Le guide des Paumé.e.s : « C’est parfaitement légitime de se sentir perdu.e »

Interview des autrices du guide des Paumé.e.s

Votre emploi vous sort par les yeux et vous êtes prêt à tout lâcher pour devenir céramiste dans le Larzac ? Sauf que vous ne savez pas où se trouve le Larzac ? Avouez-le, vous êtes bel et bien paumé.e.s. Mais pas de panique, vous n’êtes pas seul·e dans cette période de remise en question. Votre nouvel allié a un nom : Le guide des paumé.e.s : Pour celles et ceux qui ont envie de tout plaquer (Ed. Marabout). Les Autrices, Aurore Le Bihan et Lucie Chartouny, nous livrent pour l’occasion leurs propres incertitudes, mais surtout les astuces et la force positive à tirer de la paumitude.

WTTJ : Après avoir lancé le mouvement des Paum.é.e.s en 2018 via Makesense, regroupé plus de 17 000 d’entre eux.elles sur Facebook et organisé des apéros paumé.e.s dans plusieurs villes françaises, pourquoi avoir décidé d’écrire un livre ?

Aurore Le Bihan : La projet Paum.é.e.s est né pour échanger sur des sujets liés à la quête de sens, au sens large. Sauf qu’à force de lire des témoignages sur Facebook, et à force de rencontrer ces paumé.e.s lors des apéros, nous avons amassé tellement de matière précieuse qu’on a voulu poser ça sur le papier. Ça correspondait en plus à une envie de la communauté Paumé.e.s de retrouver leurs témoignages et tous les avis d’experts qui nous ont inspirés lors de notre paumitude, en allant piocher dans les domaines de la neuroscience (Albert Moukheiber), du développement personnel (Mai Hua) ou encore du militantisme (Alessandro Pignocchi). On voulait également partager les bonnes questions à se poser pour trouver sa boussole, avec l’idée que les réponses toutes faites n’existent pas et que c’est à chacun de les trouver. Enfin, nous avons saupoudré le tout de blagues plus ou moins réussies (sourire) pour dédramatiser certaines questions et toucher un lectorat qui ne serait pas sensible au développement personnel souvent très “premier degré’’.

WTTJ : Qui sont les paumé.e.s dont vous parlez ? Existe-t’il un portrait-robot ?

Lucie: C’est presque impossible de résumer le paumé type, mais disons que le plus souvent, le paumé a entre 25 et 35 ans, une première expérience professionelle, et se pose plein de questions car il est dans ce nouvel âge adulte où il n’a ni enfant ni parfois même de poste stable. Il est censé avoir le choix mais ne sait finalement pas où il veut aller. Je pense à Vianney qui est passé aux ⅗ ème et est parti vivre à la Rochelle pour ralentir. A Romane et Cristo qui étaient déprimés par la crise climatique et sont partis faire un tour de France d’éco-lieux. À Mathilde qui a quitté un emploi dans la communication pour s’engager dans des réseaux militants…

WTTJ : Vous écrivez dans le guide : « Nous croyons qu’être paumé.e.s est un signe de vitalité : traverser des moments désagréables où l’on remet en question des pans entiers de sa vie, c’est juste le signe qu’on est vivant.e et qu’on grandit. » C’est donc positif d’être paumé.e ?

Aurore : Oui, être dans une situation de paumitude est bénéfique ! C’est avoir le courage de se poser des questions à un certain moment de sa vie, même si c’est inconfortable. Il faut être capable de traverser des flots mouvementés pour ensuite être aligné avec qui l’on veut être… Alors oui c’est bien d’être paumé.e.s, mais pas non plus tout le temps. Il faut aussi savoir se reposer sur son rocher avant de repartir à l’abordage, tant la réflexion et la mise en action peuvent être fatigantes sur le plan émotionnel.

Je considère aussi que ce n’est pas tant les personnes qui sont paumé.e.s que le système dans lequel on vit qui marche sur la tête. La crise écologique, sociale et sanitaire nous fait dresser un bilan qui n’est pas très glorieux, donc c’est parfaitement légitime de se sentir perdu.e.

WTTJ : On imagine que la pandémie a fortement amplifié ce phénomène de paumitude ?

Aurore : Effectivement, il y a un pot-pourri de circonstances qui a accéléré le phénomène de paumitude et la pandémie a bien évidemment rajouter une couche. Une étude de l’institut BVA a d’ailleurs montré qu’en 2020, 48% des actifs avait envisagé, si ce n’est déjà réalisé, une reconversion professionnelle.

image

WTTJ : Dans votre guide, on comprend qu’il faut accepter d’être perdu et de prendre du temps pour soi avant de passer à l’action… Mais c’est un luxe ! Est-ce que les paumé.e.s ne sont pas avant tout des privilégié.e.s ?

Aurore : C’est clairement un privilège d’être paumé.e.s. On insiste d’ailleurs fortement dans le guide à mettre le doigt sur nos privilèges, les conscientiser et les déconstruire. C’est à nous, paumée.s, de porter la responsabilité et d’avancer dans le bon sens, sans oublier cependant que nous n’avons pas le monopole du questionnement. C’est ce que Fatima Ouassak décrit avec justesse dans son ouvrage La puissance des mères : la fausse assertion que le questionnement n’est l’apanage que des élites blanches éduquées, alors que tout le monde se pose des questions. C’est juste que les médias préfèrent évoquer le cas du paumé.e qui a fait une école de commerce et veut se réorienter dans la boulangerie. On ne voit souvent que la partie invisibilisée de l’iceberg.

Lucie : Bien sûr que c’est une chance de pouvoir se dire “Je ne sais pas ce que je veux faire, cocher les cases ne me convient plus” ! Ça signifie déjà qu’on les a cochées à un moment donné et qu’on s’offre le droit de faire de ses doutes quelque chose de constructif et d’utile. Le livre de Jean-Laurent Cassely et Monique Dagnaud raconte ces “20% de surdiplômé.es qui transforment la France”, un groupe peu homogène dont 30% seraient paumé.e.s, ne se retrouvent plus dans les valeurs du système existant, et le contestent.

Je pense aussi au très beau livre Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce de Corinne Morel-Darleux : elle y insiste sur le fait que le “refus de parvenir”, à un certain statut social ou financier en pensant que ce statut va nous donner accès au bonheur, n’est pas lié à l’argent ou à la position sociale de départ, loin de là ! Des personnes qui refusent des promotions, qui disent non et qui décident de faire leurs propres choix, il y en a dans tous les milieux sociaux.

WTTJ : Vous avez d’ailleurs vous mêmes été paumées…

Lucie : J’ai fait une école de commerce, comme beaucoup d’autres paumé.e.s. Après un apprentissage en banque et un poste d’analyste économique dans une ambassade, je sentais bien que je n’étais pas à ma place. J’avais beau cocher des cases et travailler auprès d’une équipe sympathique, j’étais en souffrance. Sur mon temps personnel, je me suis engagée dans une association et ça m’a permis de me rendre utile et de discuter avec des personnes inspirées et inspirantes. Puis j’ai découvert Makesense, même si là aussi il m’a fallu du temps pour trouver ma place. Honnêtement, je pense que ce qui m’a beaucoup aidé, c’est tout simplement de parler de ma paumitude, de rencontrer des personnes dans le même cas de figure et d’être patiente.

Aurore : J’ai aussi étudié dans une école de commerce et après un premier emploi comme cheffe de projet dans une régie publicitaire, j’ai commencé à questionner la finalité de mon travail. Je me suis sentie très seule et j’ai alors tout envoyé valser pour faire le “Grand Chelem du Paumé”, c’est-à-dire voyager et passer le CAPES pour devenir prof. J’ai aussi été perdue dans mes relations avec autrui et dans mon mode de vie, mais j’ai commencé à défricher toutes mes incertitudes, en décidant notamment d’aller vivre en Bretagne.

WTTJ : Quels sont les enseignements du guide qui vous ont personnellement aidé ?

Aurore : La Communication Non Violente est un outil qui m’a beaucoup aidée à me responsabiliser sur mes émotions et à envisager autrement mes relations avec les autres. Ça a été une vraie révolution dans ma vie. J’ai aussi beaucoup appris sur moi et le monde en renonçant au mythe de la perfection et en osant tester des choses, quitte à me planter royalement, comme la fois ou j’ai voulu devenir prof de français alors que je ne suis pas du tout assez patiente pour ça. Après soyons honnêtes, j’ai encore beaucoup de contradictions et je n’applique pas forcément certains conseils du guide, comme ralentir…

Lucie : J’ai énormément appris des rencontres avec d’autres paumé.e.s avant et pendant le processus d’écriture du livre. Je pense par exemple à Lilia, qui raconte comment elle prend aujourd’hui des décisions en essayant de se détacher de la “norme” ou de ce que peuvent imaginer les autres. Ou encore à l’interview de Sandrine Roudaut qui évoque l’importance d’honorer sa part de tristesse dans le monde plutôt que de toujours chercher à être zen. Après avoir écrit ce livre, je suis plus que jamais convaincue qu’on s’en sortira tous.tes par la parole et l’action collective.

image

WTTJ : Est-ce qu’on reste paumé.e.s toute sa vie ou il y a une fin ? Et même s’il n’y a pas de fin, est-ce grave finalement ?

Aurore : Il n’y a pas de fin précise, c’est propre à chacun. Je me souhaite en tout cas de continuer à me poser des questions encore longtemps. Je pense que je m’inquiéterais plutôt le jour où j’aurai l’impression d’avoir toutes les réponses.

Lucie : Heureusement, ce n’est pas toujours la même forme de paumitude tout au long de sa vie. Personnellement, je suis contente d’être sortie de ma phase de perdition au travail mais probablement que j’y retournerai dans quelques années. Par contre, rester bloqué.e avec les mêmes hésitations pendant cinq ans, ça peut paraître long… c’est justement par la mise en action et les rencontres que l’on peut y voir plus clair.

WTTJ : Une fois la prise de conscience effectuée, on fait comment, concrètement, pour sortir la tête de l’eau ?

Aurore : Déjà, le collectif est très important donc on peut essayer de trouver d’autres paumé.e.s pour parler de son cas personnel et se sentir moins seul.e.s. C’est déjà un premier pas essentiel de réussir à mettre des mots sur sa paumitude. Il faut pour ça se poser les bonnes questions : se demander ce dont le monde et soi-même ont besoin et comment on peut s’engager.

Lucie : L’étape suivante peut être une phase d’expérimentation. Par exemple, avant de tout plaquer du jour au lendemain pour un nouveau job, c’est plutôt bénéfique d’échanger avec un professionnel du corps de métier convoité et même d’essayer, à ses côtés, la profession. C’est le meilleur moyen de se mettre en action pas à pas, sans que le changement ne soit trop brutal.

WTTJ : Et après ces moments de réflexions, on se sent peut-être plus serein.e dans sa quête de sens. D’ailleurs, c’est quoi la quête de sens selon vous ?

Aurore : La quête de sens existe pour moi à plusieurs niveaux. Sur le plan individuel, c’est savoir comment je vais naviguer dans l’archipel de la paumitude, quels outils j’emmène avec moi, comment je réagis aux attaques de “pirates”, comment j’explore de nouvelles îles… C’est un chemin ultra complexe et absolument pas linéaire, Il ne s’agit pas non plus d’oublier que cette quête de sens ne peut être extraite de son contexte politique, social, écologique, territorial : c’est un aller-retour constant entre nos besoins en tant qu’individus et ceux du vivant auquel nous appartenons. Comment faire en sorte de véhiculer des valeurs, de réécrire une histoire commune qui nous permettent de trouver plus de sens ? Le récit de la paumitude nous semble déjà intéressant à développer comme première marche préalable à la quête de sens car il permet d’accepter sa vulnérabilité, de lâcher l’ego et de se demander collectivement : qu’est-ce qu’on fait maintenant ?

image

WTTJ : Quand on est paumé·e que peut-on répondre à cette fameuse question : “Tu fais quoi dans la vie” ?

Lucie : Je dis tout simplement que je suis paumée. On peut aussi inventer des répartis complètement loufoques telles que je suis rentière, je suis doublure de Brad Pitt ou je me concentre à 100% sur ma vie sexuelle.

Aurore : C’est une question qui invite forcément au “trolling”. J’aime bien y répondre en évoquant mes passions pour essayer de détourner le regard du travail.

Lucie : Je me souviens une fois avoir répondu être mannequin pour serviettes périodiques ! (rires)

Aurore : C’est effectivement une bonne réponse pour tester l’humour de son interlocuteur !

WTTJ : Est-ce que le véritable problème ne réside pas dans la notion de travail idéalisée par une société capitaliste ? On peut se demander si le travail permet de se réaliser pleinement ? Ou s’il ne faut pas tout simplement déconstruire son idéal et accepter que le travail n’apporte pas de satisfaction ?

Aurore : Totalement ! Nous vivons dans un modèle néo libéral capitaliste, le seul d’ailleurs que nous ayons connu. C’est donc normal que certaines personnes ne s’y retrouvent plus et préfèrent inventer leur propre modèle.

Lucie : On attend énormément, et peut-être trop, du travail, mais comme l’écrit Eva Illouz dans son ouvrage Happycratie, on ne devrait pas parler de “bonheur au travail”. Même si c’est quand même plus agréable de se sentir satisfait.e d’aller au bureau ! En réalité, on réduit trop souvent la personne à son emploi alors qu’elle est tellement plus riche de compétences. Il faudrait changer de paradigme et inventer de nouvelles formes de travail et de rapport à l’emploi. On peut penser par exemple au revenu universel ou à la garantie de l’emploi pour tous, ou encore en alternant les phases de travail rémunéré et non rémunéré.

WTTJ : Si la notion de bonheur n’est pas à accoler au monde du travail, peut-on au moins y trouver du sens ? Si oui, comment ?

Lucie: La notion de sens est souvent mal interprétée comme une route à sens unique alors qu’il y a plein de sens différents, des voies à double sens et des contre-sens… Il n’y a pas de recette miracle pour trouver du sens. Pour certains, la finalité du travail va compter avant tout, pour d’autres cela va être les relations avec les collègues, l’autonomie ou encore l’apprentissage. Le déclic peut être de se dire : je peux me sentir utile et au bon endroit. Déterminer ce qu’on recherche et ce qui nous nourrit parmi tous ces “sens” possibles, ça aide. Ça peut induire de changer de boulot, se reconvertir, mais souvent simplement faire évoluer son poste, travailler moinsAu-delà de la bulle travail, on peut bien évidemment trouver du sens et un sentiment d’utilité ailleurs, dans une association, la pratique d’un art ou d’une activité sportive…

WTTJ : Aujourd’hui, êtes-vous encore paumées ?

Aurore : Oui ! J’ai déménagé dans la campagne bretonne avec un groupe d’amis car la ville ne me correspondait plus. Mais je suis de nouveau paumée sur le plan professionnel car j’ai quitté mon travail il y a quatre mois alors qu’il m’apportait beaucoup de sens. J’aimerais expérimenter d’autres modes de vie et de travail, voir comment il est possible de concilier mon envie de lutter pour un monde plus juste, tout en essayant de décroitre financièrement pour mieux croître personnellement. Ca semble un peu “bullshit” dit comme ça, mais en fait c’est très concret : ça veut dire prendre le temps d’apprendre à faire soi-même, donner des coups de main en échange de légumes ou de bois, faire des actions locales… et prendre le temps de réfléchir à son impact !

Lucie : Je suis une paumée existentielle (selon le test qui est dans le livre), je cherche le questionnement partout et tout le temps parce que j’y trouve une liberté. Je souffre beaucoup moins de ma paumitude qu’avant, mais je sais que ce n’est pas linéaire Aujourd’hui, je m’interroge sur comment je veux vivre, ce qui compte vraiment pour moi.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook, LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles !

Crédit Photos Axelle Ducasse ; Article édité par Clémence Lesacq

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :