« Où vous voyez-vous dans 5 ans ? » : que veulent savoir les recruteurs ?

" Comment vous voyez-vous dans 5 ans ?', que répondre ?

« Où vous voyez-vous dans 5 ans ? » Si cette question est loin d’être évidente pour la plupart d’entre nous, il est pourtant essentiel de réfléchir sérieusement à votre réponse avant de vous présenter à un entretien… En pleine reconversion pour devenir moniteur de paddle ? À la tête de votre start-up tech “hyper-disruptive” ? À la place de votre potentiel futur boss ? Pas sûr que cela plaise au recruteur… Mais alors, qu’est-il attendu de vous lorsque cette question surgit en entretien ? Pourquoi est-elle posée ? On fait le point.

1. Pour voir si vous arrivez à vous projeter

En posant cette question, le recruteur vérifie que vous vous l’êtes vous-même déjà posé. Ne pas être capable de répondre, c’est suggérer que vous n’avez pas vraiment de projet professionnel et que vous postulez aveuglément, sans savoir pourquoi vous choisissez cette entreprise ou ce poste. Rassurez-le en lui montrant que vous avez déjà réfléchi à votre trajectoire professionnelle, que vous êtes capable de vous projeter et de structurer vos ambitions. Essayez tout de même de vous montrer flexible et faites bien comprendre au recruteur que c’est un idéal et que vous savez que les choses peuvent changer.

2. Pour mesurer votre ambition

Vous avez des ambitions oui, mais des ambitions réalistes. Montrez qu’il y a une progression entre le poste convoité et celui dans lequel vous vous projetez à cinq ans. Posez-vous quelques questions simples : avez-vous envie de devenir manager ? Ou expert dans votre discipline ? De développer une compétence précise ? Soyez réaliste en trouvant l’équilibre entre le trop ambitieux et le trop modeste. Les recruteurs veulent sentir chez le candidat une envie de progresser. Faites tout de même attention à rester honnête : ne dites pas que vous ciblez un poste de manager si vous n’en avez en réalité aucune envie.

3. Pour tester votre engagement

Les entreprises investissent du temps et de l’argent à recruter et former leurs collaborateurs. Ils ne souhaitent donc pas, logiquement, voir leur investissement prendre le large trop rapidement. Votre réponse doit sous-entendre que vous souhaitez atteindre ces objectifs dans leur entreprise : vous avez envie d’apprendre et de grandir professionnellement, oui, mais en restant chez eux. Mieux encore, défendez l’idée que votre projet de carrière peut être une véritable valeur ajoutée pour l’entreprise dans les années à venir. À l’inverse, abstenez-vous de souligner que vos souhaits d’avenir se placent dans une autre structure, un autre secteur, où un métier qui n’est pas représenté dans l’entreprise dans laquelle vous tentez votre chance. La bonne idée ? Avant de vous présenter à l’entretien, n’hésitez pas à vous renseigner sur les objectifs de la société pour voir sur quels futurs projets vous aimeriez vous positionner, et jetez un coup d’œil à l’organigramme pour déterminer les postes qui pourraient vous intéresser par la suite.

4. Pour s’assurer de la cohérence de votre projet professionnel

La mission convoitée aujourd’hui doit être un socle pertinent au métier espéré demain. Il peut donc être intéressant d’expliquer comment vous allez atteindre votre objectif à long terme en étant performant dans le poste visé. Les recruteurs veulent comprendre le chemin que vous souhaitez emprunter pour réaliser vos objectifs et si vous savez faire preuve de bon sens et d’organisation pour y parvenir. D’autre part, c’est aussi pour eux le moment de voir si l’entreprise peut vous aider à atteindre vos objectifs ou si vous risquez d’être frustré et donc de les lâcher en cours de route.

5. Pour évaluer votre persévérance

Lorsque le recruteur vous pose cette question, il ne s’agit pas de répondre de but en blanc sans vous justifier. C’est le moment idéal pour mettre en avant votre envie d’apprendre et de progresser, sans brûler les étapes. Un recruteur n’a pas envie d’entendre que vous cherchez à gravir les échelons trop vite. Pire encore, que vous souhaitez piquer la place de votre boss. Ne laissez pas entendre que vous pourriez menacer la carrière de quelqu’un, mais expliquez que vous mesurez combien cela peut prendre du temps et beaucoup de travail pour passer au niveau supérieur. N’hésitez pas à détailler les axes d’amélioration sur lesquels vous aimeriez travailler pour parvenir à cet objectif, cela montrera au recruteur que vous êtes conscient de vos points faibles et que vous êtes prêt à progresser.

6. Pour comprendre votre vision du succès

La réponse que vous apportez à cette question sera très révélatrice de votre vision de la réussite professionnelle… Et par la même occasion de votre personnalité. C’est une façon détournée de révéler d’autres traits de caractères à votre interlocuteur. Bref, évitez de dire que vous vous voyez sur une plage à siroter des mojitos !

Vous l’aurez compris, ne faites surtout pas l’impasse sur cette question lorsque vous préparez un entretien. Mais n’oubliez pas avant tout d’être honnête : il ne s’agit pas tant de décrocher ce job, que de trouver le bon job, celui qui vous conviendra le mieux !

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook, LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles !

Photo by WTTJ

Sarah

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :