Quelle attitude adopter en entreprise quand on a été pistonné ?

Comment se comporter en entreprise quand on a été pistonné ?

En France aujourd’hui pour lancer sa carrière, il y a la formation, le talent et… le réseau ! Avoir un coup de pouce de connaissances, amis, parents ou anciens camarades de promo est monnaie courante mais encore faut-il en faire bon usage. Pistonné, recommandé ou coopté, le résultat est le même, vous allez devoir redoubler d’efforts pour vous faire une place parmi vos nouveaux collègues. Alors quelle attitude adopter ? Faut-il le cacher ou l’assumer clairement ? Voici cinq conseils pour vous aiguiller.

1. Assumez-le dès le départ

Dans une entreprise tout se sait d’une manière ou d’une autre alors pour éviter que vos collègues découvrent au détour d’un couloir comment vous êtes arrivé là, prenez les devants et assumez dès le départ. Demandez à la direction si elle souhaite l’annoncer et avisez en fonction.

La direction de Lisa avait, par exemple, déjà annoncé en interne qu’elle venait grâce à l’appui de son frère auprès du patron : « J’ai commencé dans mon ancienne entreprise en stage, c’était une petite boîte de 20 personnes et tout le monde savait que j’étais pistonnée, c’était annoncé clairement depuis le début. Mon copain était le cousin d’un des deux patrons. À l’issue de mon stage, ils m’ont proposé un CDD de 6 mois puis un CDI, donc mes collègues ont eu le temps de se faire à l’idée. Tout ça ne m’a pas empêché de me faire appeler “chouchoute” au bureau tous les jours avec humour et je répondais avec beaucoup d’autodérision. »

Si la situation n’a pas été explicitée avant votre arrivée, présentez-vous en disant comment vous avez eu le poste, en quoi il vous intéresse, et à quel point vous êtes ravi d’intégrer l’entreprise.

2. Faites profil bas

Vos relations avec vos nouveaux collègues ne coulent pas de source. Dans ce genre de circonstance, ils auront une défiance à votre égard du fait que vous ayez probablement écourté le processus de recrutement. Vous devrez donc montrer patte blanche plus que les autres en faisant attention à votre attitude et vos propos.

Côté attitude, adoptez une posture humble et non l’assurance d’une personne qui se sent protégée par celui qui l’a aidé à intégrer la tribu. Ni timide ou effacé, ni dans les excès, soyez confiant et sympathique.

Côté propos, vous êtes moins libre qu’un nouvel arrivant lambda puisque beaucoup plus regardé. Effectivement, les gens auront tendance à chercher ce qui fait que vous ne correspondez pas à l’entreprise et que votre venue repose entièrement sur le fait de connaître quelqu’un. Prouvez le contraire.

Ne parlez pas sans cesse de vos réussites passées dans d’autres tribus, l’idée étant de faire ses preuves ici, face à eux, au moment présent. A contrario, ne cassez pas non plus du sucre sur votre ancien employeur au risque d’attirer la méfiance et de faire passer le message qu’il vous faut l’appui de quelqu’un pour vous en sortir. Même si votre précédente expérience a été éprouvante, gardez votre sang-froid et votre discrétion.

C’est valable aussi s’il y a un conflit dans l’entreprise, ne prenez pas parti, restez neutre, pour que l’on ne puisse pas vous reprocher d’être du côté de la personne qui vous a donné un coup de pouce.

Et enfin, ne soyez pas familier. Pour vous rapprocher des gens, vous n’avez pas besoin de leur ouvrir les coulisses de votre vie personnelle, de vos émotions et de vos problèmes. Lancez la conversation sur votre parcours, votre projet professionnel, vos hobbies par exemple. Donnez-leur ainsi matière à vous connaître sans vous mettre en porte-à-faux et en vous détachant habilement de l’étiquette “pistonné”.

3. Montrez votre soif d’apprendre

S’il s’agit d’un stage pour lequel vous êtes pistonné, notamment par quelqu’un de haut placé, il y a des chances pour que les équipes n’aient pas réellement anticipé la venue d’une ressource supplémentaire. Il est donc probable qu’elles n’aient pas réellement besoin de votre présence, et ne sachent pas quoi vous faire faire dans un premier temps. Dans ce cas, prenez les devants.

Anticipez donc votre arrivée en vous renseignant le plus possible sur l’entreprise et votre futur service. Les équipes apprécieront de voir l’intérêt que vous portez à la mission au-delà du fait que vous avez été parachuté là par un proche. Regardez le site Internet, les articles qui parlent de l’entreprise, envoyez un mail à la personne qui vous donne un coup de pouce pour en savoir plus sur l’organisation interne, allez voir les profils LinkedIn de votre maître de stage et des personnes avec qui vous travaillerez…

Une fois arrivé, soyez curieux. Quand on va vous présenter l’organisation de l’entreprise et les projets du service, posez des questions, montrez votre intérêt, votre envie de visiter les différents sites et rencontrer les différentes équipes. Ne laissez pas paraître à longueur de journée que votre papa ou votre tonton vous a déjà tout dit sur l’entreprise. Mettez aussi en avant le fait que vous n’avez pas la science infuse et que vous voulez apprendre de vos collègues, ils s’en sentiront valorisés et vous aurez accès à des informations que vous n’aurez pas pu avoir avant.

4. Construirez votre propre réseau dans la boîte

Il est primordial que vous créiez un réseau en dehors de la personne qui vous a aidé à rentrer dans l’entreprise, d’autant qu’il y a fort à parier que ce ne sera pas avec cette personne que vous travaillerez au quotidien.

Tout d’abord, essayez de faire table rase du tableau que l’on vous a probablement dressé avant d’arriver. Il est possible que la personne qui vous pistonne vous ait déjà briefé sur les gens sympathiques, ceux qui le sont moins, les querelles, les guerres de pouvoir… Si tel est le cas, tentez malgré tout d’arriver sans à priori, le plus neutre possible, pour vous forger votre propre avis et vous laissez l’opportunité de connaître tout le monde.

Pour créer du lien avec les gens dans votre nouvelle entreprise, il faut leur montrer que vous êtes comme eux. Rentrez dans le moule des petites habitudes : arrivez et partez à la même heure que les autres, déjeunez avec votre équipe, prenez une pause-clope avec les autres même si vous ne fumez pas (un café ou un verre d’eau fera aussi l’affaire !) etc.

Intéressez-vous ensuite à chacun pour tisser un lien. Combattez votre timidité ou la pression que vous vous mettez pour ne pas décevoir et allez à la rencontre des autres. Ça peut paraître anodin mais pour gagner l’attention, retenez le plus vite possible les prénoms. Utilisez ensuite une question pour briser la glace du type : « Depuis combien de temps êtes-vous dans l’entreprise ? » ce qui invitera votre collègue à parler de son histoire. Et au fil des jours, commencez à proposer des déjeuners qui seront l’occasion pour vous de mieux cerner les règles informelles de la tribu et de parler avec vos collègues de vos centres d’intérêts respectifs. Vous vous intégrerez ainsi sereinement et créerez des relations de confiance à long terme avec des gens qui vous apprécieront pour ce que vous êtes, et non parce que vous avez quelques connexions, plus ou moins politiques ou stratégiques, en interne.

5. Prouvez que vous méritez votre place autant que les autres

Ce n’est pas parce que l’on arrive par une porte privilégiée que l’on n’a pas les compétences et les qualités pour le poste. En revanche, il faut davantage convaincre et s’accrocher.

Julien en témoigne, le piston lui a donné un coup de pouce au départ pour pénétrer le monde de l’audiovisuel, qu’il a su transformer en chance pour prouver ses compétences et y faire carrière. « Quand j’avais 25 ans j’ai fait une reconversion dans l’audiovisuel alors que je bossais dans la musique. Je n’avais aucun diplôme et aucune expérience mais je bidouillais chez moi un logiciel de montage qui venait de sortir et qui avait encore peu d’utilisateurs. Ma cousine était directrice de production dans un studio qui utilisait ce logiciel. Elle m’a pistonné pour me permettre d’y faire un stage. Après, en revanche, il fallait que je fasse mes preuves et j’y suis resté près de 10 ans ! »

Dans cet exemple, la cousine de Julien a reconnu ses capacités et sa débrouillardise assez vite pour lui offrir le tremplin qu’il lui a fallu mais c’est lui qui a écrit la suite de son histoire. Le piston dans ce cas a été une chance qu’il a provoquée et su saisir.

Anaïs nous relate l’anecdote de sa sœur qui va dans le même sens : « Elle a été pistonnée mais “intelligemment” ! L’ami de mes parents, fondateur d’une entreprise dans le secteur du tourisme, a donné son CV au RH en lui notifiant leur lien mais en lui laissant le libre-arbitre. Il se trouve qu’une personne de l’équipe qu’elle a finalement intégré, avait déjà travaillé avec elle et était content de son travail. Donc un piston certes, mais basé sur ses compétences in fine ! »

Un réseau s’active de la bonne manière pour que ce soit gagnant-gagnant entre la personne qui vous aide et vous-même. En effet, personne ne vous reprochera de glaner un coup de pouce pour accéder au secteur ou poste de vos rêves. Alors transformez ce coup du destin en vraie chance en adoptant la bonne attitude. Coopté ou pistonné, gagnez votre place et montrez que vous n’êtes pas là par hasard. Vous avez maintenant toutes les cartes en main. Bonne chance !

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir tous nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by WTTJ

Audrey Depommier

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :