Partir travailler Ă  Amsterdam

Partir travailler Ă  Amsterdam (Pays-Bas) : conseils đŸ‡łđŸ‡±

Dans le port d’Amsterdam, il y a de quoi faire ! Outre des marins qui chantent, vous y trouverez du plein-emploi, de jolis canaux et un dynamisme on ne peut plus cosmopolite. Et en plus, on vous donne toutes les clĂ©s pour une expatriation en douceur.

Le marchĂ© de l’emploi

Avec un taux de chĂŽmage passĂ© sous la barre des 4%, les Pays-Bas se dirigent doucement mais sĂ»rement vers le plein emploi, Amsterdam menant la danse. Trouver un emploi est donc un objectif parfaitement rĂ©alisable, et en plus, pas besoin de maĂźtriser le nĂ©erlandais. Pour gagner des points lors de vos entretiens, vous pouvez tout de mĂȘme manifester votre envie de prendre des cours afin de mieux vous intĂ©grer dans l’équipe et dans la sociĂ©tĂ©.

Gardez en tĂȘte que l’on vous demandera un niveau d’anglais acceptable : vous devez pouvoir travailler et communiquer avec vos collĂšgues en toute fluiditĂ©. De fait, sur place, plus de 50% de la population serait d’origine Ă©trangĂšre : les chances que vous ne soyez pas le seul expatriĂ© de l’entreprise sont relativement Ă©levĂ©es ! CoĂŻncidence (ou pas), de nombreux siĂšges d’entreprises internationales se sont installĂ©s sur place : Netflix, Tesla, Uber
 Faites vos jeux ! Si vous souhaitez rester en terrain connu, pas de panique : les entreprises françaises sont aussi prĂ©sentes sur place : Carrefour, Renault ou encore Air France.

La scĂšne entrepreneuriale

Si vous avez plutĂŽt la fibre start-up, Amsterdam saura aussi vous satisfaire, la capitale nĂ©erlandaise profitant indirectement du Brexit. En 2019, l’Agence EuropĂ©enne des mĂ©dicaments quittera Londres pour Amsterdam, renforçant ainsi le courant de la medtech dans la capitale. C’est d’ailleurs sur le dĂ©veloppement d’une technologie sociale que souhaite se focaliser la scĂšne nĂ©erlandaise. Bas Beekman, directeur de StartUpAmsterdam, programme de soutien et de dĂ©veloppement des start-ups installĂ©es sur place, a mĂȘme dĂ©clarĂ© Ă  WIRED UK que « L’impact social de la technologie va devenir un enjeu clĂ© au cours des deux prochaines annĂ©es. » Et Amsterdam se tient prĂȘte. Vous pouvez jeter un Ɠil aux projets de l’incubateur B, le plus grand d’Europe, ou Ă  ceux de l’Ace Ventures Lab, incubateur de l’UniversitĂ© d’Amsterdam. Rendez vous aussi Ă  The Start-up Orgy, lieu de coworking (et de rĂ©seautage) incontournable.

Les secteurs qui recrutent

  • La technologie : en tant que dĂ©veloppeur, vous pouvez viser 50K annuel
  • La communication et le marketing : comptez entre 3 et 5K mensuels pour un emploi dans le marketing
  • La recherche : 40K annuels pour un ingĂ©nieur
  • Le commerce : des salaires qui peuvent commencer Ă  40K annuels pour les commerciaux

Lire aussi dans notre rubrique : Workers

Loisirs : pourquoi a-t-on tendance à les “professionnaliser” ?

La vie en entreprise

La durĂ©e de travail maximum est de 45 heures hebdomadaires, mais rares sont les contrats de travail qui excĂšdent les 40 heures. On note mĂȘme que nos voisins nĂ©erlandais travaillent en moyenne 30 heures par semaine ! De fait, les temps partiels, notamment les 4/5Ăšmes, sont fortement encouragĂ©s, ce qui permet aux salariĂ©s de prendre du temps pour eux, mais aussi de s’inscrire Ă  des cours du soir ou mĂȘme de faire du bĂ©nĂ©volat. Dites aussi aurevoir aux heures supplĂ©mentaires, loin d’ĂȘtre une habitude au pays du Gouda. LĂ©galement, vous pouvez travailler jusqu’à 10h par jour mais dans les faits, vous enchaĂźnerez plutĂŽt des journĂ©es de 8h, avec de courtes pauses dĂ©jeuner : pas question de lĂ©zarder, on avale un sandwich ou une salade en papotant avec ses collĂšgues avant de remettre la main Ă  la pĂąte. Sven, arrivĂ© sur place il y a 9 mois pour travailler dans une entreprise de la fintech, nous parle d’une ambiance de travail plutĂŽt dĂ©tendue, et peu de micro-management, « en revanche, dĂšs le premier jour, on a beaucoup de responsabilitĂ©s, et il faut ĂȘtre prĂȘt Ă  les assumer, dans le succĂšs comme dans l’échec. »

Les plus

  • Le vĂ©lo est le moyen de transport privilĂ©giĂ©, ce qui rend la ville bien plus agrĂ©able Ă  vivre : moins de bouchons, et moins de pollution !
  • Un pays ouvert d’esprit : les Pays-Bas sont le premier Ă©tat au monde Ă  autoriser le mariage entre personnes de mĂȘme sexe !
  • La vente de cannabis dans les coffeeshops est tolĂ©rĂ©e par l’État, et on se dirige vers une lĂ©galisation de sa culture
  • 16 semaines de congĂ© maternitĂ© contre seulement 14 en France, pendant lesquelles la mĂšre reçoit 100% de son salaire (limite fixĂ©e Ă  203,85 euros/jour)

Les moins

  • Une mĂ©tĂ©o assez humide et trĂšs peu de luminositĂ© en hiver : ce n’est pas Ă  Amsterdam que vous allez peaufiner votre bronzage
  • Seulement deux jours de congĂ© paternitĂ©
  • Seulement 8 jours fĂ©riĂ©s et 20 jours de congĂ©s payĂ©s par an
  • Une gastronomie locale assez peu engageante et « les NĂ©erlandais prĂ©fĂšrent malheureusement manger de façon rapide et efficace » explique Sven.

Pour qui ?

Amsterdam est une capitale europĂ©enne, mais Ă  dimension humaine. Le compromis idĂ©al pour Sven : « la ville est Ă  la fois dynamique et calme ! » Il ajoute : « si je veux sortir, je peux aller dans le centre-ville avec mes amis, si je souhaite m’isoler, je peux profiter de l’un des nombreux parcs. » Ainsi, vous y retrouverez tous les avantages de la grande ville : restaurants, clubs, concerts, sans trop d’inconvĂ©nients; « les transports sont simples et les distances plus courtes » prĂ©cise Sven. Outre le fameux quartier rouge, vous pourrez profiter de la riche vie culturelle de la capitale hollandaise : rendez-vous au MusĂ©e Van Gogh, au Rijksmuseum, ou au MusĂ©e Heineken bien sĂ»r, ou allez visiter la Maison de Rembrandt.

Et la culture healthy est trĂšs rĂ©pandue : les NĂ©erlandais ont Ă  coeur de faire du sport rĂ©guliĂšrement, et cĂŽtoient les nombreux restaurants vegans et autres cafĂ©s “hipsters”, qui s’accordent parfaitement avec l’architecture locale. Par ailleurs, il sera facile de se crĂ©er un nouveau rĂ©seau : les NĂ©erlandais sont plutĂŽt chaleureux, et n’ont pas peur d’engager la conversation avec un.e inconnu.e dans la rue. « La ville est tellement internationale, ça facilite Ă©normĂ©ment l’intĂ©gration » explique Sven, « tout le monde parle anglais ! » Amsterdam est aussi parfaitement situĂ©e pour de petites escapades europĂ©ennes : « l’aĂ©roport de Schiphol est le troisiĂšme plus occupĂ© d’Europe et de nombreuses connections low-cost facilitent les voyages » conclue Sven. Pour les acrophobes, vous aurez la chance d’avoir de nombreuses alternatives ferroviaires Ă  votre portĂ©e : Thalys, Eurostar et autres ICE desservent la capitale NĂ©erlandaise. .

Infos pratiques

Loyers

Amsterdam est une petite ville, avec finalement peu de logements par rapport Ă  son nombre d’habitants : soyez prĂȘts Ă  bondir sur les offres qui vous intĂ©ressent. Commencez Ă  chercher une fois sur place car les propriĂ©taires ne vous attendront pas. Les prix ne sont malheureusement pas si Ă©loignĂ©s de ceux de la capitale française : 1 500 euros pour un studio, 2 200 euros pour un meublĂ© avec deux chambres, la capitale nĂ©erlandaise est la 9e ville europĂ©enne la plus chĂšre pour se loger. Notez que plus vous vous Ă©loignerez du centre, plus les prix seront abordables. Il existe aussi des chambres au sein de colocation Ă  500 euros / mois. En revanche, pas la peine de prĂ©parer un dossier de 10kg, seule une preuve de vos revenus satisferont vos futurs propriĂ©taires.

Faites attention Ă  ce que l’appartement soit bien Ă©ligible pour le numĂ©ro de sĂ©curitĂ© social nĂ©erlandais (BSN) : il y a un nombre limitĂ© de numĂ©ro par appartement. Si vous prĂ©voyez d’emmĂ©nager en couple ou en colocation, renseignez-vous auprĂšs de l’agence ou du propriĂ©taire avant de vous engager. Pour ĂȘtre parfaitement en rĂšgle, vĂ©rifiez bien que vous vous lancez dans une location Ă  part entiĂšre (et non une sous-location par exemple), et pour un temps relativement long (plus d’un an), temps qui doit bien ĂȘtre notifiĂ© sur le contrat de location.

Santé

Ici, c’est Ă  vous de souscrire Ă  une assurance santĂ©, que vous payez tous les mois. Evidemment, il existe de nombreuses options, mais en gĂ©nĂ©ral, plus vous payez, plus vous avez droit Ă  des soins supplĂ©mentaires (pensez ophtalmologie ou gynĂ©cologie par exemple). Et, ici, vous trouverez un site comparateur des diffĂ©rentes offres d’assurance maladie nĂ©erlandaises. Mais attention, vous devrez payer votre assurance pour tous les mois de rĂ©sidence sur place (votre BSN faisant foi), et ce mĂȘme rĂ©troactivement, donc ne perdez pas de temps !

Transports

Si vous dĂ©cidez d’utiliser les transports en commun, investissez directement dans une OV Card, personnelle ou anonyme, rechargeable : il vous en coĂ»tera 7,50 euros pour la carte, et vous n’avez plus qu’à la recharger en fonction de vos trajets. Vous payez ensuite le nombre de kilomĂštres parcourus avec n’importe quel moyen de transport en commun : tram, mĂ©tro bus
 et ce dans tout le pays ! Une affaire ! Malheureusement, le prix au kilomĂštre n’est pas fixe, et vous devrez donc vous renseigner au cas par cas.

Autrement, faites comme les locaux et munissez-vous d’une bicyclette pour parcourir la ville. Malheureusement, comme en France, les vĂ©los ne font pas long-feu Ă  Amsterdam, qui connaĂźt de gros problĂšmes de vol de vĂ©lo. PrĂ©parez-vous Ă  investir sĂ©rieusement dans un antivol de bonne qualitĂ©. Et, si vous choisissez d’acheter un vĂ©lo d’occasion, vĂ©rifiez la rĂ©putation de votre vendeur, et Ă©vitez ainsi d’alimenter ce cercle vicieux en vous fournissant auprĂšs d’un dealer de vĂ©los volĂ©s. Une fois propriĂ©taire, enregistrez bien votre vĂ©lo sur Paravol, afin de pouvoir Ă©ventuellement le retrouver en cas de vol. Notons que Van Moof, un Hollandais, vient d’inventer un systĂšme de puces Ă©lectroniques pour vĂ©los, munies de trackers, afin de gĂ©ocaliser celui-ci. Vous pouvez aussi choisir la location de vĂ©lo, moins engageante, pour 15 Ă  20 euros mensuels. Une petite formation au rĂ©tropĂ©dalage sera nĂ©cessaire et faites attention aux scooters, qui ont aussi le droit d’utiliser les pistes cyclables.

Internet et téléphonie mobile

Vous avez le choix entre une douzaine d’opĂ©rateurs, avec des offres proches de ce que vous pouvez trouver sur le marchĂ© Français (Ă  partir de 10 euros) : Ă  vous de voir celle qui vous convient le mieux ! Pour votre box, vĂ©rifiez d’abord la nature de votre prise (tĂ©lĂ©phonique, TV ou fibre optique) : vous avez ensuite le choix entre des abonnements qui vont de 20 Ă  40 euros mensuels.

Infos visa

Bienvenue dans un pays oĂč l’administration, trĂšs efficace, vous fournira un rĂ©el dĂ©paysement par rapport Ă  notre mĂšre-patrie. Certes, vous ĂȘtes dans l’espace Schengen, mais cela n’empĂȘche que quelques petites formalitĂ©s, qui pour pouvoir travailler ou ouvrir un compte en banque notamment, vous attendent. Ainsi, pour obtenir votre Burger Service Number (soit votre numĂ©ro de SĂ©curitĂ© Sociale nĂ©erlandais), vous devez avoir une adresse sur place (comme dit prĂ©cĂ©demment, vous devez avoir un contrat de location de plus d’un an). Ensuite, prenez rendez-vous au City Hall d’Amsterdam : en fonction des demandes, vous aurez votre rendez-vous entre deux et quatre semaines. Apportez-y votre contrat de location, votre passeport et un extrait de naissance, et vous aurez votre BSN sous un petit quart d’heure !

Il ne reste plus qu’à rĂ©server votre billet d’avion pour la douillette Amsterdam ! HonnĂȘtement, on n’est pas sĂ»r que vous reviendrez


Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook et abonnez-vous Ă  notre newsletter pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles !

Photos by Thomas Decamps

La FAQ sur Amsterdam

Comment s'appellent les habitants d'Amsterdam ?

Les habitants d'Amsterdam s'appellent les Amstellodamois.

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :