Ne négligeons pas l'entretien téléphonique : 6 conseils pour le réussir

23 mars 2020 - mis à jour le 27 oct. 2022 4min

Ne négligeons pas l'entretien téléphonique : 6 conseils pour le réussir

auteur.e

Aglaé Dancette

Fondateur, auteur, rédacteur @Word Shaper

Lors d’un processus de recrutement, une fois votre CV sélectionné, certains recruteurs solliciterons un entretien téléphonique afin de procéder à une seconde sélection parmi les candidats, avant de vous rencontrer. Cette étape est donc le moment ou jamais de faire bonne impression pour convaincre que vous êtes la personne dont l’entreprise a besoin ! Voici quelques conseils pour faire mouche.

1. Ne décrochez pas le téléphone

Alors que vous êtes en recherche de poste et attendez un retour sur les nombreuses candidatures que vous avez envoyées, un numéro que vous ne connaissez pas vous appelle… C’est peut-être un recruteur ! Oui, mais ne vous précipitez pas. En décrochant, vous perdez déjà de précieuses minutes à vous remémorer le contenu de l’offre, l’activité de l’entreprise, ses spécificités : votre entretien téléphonique démarrera mal. Le mieux ? Attendre que la personne vous laisse un message vocal, pour savoir qui elle est, de quelle entreprise il s’agit et surtout de quel poste allez-vous discuter. Aussi, veillez à ce que votre annonce de messagerie vocale soit sobre et professionnelle !

Vous avez déjà décroché ? Dites que vous êtes occupé et demandez à quel moment vous pouvez rappeler le recruteur, en notant bien ses coordonnées.

Ensuite, prenez le temps de rassembler les informations et de vous mettre en condition (notes à portée de mains, lieu calme, connexion au réseau optimale, etc), de vous détendre et de vous concentrer avant de rappeler votre interlocuteur pour ce premier entretien. Cet échange est essentiel, il est important de donner une bonne impression.

Aussi, si vous avez déjà convenu d’un rendez-vous téléphonique avec le recruteur, laissez-lui la priorité de vous appeler à l’heure dite. Cependant, s’il se fait attendre et que l’heure du rendez-vous est passée de 10-15 minutes, vous pouvez prendre l’initiative d’appeler vous-même. Cela montrera votre motivation.

2. Cibler ses compétences

Si un recruteur vous appelle, c’est que votre CV lui a déjà tapé dans l’œil. Toutefois, vous êtes peut-être nombreux à convoiter le poste. Dans ce cas, votre interlocuteur a besoin de comprendre ce qui vous motive, pour lui confirmer que vous êtes vraiment la bonne personne. Il a votre CV sous les yeux, inutile donc de lui refaire un état des lieux de votre parcours et de vos expériences lors de cet entretien téléphonique. Vous devez au contraire mettre en avant les éléments-clés de votre parcours qui feront la différence parce qu’ils font écho aux particularités de l’entreprise et du poste. Chaque détail compte : la pratique d’un sport à haut niveau, votre investissement dans une association, votre personnalité… Cela en dit autant de vous qu’un diplôme ou une expérience professionnelle.

De plus, à la différence de l’entretien physique, au téléphone, le recruteur est concentré à 100% sur votre voix. Il retiendra donc bien mieux les détails de votre discours ! En raccrochant, il doit se dire : « Je dois vraiment la/le rencontrer ».

3. Profiter de l’entretien téléphonique pour se munir de documents

L’avantage de l’entretien téléphonique, c’est que personne ne voit ce que vous faîtes. L’idée est donc de bien préparer son entretien, puis d’avoir sous les yeux tous les documents nécessaires. Les indispensables sont votre CV, une liste de vos compétences clés, votre lettre de motivation éventuelle ainsi que le descriptif de poste, pour garder en tête les exigences attendues.

Il est donc important d’avoir fait des recherches préalables sur l’entreprise, sur ses principaux clients et surtout sur ce qui vous attire chez elle. Gardez ces notes sous les yeux lors de votre entretien téléphonique. Mais attention à ne pas les lire, pour rester naturel !

4. Écouter et rebondir

Quand on est stressé ou nerveux, on a tendance à se concentrer sur son propre discours et à parler très vite. On tente par tous les moyens d’éviter les blancs et on en oublie l’essentiel : l’entretien doit être un échange ! Même si la tentation est forte de répondre du tac au tac, écoutez calmement le recruteur, soyez réfléchi et concentré. Cela vous évitera aussi de faire une erreur qui peut être rédhibitoire : couper la parole. Les pauses ne sont pas graves, au contraire. Elles permettent même de structurer l’entretien. En écoutant les silences, vous arriverez peut-être à déceler l’intérêt de votre interlocuteur pour tel ou tel aspect de votre parcours, ou au contraire son ennui. Vous pourrez ainsi moduler votre discours.

Écouter, c’est aussi être pro-actif, s’intéresser et rebondir et surtout profiter de l’entretien pour poser des questions. Préparez-les ! Vous êtes aussi celui que l’on doit convaincre. Demandez-donc bien toutes les informations qui vous sont nécessaires pour prendre une décision réfléchie.

5. Adopter un ton convaincant

Lors d’un entretien téléphonique, votre meilleur atout, c’est votre voix et votre ton. Rien de pire pour le recruteur que d’avoir à l’autre bout du fil une personne molle, avec un ton monotone. Petite astuce : saviez-vous que les gestes influent sur les expressions faciales et peuvent même changer votre voix ? Pour assurer son entretien, il est important de se comporter au téléphone comme si vous étiez face-à-face. Si vous êtes assis, restez droit sur votre chaise, car si vous êtes avachi dans votre canapé, cela s’entendra ! Utiliser des écouteurs peut vous faciliter la tâche : vous aurez ainsi les mains libres pour prendre des notes ou pour laisser libre cours à votre langage corporel.

Soyez dynamique tout en restant calme, faites des pauses pour donner du rythme au discours et variez le volume de votre voix lors de votre entretien téléphonique. Essayez de bien articuler, d’être clair dans vos propos, d’avoir une voix fluide et intelligible, d’adopter un ton professionnel.

Enfin, on vous l’a sûrement déjà dit mais le sourire s’entend au téléphone. Alors souriez ! Cela donnera plus d’impact à ce que vous dites pendant l’entretien téléphonique et vous aidera à mettre toutes les chances de votre côté !

6. Soigner le mot de la fin

À la fin de l’entretien, n’oubliez jamais de remercier le recruteur et de vous renseigner sur la suite du process. Si vous le pouvez, tentez de conclure sur une note positive. Cela éveillera la curiosité du recruteur ! Par exemple, réservez pour la fin une information marquante… Vous connaissez une personnes avec qui le recruteur travaille ? Vous avez assisté à une conférence à laquelle était présente l’entreprise ? Vos derniers mots sont ceux qui resteront dans la tête de votre interlocuteur une fois le téléphone raccroché, alors ne vous relâchez pas. Enfin, n’oubliez pas d’envoyer également un mail de remerciements à la suite de cette conversation. L’occasion d’exprimer à nouveau votre motivation et de réiterer votre volonté de rencontrer le recruteur en personne. La boucle est bouclée !

Les thématiques abordées

Ne négligeons pas l'entretien téléphonique : 6 conseils pour le réussir

Vous êtes à la recherche d’une nouvelle opportunité ?

Plus de 200 000 candidats ont trouvé un emploi sur Welcome to the Jungle

Explorer les jobs