Secret Santa : liste non-exhaustive des pires cadeaux reçus au bureau

22 déc. 2022 3min

Secret Santa : liste non-exhaustive des pires cadeaux reçus au bureau
auteur.e.s
Manuel Avenel

Journaliste chez Welcome to the Jungle

Aurélie Cerffond

Journaliste @Welcome to the jungle

Avec votre entreprise, vous avez organisé un secret santa et avez reçu un cadeau nul, improbable ou qui vous a mis mal à l’aise ? Vous n’êtes pas seul ! En exclusivité, voici les pires cadeaux reçus par nos lecteurs.

Dans la catégorie radin :

  • « Des bouchons d’oreille, récupérés lors d’un concert. » De Vianney ou des Rolling Stones ? Ça peut changer le prix à la revente.

  • « Des chaussettes à 5 euros, alors que le budget était de 15 euros. » Trois fois moins donc.

  • « Des verres à champagne en plastique. » Mi classe mi cheap.

  • « Des échantillons de crèmes, celles qu’on donne à la pharmacie. » Tant que ça matche avec sa nature de peau…

  • « Pas de cadeaux, accompagné d’un “Oups, j’ai complètement oublié que c’était aujourd’hui.” » L’occasion de se faire offrir un demi au prochain after work ceci dit.

  • « Des boules effervescentes pour le bain gagnées chez Nocibé, alors que j’ai une douche chez moi… » Il y a un truc à tenter avec le lavabo, qui sait ? Un bain de pied pour les plus souples.

  • « Une œuvre d’art réalisée avec des canettes de bière. » Qu’on se le dise, tout ce qui nous rappelle les arts de la rue et le festival d’Aurillac, on jette. On n’habite pas dans une poubelle !

  • « Des enveloppes moches, d’un vert douteux, a priori destinées à mes faire-part de mariage. » Même pas pré-timbrées.

Dans la catégorie WTF :

  • « Un concombre… » Le moment de se rapprocher des collègues qui ont reçu une bouteille de gin et du tonic.

  • « Un magnet en forme de langouste. » à moins que ce soit un homard ?

  • « Le doigt guérisseur lumineux d’E.T. l’extraterrestre. » Idéal pour les coupures d’électricité cet hiver.

  • « Une boulette de CBD, soit-disant pour me détendre, même si je ne fume pas. » ça sent le cadeau trouvé au fond d’un tiroir… ou d’une poche.

  • « Un objet déco hideux, une sorte de grosse fourmi en fer, le truc que personne n’a envie de ramener chez soi. » Sauf un entomologue peut-être.

Dans la catégorie gênance :

  • « Un parfum Puma Jamaica. Je bossais dans l’univers du luxe et je portais des dreadlocks. » Forcément…

  • « Un caleçon moulant Pokémon sachant que je suis une femme. »

  • « Une brosse à dents en bambou. » Un geste écolo qui cache un message (peu) codé.

  • « Un drapeau de l’Argentine. » Qu’on ait boycotté ou non la coupe du monde, c’est plutôt mal venu…

  • « Un appareil à raclette pour une personne. Je précise que je suis célibataire depuis deux mois. » Une piqûre de rappel ne fait de mal à personne… Si en fait.

  • « Une perruque. Je précise que je suis chauve. » Idem, voir le commentaire précédent.

  • « Le livre Comment ne pas devenir un vieux con, sachant que je suis le seul à avoir plus de quarante ans dans la start-up où je travaille, je ne sais pas comment le prendre… » Mal, assurément.

  • « Une collègue a reçu un pisse-debout car elle partait en Thaïlande » … À méditer.

Dans la catégorie sexiste :

  • « Une plaquette de pilule contraceptive : je venais d’avoir deux enfants en deux ans. » Utile comme un parapluie après une averse.

  • « Le kit de la parfaite ménagère. » Dans la famille sexiste, je voudrais le collègue.

  • « Un pot de cire divine Nair, à la fleur de Tiaré. Je ne sais pas si c’est parce que j’ai pris la décision d’arrêter de m’épiler sous les bras depuis un an, mais je ne pense pas qu’il y ait de hasard. »

  • « Un roller pour le visage en Quartz. Merci de me rappeler que j’ai passé 35 ans cette année et que mon visage commence donc à se casser la gueule… »

Dans la catégorie “hot” :

  • « Un mini-godemichet pour un maxi plaisir, avec la fierté du généreux donateur en prime. » On ne sait pas ce qui est le plus mal venu entre ces deux éléments…

  • « Une BD salace, pour cause d’erreur de destinataire. » Officiellement…

  • « Une petite main en cuir pour donner la fessée. » À tester sur le DRH à l’occasion.

  • « Un jeu de cartes Kamasutra. » Ça change du babyfoot !

Dans la catégorie vengeance :

  • « Le livre “Le féminisme pour les hommes”, au misogyne de service. » Il n’y a pas d’âge pour refaire son éducation.

  • « Le pire des chocolats à mes yeux : des “mon chéri”. » À partir de 45 friandises ingurgitées, surveillez votre taux d’alcoolémie ou rentrez en métro.

  • « Des gommettes reines des neiges pour ma pire ennemie. » Ou comment avoir “libérée, délivrée…” dans la tête pendant une semaine. Machiavélique.

  • « Un code du travail pour appuyer ma demande de rupture conventionnelle. » Un article d’Élise Fabing aurait suffi.

  • « Un coffret déodorant transpiration intense Rogé Cavaillès. L’année dernière, le bougre du marketing avait osé m’offrir une boîte de papiers matifiants. » Chacun son combat !

  • « Un collègue me volait ma tasse au bureau, alors je lui ai offert un mug à l’effigie d’un Écossais qui montrait son derrière en relevant son kilt. L’année suivante, j’ai reçu un calendrier d’hommes nus de sa part… » On appelle ça un contre kem’s.

Et vous qui vous plaignez d’avoir reçu un agenda au Noël de la boîte ! Après cette lecture, on est sûr que vous l’apprécierez à sa juste valeur… à moins que cette liste ne vous donne des idées pour l’année prochaine ?

Article édité par Romane Ganneval ; Photo de Thomas Decamps

Les thématiques abordées
Oups
Contenu indisponible dans la langue choisie
Oups
Contenu indisponible dans la langue choisie
Oups
Contenu indisponible dans la langue choisie
Oups
Contenu indisponible dans la langue choisie