« Pourquoi vous et pas un autre ? » 4 conseils pour bien répondre en entretien

« Pourquoi vous et pas un autre ? » Comment répondre entretien ?

« Pourquoi vous et pas un·e autre ? » une question tant redoutée par les candidats en entretien d’embauche. Que vous la trouviez gênante, intimidante ou impertinente, mieux vaut la préparer. Et si cette question peut paraître simple au premier abord, elle nécessite une réelle préparation pour trouver l’équilibre entre “se vendre à tout prix” et “jouer les modestes”. Voici donc 4 conseils de recruteurs, pour briller en entretien, en répondant de manière subtile et intelligente, sans en faire trop.

1. Comprenez l’objectif de la question

Tout d’abord, il est primordial de comprendre pourquoi les recruteurs vous demandent « Pourquoi vous et pas un·e autre » pour bien préparer votre réponse. Généralement posée à la fin de l’entretien, cette question permet aux recruteurs de vérifier à la fois votre compréhension du poste mais aussi votre confiance en vous et votre capacité à vous vendre.

Marc Janot, Talent Acquisition Senior IT, nous en dit plus : « Cette question a beaucoup plus de sens pour certains postes comme les sales où on va chercher à connaître la capacité du/de la candidat·e à se vendre et donc à vendre un produit par exemple. Mais de manière général, elle permet au recruteur de savoir si le/la candidat·e a réfléchi en amont à sa valeur ajoutée. Le recruteur peut ainsi deviner ici la maturité professionnelle du/de la candidat·e. »

2. Ne soyez pas sur la défensive

La plupart des candidats considèrent la question « Pourquoi vous et pas un·e autre ? » comme une question piège. « Cherche-t-il à me déstabiliser ? À s’assurer que je n’ai pas la grosse tête ? » En réalité, cette question est un cadeau que vous fait votre recruteur. Il vous donne l’occasion de le séduire, de mettre en lumière vos qualités et vos compétences. C’est votre chance de l’épater, de revenir sur vos expériences les plus marquantes ou de citer vos forces, notamment que vous n’avez pas eu l’occasion d’aborder pendant l’entretien.

Il est donc important de rester zen face à cette question, de ne pas perdre vos moyens et de répondre de manière confiante et structurée. Vous devez montrer le lien unique que vous pensez avoir avec l’entreprise, alors posez-vous la question : qu’est-ce qui fait votre singularité ? N’hésitez pas à récolter l’avis de vos proches ou d’anciens collègues, et surtout, restez authentique ! Chaimaa El Bezzi, chargée de recrutement au sein du groupe Adecco, nous donne quelques tips : « Pour répondre à cette question, je conseille aux candidats de commencer par remercier le recruteur de l’avoir posée, cela montre qu’ils ne redoutent pas la question. Aussi, il faut faire très attention au langage non verbal qui en dit long sur nous-même : évitez d’avoir l’air étonné·e quand on vous pose la question ou encore de froncer les sourcils, regardez votre recruteur droit dans les yeux et gardez un léger sourire. Tout cela aide à installer un climat de confiance en entretien. Le recruteur sera ainsi beaucoup plus réceptif. »

3. Structurez votre réponse

En entretien d’embauche, l’improvisation n’est pas la bienvenue. Pour éviter d’être déstabilisé et d’aller un peu dans tous les sens, il est vivement conseillé de préparer en amont une liste de 3 à 4 arguments pertinents à présenter aux recruteurs. Et pour une opération séduction réussie, faites en sorte de couvrir les deux aspects suivants :

  • Vos expériences en lien avec le poste

Il va sans dire qu’en posant la question, le recruteur cherche à savoir si vous correspondez réellement au poste afin d’éviter une éventuelle erreur de casting qui peut coûter cher à l’entreprise. Votre réponse doit donc impérativement être en lien avec le poste afin de rassurer le recruteur. Dans ce sens, il est inutile, par exemple, de citer vos exploits en calcul mental si vous postulez pour un poste qui demande de la créativité. Pierrick Mongeal, Responsable RH chez Maison et Objet, nous donne son avis : « Je conseille aux candidats de relier les éléments marquants de leur expérience professionnelle ainsi que leur savoir-faire et savoir-être, au profil attendu par l’entreprise. Il ne faut pas hésiter également à insister sur des éléments qui nous rendent « singulier » vis-à-vis des autres candidats, pour se démarquer, et expliquer pourquoi cette différence pourrait apporter une plus-value lors de la prise de poste et après. Cela nous permettra, nous recruteurs d’évaluer le niveau de compréhension du poste, la capacité d’engagement et de projection du/de la candidat·e. »

De son côté, Chaimaa El Bezzi, chargée de recrutement chez Adecco conseille aux candidats de toujours faire un petit rappel du besoin du recruteur pour confirmer qu’ils ont bien compris celui-ci : « Avant de répondre à la question « pourquoi vous et pas un·e autre », un·e candidat·e peut très bien introduire sa réponse par un petit rappel du contexte en disant par exemple : Selon ce que j’ai compris de notre échange, vous êtes à la recherche d’un expert en marketing très à l’aise avec la data. Dans mon expérience précédente, j’ai travaillé en étroite collaboration avec l’équipe data sur un gros projet qui a fait gagner à l’entreprise 40 000€ de chiffre d’affaires supplémentaire. »

Attention, tout de même à ne pas tomber dans le piège d’être trop long en rentrant dans les détails de chaque expérience au risque d’être redondant avec les discussions précédentes. L’idée ici n’est pas de revenir sur vos expériences car elles sont déjà dans le CV, la lettre de motivation et au cœur de l’entretien, mais de souligner les aspects les plus importants de ces expériences qui sont en lien direct avec le besoin de l’entreprise.

  • Vos qualités personnelles recherchées pour le poste

Il est bien connu qu’en recrutement, les compétences et le savoir-faire à eux seuls ne sont pas suffisants. À compétences égales, ce qui fera réellement la différence, ce sont vos soft-skills, votre personnalité.

Votre ancien manager appréciait votre capacité d’adaptation ? Vos amis adorent votre sens de l’écoute ? Vous faites preuve de beaucoup d’empathie au quotidien ? N’hésitez surtout pas à en parler à votre recruteur, tout en créant le lien avec le poste en question. Jessica Koffi, Talent acquisition specialist chez Innoha, nous le confirme « Il faut être capable d’expliquer en quoi nos qualités représentent une valeur ajoutée pour la réalisation des tâches/missions/projets du poste que l’on vise et montrer en quoi elles sont proches des valeurs de l’entreprise que l’on souhaite intégrer. »

Vous pouvez également mettre en avant votre passion ou votre fort intérêt pour l’entreprise et/ou son secteur d’activité. Si vous passez un entretien dans une entreprise spécialisée dans la restauration, n’hésitez pas à bien souligner votre intérêt pour cet univers. Vous pouvez par exemple dire « Ayant grandi avec des parents restaurateurs, j’ai baigné dans l’univers de la restauration depuis mon jeune âge, j’en comprends particulièrement les codes et le fonctionnement. »

4. Soyez crédible, n’en faites pas trop

Dans ce genre de situation, une des plus grandes difficultés consiste à ne pas se montrer trop prétentieux tout en se vendant. Tout est question d’équilibre.
« Pourquoi vous et pas un autre ? Parce que je suis le meilleur ? » Même si vous êtes tentés de répondre ainsi, rester vague est une très mauvaise idée. Préparez en amont des éléments concrets à présenter aux recruteurs. Si, par exemple, vous voulez mettre en avant le fait que vous savez gérer le stress vous direz « Lors de mon expérience précédente, j’ai dû travailler sur un contrat de 100 000 euros avec un client du CAC 40 très exigeant. J’avais moins d’un mois pour rédiger, valider et faire signer le contrat à mon client qui n’était pas très réactif. Avec beaucoup de persévérance et de travail acharné, j’ai fini par signer le contrat dans les temps voulus. »

Évitez à tout prix de mentir. Jessica Koffi nous explique pourquoi : « Il est important, lorsque vous présentez vos points forts préalablement identifiés, de vous assurer que ces éléments soient réels et véridiques. Par exemple, parler de dynamisme quand on a un discours et une façon de se présenter qui ne le sont pas du tout peut nous faire perdre en crédit. » Pour appuyer votre discours (et éviter de passer pour un gros prétentieux), vous pouvez même raconter quelques anecdotes et expériences qui vous ont permis de développer ces compétences ou ces qualités.

Et pour finir, gardez à l’esprit que si cette question a longtemps été quasi-inévitable en entretien d’embauche, aujourd’hui de plus en plus de recruteurs la trouvent obsolète et considèrent que l’on peut avoir la réponse à « Pourquoi vous et pas un·e autre ? » à travers les autres questions posées tout au long de l’entretien. Diatta Marna, chargée de recrutement chez Walters People, nous explique pourquoi il ne pose jamais cette question : « Je trouve cette question inutile car on est face à des personnes qui recherchent une opportunité (emploi, stage, alternance…) et qui sont assez motivés et déterminés sinon ils ne seraient pas là à échanger avec moi. J’évalue plutôt les compétences et le savoir être de la personne tout au long de l’entretien. »

Cela dit, ne baissez pas la garde pour autant et montrez au recruteur pourquoi il devrait vous choisir vous plutôt qu’un·e autre, même s’il ne pose pas la question directement.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook, LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles !

Photo by WTTJ

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :