Comment réussir l’étude de cas (et autres exercices) en entretien d’embauche ?

Entretien : réussir l’étude de cas (et autres cas pratiques)

Lorsque vous postulez pour un emploi et que vous avez survécu à l’étape des questions pendant l’entretien, il n’est pas rare que le recruteur vous mette à l’épreuve en vous demandant de réaliser un cas pratique. Cet exercice prisé des entreprises est un moyen pour elles de vous tester en situation réelle et de voir ce dont vous êtes capable : après avoir abordé votre parcours et vos compétences, c’est le moment d’en faire la démonstration !

Quels exercices peuvent vous être demandés ? Que cherche-t-on à connaître de vous ? Comment réussir ce cas pratique ? Welcome To The Jungle vous donne les clés pour vous y préparer.

L’étude de cas en entretien, un incontournable

Il s’agit d’un grand classique des épreuves d’entretien. L’étude de cas en entretien consiste à résoudre une problématique en un temps limité, puis à présenter le fruit de votre réflexion au recruteur.

On vous confiera un brief comprenant des premiers éléments. Ensuite, ce sera à vous de vous lancer en effectuant des recherches complémentaires, à l’aide des outils qui seront mis à votre disposition (dossiers, accès à internet, rapports, etc.).

Vous pourriez être confronté aux sujets suivants :

  • Analyse d’un secteur, problème de rentabilité d’une entreprise ;
  • lancement d’un nouveau produit/service ;
  • lancement sur un nouveau marché ;
  • augmentation des ventes ;
  • travail sur la notoriété et l’image, etc.

Objectif : Le recruteur cherche à jauger votre façon de raisonner et votre intelligence situationnelle.

Conseils

  1. Reformulez la demande avec vos propres mots : Ne reprenez pas la problématique telle qu’elle a été énoncée ; reformulez-la pour montrer que vous maîtrisez le sujet et employez un vocabulaire qui démontre votre expertise (retargeting, cibles, insight, positionnement…). Si vous voulez faire la différence, vous pouvez même tenter de challenger cette problématique en proposant un autre d’angle d’attaque. L’idée n’est pas de réfuter la problématique à tout prix mais de l’adapter à une réflexion originale, à condition que celle-ci soit pertinente. On ne vous reprochera jamais d’affirmer une conviction si cette dernière est bien argumentée.

  2. Questionnez le recruteur : N’ayez pas peur de demander des clarifications si vous avez un doute. Mais posez également des questions qui montrent que vous connaissez la réalité du métier et que vous souhaitez aboutir à la stratégie opérationnelle la plus juste : « Quel est l’objectif assigné au digital par l’entreprise ? Quelle est la cible prioritaire de communication ? Quels sont les supports de communication existants ? »

  3. Démontrez votre vision stratégique : Prenez de la hauteur sur le sujet et posez un socle de réflexion à l’aide d’un outil (SWOT, méthode des 5P…) ou d’un process de travail (workshop, design thinking, social room…) pour montrer comment vous procéderiez dans la “vraie vie”. Faites jouer votre bon sens, restez simple et clair. Présentez vos idées à l’aide de schémas pour une meilleure compréhension et donner du rythme à la présentation.

  4. Proposez un fil conducteur, un plan de réflexion : Soyez structuré pour ne pas perdre votre interlocuteur et établissez dès la phase préparatoire un plan que vous pourrez énoncer au début de la soutenance orale : rappel de la problématique, diagnostic, analyse, pistes de recommandation, conclusion.

  5. Soyez créatif : Privilégiez une approche disruptive tout en citant vos références et en indiquant qu’il s’agit du fruit de votre recherche. Vous prouverez ainsi que vous êtes au point sur les dernières campagnes et actions du secteur. Montrez également votre appétence pour le digital ; aujourd’hui, il est devenu difficile d’échapper à cet outil, vecteur de mécaniques innovantes.

  6. Démontrez l’efficacité des actions proposées : Parlez d’objectifs et de KPI car on ne peut établir une stratégie opérationnelle sans se fixer un cap chiffré et des outils de mesure. Par exemple, si le sujet est une campagne de notoriété, établissez combien de points il est nécessaire de gagner et mesurez l’évolution de la notoriété à l’aide d’une étude avant-après.

Lire aussi dans notre rubrique : Candidats

Friends, How I Met your Mother... On analyse 5 entretiens mythiques de séries

Le market sizing, une technique de recrutement à la mode

Les tests market sizing, bien connus des cabinets de conseil en stratégie, ont fait une entrée fracassante dans les processus de recrutement. En partant d’une question simple, du type « Combien de litres de jus d’oranges sont-ils consommés en France chaque année ? », le candidat doit faire appel à ses capacités logiques et ses compétences en calcul mental pour estimer rapidement la taille d’un marché.

Un exemple
Question posée : « Pouvez-vous me donner une estimation du nombre de paquets de cigarettes vendues chaque année en Russie ? »

Solution proposée

  • La population russe (150 millions de personnes).
  • Le pourcentage de la population qui fume (estimation subjective du candidat, disons un tiers).
  • Le nombre moyen de cigarettes fumées chaque jour par cette population de fumeurs (admettons 20 cigarettes, soit un paquet).
  • Selon nos hypothèses, le nombre moyen de paquets de cigarettes vendus chaque année en Russie est le suivant : (150 x ⅓) x 20 x 365 = 365 milliards de cigarettes, soit 18,25 milliards de paquets.

Objectif : Le recruteur cherche à tester vos capacités de logique et de calcul mental.

Conseils

  1. Utilisez des chiffres ronds : Justifiez les estimations à l’aide de chiffres ronds pour calculer le plus vite possible et éviter les erreurs.

  2. Gardez votre calme : Votre gestuelle est décryptée, vous devez inspirer confiance. Montrez-vous passionné et dynamique pour ne pas ennuyer votre interlocuteur.

  3. Raisonnez à voix haute : C’est important pour que le recruteur comprenne votre façon de réfléchir, et cela vous évite de partir dans la mauvaise direction au besoin.

In-Basket, dans la peau d’un employé

Les tests in-basket permettent à l’entreprise d’évaluer votre capacité à gérer plusieurs tâches et hiérarchiser votre travail. Le recruteur vous confie un certain nombre de missions dont vous devez vous occuper durant un temps délimité.

Par exemple, vous pourriez trouver dans votre boîte email un certain nombre de requêtes à régler, pendant que vous recevez des appels téléphoniques et des messages urgents de la part des employés.

Objectif : Le recruteur cherche à juger vos compétences multitâches, votre aptitude à prendre des décisions et à prioriser les problèmes rencontrés.

Conseils

  1. Prenez des notes synthétiques : Elles vous aideront à organiser les tâches par ordre de priorité et à établir votre to-do list.

  2. Argumentez vos choix en vous servant de votre expérience : En toute humilité, parlez de situations que vous avez mal appréhendées dans le passé ou au contraire de défis que vous avez su relever et des leçons que vous en avez tirées.

  3. Montrez que vous savez déléguer :
    Intégrez la délégation dans votre process de travail pour gagner du temps et impulser une dynamique de travail en groupe.

Gestion du stress : avez-vous du sang-froid ?

Il est possible que l’on cherche à tester votre résistance au stress et votre capacité à ne pas vous laisser démonter face à une situation difficile ou inattendue, surtout si vous êtes candidat à un poste où la pression peut être forte (relation client, vente, poste managérial…). Vous serez ainsi confronté à des questions et/ou remarques du type : « Vous ne nous avez pas vraiment rassurés sur tel aspect », « Vous êtes assez jeune pour le poste… », « Qu’est-ce qui vous fait dire que vous serez à la hauteur ? »

Objectif : Le recruteur cherche à vous déstabiliser et à observer comment vous réagissez à cela.

Conseils

  1. Ayez confiance en vous : S’il vous a convoqué après avoir lu votre CV, c’est que votre profil l’intéresse.

  2. Renvoyez-lui la balle : Posez des questions à votre interlocuteur pour chercher à comprendre les raisons de ses interrogations, tout en lui montrant que vous êtes à l’écoute.

  3. Répondez à ses craintes : Une fois que vous avez les réponses à vos questions, levez les craintes de votre interlocuteur en pointant dans votre CV les expériences et compétences qui assoient votre légitimité.

Le test collectif, un pour tous, tous pour un ?

Dans certains cas, vous devrez répondre à une problématique en équipe. Vous serez alors amené à démontrer non seulement votre savoir-faire, mais aussi votre savoir-être ! Il s’agit pour le recruteur de mettre en lumière votre manière d’interagir en groupe, d’analyser vos réactions et de mesurer votre capacité à faire avancer un groupe vers un objectif donné.

Objectif : Le recruteur cherche à jauger votre capacité à prendre votre place dans un groupe de travail, ainsi que votre manière d’échanger et de prendre des initiatives.

Conseils

  1. Divisez le groupe en sous-groupes : Si le cas suppose beaucoup d’aspects à traiter, diviser le groupe permet d’assigner une tâche à chaque sous-groupe et de gagner ainsi du temps pour pouvoir tout traiter.

  2. Devenez le coordinateur : En d’autres termes, soyez celui qui compile les informations et les organise, alerte le groupe si un sujet n’a pas été traité et garantit le respect du timing. L’idée est d’endosser le rôle de l’organisateur pour prouver votre rigueur et votre implication. Cependant, attention à ne pas trop vous mettre en avant. Prendre le lead signifie répartir les tâches et organiser le travail de groupe, mais les idées peuvent venir de tous et chacun doit se sentir valorisé pour s’impliquer.

  3. Soyez proactif : Proposez des synthèses, des solutions, des schémas en utilisant tous les outils et supports mis à votre disposition.

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour réussir les cas pratiques les plus courants et faire mouche auprès de l’entreprise de vos rêves. Il arrive parfois que le recruteur complète l’entretien par de petits tests de motivation, de logique, de personnalité ou encore de compétences (tester votre anglais, par exemple), mais n’oubliez pas, ce qui fera vraiment la différence ce sont votre personnalité et votre motivation ! Allez, on croit en vous !

Photos Thomas Decamp pour WTTJ

Les thématiques abordées

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Linkedin
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :