Le blues du dimanche soir : comment lui faire la peau ?

Comment lutter contre le blues du dimanche soir ?

Il est 19h ce dimanche, vous êtes affalé sur votre canapé et à mesure que la journée se termine, vous sentez poindre cette angoisse bien connue, comme si vous portiez tout à coup le poids du monde sur vos épaules. On ne vas pas se mentir, cette inlassable mélancolie du dimanche soir a quelque peu à voir avec notre appréhension du lendemain, c’est-à-dire du jour maudit : le lundi. Pourtant, sachez que rechigner à la vue de la semaine à venir n’est pas une fatalité, même si nous sommes nombreux à ressentir de la morosité le dimanche soir. Voici quelques astuces concrètes pour reprendre le contrôle et démarrer en beauté la semaine qui s’annonce.

1. S’organiser le vendredi pour optimiser le lundi qui suit

Anticiper la semaine qui suit permet de garder le contrôle et de ne pas se laisser dépasser. Afin d’éviter le stress le dimanche soir, organisez la semaine à venir le vendredi qui précède avant de quitter le bureau. Mettre à jour son agenda, boucler un dossier, ranger son bureau et éviter de reporter les tâches ingrates au lundi matin première heure, permet d’être déjà plus serein. Vous serez plus détendu le dimanche soir si vous n’avez pas l’esprit encombré.

Aussi, vous pouvez vous faciliter la tâche le lundi matin en vous consacrant un moment calme par exemple : pas de prise de rendez-vous donc pas de stress la veille à l’idée de prendre la parole devant un nouveau client, d’être coincé dans les transports, pas de rendu de dossier de dernière minute, pas de réunion à animer. Chaque lundi matin peut être justement l’occasion d’organiser le reste de votre semaine sereinement, en lisant vos e-mails par exemple, et en planifiant les échéances à venir. Ainsi le dimanche soir, vous ne ressassez pas sur les enjeux du lendemain matin.

Mona est consultante dans un grand groupe et a appliqué cette méthode avec succès : « On ressent toujours plus ou moins d’abattement le dimanche soir. Il m’est arrivé de passer des heures à regarder dans le vide, stressée parce que le lendemain j’avais un rendez-vous à 8h30 à plus d’une heure de chez moi, et que c’était totalement l’angoisse en comparaison du week-end que je venais de passer. Depuis, je suis bienveillante avec moi-même et j’allège mes lundis matin pour n’avoir rien à penser la veille. »

2. Respecter son rythme de sommeil

La clé d’un sommeil réparateur est l’habitude. En effet, on pense souvent rattraper sa dette de sommeil durant le week-end. Mais le fait de se coucher et de se lever plus tard que le reste de la semaine est finalement perturbant pour notre organisme. Ainsi, 52% des français ont des problèmes de sommeil dans la nuit du dimanche au lundi parce qu’ils sont en décalage ou tourmentés par la semaine à venir.

En essayant de garder un rythme similaire à celui que vous avez durant la semaine, vous éviterez de vous retrouver dans les vapes le lundi matin. Bien sûr, si vous avez fait la fête jusqu’à l’aube, vous pouvez quand même essayer de consacrer du temps à une activité relaxante le dimanche soir pour compenser. Vous pouvez vous déconnecter des écrans, prendre un temps pour méditer, ce qui calmera les éventuelles angoisses et vous aidera à vous endormir correctement, lire un livre, écouter un podcast etc..

3. Trouver son rituel

Ilan est en stage depuis quelques mois à Paris, il témoigne : « La morosité du dimanche me rend nerveux, mon cerveau se met alors à cogiter à 100 à l’heure et je sais d’avance que je vais mettre du temps à m’endormir. Alors, j’ai mis en place un rituel le dimanche soir, je ne prévois rien et je me détends. Je profite de faire des choses que je ne fais jamais d’habitude comme prendre un bain, ou regarder un film un peu pourri mais feel-good. Cela m’apaise et me permet de m’endormir à une heure décente dans un état d’esprit léger. »

Inversement, pour certains c’est justement l’ennui et l’inaction du dimanche qui les rendent mélancoliques. Dans ce cas, il est tout à fait possible de s’organiser pour que le dimanche soir ne ressemble, justement, pas à un dimanche soir ! Si la journée du samedi est chargée en activités, (musées, visites, ciné, sorties entre amis, etc.) le dimanche semble parfois bien vide et triste à côté. Alors pour inverser la tendance, n’hésitez pas à étaler vos sorties du week-end jusqu’au dimanche soir. Voir des amis, boire un verre ou sortir pour une balade inhabituelle peut rendre la fin de journée un peu plus joyeuse que prévu, sans temps mort qui laisserait monter l’angoisse.

4. Se faire plaisir dès le lundi

De la même façon, afin d’enjoliver ce qui est considéré pour beaucoup comme la plus dure journée de la semaine, vous pouvez aussi prévoir quelque chose de plaisant le lundi. Si vous prévoyez dès le lundi soir un dîner au restaurant avec des amis ou un cinéma à deux, le petit coup de déprime du dimanche soir sera sans doute moins pénible. Et, qui sait, vous finirez peut-être même par être vraiment impatient de démarrer la semaine ! « Le dimanche soir, je me force à positiver et à penser à tout ce qui est en dehors du boulot. Je planifie tel déjeuner avec ma collègue préférée le lundi midi, je pense à mon cours de gym du mardi soir, je me languis de l’afterwork avec des amis du jeudi et ainsi de suite. Ce sont un peu mes carottes de la semaine et en y pensant, la vie redevient un peu plus légère même le dimanche à 19h ! », explique encore Mona.

5. Profiter du week-end

Finalement, la morosité inhérente au dimanche soir est surtout due au regret du week-end passé, presque plus qu’à l’appréhension de la semaine à venir. C’est pour cela qu’il est important de profiter de ce break, de couper vraiment avec le travail et ses problématiques. Le week-end est le moment où l’on peut se déconnecter, ne plus avoir les yeux rivés à ses mails pro’ ou les dossiers importants. Prendre de l’avance sur le travail le week-end est souvent contre-productif alors choisissez des activités et des sorties qui vous permettront à la fois de vous détendre et de vous reposer ou bien assumez une totale oisiveté ! Ainsi, vous n’aurez pas de regret le dimanche venu à vous dire « j’aurais dû faire ceci, je n’ai pas fait cela, je n’ai pas assez profité ou je suis épuisé » et autres pensées négatives qui vous mineront le moral avant même d’avoir commencé la semaine !

La meilleure consolation au blues du dimanche soir est encore de se dire que c’est un sentiment partagé presque universellement. Non, vous n’êtes pas seuls. Le dimanche est finalement un jour comme les autres et plutôt que d’en faire une fixette, on peut tout à fait changer d’état d’esprit à son sujet. Et si, malgré ces conseils, votre angoisse est trop forte et que votre entreprise est relativement indulgente, vous pouvez toujours arriver un peu plus tard ce jour-là ou organiser une session de télétravail. Hauts les coeurs !

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo d’illustration by WTTJ

Aglaé Dancette

Fondateur, auteur, rédacteur @Word Shaper

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :