Tâches de l’ombre : comment les rendre visibles auprès de sa hiérarchie ?

Travail de l'ombre : comment le rendre visible auprès de ses boss

De tous les bénéfices que l’on peut tirer de son activité professionnelle, rien ne semble pouvoir détrôner la valorisation de son travail, premier levier de bien-être chez les salariés aujourd’hui. Et pour cause, selon une étude de la Harvard Business Review publiée en 2020, 76% d’entre eux ont considéré la reconnaissance en entreprise comme l’enjeu le plus important à leurs yeux. Une tendance qui s’élève à 84% chez les jeunes diplômés. Et si cette valorisation par ses pairs et ses supérieurs demeure un facteur essentiel dans l’épanouissement au travail, nombreux sont les salariés qui souffrent par son absence. En effet, il n’est pas rare qu’un salarié ait le sentiment d’exercer son activité dans l’ombre et de rester invisible aux yeux du monde. Alors comment mettre en avant ces tâches du quotidien ? Marie-Laure Deschamp, coach en développement personnel et professionnel et auteure de l’ouvrage J’ai pas fait bac +5 et alors ? Tous les chemins mènent à l’épanouissement professionnel, (éd. Librinova, 2022) nous aide à y voir plus clair.

Quid des tâches invisibles en entreprise ?

Les entreprises sont des machines bien rodées où chacun se voit exercer un rôle qui lui a été attribué. Et si certaines missions nous mettent naturellement dans la lumière, d’autres peuvent nous faire rapidement tomber dans l’oubli. « Ces dernières sont aussi appelées tâches de l’ombre en raison de leur manque de visibilité aux yeux de leurs pairs », analyse Marie-Laure Deschamp. Pourtant, au sein de l’entreprise toutes les tâches ont vocation à être utiles. Et si ce n’est pas le cas, alors c’est à la boîte de repenser son organisation interne et non aux salariés de se remettre en question. « Malheureusement, la société a souvent tendance à distinguer les actions honorables qui participent directement à la fabrication du produit et à sa commercialisation, de celles qui accompagnent l’entreprise et les salariés au quotidien », observe la coach.

Toutes ces activités qui font tourner la boutique chaque jour sans qu’elles soient forcément reconnues. « Et ce notamment d’un point de vue financier, car l’augmentation et les primes viennent d’abord récompenser les changements de responsabilités et les évolutions les plus prégnantes, explique Marie-Laure Deschamp. Pourtant la valorisation ne dépend pas uniquement du salaire, elle passe aussi par la reconnaissance sociale. » Autrement dit, par le fait de reconnaître ouvertement toute l’importance des petites actions menées par chaque salarié. « L’assistante d’une équipe qui n’a ni inventé ni vendu un produit, mais elle prend en charge toute la logistique du séminaire à venir se doit d’être remerciée à juste titre, illustre la spécialiste. Car même si ces tâches ne sont pas faites pour briller dans la lumière, elles sont indispensables. » Et ces dernières sont d’autant plus notables qu’elles concernent tous les postes et tous les secteurs. Qui n’a pas déjà consacré du temps à relire les comptes-rendus de ses collègues ? À les aider à rectifier des erreurs avant d’importantes présentations ? À organiser un pot de départ ? À proposer des idées pour améliorer le projet d’une équipe ? Tant d’efforts qui ne sont ni visibles aux yeux du top management, ni lisibles sur la fiche de poste mais qui participent à faire vivre l’entreprise et renforcer sa cohésion. Alors comment les valoriser davantage ?

Lire aussi dans notre rubrique : Workers

Transformer son stress en force motrice au travail, c’est possible ?

6 conseils pour sortir de l’ombre

Dès lors qu’on part du principe que toutes les tâches dans l’entreprise ont leur utilité, alors il n’y a pas de petites tâches. Et si certains ont à cœur de voir leur travail davantage valorisé, Marie-Laure Deschamp nous dévoile six moyens pour y parvenir.

1. En parler

Si le besoin de reconnaissance vous démange, il est tout à fait possible de formuler clairement ce manque à vos supérieur·e·s. N’hésitez pas à aborder le sujet sans détour : « Faites leur savoir qu’il s’agit peut-être d’un point anodin aux yeux de la hiérarchie, mais que si cette dernière souhaite que vous continuiez à vous engager dans votre métier, que vous vous investissiez, vous aimeriez que l’on reconnaisse tout ce que vous apportez à l’équipe », explique Marie-Laure Deschamp.

2. Quantifier son travail

Le problème avec le manque de visibilité : les managers peuvent avoir du mal à se rendre compte de l’ampleur du travail mené. « Pourtant, l’aspect répétitif de ces tâches suggère un volume important derrière, digne d’être reconnu, affirme Marie-Laure Deschamp. Alors pour mettre davantage en lumière vos efforts, essayez de quantifier vos missions ». Vous avez payé 3 500 factures au cours de l’année ? Ce chiffre vaut le coup d’être mentionné ! « Vous pouvez par exemple, traduire ces petites missions en dix chiffres clés afin que le reste de l’équipe comprenne l’ampleur du travail bien qu’il soit discret », suggère l’experte.

3. Ne pas minimiser l’importance de ces “petites” tâches

Dans une entreprise, on a souvent tendance à se comparer à ses collègues. « Et quelque soit notre activité, on se sent tout petit à côté », conclut Marie-Laure Deschamp. Une tendance qui nous pousserait à minimiser l’importance de notre contribution. Pourtant, si on veut que nos missions soient davantage valorisées, la première étape est déjà d’en reconnaître soi-même leur valeur. Vous avez accueilli le petit nouveau en organisant un pot de bienvenue ? Vous avez relancé votre N+2 lors de sa présentation pour mettre fin à un blanc qui l’embarrassait ? Prenez le temps d’apprécier ces gestes ! Toutes les contributions comptent : c’est bien en se soutenant et en rendant service que l’on peut atteindre tous ensemble les objectifs de l’entreprise.

4. Créer de la visibilité

Bien souvent, lorsqu’on effectue ces tâches, on a tendance à soi-même les invisibiliser, comme si elles n’étaient pas dignes du regard de votre hiérarchie. Pourtant, cela vous a pris du temps et votre expertise a été mise au service de l’entreprise, même indirectement. Elles ont donc tout intérêt à être concrètement mises en valeur aux yeux de votre N+2 et N+3 ! Alors, n’hésitez pas à le faire savoir, surtout lorsque ces tâches sont utiles pour l’intérêt collectif. Vous avez mis en place un nouveau process de travail ? Ne vous contentez pas de le mettre à disposition de vos collègues en envoyant un mail. Accompagnez-le d’un tutoriel signé de votre nom ! Il ne s’agit pas d’attirer les projecteurs sur soi mais plutôt de garder une trace de vos efforts de manière à ne pas les négliger.

5. Faire preuve de bienveillance

S’il est essentiel d’être bienveillant avec soi-même, il est tout aussi important de l’être avec ceux qui nous entourent. « Car il ne faut pas s’étonner de ne pas recevoir ce que l’on ne donne à personne », relève Marie-Laure Deschamp. Soyez vigilant, pensez à reconnaître le travail de vos collègues, à les remercier sincèrement pour leur participation à l’effort collectif. « À n’importe quel moment on peut manquer de reconnaissance, alors alimentez cette pompe à énergie renouvelable lorsque vous en avez l’occasion ! », insiste la coach. La prochaine fois que votre équipier vous aide à boucler un dossier sur lequel vous bloquez depuis plusieurs jours, soulignez-le aux yeux de tous !

6. Trouver le juste équilibre entre ombre et lumière

Enfin, pour sortir de l’ombre il faut tout simplement s’exposer à la lumière. Trouvez un équilibre entre les missions gratifiantes et celles plus discrètes. Ce qui veut dire aussi, partir à la recherche de missions plus valorisantes ! « Que pourriez-vous faire pour que les tâches invisibles se fassent plus rapidement ? Que pourrait-on améliorer pour redoubler d’efficacité ? », interroge Marie-Laure Deschamp. Des initiatives qui vous permettront d’aller sur d’autres sujets, ceux qui vous offriront une plus grande exposition aux yeux de vos collaborateurs. Mais pour cela il faut être observateur : « Restez à l’écoute des signaux faibles : votre manager cherche quelqu’un pour porter le nouveau projet crucial pour la boîte ? Saisissez l’opportunité ! » S’il n’y a pas de mal à se consacrer à des tâches discrètes, il faut aussi de temps en temps savoir se faire remarquer en portant haut et fort des projets d’envergure. De ceux qui vont vous mettre en avant, notamment aux yeux du top management.

Tout le monde a besoin de voir ses efforts reconnus d’une manière ou d’une autre. N’oubliez pas que l’importance d’une mission ne se mesure pas à sa visibilité et il est toujours possible de valoriser le travail que l’on fait. Alors à vous de jouer !

Article édité par Aurélie Cerffond
Photo de Thomas Decamps

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :