Welcome to the Jungle - Logo

Postuler dans une autre équipe de l'entreprise après un stage, c'est possible ?

Postuler dans une autre équipe son entreprise après un stage

Votre stage de fin d’étude touche à sa fin dans quelques mois, et vous pensez déjà à la suite… Jusque-là rien d’anormal. Mais vous avez vu passer une offre en interne pour un autre poste qui vous botte… Et c’est là que cela se complique : il n’est pas proposé par votre équipe ni par votre département et il s’agit d’un tout autre métier que celui que vous occupez aujourd’hui… Vous hésitez donc à postuler et vous ne savez pas comment vous y prendre ? Une telle démarche n’est pas simple, car même si avez déjà un pied dans l’entreprise, il va vous falloir respecter un nouveau processus de recrutement et surtout, convaincre les RH de vous laisser opérer ce switch ! Et puis, est-ce qu’une telle démarche peut être mal prise par vos maîtres de stage actuels ?

Pour vous aider à faire le point, nous avons rencontré des personnes ayant vécu cette situation. Bianca était stagiaire dans une grande entreprise de logistique quand elle a choisi de rejoindre un autre service. Esther, quant à elle, a vécu la situation en temps que manager, alors que l’étudiant qu’elle accueillait en stage s’est positionné pour un poste n’ayant rien à voir avec son métier actuel. Elles nous partagent leur expérience.

Changer d’équipe après un stage : oui, mais…

Une démarche légitime, qui peut être gagnante…

Votre stage s’est bien passé, et vous souhaitez rester ? Avez-vous pensé à postuler dans une autre équipe de l’entreprise ou à un poste très différent du vôtre ? Cela peut être intéressant dans différents cas de figure, notamment si :

  • Vous voulez trouver un poste qui vous corresponde davantage : vous avez découvert à l’occasion de votre stage que le métier sur lequel vous étiez positionné n’était pas celui qui vous convenait le mieux, et vous vous dites que l’herbe est peut-être plus verte ailleurs…

  • Vous souhaitez rester dans une entreprise et sur un projet qui vous plaît. Vous avez adoré votre stage au sein de cette structure, cependant, comme l’équipe ne recrute pas, vous tentez votre chance en interne pour rester dans cette entreprise qui vous plaît tant. Vous vous dites que cela doit sûrement être aussi bien dans les autres services !

S’il arrive souvent - et heureusement - que des étudiants fraichement diplômés soient embauchés après leur stage par leur structure d’accueil, ils ne restent cependant pas systématiquement au sein du même service ou sur le même type de poste que durant leur stage. C’est possible donc, et comme on dit : qui ne tente rien n’a rien !

… mais qui comporte des risques

Mais la démarche n’est pas sans risque et ce, quelles que soient les raisons qui vous poussent à opérer ce changement.

  • Vous risquez de vexer votre équipe
    Tout d’abord, en postulant ailleurs, vous courrez le risque de vexer votre équipe, qui pourrait croire que le stage ne vous a pas plu, puisque vous ne souhaitez pas poursuivre dans cette direction. Votre désir de changer peut aussi être interprété comme un désintérêt pour le métier, ce qui n’est pas vraiment flatteur pour vos collègues !

  • En rebattant les cartes, vous repartez de zéro
    De plus, briguer un autre poste que celui que vous avez déjà exercé, même en tant que stagiaire, vous fait repasser en mode candidat. Il y a de fortes chances pour que soyez mis en concurrence avec des candidats de l’extérieur, et il est même possible que vous ayez à passer des entretiens pour vérifier que vous avez le bon profil malgré votre manque d’expérience. La législation prévoit d’ailleurs le maintien d’une courte période d’essai pour les embauches post-stage quand les fonctions ne sont pas les mêmes… Pas toujours confortable !

Cependant, le jeu peut en valoir la chandelle. « Quand tu bouges d’un service à l’autre, tu gagnes en connaissances et surtout tu acquiers une vision d’ensemble, tu commences à comprendre les métiers des uns et des autres », une vraie plus-value pour Bianca qui évolue maintenant depuis trois ans dans l’entreprise qui l’a formée. Si vous pensez que vous pouvez davantage vous sentir à votre place ailleurs et vous épanouir, vous avez tout à fait le droit d’évoluer au sein de la structure ! Encore faut-il bien communiquer auprès de vos maîtres de stage et faire mouche auprès des recruteurs… Nous vous partageons quelques conseils pour vous aider à gérer au mieux cette phase de transition.

4 conseils pour gérer au mieux cette situation

1. Respectez la hiérarchie, informez votre manager

Cela peut paraître idiot, mais la première personne qui risque de se sentir concernée dans cette histoire, c’est votre maître de stage ! Impossible de prédire sa réaction à l’avance mais il peut aussi bien ressentir de la surprise, de la déception, de l’incompréhension… Ou aussi faire preuve d’un grand soutien. Tout est possible ! Et c’est normal.

Si votre maître de stage apprécie votre travail, il pourrait être déçu de vous laisser partir ailleurs après tout le temps qu’il a passé à vous former, ou vexé que le métier ne vous ait pas intéressé. « Au début, ma boss n’était pas ravie que je bouge de service, car elle m’appréciait, et en la quittant, je n’allais pas pouvoir aller au bout de mes missions. Mais elle a dû se résigner à me laisser partir, comme, de toutes façons, elle n’avait les budgets pour m’embaucher à l’issue de mon contrat » raconte Bianca. S’il n’est pas plus satisfait que cela par votre travail, il pourrait avoir du mal à soutenir votre candidature en interne… Les scénarios sont nombreux, mais une chose est sûre : il faut soigner sa communication.

C’est d’ailleurs un manque de communication qu’a déploré Esther, manager, qui n’a pas été sollicitée par son stagiaire lorsque celui-ci a postulé dans un autre service. Une démarche qu’elle n’a pas très bien comprise : « en tant que maître de stage, je suis responsable de son apprentissage. J’avais envie de l’aider à prendre les bonnes décisions » nous confie-t-elle à ce sujet.

En tant que responsable de votre formation, votre manager sera content d’être la première personne informée de vos projets de carrière. Le mettre dans la boucle, c’est aussi une manière de le remercier du temps qu’il a consacré à votre formation et d’en faire votre meilleur allié ! Il pourrait vous donner des conseils pour mener à bien votre projet et appuyer votre candidature en interne. Esther, elle, a été prise de court : « Je me suis retrouvée à quasi devoir appuyer sa candidature alors que je n’étais pas au courant… » Une situation d’autant plus problématique qu’Esther s’entendait très bien avec le responsable du service dans lequel son stagiaire postulait. Cette erreur diplomatique n’a pas joué en la faveur de l’étudiant, qui n’a finalement pas été retenu.

2. Communiquez sur votre projet

Encore une fois, et on ne le dira jamais assez, la communication est primordiale. Esther insiste d’ailleurs sur l’importance de rester le plus transparent possible sur votre projet, en expliquant notamment vos motivations à postuler sur d’autres fonctions. Plus votre message sera clair, plus cela donnera envie aux personnes impliquées de vous aider et de vous faire confiance. Soigner sa communication est la condition sine qua none à une transition réussie : il y a 99% de chance que les managers concernés (actuels et futurs) et les RH échangent à votre sujet à un moment donné, alors mieux vaut que tout soit clair pour tout le monde !

Expliquez les raisons qui vous poussent à postuler ailleurs que dans votre équipe, montez un argumentaire solide pour que le message passe de manière claire. Mieux vaut ne pas avoir l’air de postuler par hasard, de faire ce choix par dépit, ou de fuire de votre équipe actuelle !

Et ne culpabilisez pas : vous êtes en formation, vous avez le droit de vous intéresser à différents métiers et de n’être pas encore sûr de ce que vous voulez faire pour les dix prochaines années… Et si vous n’avez pas encore pris de décision mais qu’un métier vous intrigue ou vous intéresse, n’hésitez à en parler autour de vous, en demandant par exemple à explorer d’autres services que celui où vous êtes.

3. Restez professionnel jusqu’au bout du stage

Si vous avez déjà l’impression d’avoir fait le tour de votre stage et que vous vous voyez déjà ailleurs, c’est pas grave ! Mais pensez à rester professionnel. Montrez de l’investissement et de la curiosité jusqu’au bout, même si vous savez que votre avenir n’est pas sur ce poste… Votre attitude risque d’être décisive pour la suite de votre évolution, dans l’entreprise ou ailleurs, alors restez à fond !

« En tant que stagiaire, on ne te demande pas d’avoir des compétences de dingue, mais surtout de t’investir, de t’intéresser. Mieux vaut continuer à donner le meilleur, même si tu ne te projettes pas à long terme » explique Bianca qui, avec le recul, a le sentiment que ce sont surtout ses softs-skills qui lui ont permis de réussir sa mobilité interne. « Un bon élément dans une équipe, ce n’est pas que des compétences techniques. Quand tu veux changer de poste, il faut montrer que tu es flexible et adaptable. » ajoute-t-elle. Alors, pensez à bien rester professionnel et impliqué !

De plus, quoi qu’il arrive, il demeure essentiel de soigner les relations avec tout le monde. Si votre demande est refusée, il y a des chances que vous croisiez de nouveau un de vos collègues ou managers dans votre vie professionnelle, alors autant laisser une bonne dernière impression. Et si vous relevez ce challenge, vous pourriez tomber sur votre ancien manager à la cantine, voire à travailler par la suite en lien avec votre ancienne équipe.

N’oubliez pas non plus de faire preuve de reconnaissance envers ceux qui vous ont formé. Bianca, qui a gardé d’excellentes relations avec son maître de stage, raconte : « aujourd’hui, on s’entend très bien avec mon ancienne boss, on rigole encore de mon transfert, elle aime dire qu’on lui pique toujours ses stagiaires parce qu’ils sont géniaux. Je lui dois beaucoup. » Après tout, vos maîtres de stage sont ceux qui vous ont permis de mettre le premier pied dans l’entreprise, ils méritent votre gratitude !

4. Restez humble

Vous êtes encore junior et en fin de formation, alors durant toute cette période de transition entre stage et éventuelle embauche, le mieux est encore d’essayer de garder les pieds sur terre. Ce n’est pas parce que vous avez déjà un pied dans l’entreprise que vous serez pris, il peut y avoir une sélection à passer et mieux vaut peut-être préparer un plan B.

Gardez une attitude simple, claire sur vos souhaits, sans être trop pushy. Esther insiste sur l’importance de la modestie et conseille des formules toutes simples pour vous aider à communiquer, telles que « jai envie d’en savoir plus », et « ça m’intéresse, j’ai envie d’apprendre, de me former » pour montrer votre intérêt, tout en laissant à l’autre la liberté de dire non… Maintenant que les RH vous connaissent et connaissent votre projet, la balle est dans leur camp. Être trop insistant ne peut que vous desservir et les mettre dans une situation de malaise où ils pourraient avoir à vous opposer un refus catégorique.

Recruter quelqu’un en interne qui est déjà formé et connaît bien les rouages de la structure peut être un réel gain de temps pour l’entreprise, alors pourquoi ne pas tenter votre chance ? Bien sûr, cette demande est délicate, mais en communiquant bien, rien n’est impossible.

*Les prénoms ont été changés

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir tous nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by WTTJ

Cécile Pichon

Psychologue du travail, Coach et Consultante RH

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :