Freelance : les 5 indispensables pour se lancer

Freelance : 5 indispensables pour se lancer

« Soyez votre propre patron », « gérez votre agenda comme bon vous semble », « devenez plus libre dans votre travail. » Telles sont les promesses du travail en freelance, qui séduit de plus en plus de professionnels chaque année (+145% de freelance en 10 ans selon malt), et s’ouvre progressivement à de nouveaux secteurs. Mais si le statut d’indépendant attire, il n’est cependant pas fait pour tout le monde, et mieux vaut être sûr de son coup avant de se lancer. Il s’agit donc de savoir si l’on est prêt à sauter le pas, en se posant les bonnes questions pour savoir dans quoi on s’embarque. Quels sont les ingrédients clés pour bien commencer sa vie de freelance ? Nous avons préparé une checklist des bons réflexes à adopter avant de se lancer.

1. Choisir le bon cadre juridique

En France, les formes les plus courantes du statut de Freelance sont :

1. Les entreprises individuelles

  • L’Entreprise Individuelle (EI)
  • L’Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL)
  • Le régime Auto-entrepreneur

2. Les entreprises unipersonnelles

-L’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL)

  • La Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU)

Pour chacun de ces statuts, il est nécessaire de s’inscrire au Répertoire des Métiers ou au Registre du Commerce et des Sociétés, sauf pour le régime auto entrepreneur, qui est un peu particulier puisqu’il est le seul à pouvoir être couplé avec une activité salariée.

En tant que freelance, il existe aussi la possibilité de s’associer pour obtenir d’autres statuts comme celui de Société Anonyme à Responsabilité Limitée (SARL), qui nécessite au moins deux associés, et donc plus de contraintes, mais permet d’autres avantages comme celui de rassembler diverses compétences au sein d’une même société.

Une chose est sûre, chaque projet est unique, « Il est donc primordial, lorsque l’on commence, de bien s’entourer sur les questions juridiques et comptables, et de bien choisir ses premiers contrats » souligne Thomas, de Club Freelance. D’ailleurs, il peut être intéressant de se rendre à la Chambre de Commerce la plus proche de chez soi pour demander conseil et ainsi trouver la forme qui nous convient le mieux bien démarrer !

Si vous avez moins de 26 ans, lorsque vous créez votre statut d’auto-entrepreneur, il est possible de bénéficier d’une réduction d’impôts la première année d’activité, grâce à l’exonération Acre, pour laquelle il suffit de faire la demande auprès de l’urssaf. Attention, néanmoins, cette demande doit être faite dans un délai de 45 jours maximum après la création de votre statut d’auto-entrepreneur.

2. Délimiter son lieu d’exercice professionnel

Lorsque l’on travaille en freelance, on a parfois tendance à mélanger, voire confondre sa vie pro et sa vie perso. Pour éviter cela, il est important de bien délimiter les deux concepts, et qu’ils aient tous deux leur place dans des lieux et à des plages horaires définies. Pour travailler, le mieux est souvent de choisir un local hors de son domicile, dans un espace de coworking ou un lieu dédié par exemple, ou encore d’aller quelques temps s’immerger dans l’entreprise pour laquelle on est en mission, si vous en avez la possibilité.

Auriane, employée chez Malt, plateforme de mise en relation entre freelances et entreprises, souligne que si cela est trop compliqué ou coûteux d’être toujours en extérieur, il est important de s’aménager un univers dédié au travail qui tranche avec le quotidien chez soi. *« Quelques détails ont leur importance comme le fait que l’endroit soit lumineux, aéré, ergonomique & confortable, mais également décoré et personnalisé pour s’y sentir bien. »

3. Gérer son temps

L’absence de bureau, de collègues ou encore de calendrier fixe peuvent rapidement pousser les freelances à faire sauter les barrières entre la vie pro et la vie perso, ce qui peut mettre en péril leur épanouissement en tant que travailleurs indépendants. Il est donc nécessaire de prioriser et s’imposer des deadlines personnelles pour pouvoir avancer efficacement, mais également des plages horaires définies desquelles on dérogera le moins possible : se dire, par exemple qu’on ne répond plus aux mails après 19h30 ou le week-end !
Bien organiser ses journées permet ainsi de gérer plusieurs projets en simultané, et de varier les activités tout en restant efficace et en veillant à garder un équilibre de vie. Cependant, il ne faut pas oublier d’allouer un temps nécessaire (hebdo voire quotidien) à la gestion comptable et administrative de son activité, ainsi qu’à la prospection commerciale, pour ne pas se retrouver en difficulté à la fin d’une mission.

4. Être prêt à networker

Comme suggéré dans le précédent point, il est important de réserver une partie de son temps à la prospection de nouveaux clients. Pourquoi ? Parce que le networking est l’élément le plus important de votre activité. Plus vous aurez de clients, plus vous serez libres de choisir vos missions et plus vous serez à l’abri de tomber dans la précarité. Pour Auriane de Malt « le plus difficile, c’est d’attraper le premier client, mais souvent, le reste suit tout seul, surtout si on met toutes les chances de son côté en s’inscrivant sur des plateformes et en poursuivant le networking. » N’hésitez donc pas à participer à des événements, organiser des déjeuners avec vos clients ou prospects, prendre des nouvelles de vos différents interlocuteurs, par mail ou par téléphone, afin d’entretenir le réseau que vous aurez réussi à tisser.

5. Ne pas s’isoler

Auriane et Thomas sont tous les deux d’accords pour mettre en garde contre l’isolement, un piège dans lequel il est souvent “facile” de tomber lorsqu’on est freelance. Il est très important de rester au contact d’autres personnes dans son travail, et ce au-delà du virtuel. Si s’inscrire sur une plateforme comme Malt ou Club-Freelance peut être une solution car elle permet de rejoindre une communauté de freelances, certains détails très simples peuvent également permettre de garder une bonne dynamique au niveau relationnel. Par exemple, plutôt que de se limiter à des échanges en ligne avec son client, on oublie parfois qu’un déjeuner peut permettre de se dire les choses facilement, et dans un cadre plus agréable ! Pour réussir en tant que travailleur indépendant, ce qui importe avant tout est d’être à l’aise avec son mode de vie, et en accord avec soi.

Le mode de vie freelance est particulier et exige d’adopter certains bons réflexes avant de se lancer. Par ailleurs, le freelancing n’a d’intérêt que s’il permet d’acquérir plus de liberté dans sa façon de travailler et de s’épanouir aussi bien professionnellement que personnellement. Alors, pas question de se laisser déborder par le manque de repères du statut, en perdant le contrôle de son temps ou en s’isolant. Si vous gardez bien en tête les exigences du statut de freelance et les pièges à éviter, nul doute que vous saurez tirer le maximum de cette métamorphose professionnelle.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook, LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles !

Photo by WTTJ

Noémie Lambert

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

S'orienter

Conseils et témoignages pour bien penser son projet professionnel avant de se lancer.

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :