CPF : « Le compte personnel de formation a changé ma carrière ! »

Le Compte personnel de formation (CPF) a changé ma vie !

Malgré les arnaques téléphoniques qui ternissent sa réputation depuis quelques mois, le CPF a des avantages très concrets. Entre formations qualifiantes et certifiantes, il peut permettre d’opérer un virage radical dans son parcours.

Passer son permis, reconnaître ses compétences à travers une validation des acquis d’expérience, apprendre une nouvelle langue… Le CPF, nouveau nom du DIF (droit individuel à la formation) cumule des droits individuels destinés à la formation pour chaque salarié, dès 16 ans et durant toute la vie active. Indépendamment de son employeur ou de son contrat de travail, ce compte peut permettre de faire évoluer sa carrière, mais aussi de s’enrichir personnellement à travers des formations de développement personnel ou n’ayant aucun lien direct avec sa profession. Rencontre avec celles et ceux qui ne regrettent pas d’avoir cassé la tirelire de leur CPF.

« Un bilan de compétences m’a fait prendre conscience de l’image que je renvoie »

Elsa, Bordeaux, 38 ans, en reconversion

C’est quand elle a suivi son conjoint, muté à Bordeaux, qu’Elsa s’est retrouvée dans un brouillard professionnel. Loin de la capitale et des grandes écoles desquelles elle gérait les relations internationales, difficile pour la nouvelle Bordelaise de trouver un poste similaire qui ne soit pas pris d’assaut par les candidats, la faute à un ratio offre-demande déséquilibré. Face à la réalité du marché du travail de sa nouvelle ville, Elsa s’est alors tournée vers le bilan de compétences dans l’idée de trouver une voie dans laquelle se reconvertir. « J’ai mis de côté mes recherches d’emploi pendant ces quelques mois pour me concentrer pleinement sur moi, et à travers les sujets abordés et exercices mis en place, j’ai pris conscience d’un certain nombre de choses. Contrairement à ce que je pensais en arrivant, j’ai réalisé que je ne manquais pas de confiance en moi, et j’ai pu réfléchir aux valeurs qui me portent au quotidien et dans mon travail. »

Lorsqu’elle a dû demander à des personnes de son entourage d’écrire ce qu’elles pensaient d’elle, Elsa a ainsi réalisé qu’on la percevait comme une personne cultivée et ouverte au débat, qualités dont elle n’avait pas clairement conscience. « Maintenant que je me connais mieux, que j’ai conscience de mes atouts et de l’image que je renvoie, je suis prête à avancer dans ma recherche professionnelle. Tout reste à faire, mais je suis plus apaisée. »

Lire aussi dans notre rubrique : Workers

Comment gérer son entretien annuel quand on n'a pas atteint ses objectifs ?

« Je me suis reconvertie après une formation financée par le CPF »

Gwenaelle, 34 ans, développeuse web, Paris

Une licence en Langues étrangères appliquées en poche, Gwenaelle a rapidement été embauchée dans une entreprise de mesure d’audience dans les médias à sa sortie de la fac. Éloigné de son domaine de prédilection, cet emploi initialement temporaire s’est finalement étalé sur quelques années : en panne de projets professionnels, la jeune femme restait dans sa boîte par confort, sans s’y épanouir pour autant.

C’est par hasard qu’elle a découvert un tout autre milieu : ses collègues développeurs devaient suivre une formation, mais l’un d’eux s’est désisté au dernier moment. Le manager de Gwenaelle lui a proposé la place vacante, tout en lui suggérant d’utiliser son CPF pour pouvoir participer. « Mes missions s’effectuant principalement sur Excel, j’ai accepté et entamé cette formation de deux jours. Le début a été compliqué car le programme était destiné aux développeurs, mais j’ai rapidement eu un déclic et su naviguer en autonomie. J’ai appliqué mes nouvelles compétences dans mon travail, mais j’ai vite recommencé à m’ennuyer, avant de réaliser que je voulais continuer à programmer », se souvient Gwenaelle.

Après un an de réflexion, la Parisienne a finalement décidé de se consacrer entièrement au développement web, a quitté son emploi et s’est inscrite à des cours en ligne. « Je suis en poste depuis un an et demi, et je n’ai pas le temps de m’ennuyer. Il y a toujours de nouvelles choses à apprendre ! »

« J’ai repris confiance en moi après un stage de développement personnel »

Christine, 53 ans, assistante de direction, Valence

« Un jour, pendant une réunion de parents d’élèves, je n’ai pas osé me lever pour dire que je devais partir récupérer ma fille devant son école parce que je craignais le regard des autres. C’est là que j’ai pris conscience que cette phobie devenait dramatique », rembobine Christine. Après cet électrochoc, la Drômoise décide de travailler sur son manque de confiance en elle qui lui portait défaut depuis toujours, dans sa vie privée comme professionnelle, où communiquer avec ses collègues et supérieurs s’avérait compliqué.

Par le biais du CPF, elle s’inscrit dans une courte formation sur l’estime de soi, dans laquelle elle retrouve d’autres personnes touchées par la même problématique. « C’était très éprouvant parce qu’on nous donnait des exercices, on devait faire des présentations, défendre un sujet devant le groupe… Au bout de quelques jours, le formateur m’a demandé d’arriver un matin et de me présenter aux personnes autour de la machine à café. C’était l’angoisse totale, j’ai longuement hésité à y retourner et je ne sais plus si j’ai réussi à le faire, mais la formation m’a finalement énormément aidée. »

Contrairement à ce qu’elle pensait depuis toujours, Christine a réalisé que tous les regards n’étaient pas braqués sur elle. Assurer une réunion devant une centaine de personnes la tétanise toujours autant, mais elle est désormais tout à fait capable d’exposer des faits devant un petit auditoire et se passionne pour la transmission de savoirs avec des stagiaires ou alternants. Elle a également arrêté d’anticiper négativement la réaction des autres pour oser être davantage force de proposition au travail.

« Depuis que j’ai mon permis, je jouis d’une liberté sans commune mesure »

Riwan, 30 ans, intermittent du spectacle, Sainte-Colombe-sur-Gand

Intermittent du spectacle, Riwan a longtemps été tributaire de ses musiciens lors de ses déplacements. Problème : faire embaucher plusieurs musiciens pour un concert est toujours plus compliqué qu’un seul. « Je me suis renseigné pour passer le permis en 2020, et Pôle Emploi m’a appris que le compte personnel de formation servait aussi à financer ce genre de choses. » Sur son compte, Riwan a constaté qu’il avait suffisamment cotisé pour financer entièrement son permis à hauteur de 30 heures de conduite, puis a choisi son auto-école parmi celles référencées par la plateforme.

Il a finalement obtenu son permis en avril 2021, et a vu sa carrière changer radicalement dans la foulée. « Je peux désormais tourner seul et me rendre partout en France, et j’ai réalisé mon rêve, qui était de vivre à la campagne loin de tout. En tant que piéton c’était impossible mais avec une voiture, ça change la vie. C’est une liberté sans commune mesure, si tant est qu’on ait le budget. »

« Le bilan de compétences m’a confirmé que j’étais au bon endroit »

Laetitia, 53 ans, directrice d’une structure de cinéma d’animation, Valence

Après huit ans à occuper le poste de directrice dans une petite structure, Laetitia ne se voyait plus évoluer professionnellement. « Je cherchais un moyen de rebondir avec une reconversion plus ou moins radicale, mais je me sentais au bout de mon expérience actuelle », se souvient-elle.

Avec son lot d’interrogations et d’attentes, la Valentinoise s’est engagée dans un bilan de compétences, censé l’aider à trouver sa reconversion. Une démarche qui s’est avérée passionnante, et qui lui a donné l’occasion de réfléchir aux tâches qu’elle réalisait dans son poste, mais aussi à ce qu’elle aimait de manière générale.

« J’ai pris conscience que j’étais au bon endroit et que ce que j’aimais, je le faisais déjà. Le bilan de compétences a mis en lumière l’angoisse qui m’empêchait d’avancer : j’avais peur de passer 20 ans dans la même boîte, je me répétais “je ne vais pas faire ça, il faut que je bouge”, mais je n’avais aucune envie de bouger. » Pleinement reboostée, Laetitia est finalement restée dans la structure d’animation dans laquelle elle était, et a conservé son poste, qu’elle ne quitterait pas « pour tout l’or du monde ». Et désormais, elle milite pour faire connaître le bilan de compétences à son entourage.

Plafonné à hauteur de 5000€ pour 500€ par année travaillée, le CPF est accessible sur Mon compte formation. La plateforme donne accès à la somme actuellement cumulée (mise à jour en chaque début d’année) ainsi qu’aux établissements agréés dans lesquels se former. Et vous, plutôt branché développement personnel, langue étrangère ou nouvelles qualifications professionnelles ?

Article édité par Manuel Avenel, photo Thomas Decamps pour WTTJ

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :