réseau social. Pour ce faire, elle conseille de se rendre dans la barre de recherche de la page d’accueil du site puis d’y inscrire #recherchedemploi ou #offredemploi + l’intitulé du poste espéré. Ensuite, grâce au filtre, ne sélectionnez que les publications les plus récentes. Avec cette astuce, vous pourrez accéder à ce fameux marché invisible plus facilement !

Candidater spontanément

Dans certains secteurs, à l’instar du monde de la restauration, les renforts ponctuels peuvent être sollicités au dernier moment. Faites-vous connaître auprès d’eux pour anticiper ! Autre option : songer à l’intérim afin de vivre une première expérience au sein d’une entreprise qui, si elle est satisfaite, vous embauchera peut-être sans avoir à publier d’annonces. Concernant les chasseurs de tête, Naïma B. rappelle qu’ils sont de deux sortes : « Il y a les généralistes, qui acceptent tout type de mission et qui travaillent sur des recherches ponctuelles et spécifiques, il n’est donc pas utile de les solliciter en amont. En revanche, ceux qui sont spécialisés, par exemple sur les commerciaux en pharmacie dans une zone particulière, sont toujours à l’affût de nouveaux talents. Les contacter spontanément est une bonne idée. »

Mais attention, dans ce cas de figure, à bien personnaliser votre démarche. Renseignez-vous sur l’entreprise de votre interlocuteur, sur son actualité, sur le poste qu’elle occupe. « Trop de candidats envoient des mails-type où ils n’ont changé qu’un ou deux détails et ça se voit tout de suite. Or, pour entamer un dialogue constructif avec son interlocuteur et l’inciter à vous communiquer des informations, il faut vous montrer intéressé et curieux. »

Tenter sa chance sur le marché caché, c’est accepter de jouer le jeu discret du recruteur. Ayez ceci en tête : le bouche-à-oreille, la cooptation, la construction d’un réseau et une présence active en ligne peuvent vous aider à vous faire repérer et pourquoi pas, à conquérir le Graal. Alors soyez curieux, dynamique, actif dans votre recherche, endurant aussi. À terme, ça ne pourra qu’être payant !

Les thématiques abordées

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :