« Cette période m'a permis de révéler des talents cachés à mon entreprise »

Confinement : révélation de talents cachés à mon entreprise

La crise sanitaire rebat les cartes : votre collègue toujours “sous l’eau” est contraint de se tourner les pouces, celui qui sifflait des cocktails à la machine à café se prend un tsunami de sollicitations… Bref, des milliers de personnes se retrouvent sans activité, tandis que d’autres croulent sous le travail. Pour pallier la situation, certaines entreprises proposent à leurs collaborateurs de changer provisoirement de poste pour renforcer les équipes les plus sollicitées. Nous les avons (virtuellement, bien sûr) rencontrés. Témoignages.

Votre nouvelle mission, si vous l’acceptez…

Quand certaines activités ont été gelées, Lisa a été invitée à partager ses compétences avec les pôles toujours actifs : « J’ai un métier assez inhabituel, je suis retoucheuse photo. Le confinement a annulé tous les shootings sur lesquels je travaillais. On m’a proposé de mettre mon œil artistique au service de l’équipe digitale. Plus précisément, avec une équipe qui s’est formée pour gérer le compte Instagram de l’entreprise. Je les aide à produire du contenu. » Même refrain pour sa collègue Johanna, qui a lâché ses logiciels de retouche pour créer des visuels pour LinkedIn et Facebook.

Comme Lisa et Johanna, Charlotte - en stage dans un pôle événementiel - voulait à tout prix soulager ses collègues en surcharge et continuer son apprentissage : « Du jour au lendemain, tous les projets sur lesquels je travaillais ont été annulés ou décalés. Je craignais de m’ennuyer et de ne rien apprendre pendant plusieurs semaines… ce qui, à l’échelle d’un stage de 6 mois, représente beaucoup ! Alors quand on m’a proposé de donner un coup de main à l’équipe éditoriale de ma boîte, j’ai sauté sur l’occasion. »

Des opportunités qui sont appréciées des collaborateurs, autant par ceux qui proposent leur aide que par ceux qui la reçoivent. Sylvain, manager d’une équipe de production, est passé de 200 tournages à réaliser chaque mois… à zéro. Encouragé par sa direction, il a pu replacer les 10 membres de son équipe dans d’autres départements : « Nos collaborateurs sont doués dans ce qu’ils font, alors il n’est pas question de changer leur cœur de métier, mais simplement de faire profiter de leurs compétences à d’autres équipes », explique-t-il. De son côté, Sylvain continue de suivre son équipe dans leurs nouvelles activités lors de points hebdomadaires.

Passer du coq à l’âne, c’est facile ?

Alors qu’il faut plusieurs semaines pour s’adapter à un poste, la situation actuelle impose d’être opérationnel quasi-immédiatement. Un challenge pour tous, tant les habitudes et les méthodes de travail sont bouleversées. « L’équipe éditoriale m’a très bien accueillie. Leur fonctionnement interne était challengé, car ils ont plutôt l’habitude de traiter des sujets de fond, plutôt que de l’actualité chaude », explique Charlotte.

Une opportunité pour chacun de révéler des talents cachés, ou de revenir à ses précédents amours. « Quand il a fallu prêter main forte, j’ai assez naturellement rejoint l’équipe Social Media pour créer des visuels pour les réseaux sociaux. J’ai travaillé plusieurs années dans le graphisme avant de changer de métier. Ça me fait plaisir de retrouver mes anciens réflexes », raconte Johanna.

Pour Lisa, changer d’équipe était surtout l’occasion de dévoiler une facette de ses compétences qu’elle avait préféré cacher jusqu’ici : « À l’origine, j’ai deux métiers : la photographie et la retouche. Après une expérience professionnelle compliquée, j’avais décidé de me consacrer au second et de garder la photographie comme un loisir pour retrouver le plaisir créatif. Quand j’ai postulé dans mon entreprise actuelle, je n’ai même pas montré mon book photo, la plupart de mes collègues ne savaient même pas que c’était mon précédent métier ! »

Pour d’autres, c’est peut-être le signe qu’une appétence naturelle a pu être écartée trop tôt. « On m’a proposé d’écrire un premier article qui a cartonné ! En quelques jours, il a fait de très bons scores et est devenu l’un des articles les plus lus de l’année. J’étais trop contente ! », raconte Charlotte. « Produire du contenu n’était pas complètement nouveau pour moi, j’ai été rédactrice en chef d’un média culturel. Même si mon rôle était plus proche du management et de la coordination que du journalisme. À un moment de ma formation, j’ai dû faire des choix et m’en écarter… et des petits succès comme celui-ci me montrent que je devrais peut-être y revenir. »

Et la suite ?

Changer de poste du jour au lendemain, de quoi remettre en question un chemin professionnel qui semblait parfois tout tracé. Pour Charlotte, difficile d’imaginer de stopper complètement une activité à laquelle elle a repris goût. Et à long terme, c’est une profonde remise en question de ses projets qui l’attend : « Avant cette crise, je pensais terminer mon stage en événementiel puis partir me former au yoga et à l’ayurveda à Bali… Tout cela est évidemment remis en question, et je ne sais pas du tout à quoi ressemblera la suite ! Dans un coin de ma tête, j’ai toujours eu envie de faire un peu de freelancing pour avoir plus de temps pour moi. Cette expérience en rédaction de contenu me donne confiance dans le fait que je pourrais réussir dans cette voie ! »

Une situation plus nuancée pour Lisa qui n’envisage pas de changer de métier, mais qui réalise vouloir diversifier ses activités : « Faire des photos pour Insta est une expérience vraiment sympa, même si c’est un vrai défi d’être créatif sans pouvoir sortir de chez soi ! (rires) En tout cas, j’ai réalisé que ça me manquait un peu. » Pour d’autres, c’est simplement une parenthèse agréable qui ne remet rien en question. Johanna n’envisage pas une seconde une quelconque reconversion : « J’aime mon métier, j’aime la photographie. Je suis contente d’aider mes collègues d’infortune, mais je sais que c’est temporaire. »

Pour Sylvain, dont l’équipe est dispatchée dans d’autres, il y a du bon à tirer de cette expérience. « J’ai doublé les points hebdomadaires. On garde le contact pour garder la dynamique d’équipe et voir comment tout le monde va. Ça permet à chacun de partager ses projets en cours, donner de la visibilité sur ce que les autres font et comment ils le font, mais c’est surtout une belle manière de remettre en question nos propres façons de travailler. »

« On manque encore de recul, mais on voit l’incroyable réactivité des équipes. C’est bluffant de voir que tout le monde a été de bonne volonté pour se reconvertir », conclut-il. Que l’on se découvre un nouveau talent, que l’on retourne à ses anciens amours ou que l’on en profite pour challenger ses méthodes, cette situation de crise peut aussi se présenter comme une belle occasion de réfléchir à son potentiel. Alors pourquoi ne pas vous aussi tenter l’expérience, si l’opportunité se présente ?

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo d’illustration by WTTJ

Marlène Moreira

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Travail et coronavirus : le guide

Retrouvez tous nos articles liés au coronavirus : enquêtes, témoignages, informations et conseils.

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :