Entre fête populaire et lutte ouvrière : que fête-t-on vraiment le 1er mai ?

Que fête-t-on vraiment le 1er mai ?

Pour la première fois, il n’y aura pas de grand cortège pour la journée internationale du travail. Alors que nous sommes tous confinés, les syndicats ont exceptionnellement demandé cette année aux militants ouvriers du monde entier d’inonder les réseaux sociaux de messages engagés et de mettre des banderoles aux balcons. Cette situation exceptionnelle nous a donné envie de nous pencher un peu plus sur l’origine de cette journée. Mais que fête-t-on au juste le 1er mai ? Danielle Tartakowsky, historienne spécialiste des mouvements sociaux et ancienne présidente de l’Université Paris VII, nous raconte l’histoire mouvementé de cette journée de lutte ouvrière.

Le 1er mai est célébré dans de nombreux pays depuis la fin du 19ème siècle, mais qu’elle est l’origine exacte de la « fête du travail » ?

En juillet 1889, alors que de très nombreux pays sont rassemblés à Paris à l’occasion de l’exposition universelle qui coïncide avec centenaire de la Révolution française, deux congrès ouvriers sont organisés. Les délégués d’organisations socialistes et ouvrières de plusieurs pays européens réfléchissent ensemble à la construction d’une nouvelle organisation internationale. À ce moment, émerge l’idée d’organiser une journée de manifestation mondiale pour revendiquer une journée de 8 heures, alors qu’on travaille encore fréquemment entre 12 et 14 heures dans les usines. À cette époque, où les moyens de communication ne sont pas ceux d’aujourd’hui, la simultanéité de l’action dans tous les pays est un défi. Mais, il faut encore choisir une date. Certains envisagent le 14 juillet en mémoire de la prise de la Bastille, d’autres pensent à l’anniversaire de la Commune de Paris (période insurrectionnelle qui oppose le peuple républicain parisien à l’Assemblée nationale royaliste, ndlr )… Finalement, les européens se calquent sur une journée de mobilisation d’ores et déjà adoptée par la confédération syndicale des travailleurs américains (AFL) : la date du 1er mai, correspondant de longue date au premier jour de l’année comptable des entreprises outre-Manche.

À cette époque, où les moyens de communication ne sont pas ceux d’aujourd’hui, la simultanéité de l’action dans tous les pays est un défi.

Certains historiens disent pourtant que le 1er mai est né aux Etats-Unis trois ans plus tôt, en 1886 après le massacre de Haymarket Square.

Effectivement, à la fin du 19ème siècle aux États-Unis, les syndicats anarchistes américains sont aussi engagés pour une limitation de la journée de travail à 8 heures. Le 1er mai 1886, la pression des syndicats permet à environ 200 000 travailleurs d’obtenir gain de cause, mais 350 000 doivent encore manifester. Dans l’usine McCormick de Chicago, les ouvriers se réunissent et des militants appellent à la grève générale. Au moment où la foule se disperse, des policiers font irruption et tirent sur les ouvriers. Les jours qui suivent, la situation est hors de contrôle et le 3 mai une bombe explose devant les forces de l’ordre. Elle fait un mort dans les rangs de la police. Sept autres policiers sont tués dans la bagarre qui s’ensuit. Cinq syndicalistes anarchistes sont indûment condamnés à mort après un procès expéditif et quatre sont pendus. Leur innocence sera prouvée par la suite.

Alors qu’en Europe les socialistes choisissent également le 1er mai pour leur journée internationale de lutte ouvrière, la Confédération syndicale des travailleurs américains (AFL) prend ses distances vis-à-vis des organisations européennes, mais aussi des anarchistes. Elle déplace alors sa manifestation au 4 septembre, devenue fête du travail aux États-Unis.

Comment se déroulent les premières manifestations du 1er mai en Europe ?

Tout dépend des pays. Rares sont alors les pays où prévalent des libertés démocratiques. Seule Londres connaît dès 1890 un défilé d’ampleur. Les syndicats allemands optent, eux, pour des fêtes champêtres. Cette année-là en France, seule une centaine de guesdistes (militants socialistes, ndlr) répondent à l’appel lancé un an plus tôt à Paris et tentent vainement de gagner la Chambre des députés pour déposer une pétition demandant la journée de huit heures. L’année suivante, les ouvriers manifestent spontanément le 1er mai 1891, sans que les mouvements ouvriers n’ai lancé d’appel. La journée se construit sur le terrain, en s’inscrivant dans les pratiques sociales. Il est aussi intéressant de regarder attentivement les dessins de presse publiés en Europe à ce moment-là : les gravures ont toutes comme point commun de représenter des cortèges importants pour le 1er mai (contrairement à ce que l’on voyait sur le terrain), souvent menés par des allégories féminines. En France, Marianne guide les ouvriers vers un avenir radieux, le socialisme. Cela donne une dimension mystique à cette journée de lutte.

Un an plus tard, le 1er mai 1891, il y a neuf morts dans une manifestation dans le nord de la France. Qu’est-ce que change ce drame de Fourmies ?

Comme souvent au début d’un mouvement, les forces de l’ordre ne savent pas comment réagir et s’inquiètent des rassemblements. Elles n’ont pas encore la culture de la manifestation. Les femmes qui défilent, souvent pour la première fois, non plus. Si la grève a cessé en France d’être un délit depuis 1864, les industriels font encore la loi et à Fourmies dans le nord, le maire, qui est aussi patron d’une filature, envoie l’infanterie pour dissuader les ouvriers qu’il tient pour des fauteurs de troubles. Mais les damnés de la laine, comme ils se surnomment, tiennent bon. Les forces de l’ordre tirent alors à bout portant sur la foule, faisant neuf victimes. Parmi elles, la jeune Maria Bondeau devient le symbole de la manifestation. Ce drame a été vécu comme un traumatisme national. Suite à cet évènement, s’est engagée une réflexion sur la nécessité de confier le maintien de l’ordre à d’autres forces que l’armée.

Les forces de l’ordre tirent alors à bout portant sur la foule, faisant neuf victimes. Parmi elles, la jeune Maria Bondeau devient le symbole de la manifestation.

Dans les 1er mai qui ont marqué l’histoire française, on parle souvent de 1936. À quoi ressemblait cette journée de lutte pendant le Front Populaire ?

C’est assez paradoxal, les vieux militants parlent souvent du 1er mai 1936, pourtant, il ne s’est pas passé grand-chose ce jour-là. Le premier mai tombait entre deux tours et le Rassemblement populaire voulait éviter toute provocation risquant d’hypothéquer sa probable victoire. À Paris, seule une petite manifestation rassemble des militants au bois de Vincennes. Le vrai 1er mai pour le Front Populaire, c’est 1937 qui fait figure de fête de la victoire…

En 1941, Pétain fait du 1er mai « la fête du travail et de la Concorde sociale ». Pour quelle raison le gouvernement de Vichy s’empare de ces festivités ?

Depuis le début de son histoire, il y a eu des phénomènes marginaux d’appropriation du 1er mai par l’extrême droite. Pour Pétain la manoeuvre est double, le fait de donner un caractère festif à cette journée lui permet d’éviter les débordements, mais aussi, de rallier les Français au régime de Vichy et à la charte du travail ( loi du droit du travail sous Vichy, édifiée dans le but de favoriser l’entente entre patrons et ouvriers, et d’éviter la lutte des classes, ndlr) . La journée est officiellement chômée, mais pas payée. Contre le régime de Vichy et l’occupant, les organisations de résistance organisent des manifestations patriotiques, interdites et que certains paient de leur vie.

Estimez-vous que le 1er mai perd de sa raison d’être en devenant une fête ?

Le 1er mai, est à la fois un jour de fête et de lutte. Avant les congés payés, les ouvriers n’avaient pas beaucoup l’occasion de se rassembler pour faire la fête, cette journée est donc une bulle dans leur année de labeur. Mais, ça serait omettre le caractère international du 1er mai qui est tout autant consacré à la lutte pour la paix et toutes les solidarités. Aussi en France, depuis que ce jour est férié (1947), il est devenu une opportunité pour tout un chacun, comme attesté par la présence dans les cortèges de nombreuses associations d’immigrés et d’autres, sur des questions sociétales.

Les ouvriers n’avaient pas beaucoup l’occasion de se rassembler pour faire la fête, cette journée est donc une bulle dans leur année de labeur.

On dit aussi qu’à partir de 1941 que les manifestants abandonnent l’églantine rouge symbole du printemps révolutionnaire en boutonnière pour le brin de muguet. Qu’est-ce-que ça change ?

Traditionnellement, on dit qu’il y a une opposition entre le muguet blanc et l’églantine rouge. C’est plus complexe. D’abord parce que le premier mai s’est inscrit dans la filiation d’autres fêtes, plus anciennes, dont celle du muguet. Le muguet a toujours fleuri au moment du 1er mai, c’est son cycle naturel. Puis, après 1945, les communistes ont pris l’habitude de vendre ses brins pour financer leurs actions. Finalement, avec le 1er mai, on se raconte un tas d’histoires qui nourrissent notre imaginaire collectif. C’est une histoire vivante.

Ces dernières années, les manifestations du 1er mai ont été particulièrement violentes. Pensez-vous que la fête du travail est menacée ?

Le premier mai est à l’image des autres manifestations et par conséquent la présence des blacks blocs n’est pas étonnante. La mort du 1er mai est annoncée chaque année depuis 1893, depuis qu’elle est devenue un marronnier dans la presse. Pour autant, personne ne remet en cause l’existence même de cette journée particulière, elle est symbolique. C’est un rituel. Cette année, c’est la première fois de son histoire qu’il n’y aura pas de grand cortège un 1er mai. Et pourtant, je suis prête à vous donner rendez-vous l’année prochaine.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook, LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles !

Photo d’illustration by WTTJ

Romane Ganneval

Journaliste - Welcome to the Jungle

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :