BADASS : relou, la fiche de poste ? Faites-en votre amulette protectrice !

La fiche de poste : 4 preuves qu'elle vous protège
Un article de notre expert.e

Lucile Quillet

Journaliste, conférencière et autrice experte de la vie professionnelle des femmes

BADASS - Vous vous sentez illégitimes, désemparées, impostrices ou juste « pas assez » au travail ? Mesdames, vous êtes (tristement) loin d’être seules. Dans cette série, notre experte du Lab et autrice du livre de coaching Libre de prendre le pouvoir sur ma carrière Lucile Quillet décortique pour vous comment sortir de la posture de la “bonne élève” qui arrange tout le monde (sauf elle), et enfin rayonner, asseoir votre valeur et obtenir ce que vous méritez vraiment.

Sacrée FDP : méprisée, négligée, ignorée… La fiche de poste est souvent le vilain petit canard incompris de notre vie pro, cette chose qui nous veut du bien, mais qu’on balaie d’un revers de la main par un « oh, c’est bon ». Cette description précise de son poste, avec le détail de ses missions, les moyens alloués, les référents hiérarchiques, les conditions de travail et son périmètre - mise en perspective avec un intitulé et un certain salaire bien sûr - que l’entreprise est censée vous fournir ? C’est so scolaire, psycho-rigide, et procédurier, pensez-vous. Si bien que si on ne vous la donne pas, vous ne la réclamez pas. Et perdez en même temps un outil très précieux pour votre carrière.

Votre bonne conscience vous offre un outil de pouvoir

À la place, on préfère se dire qu’on est flexible, qu’on sait déjà tout ce qu’on a à faire sans avoir besoin des sous-titres et qu’on veut se réserver le droit d’avoir des initiatives, de colorier en dehors des lignes. Bref, on ne veut pas se retrouver comme une petite chèvre dans une clôture. On veut pouvoir gambader, sans filet ni cordelette au cou. Puis aussi, surtout, on a la flemme et on ne veut pas casser l’ambiance chez les RH en demandant une fiche de poste ou une mise à jour au cours de l’entretien annuel (même si votre poste, lui, a clairement évolué). Bref, pour une fois que faire la bonne élève aurait été profitable, on la joue punk en gardant ses lacets défaits… au risque de se vautrer.

La vérité, c’est que nous sommes trop égocentriques. On pense à la fiche de poste comme un document infantilisant et humiliant pour noustiens, au cas où tu oublies ce que tu dois faire »), on ne voit pas qu’elle est surtout un outil de contre-pouvoir puissant. Plus qu’une clôture qui vous contraint, elle permet de ne pas laisser les loups entrer sur votre territoire. Le cadre offert par la fiche de poste dresse des limites à votre employeur et permet ainsi de vous protéger, vous et votre travail. Surtout, elle est un marqueur capital pour bosser sereinement, vous sentir droite dans vos bottes, mais aussi arriver (et sortir) plus blindée de vos négociations. Je vous explique.

Lire aussi dans notre rubrique : Workers

Vous avez été augmenté ? Ne laissez pas le syndrome de l'imposteur tout gâcher

1. La fiche de poste permet de parler la même langue

Ça peut sembler procédurier mais c’est très sain d’inscrire et de valider avec votre employeur le détail de vos missions de façon factuelle et claire. De cette façon, vous vous dotez d’une arme anti-subjectivité très puissante (les harceleurs vont détester), notamment quand on possède un intitulé de poste flou façon « team change chief officer ». Avec toutes vos missions listées noir sur blanc, personne ne pourra vous dire que c’était naturellement à vous de manager l’apprenti ou de sortir les poubelles. Problème : la fiche de poste n’est pas obligatoire, aussi, beaucoup d’entreprises ne se donnent pas la peine de vous en fournir une. Cependant, vous pouvez tout à fait lancer l’initiative. Qu’importe qui écrit la FDP, ce qui compte est que les deux parties - le salarié et les RH et/ou son.sa manager - l’aient validée.

Ce qui nous bloque, c’est la forme de l’exercice. Si vous êtes trop intimidée par les RH, faites un entretien avec votre N+1 (l’inverse est possible) et envoyez lui un récap ensuite par mail. Vous me voyez venir : il faut évidemment une trace écrite et la preuve que cette FDP a fait consensus.

2. La fiche de poste vous permet de vous situer

Les trop perfectionnistes pensent qu’ils n’en font jamais assez. Les planqués pensent qu’ils peuvent se maintenir en faisant le minimum syndical. Qui que l’on soit, on oublie trop souvent de distinguer ce que l’employeur attend de nous et ce que nous, nous exigeons de nous-même. Quitte à s’endormir sur ses lauriers, ou vivre des nuits d’insomnie pour rien.

La fiche de poste vous donne un repère fiable et constant pour vous auto-évaluer vis-à-vis des objectifs long terme pour lesquels on vous rémunère. Les plus perfectionnistes pourront se rappeler que bien faire son taf suffit (au lieu de vouloir battre son propre résultat en permanence). Pour les planqués… le temps est venu d’ouvrir les yeux et d’avaler un grand café.

3. La fiche de poste permet de calmer votre boss

Il·elle oublie souvent que vous avez une vie à côté du boulot tellement il·elle voit grand pour vous, quand il n’aime pas juste se décharger sur vous pour allonger ses week-ends. Bref, pour mettre un stop aux ardeurs d’un boss qui ajoute des dossiers sur notre bureau comme des boules sur un sapin de Noël, renvoyez-lui gentiment en pj votre fiche de poste assortie d’un smiley ou - version plus diplomate - proposez-lui un rendez-vous pour « discuter ensemble du périmètre de mon poste et si besoin - rafraîchir ma fiche de poste en conséquence. »

La FDP rappelle qu’ici, ce n’est pas open bar : vous êtes payée pour une certaine charge horaire de travail, certaines missions et certaines responsabilités. Tout ce qui bouscule votre organisation, les enjeux et la pression mérite de faire réviser la dite fiche de poste. Et qui dit révisions des missions dit… révision du salaire, of course.

4. Elle vous permet de négocier plus

Figurez-vous votre fiche de poste comme l’étiquette d’une veste. L’étiquette justifie le prix. Du 100% synthétique produit à la chaîne justifie un prix bas. Mi-laine mi-coton, on grimpe, logique. Si vous avez pris l’habitude d’ajouter en bonus des zips et des manches en cuir à votre travail, l’étiquette mérite de changer, et le prix avec. Si vous vous considérez plus cachemire que polyester, battez-vous pour avoir la bonne étiquette (ça tombe bien, la saison des entretiens annuels est ouverte).

Autrement dit : tout ce que vous faites qui ne figure pas sur votre fiche de poste (et dont vous avez les preuves factuelles) mérite d’y être inscrit et de légitimer une augmentation. On vous dit non ? Rangez vos accessoires et revenez au synthétique… Ou changez d’atelier.

Vous l’avez compris : la fiche de poste vous protège plus qu’elle ne vous contraint. Comment approcher son employeur sans passer pour une personne méfiante qui-ose-ne-pas-avoir-une-confiance-aveugle-en-lui ? Comme pour toute demande, présentez le bénéfice pour l’entreprise : avec une fiche de poste, vous y verrez plus clair, vous saurez mieux vous organiser, et vous travaillerez mieux. Ou comment se faire passer pour une chèvre innocente pour mieux se protéger des loups.

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

BADASS

Comment rayonner, asseoir sa valeur et obtenir ce que l’on mérite vraiment au travail en tant que femme ? Notre experte Lucile Quillet répond.

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :