La lettre de motivation est-elle vraiment morte ?

La lettre de motivation est-elle morte ?

À l’heure de la communication frénétique et instantanée, vous avez mille manières de contacter un recruteur. Par e-mail, par téléphone, via LinkedIn, en leur envoyant même un CV vidéo ou votre portfolio. Certains vont même jusqu’à utiliser des technologies comme l’impression 3D pour montrer leur originalité et leur motivation ! Mais dans ce contexte où les recruteurs, submergés de candidatures, n’ont que peu de temps à accorder à chacune d’entre elles, doit-on dire que la lettre de motivation est une pratique obsolète ?

Pour nous aider à faire le point, nous avons sollicité Cécile Pichon, coach professionnelle et ancienne RH, pour comprendre si aujourd’hui, cela valait encore le coup de passer du temps sur la fameuse “lettre de motiv’”.

Pourquoi ça ne fonctionne plus ?

Quelques secondes pour convaincre

Imaginez un recruteur d’un grand groupe. Il a 25 recrutements sur les bras, dont des profils très seniors et particulièrement difficiles à trouver. Il reçoit plus de 500 candidatures pour un même poste, et doit, en parallèle, gérer les entretiens… Vous voyez où l’on veut en venir ? Dans une start-up, ce n’est malheureusement pas mieux. Le recruteur ou le RH gère moins de recrutements, mais il porte souvent plusieurs casquettes : l’onboarding, la formation, les évolutions de carrière, la paie, etc. Ses journées sont bien remplies. Peu de temps donc à accorder à la lecture de la lettre de motivation que vous avez passé tant de temps à élaborer !

Rassurez-vous : votre lettre est parfois lue. Et si l’exercice n’était donc pas totalement à jeter aux oubliettes ?

Un exercice devenu une simple prouesse technique ?

Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, une lettre de motivation doit exprimer… votre motivation.

Or, cet exercice est devenu “un exercice technique, rhétorique” et s’est vidé de son sens premier, comme le souligne Cécile Pichon : « la lettre de motivation n’est pas inutile, le format n’est simplement plus adapté au besoin. À l’origine, on veut comprendre ce qui a motivé le candidat à postuler. Or, quand on envoie presque la même lettre à plusieurs entreprises en postulant “à la chaîne”, on voit juste un candidat désespéré : la lettre s’est vidée de sa substance pour devenir un exercice rhétorique, scolaire, où il remplit un formulaire. On y découvre si le candidat connaît les codes, sait rédiger, mais pas grand chose sur ses motivations profondes. »

Pour rédiger une lettre pertinente et accrocheuse, ne faudrait-il pas sortir de ce cadre rigide et froid ? Comment une lettre pourrait intéresser un recruteur si vous êtes vous-même barbé de l’écrire ? Comment vous démarquer si vous avez recours à des formulations vues et revues ? Comment convaincre le recruteur si vous vous contentez de lister factuellement vos expériences ?

Comment lui redonner sa valeur ?

Changez d’état d’esprit

Pour Cécile, la lettre de motivation idéale doit être rédigée comme si vous dérouliez un pitch court à quelqu’un que vous auriez rencontré dans le monde professionnel. Ainsi, vous éviterez les plus grands écueils, que Cécile liste avec humour :

  • La lettre-catalogue : où le candidat déroule son CV depuis le jardin d’enfant comme une frise historique commencée dans la nuit des temps. Hell no !
  • La lettre générique : copiée-collée 36 fois dans une journée, et jamais personnalisée pour s’adapter à l’entreprise. À bannir !
  • La lettre graissage-de-patte : où ce job est votre rêve depuis votre première semaine dans le ventre de votre mère. Rien que ça !

Au contraire, l’exercice du pitch (que vous pouvez déclamer devant votre miroir en amont) vous permettra de ne garder que l’essentiel : qui vous êtes, pourquoi cette entreprise et ce job vous attirent, ce que vous pouvez leur apporter et comment vous allez performer à ce poste. Soyez humain, sincère et tentez de raconter votre histoire et non votre parcours ! On s’explique naturellement quand on rencontre une personne, aucune raison de paniquer quand il s’agit de le faire à l’écrit.

Améliorez votre contenu

Exit les « Fort d’une expérience de trois ans dans la vente… », vous pouvez faire bien mieux ! Voilà quelques points à prendre en compte pour dynamiser votre lettre de motivation :

  • Allez plus loin que votre CV. Le recruteur connaît désormais votre parcours, ce qu’il veut savoir, c’est : pourquoi vous avez fait ces choix, qu’est-ce qui vous anime ? C’est le moment d’être plus personnel, de mettre en avant ce que votre parcours dit de vous.
  • Pensez futur. Souvent, dans son CV, on parle de ce que l’on a fait auparavant. Mais le recruteur veut surtout comprendre ce que vous voulez faire les prochaines années : comment aimeriez-vous évoluer dans son entreprise ? Quels sont les projets que vous aimeriez mener chez eux ? Où vous voyez-vous dans quelques années et comment cette boîte pourrait vous aider à atteindre vos objectifs ?
  • Prouver c’est persuader. Vous avez enregistré de belles performances dans votre ancienne entreprise ? C’est le moment de crâner. Vous avez signé un gros client, provoqué un record de traffic, réalisé une grosse vente ? Dites-le ! Il ne suffit pas de dire que l’on est génial pour que le recruteur nous croie. Des chiffres seront bien plus parlants. Pourquoi s’en priver ?
  • Changez de ton. Si vous avez commencé la rédaction de votre lettre de motivation en tapant « Template lettre de motivation » sur Google, arrêtez tout de suite. Pour capter l’attention, évitez les formulations toutes faites. Ne tombez pas dans le “trop informel” non plus, mais un juste-milieu existe. Si vous êtes sincère et que votre lettre est bien rédigée, tout devrait bien se passer. Si vous vous sentez à l’aise avec cela, vous pouvez même ajouter une petite touche d’humour (faites un peu d’autodérision par exemple), un recruteur aussi aime rire.

Préférez la qualité à la quantité

Puisqu’il reste encore certains aficionados des lettres de motivation qui prennent le temps de les décortiquer, Cécile conseille, au lieu de shooter un CV avec une lettre peu personnalisée à 100 entreprises, de n’en écrire que 10. Certes, vous postulerez moins, mais vous aurez plus de chances d’atterir sur le haut de la pile des candidats à rencontrer. Et pour cela, vous devez adapter à 100% votre lettre à la culture de l’entreprise et au poste, jusque dans le ton, le design et le format.

Les alternatives à la lettre de motivation

Optez pour un mail de motivation

On peut même parfois faire l’impasse sur la lettre : « Un mail personnalisé et droit au but, décrivant vos motivations aura plus d’impact qu’une lettre entrée-développement-conclusion vide de sens et impersonnelle. On veut savoir pourquoi la personne a envoyé son CV, ce qu’elle va nous apporter et ce qu’elle recherche : on est emballés quand c’est limpide en cinq lignes. Vous avez aussi plus de chances d’être lu, car on n’ouvre pas nécessairement la pièce jointe d’un mail… » assure notre experte.

Il est souvent intéressant aussi de préciser son projet et sa motivation dans une intro de CV ou une intro LinkedIn bien ciblée qui informe le recruteur sur ce qui vous anime et ce que vous recherchez.

Par ailleurs, de plus en plus d’entreprises font appel à des plateformes en ligne pour proposer aux candidats de postuler. Au lieu de demander aux candidats d’uploader une lettre de motivation PDF préparée à l’avance, de nombreuses entreprises proposent une série de questions directement dans le formulaire de candidature. Ces questions permettent à l’entreprise de comprendre les expériences et les motivations des candidats, et les réponses sont lues avec beaucoup d’attention par les recruteurs. Une belle alternative à la lettre… dont il faut soigner les réponses !

Prouvez votre motivation autrement que par la lettre

Mieux que les mots, les faits ! On repère un candidat vraiment motivé s’il fait l’effort de creuser : s’il joint un collaborateur ou se renseigne sur la culture d’entreprise, s’il vient à un événement, ou s’il s’intéresse en profondeur au produit. Cécile donne l’exemple des candidats qui demandent une version d’essai pour tester son produit. C’est toujours remonté par les commerciaux et cela fait autant d’effet qu’une bonne lettre de motivation.

« On ne peut pas se dire que la candidature écrite soit morte, conclut Cécile. Sur des réseaux sociaux et professionnels comme LinkedIn par exemple, il y a une part d’écrit, mais de l’écrit transformé pour répondre aux besoins actuels. Dans le même ordre d’idées, il faut affiner votre candidature le plus possible pour la rapprocher d’une proposition de rencontre. Et en fonction de l’entreprise, du secteur et de votre caractère, vous pouvez exprimer cette motivation par bien des biais, écrits ou non. Tant que vous restez vous même, transparent et vrai. »

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook, LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles !

Photos by WTTJ

Nora Leon

Communications & content manager

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Postuler

Conseils et informations de première main sur la candidature pour enfin briller auprès des recruteurs.

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :