Pulls moches & gênance : 7 idées de Noël d'entreprise à distance

17 déc. 2021 5min

Pulls moches & gênance : 7 idées de Noël d'entreprise à distance

auteur.e

Aurélie Tachot

Rédactrice

Quand on leur pose la question, les résultats sont sans appel : 64 % des Français.e.s avouent ne pas aimer fêter Noël au bureau (selon une étude menée en 2019 par Deskeo). Soyons honnêtes : Noël en entreprise, et sa clique de collaborateur.rices soudainement engoncé.es dans des pulls à pompons a toujours eu cette petite odeur de gênance. Pire : avec des équipes dispersées, l’événement gagne de nouveaux points d’embarras. Pas question pour autant de s’en passer : un rituel, même ringard, vaut probablement mieux que rien du tout, comme nous l’expliquons ici. Cette année encore, de nombreuses entreprises ont préféré opter pour une bamboche de Noël à distance. La formule est-elle pour autant incompatible avec l’idée de passer un moment cool ? …

Voici 7 idées qui ont déjà fait leurs preuves, pour respecter la magie de Nöel, la dignité de ses collaborateur.rices au passage, tout en évitant le flop de l’année.

Comment développer une culture de la reconnaissance au travail ?

Découvrir l'Ebook

Le calendrier à l’effigie des collaborateur.rices

Démodé le calendrier de l’avent ? Havas Sport Entertainment l’a expérimenté « Nous avons conçu un calendrier de l’avent à notre effigie, c’est-à-dire avec les photos de casiers de tous/toutes. De cette manière, même à distance, nous restions ensemble », explique Séverine Béchu, la DRH. Une idée également éprouvée par CleverConnect. « L’illustration de notre calendrier était le dessin d’un lion coiffé d’un bonnet de Noël. Nous avions choisi cet animal car il traduit bien notre ambition d’être féroce sur notre marché », sourit Alice Baleton, Chief Marketing Officer. Le cabinet de chasse de tête WALB Partners a, lui aussi, modernisé son calendrier de l’avent. C’est un gage et non un chocolat que ses salarié.e.s ont découvertt derrière chaque fenêtre : préparer des cookies pour l’équipe, dire oui à ses collègues toute la journée…

Un Secret Santa envoyé par la Poste

Venue tout droit des États-Unis, la tradition du « Secret Santa » est de plus en plus populaire dans les entreprises françaises, notamment chez les start-up. Les salarié.es de la fintech Mon Petit Placement n’y dérogent pas « Les cadeaux ont été envoyés aux domiciles des salarié.e.s. Nous nous donnions ensuite RDV sur Zoom pour les ouvrir et deviner quel.le collègue avait offert quel cadeau », explique Margaux Belhade, associée. L’objectif du secret santa n’est pas tellement d’offrir une paire de chaussettes à Sandra de la compta ou un chauffe-tasse USB à Jérôme le Biz Dev. Mais plutôt de « favoriser la parole entre les collaborateur.rices »* », précise-t-elle.

Le concours du plus beau des pulls moches

Le concours du « Christmas Jumper » est plébiscité par beaucoup d’entreprises. Pour AOS, cette tradition est prise très au sérieux. « Nous élisons le gagnant sur des critères tels que le nombre de pompons ou de grelots présents sur le pull. Ce concours illustre bien l’état d’esprit potache que nous avons chez AOS », sourit Héléna Djen, la DRH. En parallèle, la start-up a demandé à ses 85 collabora.teurs.trices d’envoyer une photo d’eux/d’elles à Noël lorsqu’ils/elles étaient enfants. Un quizz a ensuite été organisé pour deviner qui est qui. Chez EY, c’est le réseau social interne qui a été mis à profit pour organiser un concours. « Nous invitons nos salarié.e.s à poster leurs photos ou leurs vidéos sur cinq thèmes dont le pull le plus moche, la recette de Noël la plus incroyable, le papier cadeau le plus solidaire… Les salarié.es qui obtiennent le plus de likes peuventchoisir l’association à qui nous verserons une somme d’argent », explique Audrey Deconclois, la DRH.

Un escape game digital

« Des pirates sont parvenus à infiltrer notre système informatique et sont en passe d’effacer toutes les informations qu’il contient, notamment les adresses des enfants. Pour que le Père Noël puisse distribuer ses cadeaux à travers le monde, il faut déterminer l’emplacement de la planque où les hackers se cachent avant qu’il ne soit trop tard. Des millions d’enfants comptent sur vous ». Impossible de rester insensible à l’importance de cette mission lorsqu’on cultive l’esprit de Noël ! Ce pitch, c’est celui d’un escape game à distance proposé par la société Dyna’Meet et testéé par de nombreuses entreprises, comme les groupes Point P et Orange. Elles sont de plus en plus nombreuses à se tourner vers ces jeux d’évasion en ligne pour divertir leurs équipes. Sans dévoiler le scénario retenu, les entreprises EY, Payfit et Devoteam ont également déjà opté pour un escape game à distance pour challenger virtuellement leurs troupes.

Télétravail : nouveau levier d'inclusion ?

Nos conseils pour inclure davantage vos talents dans une organisation dispersée

Découvrir l'Ebook

Des cours de cuisine en visioconférence

Vous savez doser l’agar-agar, vous twistez vos gâteaux au yaourt avec du citron yuzu et vous êtes incollables lorsqu’il s’agit de citer les expressions cultes de l’émission Top Chef ? L’activité organisée par Fabernovel devrait vous inspirer. À défaut de pouvoir partager un bon repas de Noël avec ses équipes, l’agence a proposé de les aider à préparer de bons petits plats chez eux. « Dans un premier temps, nous envoyions aux participant.e.s une liste d’ingrédients à acheter. Le jour J, deux chefs leur apprenaient à cuisiner une bûche en visioconférence », confie Caroline Estephan, Senior Communication Manager. Dans le même esprit, l’ESN Devoteam a organisé un atelier pour apprendre à faire des mocktails. Libre aux collabora.teurs.trices d’ajouter – ou non – quelques gouttes de rhum dans leur shaker pour faire des Piña Colada

Un dîner spécial “sérendipité” de Noël

Un bloc de foie gras, une queue de langouste, une bûche au chocolat… Voici les gourmandises que les salarié.e.s de Cheerz ont pu déguster ensemble, mais à distance, lors d’un « jumping dinner ». « Notre culture d’entreprise est basée sur l’informel, les conversations dans le couloir… Nous avions donc choisi d’organiser un « jumping dinner » qui consiste à manger une entrée avec un premier groupe de 15-20 collaborateur.rices puis le plat de résistance avec un second groupe puis le dessert avec un troisième », explique Hugo Perrier, le DRH. L’objectif de ce dîner en visioconférence, « c’est de brasser le plus possible les équipes, y compris à l’échelle internationale », ajoute-t-il. Pour pimenter les étapes du dîner et fluidifier les échanges – moins naturels par écrans interposés – la start-up a organisé des jeux : raconter des anecdotes fun, répondre à un quizz…

« The Snow must go on ! »

Les vagues successives et les divers variants n’ont pas entamé le moral de certaines équipes RH, qui se démènent pour fédérer leurs équipes autour d’évènements fun. Chez Devoteam, un spectacle de magie interactif a été par exemple proposé aux collabora.teurs.trices et à leurs enfants. Ces dernier.e.s ont pu apprendre des tours de magie avec des cartes qui leur ont été envoyées à domicile. Puisque la musique réchauffe les cœurs, des blind tests de Noël ont permis également aux équipes de renouer avec la légèreté, notamment chez Mon Petit Placement. Chez Skaze, un DJ set a même été organisé au sein des locaux pour permettre aux 22 collabora.teurs.trices de fêter Noël, Hanouka et l’Aïd.

Photo par Thomas Decamps
Article publié le 09/12/2020, mis à jour par Héloïse de Montety le 17/12/2021

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook, LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir nos derniers articles !

Les thématiques abordées