Débordé.e ? Voici les 5 infos de la rentrée RH à ne pas louper

Débordé.e ? Voici les 5 infos de la rentrée RH à ne pas louper

Le Covid-19 a définitivement marqué l’année 2020. Après un début d’année agité, vous avez potentiellement passé une partie de l’été en congés - bien mérités. Il est maintenant l’heure de reconnecter avec vos collègues et votre pile de dossier, mais cette année la reprise a une couleur différente. Entre les nouveaux protocoles, le retour au bureau encadré par des mesures particulières et les mises en place gouvernementales pour relancer l’activité, nous vous avons concocté un petit refresh pour vous tenir à la page.

15%

C’est la proportion de Français.e.s en situation d’emploi qui télétravaillaient toujours début août, contre 27 % pendant le confinement, selon un sondage Yougov x Cardiosens, publié par Les Échos.. C’est à Paris que la chute a été la plus drastique : la part de télétravail est tombée de 45 % à 22 % en trois mois, et dans la région francilienne, de 39 % à 14 %.

Un nouveau protocole sanitaire en entreprise : ce qui change

Déjà en place depuis le début du déconfinement, le protocole sanitaire en vigueur pour les entreprises évolue selon les besoins de chaque entreprise. À l’occasion de la rentrée des classes, diverses informations essentielles, ordonnances et décrets ont été donnés au fur et à mesure par les membres du gouvernement. Voici les 5 points essentiels à retenir :

  • De la même manière que dans les transports en commun, les espaces publics fermés et certaines grandes villes, le port du masque est obligatoire sur le lieu de travail ! L’obligation est en vigueur dans des lieux comme les open-space, couloirs, machine à café, ou encore les ascenseurs, où l’écart d’un mètre ne peut être ou risque de pas être respecté entre les personnes. Néanmoins, cette règle peut s’assouplir en fonction des professions et lieux de travail, avec l’aval des dirigeants, du comité directoire ou encore par un accord de branche étendu. Cela pourrait être le cas dans des garages par exemple, où les techniciens sont éloignés les uns des autres, ou dans des conditions particulières comme sous une voiture pour une manoeuvre.

  • Le Covid-19 semblant vouloir siéger quelques temps dans nos sociétés, un nouveau rôle a été créé en conséquence aux seins des entreprises. En effet, un référent Covid-19 doit désormais être nommé pour veiller à la bonne mise en oeuvre des mesures en vigueur et à ce que chaque salarié soit bien informé.
    Pour assurer aux salariés un retour dans les meilleurs conditions possibles, les mesures d’hygiène et de nettoyage doivent être renforcés : aération des pièces toutes les trois heures pendant une quinzaine de minutes (prévoyez une petite laine), ventilateur et climatisation doivent être oubliés ou ne pas être dirigés vers des personnes et les surfaces régulièrement touchées par des personnes - poignées, toilettes, machine à café - sont à nettoyer en profondeur.

  • Toujours par mesure de protection, le nombre de salariés présents sur place est limité en fonction de la capacité de l’entreprise à mettre en place les mesures adéquates. Rotation des équipes, changement d’horaires ou aménagement des espaces, à chaque entreprise de se creuser les méninges pour faire concorder reprise de l’activité et protection de tous. Aussi, le gouvernement appelle à ce que les entreprises lissent leurs horaires d’ouverture de bureau pour éviter les pics d’affluence et faciliter les rotations.

  • Le télétravail quant à lui, reste à privilégier dans la mesure du possible. Dans les entreprises nécessitant la présence des salariés, les personnes fragiles ou vulnérables, risquant de développer une forme grave de le Covid-19 doivent faire une demande pour poursuivre le télétravail. La mesure est désormais facilitée car le certificat d’isolement n’est plus obligatoire depuis le décret publié 30 août 2020.

Pas de grand chambardement, simplement une bonne to-do list à faire pour les RH et dirigeants d’entreprise, pour assurer une reprise aux salariés dans les meilleures conditions possibles.

Dispositif de chômage partiel maintenu jusqu’en novembre

Si certaines entreprises peuvent reprendre leur activité malgré les conditions et nouvelles obligations, d’autres sont encore fortement impactées par la crise. Le Plan de Relance, présenté le 3 septembre, prévoit un allongement de l’Activité Partielle jusqu’à début Novembre et la fin d’année 2020 pour les secteurs les plus touchés : tourisme, événementiel, culture. Si l’indemnisation et le montant de prise en charge par l’État a été revu à la baisse, un autre dispositif a vu le jour. Cofondé par l’Unedic et l’État, l’Activité Partielle de Longue Durée, entrée en vigueur le 20 juillet 2020 par décret, permet de sécuriser les emplois des salariés d’une entreprise, en baissant le nombre d’heures travaillées selon l’impact du Covid-19 sur l’activité et ce sur la durée puisqu’il est applicable deux ans.

Emploi des jeunes : formation et aides à l’embauche

Depuis le 25 août dernier, le plan “1 jeune 1 solution” est entré en vigueur. Objectif : soutenir à la fois les jeunes dans leur insertion professionnelle et les entreprises sur l’embauche des jeunes talents.
Dans ce plan de relance, plusieurs initiatives :

  • 200 000 formations orientées vers les métiers d’avenir,
  • Une aide à l’embauche de 1 000€ pour des CDD ou des CDI d’une durée d’au moins trois mois,
  • Une aide à l’embauche de 5 000€ pour les alternants mineurs et 8 000€ pour les alternants majeurs, pour tout contrat signé entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021.

Versée sans conditions aux entreprises de moins de 250 salariés, ces dernières aides encouragent les étudiants à s’insérer dans le monde du travail, en parallèle de leurs études ou non, et aux entreprises d’embaucher à moindre coût des profils juniors pour en faire de potentiels futurs salariés.

Don de jours de congé contre chèques vacances

Nous les avons applaudi pendant le confinement, soutenu du mieux que nous le pouvions, aujourd’hui il est désormais possible d’aller plus loin pour offrir un peu plus aux soignants et personnels mobilisés durant la crise. La loi du 30 juillet 2020 permet à chaque salarié de “donner” quelques jours de congés acquis ou faire un don de rémunération correspondant à une ou plusieurs journées de travail, aux personnels soignants sous forme de Chèque-Vacances. Le dispositif est temporaire ; les salariés ont jusqu’au 31 octobre 2020 pour prendre part à cette opération. Ainsi, le personnel mobilisé pourra bénéficier d’un peu de répit dans plus de 200 000 structures de loisirs.

300 millions d’euros pour les entreprises sociales inclusives

Le gouvernement a annoncé un budget d’aide spécifique pour les entreprises sociales inclusives, le 17 août 2020. Ainsi 300 millions d’euros vont être versés aux quelques 5 000 structures pour couvrir les pertes d’exploitation et continuer leur accompagnement sur la transformation du secteur. Deux enjeux dans cette mise en place :

  • Pallier rapidement les dégâts causés par la crise avec la couverte des pertes d’exploitation générales,
  • Poursuivre la transformation du secteur en soutenant le développement des projets d’entreprise.

Pour ce second enjeu, un large appel à projet sera lancé d’ici la fin d’année 2020 pour permettre à ces entreprises d’atteindre certains de leurs objectifs, malgré la crise.

Le livre Welcome to the Jungle

100 idées innovantes pour recruter des talents et les faire grandir
Découvrir

Charlotte Legrand

Rédactrice

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :