Peut-on dire « je ne sais pas » en entretien d'embauche ?

Entretien d'embauche : peut-on dire qu'on "ne sait pas" ?

Abraham Lincoln avait pour habitude de dire que « mieux vaut garder le silence et passer pour un imbécile, que parler et n’en laisser aucun doute ». Un proverbe très sage… Mais peut-on réellement l’appliquer en entretien d’embauche ? Doit-on se taire ou avouer que l’on ne sait pas… plutôt que chercher à donner une réponse, même approximative ?

Une fois en poste, reconnaître son ignorance sur un sujet est rarement problématique. Mais en entretien, un candidat n’a que quelques dizaines de minutes pour convaincre en montrant ses connaissances et ses compétences. Alors peut-on « bien » admettre que l’on n’a pas la réponse à la question posée ?

Est-ce que c’est rédhibitoire de ne pas savoir ?

Si ce n’est pas déjà arrivé, cela vous arrivera. Tout le monde, un jour ou l’autre, se trouve face à une question dont il ne connaît pas la réponse. Heureusement, c’est rarement dramatique. Le niveau de tolérance de votre recruteur dépendra principalement du type de question face à laquelle vous séchez.

  • Les questions classiques
    Se préparer aux questions types d’un entretien d’embauche est crucial. « Présentez-vous », « Parlez-moi de votre dernière expérience », « De quel projet êtes-vous le plus fier »… Rares seront les recruteurs à vous prendre au sérieux si vous restez coi devant ces questions. Malgré tout, il arrive que le stress empêche effectivement votre cerveau de se remémorer ce que vous savez. Auquel cas, la majorité des recruteurs seront tolérants et vous laisseront le temps de reprendre vos esprits.

  • Les questions basiques sur votre cœur de métier
    A-t’on le droit de ne pas connaître les « 4P du marketing » en postulant à un job dans ce secteur ? « Si une personne ne connaît pas la réponse à une question relativement simple sur son futur métier, même après un temps de réflexion, cela peut lui être préjudiciable. Mais ce type de situation est rare », explique Ruth Cimpoy, recruteuse dans un cabinet de conseil. Le plus souvent, les connaissances du candidat ne sont pas inexistantes, mais simplement insuffisantes. Auquel cas, Ruth recommande de montrer sa volonté de progresser : « Vous pouvez par exemple répondre que vous êtes conscient que votre niveau de connaissance du sujet n’est pas à la hauteur des attentes de votre interlocuteur, mais que vous êtes prêt à travailler dessus via tel moyen. »

  • Les questions complexes
    « J’aime poser des questions du style : “Si tu as toutes les cartes en main pour réaliser ce projet, comment t’y prends-tu ?” Je suis conscient que c’est difficile, mais je n’attends pas la bonne réponse, je cherche simplement à comprendre le raisonnement du candidat », explique Maxime Thomas, cofondateur d’un cabinet de formation. Il y a donc rarement de « mauvaise réponse » qui pourrait vous être reprochée. Autre approche possible, retourner votre manque de connaissance en mettant en avant votre curiosité, votre humilité, votre écoute : « Je reconnais que je ne sais pas, mais pouvez-vous m’expliquer comment cela fonctionne ? » Avouer son ignorance est une forme de sagesse et de lucidité, Platon serait fier de vous.

  • Les questions pièges
    Il arrive qu’un recruteur cherche délibérément à vous surprendre avec une question absurde. C’est régulièrement le cas dans les entretiens pour des cabinets de consulting. Auquel cas, l’objectif est rarement de savoir si vous connaissez la réponse (combien de tubes de colle pour fabriquer cette maquette, à votre avis ?), mais plutôt de voir comment vous réagissez sous la pression.

Lire aussi dans notre rubrique : Candidats

Top 50 des entreprises de moins de 15 employés qui recrutent - décembre 2020

Peut-on mentir quand on ne sait pas ?

Comme il est tentant de “bullshiter” lorsque l’on pense que notre interlocuteur ne pourra pas vérifier si on se trompe… Ou de risquer une réponse approximative pour faire bonne impression. Malheureusement, il est souvent dangereux de mentir pour cacher son ignorance. « Lors de mes premiers recrutements, j’ai été confronté à une personne qui m’a menti au lieu d’avouer son ignorance sur un sujet clé pour moi. C’est de ma faute, car j’aurais dû creuser plutôt que de lui faire confiance par défaut. Au final, j’ai dû la licencier après quelques semaines parce qu’elle ne savait pas faire ce pour quoi on l’avait embauché », ajoute Maxime. En entreprise, le mensonge est une bombe à retardement.

Inventer ou “bullshiter” une réponse révèle à la fois vos faiblesses et votre manque de fiabilité future. Et personne n’a envie de travailler avec un collaborateur qui cache son ignorance, en prenant le risque d’impacter ses projets ou ses collègues. « Au contraire, c’est un très bon signal que la personne reconnaisse ne pas savoir, souligne Maxime. Car il y a toutes les chances que la personne réagisse de la même façon une fois en poste et c’est exactement ce que j’attends de mes collaborateurs : de l’honnêteté et de la transparence. »

5 clés pour réagir quand on ne sait pas répondre

  • Don’t panic !
    Vous la voyez, cette goutte de sueur qui coule délicatement le long de votre joue ? Lorsque vous êtes confronté à une question pour laquelle vous n’avez pas de réponse, essayez de garder votre sang froid et respirer profondément. N’ayez pas peur du silence. Faire preuve de calme montrera au recruteur que vous êtes capable de faire bonne figure et résister à la pression.

  • Gagnez du temps
    Si vous avez une idée approximative de la réponse mais n’êtes pas capable de la formaliser directement, essayez d’acheter du temps en demandant à votre interlocuteur de reformuler sa question ou de donner des éclaircissements. Cela laissera à votre cerveau le temps de remettre les pièces du puzzle en place.

  • Grappillez des indices
    Poser des questions connexes vous permettra peut-être de mieux cerner la demande de votre interlocuteur. Approfondissez le sujet pour voir si vous pouvez obtenir plus de détails qui vous aideront à le comprendre. Si un recruteur vous interroge sur la meilleure méthode pour aborder un projet précis, vous pouvez répondre : « Pour m’aider à vous apporter une réponse plus contextualisée, pouvez-vous me dire comment l’entreprise réalisait cela jusqu’ici ? »

  • Raisonnez à voix haute
    Lorsqu’un recruteur pose une question délibérément complexe, c’est généralement pour avoir un aperçu de la façon dont vous résolvez un problème. Si vous êtes interrogé sur la façon dont vous mettriez en place un projet mais que vous n’avez pas d’idée concrète du résultat final, expliquez simplement les étapes que vous suivriez : « Pour commencer, j’irais interroger le client final, puis je pense important de… » Souvent, le processus de réflexion est plus important que la réponse elle-même.

  • Répondez… plus tard
    Lorsque vous êtes confronté à une question complexe, n’hésitez pas à vous engager à y répondre plus tard : « C’est une question qui mérite réflexion. Je peux y répondre en partie, mais j’aimerais y réfléchir et vous donner une réponse plus complète plus tard. » Le « plus tard » pouvant être en fin d’entretien, ou lors de votre e-mail de suivi. C’est une excellente manière de montrer sa persévérance et son sérieux, qui vous permettra sans doute de vous démarquer davantage qu’en éludant la question.

Votre état d’esprit lors d’un entretien est l’ingrédient n°1 du succès. Il n’est pas nécessaire de faire un sans-faute pour décrocher un poste. Ne pas avoir la réponse à une question est rarement préjudiciable, tandis qu’essayer de s’en sortir par un mensonge transforme votre candidature en bombe à retardement. « Un entretien n’est pas un examen, c’est avant tout un échange », conclut Ruth.

Alors, peut-on dire « je ne sais pas » ? Mmh… difficile à dire… pouvez-vous reformuler la question ?

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook, LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles !

Photo by WTTJ.
Article édité par Manuel Avenel

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :