Thierry Rousseau : réussir à évaluer la charge de travail des collaborateurs

Thierry Rousseau : évaluer la charge de travail des salariés

Placer justement le curseur quant à la charge de travail d’un collaborateur n’est pas chose aisée. Entre le risque d’en demander trop ou pas assez, de réussir à estimer la part d’aléas qui s’ajoute aux tâches programmées, la question peut relever du casse-tête, d’autant plus à distance. Mais elle demeure essentielle tant pour la santé des salariés que la performance de l’entreprise.

Dans cette chronique Work In Progress du 8 octobre 2020, Thierry Rousseau, chargé de mission au sein de l’Anact, détaille les différents spectres de la charge de travail. « Il y a toujours une différence entre la programmation théorique du travail, ce qu’on prescrit, ce qu’on demande, ce qu’on exige des collaborateurs, et la réalité de ce que font les travailleurs pour atteindre les objectifs qui leur ont été assignés. Tout l’enjeu d’une démarche de régulation de la charge de travail, c’est de rapprocher justement les points de vue, permettre l’expression du travail réel, clarifier ce qu’on veut, les objectifs, la stratégie. Tout un travail de rapprochement est possible et je dirais même nécessaire, surtout dans le cadre d’une activité aussi disfonctionnelle que l’on a connu le printemps dernier et qui continue encore aujourd’hui », explique-t-il notamment.

Suivez Welcome to the Jungle sur LinkedIn pour découvrir, chaque jour, nos dernières actualités !

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Work In Progress

Notre co-fondateur Jérémy Clédat décrypte chaque jour les tendances du travail d'aujourd'hui et de demain, sur la nouvelle chaîne d'informations B Sm…

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :