Bien appliquer les gestes barrières au bureau : les conseils d'un médecin

Gestes barrières au coronavirus au bureau : conseils d'un médecin

Déconfinement oblige, nous sommes nombreux à avoir repris ou à bientôt reprendre le chemin du bureau, que l’on ait pu télétravailler jusque-là ou non. Car les entreprises ont maintenant la possibilité d’imposer à leurs salariés un retour en entreprise, que ces derniers envisagent, pour beaucoup, à reculons.
C’est votre votre cas ? La boule au ventre à l’idée de retourner au bureau, ce fief de microbes et de virus en tout genre, vous vous demandez comment vous rendre (et travailler !) dans ce “sanctuaire de la contagion”, tout en gardant votre sang froid et en préservant votre sécurité ? Fort heureusement, le médecin du travail Isabelle Sommacal vous livre quelques précieux conseils pour reprendre du service avec un maximum de sérénité.

Les bons réflexes en arrivant au bureau

1. Pas touche à votre visage !

Après l’épreuve des transports en commun, du Vélib’ dont vous osez à peine toucher le guidon, terreur en touchant le bouton de l’ascenseur, frissons en appuyant sur la poignée de la porte… Les épreuves s’enchainent de bon matin. Alors, pour éviter de démarrer la journée avec des sueurs froides, le Docteur Sommacal recommande de prendre le réflexe de ne pas toucher votre visage et de laver soigneusement vos mains après avoir rejoint votre poste de travail et ce, tout au long de la journée. Et surtout on se rassure, le coronavirus ne traverse pas la barrière de l’épiderme (la peau, nldr).

2. Ne « prenez pas de gants »

Si certains étaient tentés d’arriver en combinaison de cosmonaute au bureau, inutile d’en faire trop. Vos masques pour la journée, un gel hydroalcoolique et des mouchoirs jetables feront l’affaire. Quant au port de gants, Isabelle Sommacal pointe du doigt une solution trompeuse : « Je ne trouve pas que les gants sont utiles, ils rassurent faussement. Les gens vont se croire protégés alors qu’il faudrait les laver aussi souvent qu’on lave ses mains ! De plus, c’est aussi facile de se laver les mains au gel hydroalcoolique ou au savon, alors qu’a contrario, les gens penseront sûrement moins à laver leurs gants. »

3. Venez masqué comme Zorro

S’équiper d’un masque est préconisé quand on ne peut pas respecter la distance minimale d’un mètre. Si le masque chirurgical est plus efficace que celui en tissu, ce dernier sera tout de même une bonne protection pour dissuader de vous tripoter le visage et vous éviter d’envoyer des postillons, ces minuscules mais redoutables missiles, projetés en parlant ou en toussant. « Il faudra mettre un masque, qui sera déjà obligatoire dans les transports. L’idéal serait d’en avoir deux par jour, un le matin et un l’après-midi si c’est un masque jetable. » Si vous n’avez que des masques en tissu, l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité, ndlr) préconise de les changer toutes les 4 heures, ce qui veut dire que vous devrez emporter dans votre besace (et sur votre bouche) au moins 3 masques. Nous vous conseillons même d’en amener un peu plus, au cas où vous devriez faire des déplacements non-prévus au cours de la journée. Pour transporter vos masques de rechange, prévoyez une petite pochette plastique pour qu’ils restent propres en attendant d’être portés. Évitez à tout prix de les mélanger à vos affaires dans votre poche ou votre sac à main car ils pourraient se retrouver au contact d’objets infectés (téléphone portable, trousse, porte feuille…)

4. Saluez-vous sans contact

Après votre carte bleue, passez vous aussi au sans contact. Même si bien sûr c’est provisoire, pour l’instant, on s’aime, mais de loin. Pas question de se claquer la bise ou de tenter une accolade, tout comme les câlins de retrouvailles, en retrouvant ce collègue qui vous manque. Idem pour la respectueuse poignée de main qui est aussi une poignée de microbes tout chauds. Isabelle Sommacal se veut pourtant rassurante : pas besoin de faire l’impasse sur les salutations matinales si l’on respecte quelques règles simples : « À partir du moment où on conserve une distance d’un mètre ou plus, il est possible de se dire bonjour, de se sourire et même de parler un peu sans risque. » Même avec un masque, un sourire se lit toujours dans les yeux, ajoutez-y un signe de main chaleureux et le tour est joué. Vous n’aurez pas besoin de raser les murs.

Les bonnes pratiques pendant la journée

5. Soyez champion de l’hygiène

Refrain monocorde mais salutaire, on ne lésine pas sur le lavage des mains. Quant au gel hydroalcoolique, brandissez-le régulièrement. Que ce soit à un point d’eau ou avec une lotion désinfectante « l’essentiel est de garder à l’esprit qu’il faut se laver les mains toutes les une ou deux heures, entre 40 et 60 secondes, même si on a l’impression qu’elles ne sont pas sales. Bien que le gel hydroalcoolique soit moins efficace que le savon, il est pratique pour éviter de se contaminer en allant trop souvent aux sanitaires », précise le médecin du travail. Que vous vous laviez à un point d’eau ou avec le gel, veillez à le faire correctement en n’oubliant pas de passer le temps qu’il faut sur chaque partie de la main (paumes, entres les doigts, bout des doigts, poignets, etc.)

6. Communiquez comme des geeks

Le travail d’équipe à l’heure d’une pandémie offre son lot d’angoisses. Pour ne rien arranger, les open-space, dénués de cloisons, sont d’autant plus anxiogènes. Plus que jamais, votre collègue qui se penche par-dessus votre épaule pour regarder votre écran vous donnera envie de prendre la poudre d’escampette. S’il est difficile de garder des distances en travaillant ensemble, forcez-vous pourtant à respecter quelques mesures sécuritaires. « On évite de s’asseoir à côté d’un collègue pour regarder son ordinateur, on respecte la distance d’un mètre, et si on est contraint de se rapprocher, on veille à porter un masque. Rappelons que les employeurs seront censés en mettre à disposition en entreprise. » Pour communiquer sans crainte, la technologie vient également à notre rescousse. C’est le moment où jamais de vous comporter comme des ados en vous cachant derrière votre smartphone et votre PC. Exit les allers-retours 20 fois par jour d’un bureau à un autre : place aux messageries instantanées, aux conférences téléphoniques ou aux appels vidéos. Tous les moyens de communication à distance sont à privilégier, et cela, même si vous êtes dans la pièce d’à côté. Il est temps de ressortir vos vieux talkies-walkies du placard.

7. Prenez des pauses sans vous “relâcher”

Pas question que la salle de pause devienne un sas de contamination. On le sait, ce sera compliqué de garder son masque pour fumer sur la terrasse, tout comme d’avaler son café avec un bout de tissu devant les lèvres. Vous devrez l’enlever inévitablement (en commençant bien par détacher les oreilles), et dans la mesure du possible, le changer par la suite. La mission sera donc d’avoir une distance suffisante pour ne pas risquer d’être contaminé. « C’est faisable, mais c’est vrai qu’on a tendance à se rapprocher, à se “relâcher” et à oublier le virus pendant ces moments informels, donc il faut garder cela à l’esprit. Notamment au niveau des tasses à café touchées et des briquets échangés, il faut être beaucoup plus vigilant. »

Même casse-tête à l’heure de la pause déjeuner. Comment ne pas la redouter, en s’imaginant déjà serrés comme des sardines autour de la table, bavardant d’un ton badin ? Pour éviter la contamination du midi, Isabelle conseille de manger à son bureau et de ramener sa propre nourriture. Une habitude mauvaise en temps normal, qui vous protégera pourtant en période épidémique. Si l’entreprise dispose d’une terrasse spacieuse, vous pouvez tout aussi bien vous y installer, en respectant toujours une distanciation d’un mètre. « Chaque salarié devrait garder sa tasse et son assiette à son bureau et relaver lui-même ce qu’il prend en main. » Ces habitudes vous permettront de profiter d’un moment de décompression, sans que cela ne tourne à la fête du Covid-19.

8. Remballez (exceptionnellement) votre générosité

Comme vous, le virus est lui aussi très généreux et a le sens du partage. Habituellement, quoi de plus naturel que de se prêter un stylo, de s’offrir des biscuits maison cuisinés avec amour, ou même d’emprunter un briquet au collègue d’en face ? Tout cela reviendra, c’est promis, et vous retrouverez bien vite votre bon cœur d’antan. Mais en attendant, le Docteur Sommacal conseille de ramener son propre matériel et autres ressources alimentaires, afin d’éviter le main à main. Pas de psychose pour autant, vous pouvez toucher la feuille qu’on vous tend sous le nez, à condition toujours, d’effectuer un lavage fréquent et soigneux de vos mains.

9. Ne vous privez pas des interactions sociales

Si l’on applique assidûment les fameux “gestes barrières” (se laver les mains à intervalles réguliers, tousser dans son coude, ne plus se serrer la main, etc.), aucune raison de se mettre dans une bulle et de ne plus parler à vos collègues : « Hormis ces réflexes, on ne peut pas en faire beaucoup plus », explique Isabelle Sommacal. S’il faut rester prudent, le médecin recommande de ne pas tomber dans l’extrême : « À partir du moment où on est bien protégé, il n’est pas nécessaire de s’isoler. Fuir tout échange est délétère pour notre équilibre mental, mais cet avis n’engage que moi. On a aussi besoin de se voir et ce n’est pas pareil si tout est fait à distance. »

Si vous jouez le jeu, le médecin du travail Isabelle Sommacal se veut optimiste quant à un retour au travail sans danger : « En respectant ces mesures, le risque d’attraper le Covid-19 est limité, et si malgré cela on l’attrape, il y a quand même 80% de formes bénignes de la maladie. » Pour autant, pas question de minimiser la maladie, le but étant de limiter au maximum sa propagation. Inversement, entrer dans la psychose serait délétère, de même le stress affaiblirait le système immunitaire — alors on se ménage. Rappelons également que les entreprises seront tenues de protéger leurs salariés, comme l’a justifié auprès de l’AFP le ministère du Travail. Si toutefois, en dépit de ces mesures, vous ne vous sentez pas en sécurité, vous êtes pleinement autorisé à brandir votre droit de retrait qui n’est autre qu’une décision individuelle. En attendant, armez-vous de vos plus beaux masques, dégainez vos gels hydroalcooliques et retournez au bureau sans déclencher de crises d’urticaire. Courage !

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook, LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles !

Photo by WTTJ

Sherina Berreby

Journaliste

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Travail et coronavirus : le guide

Retrouvez tous nos articles liés au coronavirus : enquêtes, témoignages, informations et conseils.

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :