Boost Étudiants | Comment décrocher son contrat d’alternance ?

Boost Students : Comment décrocher son contrat d’alternance ?

Alors que la rentrée de septembre se rapproche sur la pointe des pieds, tous les futurs alternants n’ont pas encore trouvé d’entreprise pour les accueillir, et inévitablement, le stress gagne du terrain. Jusqu’ici, il faut dire que ce n’est pas fameux : à vos 200 candidatures envoyées comme des bouteilles à la mer, vous n’avez obtenu qu’une seule et même réponse, refrain aussi déprimant que monocorde : « Malheureusement, malgré toutes vos qualités, nous n’avons pas retenu votre candidature… »

Heureusement, Welcome to the Jungle est allé récolter les conseils de deux professionnelles des Ressources Humaines, recrutant de nombreux alternants chaque année. Grâce à elles, vous connaîtrez les meilleures astuces pour vous démarquer durant toutes les étapes du recrutement. Séchez vos yeux mouillés et filez vers la conquête du précieux contrat.

Au programme de notre événement Boost Live Students du 23 juin 2020, l’éclairage de deux professionnelles du recrutement :

  • Isabelle Goulmot, Directrice des Ressources Humaines chez Quitoque, une startup de 120 personnes qui met le digital au service de la food pour révolutionner les habitudes de consommation des Français en proposant une cuisine éco-responsable.

  • Patricia Nogues, chef de projet de développement RH chez Canal+ , le groupe média que l’on ne présente plus, qui emploie plus de 7 000 collaborateurs à travers le monde.

Le podcast de notre événement Boost, by Welcome to the Jungle

Connaître les pré-requis de l’alternance

Le statut d’alternant : la folle double vie de l’étudiant-salarié

Etre alternant, c’est jongler sans cesse entre la vie estudiantine et salariée. Double casquette donc, qui vous oblige à être tout particulièrement organisé, motivé et autonome. « Faites bien le distinguo entre les deux univers : à l’école vous êtes là pour étudier, et, à l’inverse, en entreprise vous n’êtes pas là pour faire vos devoirs ou votre mémoire ; vous êtes véritablement salarié. Donc il faut bien s’organiser pour trouver le rythme entre les deux », souligne Patricia. La formule alternance ne convient pas à tout le monde. Et pour cause, la cadence est soutenue et les exigences sont fortes. Isabelle conseille de bien réfléchir à vos attentes en amont : « Avant de débuter des recherches, demandez-vous si vous avez une bonne capacité de travail pour concilier le statut d’étudiant et de salarié. »

Lire aussi : 7 conseils pour trouver et bien gérer son alternance

Le rythme d’alternance préféré des entreprises

Il n’est pas toujours facile d’accorder ses violons entre le rythme défini par votre école et celui souhaité par l’entreprise que vous visez. « Si vous êtes sur de la gestion de projet par exemple, nous préférons souvent le rythme 3 semaines en entreprise/1 semaine à l’école, ou 4 jours/1 jour », explique la RH de Canal+. De fait, les projets demandent souvent une forte disponibilité, et il peut être difficile pour une entreprise de devoir les laisser en suspens en plein milieu de la semaine. Toutefois, même si votre future entreprise n’est pas séduite par la formule proposée, plusieurs solutions s’offrent à vous pour trouver un terrain d’entente :

  • Redoublez de motivation auprès de votre futur employeur. Si vous avez eu un coup de coeur, dites-le. En insistant sur votre envie de travailler dans cette entreprise-là et pas une autre, le recruteur pourrait faire preuve de plus de souplesse.

  • Rassurez votre recruteur quant à vos facultés d’organisation. Expliquez-lui que switcher fréquemment entre les cours et le bureau ne posera aucun souci quant à vos performances, et que vous serez en mesure d’atteindre vos objectifs, quelle que soit la cadence.

  • Essayez de voir avec votre école comment adapter votre organisation. Vous pourrez peut-être intervertir des cours en modelant votre emploi du temps, voire même être dispensé de certains modules.

Les meilleures périodes pour postuler

« Le meilleur moment, c’est tôt ! » martelle Patricia. Plus vous anticipez votre recherche, plus vous avez de chances de décrocher votre alternance. Les deux grandes vagues de contrats ont lieu en janvier et septembre, il convient donc de postuler plusieurs mois à l’avance. « Chez Canal+, dès le mois d’avril, nous commençons à sourcer nos futurs alternants pour septembre. Aussi, même si vous n’avez pas encore la validation de votre école, n’hésitez pas à commencer à chercher votre alternance. Le fait d’avoir déjà une entreprise d’accueil peut même vous permettre de décrocher votre entrée dans certaines écoles. » Pour les retardataires, tout n’est pas perdu. Même si vous vous y prenez maintenant pour septembre, il reste toujours des offres. Pour les étudiants inquiets dont les recherches ont été ralenties par la pandémie, Isabelle se veut rassurante : « La crise actuelle n’a pas forcément joué sur le nombre de recrutements possibles en alternance ou en stage. Dans certaines entreprises, on observe même le phénomène inverse. » De plus, en raison de la situation sanitaire exceptionnelle, les recruteurs seront davantage compréhensifs et flexibles quant à vos dates d’arrivée.

« La crise actuelle n’a pas forcément joué sur le nombre de recrutements possibles en alternance ou en stage. Dans certaines entreprises, on observe même le phénomène inverse. » - Isabelle Goulmot, Directrice des Ressources Humaines de Quitoque

Soigner sa candidature

Construire un projet professionnel solide

Pour décrocher votre contrat d’alternance, quelques éléments peuvent faire toute la différence. Avant d’envoyer vos missives, la première étape consiste à dessiner les contours de votre projet professionnel. Une fois que vous l’aurez en tête, il sera beaucoup plus simple de créer un CV et une lettre de motivation à l’image de vos ambitions et de vos recherches. « Votre projet professionnel se ressentira dans la seule lecture de votre CV, dans les mots-clés utilisés, ou encore dans les compétences et les expériences mises en avant dans la lettre de motivation, insiste Isabelle. Le recruteur regarde vraiment la précision de la candidature. Cela fait toute la différence avec un CV standard et une lettre de motivation type, qui donnent un aspect généraliste, et laissent penser à un projet moins abouti. » Pour cela, réfléchissez bien en amont à votre trajectoire.

Une fois votre projet défini, privilégiez quelques candidatures très travaillées et personnalisées, plutôt qu’une quantité importante au détriment de la qualité. Intéressez-vous très précisément au secteur de l’entreprise visée, à son ADN et à sa culture d’entreprise. Le recruteur verra aussitôt que le candidat a personnalisé sa demande et qu’il n’est pas face à une lettre de motivation standard. Mieux vaut prendre le temps de faire 10 lettres en quelques heures, plutôt que de cliquer à tout-va en envoyant un CV avec une lettre de motivation qui ne va pas faire mouche.

Un CV cohérent et précis

Pour présenter un parcours cohérent, n’hésitez pas à mettre en avant vos expériences professionnelles et extra-professionnelles : « Que ce soit votre investissement dans des associations, votre pratique d’un sport ou vos autres side projects, vos activités donnent des indices sur vos compétences », explique Isabelle. Votre pratique d’un sport peut témoigner de votre esprit compétitif, tout comme vos pratiques associatives peuvent souligner votre engagement. Comme le précise Patricia, il est judicieux d’adapter votre CV en fonction de là où vous postulez : « Par exemple, si vous postulez chez Quitoque, n’hésitez pas à noter votre intérêt pour la cuisine, et si c’est chez Canal+, cela peut être bien de mettre avant votre goût pour la culture télévisuelle. »

Lire aussi : 8 modèles de CV pour s’inspirer

Plutôt que d’indiquer “cinéma, lecture et voyages” dans la liste de vos loisirs, distinguez-vous. « Vous gagnerez davantage à mettre le nom du pays où vous avez fait un trek, un type de lecture spécifique ou encore un cinéaste que vous connaissez bien, plutôt que de rester dans des généralités. Ces éléments personnalisés peuvent amener une discussion lors de l’entretien », indique Patricia. Le recruteur appréciera avoir des précisions sur votre personnalité afin de mieux vous cerner ; profitez de votre CV pour vous dévoiler subtilement.

Dans les grands groupes, les recruteurs reçoivent souvent une marée de candidatures et ne prennent que quelques secondes pour lire un CV. Aussi, pour leur faire gagner un temps précieux, pensez à attirer l’attention sur des informations clés. Dans un petit encart en haut du CV, précisez votre recherche : le poste, le rythme, la durée de l’alternance, et le moment à partir duquel vous êtes disponible.

La lettre de motivation : l’étape à ne pas bâcler

On planche dessus pendant des heures, mais voilà, finit-elle dans la corbeille ou est-elle vraiment considérée ?

  • Côté des start-up, Isabelle assure lire systématiquement les lettres de motivation. Même si cette étape n’est pas toujours obligatoire, ce sera toujours une valeur ajoutée. « Surtout pour des postes en alternance où la motivation et le professionnalisme comptent pour beaucoup, l’aspect rédactionnel et l’orthographe sont importants, mais d’autres précisions apportées par la lettre de motivation sont également utiles. » Le recruteur veut savoir si le candidat s’est bien renseigné sur la marque, et s’il est en mesure de transmettre sa motivation et son enthousiasme par rapport aux valeurs de cette dernière.

  • Dans les grandes entreprises, décortiquer toutes les lettres reçues serait mission impossible. Chez Canal+, Patricia précise sa méthodologie : « Si l’on reçoit 500 candidatures, je ne vais pas pouvoir toutes les lire. En revanche, si je sélectionne 10 CV, là je vais lire les 10 lettres pour bien comprendre pourquoi ils veulent postuler dans notre groupe, s’ils connaissent bien l’entreprise, quelles sont leurs envies, leur parcours professionnel, et pour en savoir un peu plus sur la personnalité du candidat. » Partez du principe que votre lettre sera lue, et soignez tout particulièrement votre prose.

Réussir son entretien d’embauche

Cleaner ses réseaux sociaux

L’entretien approche, et bonne ou mauvaise nouvelle, il se pourrait bien que votre recruteur aille sortir quelques cadavres de vos placards pour en savoir davantage sur vous. Réseaux sociaux : méfiance ! Patricia rappelle l’importance de faire attention aux contenus diffusés sur Internet. Aussi, on se méfie des photos douteuses de cette soirée d’anniversaire trop arrosée, des stories trop personnelles sur Instagram, tout comme de ces tweets rageux que vous aviez presque oubliés. « Soyez irréprochables sur vos réseaux sociaux. Faites attention à ce que vous publiez et à vos photos. N’hésitez pas à mettre vos comptes Instagram ou Facebook en privé, et attention à ce que vous twittez. »

Démontrer sa motivation : vous vous engagez sur le long terme

Le jour de l’entretien, n’hésitez pas à montrer votre capacité à vous projeter dans l’entreprise. Parler de vos idées, de ce que vous pourrez mettre en oeuvre par la suite, démontre votre esprit d’initiative. On ne parle bien que de ce que l’on connaît et comprend. D’où l’importance d’avoir creusé la fiche de poste et d’avoir pris de nombreux renseignements sur l’entreprise. Rappelons que la double casquette étudiant-salarié implique une forte implication, comme le souligne Isabelle : « Par rapport à un stage, l’alternance est sur un cycle plus long, donc il faut aussi mettre en avant ses qualités d’endurance, de persévérance, d’investissement, d’énergie. Et également sa capacité d’autonomie, de responsabilisation et de maturité. »

Pas question de vous présenter devant le recruteur “juste” parce que vous avez besoin d’une alternance. Patricia précise que votre envie de rejoindre spécifiquement cette entreprise sera valorisée : « Il faut savoir expliquer pourquoi vous avez choisi cette entreprise et cette alternance, qu’est-ce qu’elle va vous apporter pour la suite de votre projet professionnel. » Sachez “pourquoi” et “pour quoi” vous êtes là. “Préparation” est le mot d’ordre.

« Il faut savoir expliquer pourquoi vous avez choisi cette entreprise et cette alternance, qu’est-ce qu’elle va vous apporter pour la suite de votre projet professionnel. » - Patricia Noguès, chef de projet de développement RH de Canal+

Formuler les bonnes questions

Des questions pertinentes vont permettre de témoigner de votre intérêt et de votre motivation. Pour être plus à l’aise le jour J, Isabelle conseille de préparer des questions à poser pendant et à la fin de l’entretien. « Cherchez des questions sur l’environnement de travail, sur les missions, le rôle du manager, les enjeux du poste ou encore les objectifs à court et moyen terme. » La préparation est vraiment une clé du succès. Durant l’entretien, n’hésitez pas à prendre des notes, cela prouvera votre attention et votre intérêt. De plus, cela vous permettra de rebondir plus facilement sur certains points abordés pendant l’entretien. Soyez proactif, reformulez les informations données par le recruteur pour être sûr de comprendre le poste et sa cohérence par rapport à vos compétences et aux objectifs de l’alternance. « Quand on est étudiant, en fonction des études qu’on fait, on ne peut pas choisir n’importe quel type d’alternance. Il faut que l’apprentissage en entreprise corresponde à ce qui va être appris pendant les études », souligne Patricia. D’où l’intérêt de de cerner ce qui va être attendu auprès de l’école, et si le poste répond à ces besoins-là.

« Cherchez des questions sur l’environnement de travail, sur les missions, le rôle du manager, les enjeux du poste ou encore les objectifs à court et moyen terme. » - Isabelle Goulmot, Directrice des Ressources Humaines de Quitoque

Attention à ne pas poser de questions trop touchy ou dérangeantes. D’après Isabelle, certaines questions peuvent être maladroites si elles apparaissent dès le premier entretien, notamment celles concernant les avantages tels que les tickets restaurant ou les horaires. « Ces informations pratiques vous seront forcément données au moment opportun, quand une proposition vous sera faites par exemple. » En ce qui concerne la rémunération, cela ne se négocie pas dans toutes les entreprises pour les stages et pour l’alternance, notamment chez Canal+. « Ce sont des grilles salariales en fonction de votre niveau d’études et de votre âge, rappelle Patricia. Aussi, ne posez pas la question avant de vous être renseigné vous-même, au risque de vous mettre un peu mal à l’aise avec le recruteur ou le manager. »

Lire aussi : Entretien d’embauche en temps de crise : 6 questions que l’on peut nous poser

Vous voilà armé jusqu’aux dents pour décrocher votre future alternance. Parmi le flot de candidats venant frapper à la même porte, même pas peur, vous saurez certainement tirer votre épingle du jeu. Gardez à l’esprit que les détails ont toute leur importance à chaque étape du recrutement : de la conception de votre CV jusqu’à l’entretien final. Et pour ceux dont les expériences professionnelles et la liste de compétences pourraient tenir sur un timbre poste, sachez valoriser vos side projects et vos soft skills dont les entreprises sont friandes. Il ne vous reste qu’à mélanger tous ces ingrédients pour devenir un alternant de compét’, qu’aucun manager/recruteur avisé ne voudra laisser filer. À vos CV !

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook, LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter  pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles !

Photo d’illustration by WTTJ

Sherina Berreby

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Réussir son stage et alternance

Vous avez décroché un stage ou une alternance ? Bien joué ! Mais qui dit nouvelle opportunité, dit nouveaux challenges… Découvrez ici comment vous in…

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :