Recrutement et fidélisation des jeunes talents : et si vous optiez pour un VTE ?

Recruter et fidéliser les jeunes talents grâce au VTE

« J’ai diffusé mes premières offres d’emploi pour un poste d’ingénieur.e d’affaires en 2017. Trois ans plus tard, je n’avais reçu qu’une candidature», déplore Thierry Paupardin, dirigeant de la société Fromfroid. Comme lui, de nombreux dirigeants de PME – 82% selon ce baromètre – déclarent rencontrer des difficultés de recrutement. Une pénurie de talents qui n’est pas sans impact direct sur le business : 6 PME sur 10 estiment que ces difficultés de recrutement sont le principal frein au développement de leur entreprise.
« Notre entreprise travaille à 80% dans l’export, de la Nouvelle-Zélande à la Russie, en passant par le Canada, le Brésil, les États-Unis ou encore l’Afrique. Comme un de nos ingénieurs d’affaires part à la retraite dans quelques années, nous cherchions quelqu’un de mobile, parlant anglais et capable de gérer des projets complexes, avec différentes cultures. Ce type de profils se trouve lorsqu’on est à Paris, Nantes, Lille ou Bordeaux, mais c’est plus compliqué sur la Côte d’Opale », poursuit Thierry Paupardin, dont l’entreprise est implantée dans le Pas-de-Calais.

Pénurie de talents et manque d’attractivité : la double peine des PME et ETI

Pour pallier ces difficultés de recrutement, le gouvernement a initié en novembre 2018 un nouveau type de contrat : le Volontariat territorial en entreprise (VTE). Porté depuis 2019 par Bpifrance, ce dispositif inspiré du VIE prend la forme d’un contrat de travail classique (CDI ou CDD) ou d’un contrat d’alternance. Ouvert aux étudiant.e.s ou jeunes salarié.e.s à partir de Bac+ 2, il repose sur un principe simple : permettre aux PME et aux ETI, tous secteurs confondus, de proposer aux candidats éligibles, sur une durée minimum d’un an, des missions à forte valeur ajoutée, sur des typologies de postes variées (transition écologique, développement international, digitalisation, bras droit du dirigeant…).

C’est dans ce cadre que Thierry Paupardin a trouvé sa perle rare : Arthur Boucher, ingénieur d’affaires diplômé de l’ICAM. «C’est gagnant-gagnant» , explique le dirigeant. « Arthur atteint un niveau de responsabilité qu’il n’aurait pas ailleurs. Son poste représente 20% du chiffre d’affaires, et il est en lien direct avec moi. Nous faisons des points deux fois par semaine, et il est sollicité par les anciens. Nous sommes très satisfaits de ce recrutement en CDI. Nous transmettons à Arthur notre savoir-faire, dans l’objectif de le rendre autonome d’ici quelques années, et de lui permettre de recruter à son tour d’autres ingénieur.e.s qu’il formera. Sans le VTE, le recrutement aurait été bien plus compliqué », poursuit-il.

Lire aussi dans notre rubrique : Decision Makers

Arnaud Marion : résilience, l'avenir appartient-il aux entreprises réflexives ?

400 VTE signés en 1 an

Pour faire connaître le dispositif auprès des jeunes talents, Bpifrance annonce avoir noué des partenariats avec 42 écoles et 112 campus. Objectif : atteindre le palier de 500 VTE signés d’ici fin 2020. « À ce jour (16 septembre, ndlr), 400 chartes VTE ont été signées », détaille Alexandre Rigal, directeur du développement, en charge du VTE, chez Bpifrance : « Ce sont en général des missions liées à la transformation digitale des entreprises, avec un challenge à la fois pour l’entreprise et le jeune. Nous encourageons les entreprises à attirer les jeunes sur des postes à responsabilité. Nous expliquons aussi aux jeunes que si la PME n’est peut-être pas leur premier choix, celle-ci leur offre l’opportunité de démontrer leur capacité à transformer l’entreprise en interne ».

Des responsabilités, c’est précisément ce que Marc-Alain Ducret, Directeur des ressources humaines de JPB Système, a pu proposer à Aurélien De Demandolx, chargé de projet marketing recruté en CDD pour rendre visible un nouveau service permettant la digitalisation de toute l’unité industrielle. « Pour ce recrutement, nous n’avions pas de visibilité. L’idée était donc de ne pas engager la structure sur un besoin qui n’était pas vérifié dans le temps. Avec Aurélien, l’entente s’est faite sur le terrain de l’autonomie. Nous avons construit le cadre du poste, et l’avons laissé libre de le remplir avec des actions. Pour lui, c’était l’opportunité de construire la mise en place du poste et sa pérennisation. Nous lui avons confié notre roadmap prévisionnelle pour 2020-2023 et ça l’a intéressé d’être à ce point associé au développement stratégique de l’entreprise », explique-t-il.

« Les jeunes inscrits (…) ne sont pas là par hasard », Marc-Alain Ducret, Directeur des ressources humaines de JPB Système

Comme son nom l’indique, le VTE repose avant tout sur une démarche volontaire de la part des talents, ceux-ci ayant parfois même déjà l’expérience d’une mission menée au sein d’un grand groupe. Cette particularité du dispositif permet, selon le DRH de JPB Système, de gagner un temps considérable dans les recrutements. « Les jeunes inscrits ont la capacité d’accéder à d’autres offres et ne sont pas là par hasard», précise-t-il. «Ils ont envie d’une structure qui leur permette d’avoir des responsabilités, ce qui est compliqué à avoir dans un grand groupe, où l’organisation est souvent très structurée et les schémas de décision assez longs ».

Le VTE, levier de transformation des entreprises ?

Alors que les premiers salariés recrutés en VTE n’ont pas encore terminé leur mission, Alexandre Rigal tire d’ores-et-déjà un bilan encourageant des expériences VTE mises en place. « S’agissant de la découverte des PME/ETI par les jeunes, le pari est gagné. Ils ont compris que les PME/ETI pouvaient leur offrir plus d’autonomie et un vrai périmètre d’action. Les entreprises aussi sont satisfaites. Les dirigeants nous expliquent que le recrutement d’un jeune apporte vraiment quelque chose. Il peut s’agir d’éviter un mauvais choix, de bénéficier de connaissances nouvelles ou encore de prendre du recul sur le développement de l’activité. Aujourd’hui, l’enjeu est le plan de relance, et le VTE va être un outil pour accompagner la transition des entreprises », se félicite-t-il.

Contenu sponsorisé
Cet article a été réalisé en partenariat avec VTE France. Plus d’infos ici

Envie de rejoindre Bpifrance Le Hub ?

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :