Pourquoi choisir l'apprentissage ?

Pourquoi choisir l'apprentissage ?

Envie d’allier cours théoriques et pratique de terrain en entreprise ? L’apprentissage semble taillé pour vous ! En 2017, selon un rapport publié par la Dares (Direction de l’animation, de la recherche, des études et des statistiques), 294 800 nouveaux contrats d’apprentissage ont été signés, soit 2,1 % de plus qu’en 2016 (+ 1,8 % dans le privé et + 7,9 % dans le public).

Welcome to the Jungle répond à toutes les questions que vous vous posez sur ce tremplin vers l’emploi.

1. L’apprentissage, c’est quoi ?

Concrètement, il s’agit d’une formation d’une durée de six mois à trois ans, basée sur un travail de terrain encadré par un maître d’apprentissage.

Elle se répartit ainsi :
• une partie concrète et pratique chez l’employeur, à raison de deux tiers de temps ;
• une partie théorique en lien étroit avec les missions en entreprise, dispensée au sein d’un CFA, à raison d’un tiers de temps.

L’apprentissage prépare à plus de 600 diplômes du CAP au bac +5, à un diplôme professionnel de l’enseignement secondaire (CAP, bac pro, brevet pro, mention complémentaire, brevet des métiers d’art) ou à un diplôme de l’enseignement supérieur (BTS, DUT, licence professionnelle, diplômes d’ingénieur, d’école supérieure de commerce, etc.). Il faut savoir que le temps de formation en CFA est d’au minimum 400 heures par an.

Les secteurs qui recrutent le plus :

  • Le bâtiment et les travaux publics ;
  • Le transport et la logistique ;
  • L’hôtellerie, le tourisme, la restauration ;
  • L’industrie : métallurgie, aéronautique, automobile…
  • Le numérique : cybersécurité, développement, e-commerce…

Mais de nombreux autres secteurs sont accessibles : alimentation, commerce de détail,
banque/assurances, services à la personne, automobile, électronique, agriculture/agroalimentaire, artisanat/arts…

2. L’apprentissage, pour qui ?

Passé la scolarité obligatoire des classes de la 6e à la 3e, il suffit d’être âgé de 16 à 29 ans révolus et d’être dans la capacité d’exercer le métier souhaité (une visite médicale statuera sur votre aptitude).

L’apprentissage est également destiné aux personnes au-delà de 29 ans si elles préparent un diplôme ou un titre supérieur à celui qu’elles ont obtenu, aux créateurs ou repreneurs d’entreprise ainsi qu’aux travailleurs handicapés.

3. Quels sont les avantages de l’apprentissage ?

L’avantage numéro un de l’apprentissage est une insertion facilitée dans le monde professionnel : sept jeunes sur dix trouvent un emploi à l’issue de leur formation, selon le ministère du Travail (2014). En effet, l’apprenti bénéficie d’une formation complète, à la fois théorique et pratique, confirmée par un professionnel. Il reçoit une carte nationale d’apprenti délivrée par son CFA, intitulée « carte d’étudiant des métiers », lui conférant des avantages liés à son statut.

Autre atout, le statut de salarié à part entière, qui confère à l’apprenti tout ce qui en découle :
couverture sociale, congés payés, congés de maternité, droits aux allocations chômage, retraite… mais son salaire n’est pas imposable (jusqu’à un certain seuil fixé chaque année par la loi) !

Si la formation est gratuite, l’apprenti perçoit de son côté une rémunération correspondant à un pourcentage du SMIC, proportionnelle à son âge et à son ancienneté (voir tableau ci-après), qui évolue donc au fil du temps. Le temps de travail effectif comprend également le temps de formation en CFA.

Rémunération pour les contrats d’apprentissage conclus à partir du 1er janvier 2019 (en % du SMIC)

image

Enfin, l’apprenti bénéficie de droits spécifiques qui encadrent sa mission en entreprise : il a droit à un repos de nuit d’au moins 12 heures consécutives chaque jour, il ne peut travailler les dimanches et jours fériés et son employeur ne peut pas lui confier des travaux dangereux.

4. Quels sont les inconvénients de l’apprentissage ?

L’apprentissage est une formation intense : il faut une grande motivation pour pouvoir suivre le rythme effréné entre cours, devoirs, examens… et travail salarié. Une excellente organisation est primordiale pour ne pas négliger les différents aspects de la formation et supporter une charge importante de travail. Le maître mot est : autodiscipline !

Plonger dans le monde du travail, surtout quand on est tout juste bachelier, peut sembler compliqué de prime abord. On est confronté à un “monde d’adultes”, où les relations professionnelles et cordiales sont de mise. Un saut dans la maturité en somme : vous êtes considéré comme un véritable salarié de l’entreprise. Mais rassurez-vous, vous avez le droit à l’erreur ! En tant qu’apprenti, vos compétences évoluent progressivement et votre maître d’apprentissage en a bien conscience.

5. Comment obtenir un contrat d’apprentissage ?

Le contrat d’apprentissage est un contrat de travail signé entre l’apprenti et l’entreprise d’accueil, dont la durée est égale à celle de sa formation en CFA. Votre futur métier y sera indiqué noir sur blanc. Il vous faut trouver ces deux structures pour démarrer votre cursus. Mis à part le bouche-à-oreille et le réseautage, plusieurs moyens sont à votre disposition pour décrocher un contrat.

Pour trouver une entreprise d’accueil, de nombreuses méthodes existent, à savoir :

  • S’adresser auprès de son CFA, de Pôle emploi ou de sa mission locale ;
  • Faire des candidatures spontanées ;
  • Consulter les chambres consulaires (chambres de commerce et d’industrie, chambres des métiers et de l’artisanat, chambres de l’agriculture) ;
  • Se rendre aux Salons et forums de recrutement ;
  • Rechercher sur les sites Internet des conseils régionaux, d’annonces, ainsi que sur le portail de l’alternance du Ministère du Travail.

Pour trouver un CFA, il est recommandé de :

  • Parcourir la liste des centres situés dans le secteur géographique choisi et se rendre aux portes ouvertes ;
  • Se renseigner auprès des centres d’information et d’orientation (CIO) ;
  • Consulter le service académique de l’inspection de l’apprentissage (SAIA) ;
  • Faire une recherche sur Internet (Onisep…).

6. Contrat d’apprentissage et contrat de professionnalisation : quelles différences ?

Le contrat de professionnalisation concerne les personnes souhaitant obtenir un emploi qualifié rapidement après une période non travaillée, et ce tout au long de la vie. La phase de formation en CFA est moins importante qu’en apprentissage, elle s’élève à un tiers, voire un quart du temps. Au niveau du salaire, la rémunération est plus forte pour les plus de 26 ans.

Si l’apprentissage a le vent en poupe, c’est parce que ce modèle de formation est efficace : allier théorie et pratique permet à chacun d’évoluer dans le monde de l’entreprise en ayant conscience des réalités de terrain. Si les études sont le chemin vers l’emploi, l’apprentissage en est l’autoroute !

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photos by WTTJ

A lire aussi :
Période d’essai en contrat d’apprentissage

Marianne Shehadeh

Créatrice de contenus @ Point Virgule

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Partir travailler à Prague

Et si on lâchait tout pour s'installer dans la ville de Mozart et Kafka ? Direction Prague, et son marché de l'emploi dynamique !

Partir travailler à Boston

Envie de vivre l'American Dream ? Pourquoi ne pas essayer dans une ville à taille humaine comme Boston ?

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :