Laure Vanneufville : les aidants, grands oubliés de la parentalité en entreprise

Publié dans Work In Progress

22 sept. 2020 - mis à jour le 25 août 2022

auteur

Mélissa Darré

Editorial manager @Welcome to the Jungle

Certaines situations peuvent venir perturber le quotidien et la vie professionnelle des collaborateurs, de façon durable ou ponctuelle. Parmi elles, le cas des salariés aidants. Plus de 2 Français sur 10 assistent de façon bénévole un proche malade, en situation de handicap ou de dépendance. Un statut encore méconnu, mais mis en lumière à travers la crise du Covid, qui s’avère à la fois un enjeu de performance, d’égalité professionnelle et de santé pour les entreprises.

Dans cette chronique Work In Progress du 22 septembre 2020, Laure Vanneufville, Directrice du développement RH chez Casino, revient sur l’engagement de longue date du groupe en la matière et sur la politique mise en place en faveur de ces salariés. « Les aidants eux-mêmes n’ont souvent pas conscience d’être “aidant”. Ils ont simplement l’impression de faire leur devoir d’enfant vis-à-vis de leurs parents, d’époux vis-à-vis d’une épouse. Et il y a un deuxième frein effectivement c’est parfois de ne pas vouloir en parler à son manager ou à son entreprise de crainte d’être stigmatisé, ou de dire qu’il va être souvent absent, ou qu’il va avoir la tête ailleurs de son travail. C’est là où c’est extrêmement important que l’entreprise mette en place des dispositifs, vraiment au-delà des chiffres, mais qu’elle reconnaisse ce rôle d’aidant, qu’elle montre aussi aux salariés qu’elle sensibilise le management pour que les salariés puissent lever la main et demander de l’aide sans avoir de crainte quant aux impacts sur leur rémunération et leur carrière », rapporte-t-elle notamment.

Suivez Welcome to the Jungle sur LinkedIn pour découvrir, chaque jour, nos dernières actualités !

Les thématiques abordées

Laure Vanneufville : les aidants, grands oubliés de la parentalité en entreprise