Candidature spontanée : qui ne tente rien, n'a rien ? Nos conseils pour gérer

21 févr. 2022 - mis à jour le 27 oct. 2022 6min

Candidature spontanée : qui ne tente rien, n'a rien ? Nos conseils pour gérer

auteur.e

Camille Montaz

Freelance Communication & Rédaction

Vous avez repéré une entreprise dans laquelle vous rêveriez de travailler mais celle-ci n’a aucune offre d’emploi ou de stage à pourvoir ? Deux options s’offrent à vous : attendre qu’elle recrute sur un poste qui vous correspond au risque de devoir patienter un long moment, ou bien provoquer votre chance en envoyant une candidature spontanée. Même si cela demande un peu de temps pour la conception, le tout sans aucune garantie d’embauche ou même d’entretien par la suite, cette solution peut toujours être intéressante pour aborder les quelques entreprises qui vous attirent le plus. Qui sait, peut-être que cette bouteille envoyée à la mer débouchera sur une des plus belles expériences de votre vie professionnelle ? Mais pour mettre toutes les chances de votre côté, mieux vaut assurer et préparer une bonne candidature… On vous livre nos conseils pour interpeller les recruteurs.

Pourquoi envoyer une candidature spontanée ?

D’après une étude RégionsJob, 75% des recruteurs consulteraient les candidatures spontanées. S’il est difficile de savoir si celles-ci aboutissent réellement à une embauche, cette initiative peut tout de même être intéressante lorsqu’on candidate. D’abord, car elle permet d’intégrer la base de données de l’entreprise. C’est-à-dire que même si celle-ci ne peut pas vous recruter immédiatement, elle pourrait très bien repenser à vous ou retomber sur votre CV si elle ouvre un poste dans les mois à venir.

Aussi, la candidature spontanée nous permet de se frayer un chemin parmi la concurrence. Contrairement aux annonces publiées sur les sites d’offres d’emploi, votre CV ne se perd pas dans des dizaines voire des centaines de candidatures.

Enfin, postuler spontanément est aussi une démarche forte qui ne passe généralement pas inaperçue aux yeux des recruteurs. C’est une bonne manière de leur faire comprendre que vous n’avez pas atterri là par hasard mais que vous avez sélectionné cette entreprise, et pas une autre, parce qu’elle vous plaît. Elle permet de démontrer, mieux que tous les grands discours, votre esprit d’initiative.

Le guide de la candidature spontanée

La candidature spontanée est un exercice difficile qui doit respecter certaines règles, bien différentes de la candidature classique. Il ne faut pas faire perdre son temps au recruteur, arriver à capter son attention, faire son propre marketing : convaincre, persuader et créer le besoin ! À la fin de votre mail, le recruteur doit voir votre venue dans l’entreprise comme une évidence.

1. Choisissez le bon moment et le bon endroit

Parce qu’envoyer une candidature spontanée demande beaucoup de temps, nous vous conseillons de vous contenter d’en envoyer aux deux ou trois entreprises qui vous plaisent le plus. Celles dont les valeurs vous parlent, celles pour lesquelles vous avez toujours rêvé de travailler, celles que vous connaissez déjà très bien. Privilégiez la qualité à la quantité ! Ne vous éparpillez pas et mettez toute votre énergie dans ces quelques candidatures que vous rendrez uniques.

Quant à la question du timing, soyez malin : restez à l’affût des informations sur les levées de fonds, rachat et autres gros projets… Tout ce qui pourrait entraîner de nouveaux recrutements et vous permettre d’anticiper les besoins de l’entreprise en envoyant votre candidature avant même qu’une annonce soit diffusée.

2. Répondez à une problématique de l’entreprise !

Inutile de vous rappeler de faire un CV et une lettre de motivation personnalisés : c’est la base de toute bonne candidature. Mais en plus, vous allez devoir cerner les objectifs de l’entreprise et montrer que vous pouvez l’aider à les atteindre. Vous avez vu dans la presse que leur développement sur de nouveaux réseaux sociaux était crucial ? Montrez que vous l’avez compris et que vous êtes outillé pour les aider à aller dans cette voie (preuves à l’appui) en proposant d’ores et déjà des pistes ! Sans avoir l’air prétentieux, soyez force de proposition et proactif, montrez que vous avez compris leurs enjeux et que vous avez des solutions à proposer. Voilà une bonne manière de se montrer indispensable !

3. Trouvez le titre de poste

Dans l’objet de votre mail et dans la candidature, vous allez devoir vous positionner vous-même sur un poste de l’entreprise. Là, deux problèmes peuvent se présenter :
Vous êtes attiré·e par plusieurs métiers et ne savez pas pour lequel postuler ? Si c’est le cas, vous allez malheureusement devoir trancher si ces deux postes sont très différents. Le risque en suggérant plusieurs idées de poste est de passer pour quelqu’un de perdu ! Choisissez-en un, quitte à montrer au recruteur votre ouverture d’esprit plus tard, à l’entretien.

Vous ne savez pas quel est l’intitulé exact du poste ? Parce que pour un seul métier, des dizaines d’intitulés de poste existent, pas toujours évident de reprendre les termes qu’utilise l’entreprise. Pour viser juste, allez tout simplement sur LinkedIn pour vous familiariser avec l’organigramme et les noms des postes.

4. Familiarisez-vous avec les missions

Ici, même problème que pour le titre de poste. Comment rédiger une lettre ou un mail de motivation sans aucune fiche de poste sous le nez ? Avec seulement une vague intuition des missions et des compétences à avoir ?

Soyez curieux ! L’astuce consiste à faire sa petite enquête sur Internet. Première option : LinkedIn. Allez consulter les profils des employés qui occupent les postes visés et parcourez leur fiche de poste. Repérez les mots clés qui reviennent souvent et inspirez-vous de ceux-ci pour votre mail de motivation et votre CV. Idem pour les compétences. Autre option, tapez sur google : “offre d’emploi nom du poste chez nom de l’entreprise”, il y a des chances pour que d’anciennes annonces périmées remontent et vous donnent quelques indices pour faire votre candidature.

5. Soignez votre e-réputation

Si votre profil interpelle le recruteur, il voudra en savoir plus sur vous. Votre présence sur Internet doit être impeccable. Gérez donc au mieux votre identité numérique en tapant votre nom sur Google pour vérifier ce qu’il en sort, rendez privées vos informations personnelles sur Facebook ou Instagram, actualisez bien vos profils LinkedIn ou votre book.

6. Faites-vous recommander !

Enfin, si vous en avez la possibilité, misez sur le réseau qui aidera réellement votre candidature à aboutir. Vous pouvez commencer par contacter des salariés de l’entreprise sur LinkedIn pour leur proposer d’échanger autour d’un café par exemple ?

Misez sur un (bon) mail de candidature spontanée

Pour une candidature spontanée, le plus efficace est parfois de mettre de côté la lettre de motivation et de vous contenter d’écrire un mail de candidature spontanée bien tourné, en mettant votre CV en pièce-jointe. Vous permettez alors une lecture et compréhension rapide de votre demande, qui donnera envie au recruteur de vous contacter pour en savoir plus lors d’un entretien.

1. Soignez l’objet de l’email.

C’est ce qui fera office de premier tri pour le recruteur. Le titre doit attirer son attention et doit tout de suite faire comprendre de quoi il s’agit. Exemple : “Candidature spontanée à un poste de Responsable Communication”. Utilisez aussi une adresse mail claire et simple qui ne sera pas assimilée à du spam pour le recruteur. Si vous avez été recommandé, n’hésitez pas à glisser le nom de l’interlocuteur dans l’objet du mail.

2. Trouvez le bon contact

Ensuite, vous allez devoir adresser votre email à une personne en particulier. Une candidature spontanée envoyée à un mail “contact” aura beaucoup moins de chance d’être lue. Tentez de trouver la personne qui pourrait correspondre (via LinkedIn, le site de l’entreprise, votre réseau) : le RH ou bien un manager dans le service concerné. Vous pouvez ainsi adresser directement le mail à cette personne en mentionnant son nom au début de l’email.

3. Soyez concis, mais personnel !

Vous n’avez rien à perdre avec votre candidature spontanée, allez droit au but. Facilitez autant que possible la lecture de votre mail en ajoutant un lien Hypertexte vers votre profil LinkedIn par exemple. Ne vous arrêtez pas à un simple : « Je suis très motivé(e) pour rejoindre votre entreprise, veuillez trouver mon CV » : faites 3 ou 4 paragraphes courts avec quelques phrases sur votre situation actuelle, l’intérêt pour votre poste et l’entreprise. Évitez les formules toutes faites : votre authenticité et votre originalité seront vos points forts. Cette entreprise vous plaît a priori beaucoup, alors expliquez pourquoi elle vous intéresse, correspond à vos valeurs, etc. Bannissez toutes les petites phrases qui pourraient vous dévaloriser comme « Je tente ma chance ». Préférez-lui des éléments concrets sur l’entreprise qui vous poussent à la rejoindre. « J’ai suivi avec grand intérêt votre actualité sur (…). Pour mener à bien vos nouvelles activités, vous aurez peut-être pour projet de vous entourer de (…). En tant que (…) j’ai pu acquérir telle compétence que je serai à même de mettre en œuvre avec vous. »

4. Donnez vos disponibilités

Il est indispensable en fin de mail de candidature spontanée de remercier le recruteur pour son temps et de parler de la suite. Petits tips, n’hésitez pas à terminer votre mail par une question sur l’entreprise - par exemple - pour inciter votre interlocuteur à répondre : « J’ai lu que vous souhaitiez développer votre stratégie sur les réseaux sociaux dans les prochains mois, comptez-vous vous mettre sur de nouvelles plateformes ? J’aimerais beaucoup discuter de ces nouveaux projets avec vous ! » Enfin, donnez vos informations de contact et suggérez un possible entretien d’embauche. N’oubliez pas de relancer le recruteur une dizaine de jours après votre candidature spontanée, ce qui attestera d’autant plus de votre motivation.

Vous avez compris à quel point la candidature spontanée peut vous aider à trouver le job de vos rêves ? Maintenant, place à la spontanéité, c’est à vous de jouer !

[Article mis à jour le 23 février 2022]

Les thématiques abordées

Candidature spontanée : qui ne tente rien, n'a rien ? Nos conseils pour gérer