L'optimiste, le confident... 5 profils de collègues exaspérants (malgré eux)

5 profils de collègues qui pensent être cool mais sont relou

« Regarde, c’est le petit de ma sœur, il pesait 2,5 kg à la naissance ! Elle était bien fatiguée pendant une semaine mais ça va, elle récupère vite… » Vous ne l’avez peut-être pas remarqué, mais la collègue à qui vous êtes en train de faire défiler 25 photos d’un nourrisson inconnu au bataillon vient de lever les yeux au ciel. On est tous le relou de quelqu’un, au boulot y compris. Et parfois, on a beau être pétri des meilleures intentions du monde, certaines attitudes agacent, au point, à terme, de détériorer les relations professionnelles. Retour sur ces comportements qui peuvent sembler sympathiques au premier abord, mais qu’il est préférable d’éviter si l’on ne veut pas devenir la bête noire de la machine à café.

Profil n°1 : Le collègue optimiste

Optimiste invétéré, il affiche constamment un smile XXL et s’est fait tatouer “YOLO” sur l’épaule. Son leitmotiv : “voir le verre à moitié plein”. Sa dose de positivisme est agréable au quotidien, mais quand vous lui confiez un problème, il vous invite à relativiser pour vous concentrer sur le bon côté des choses, pensant être rassurant. Mais concrètement, cela n’apporte aucune solution. Au contraire, à trop dédramatiser, on finit plutôt par discréditer la problématique et à l’invisibiliser.

« Si les gens positivent, c’est souvent parce qu’ils ont peur de faire des reproches. Mais le reproche ne sert à rien puisqu’il est tourné vers le passé » détaille Nathalie Hammou, directrice générale d’Interactifs France, un cabinet de conseil spécialisé dans l’intelligence relationnelle. Au lieu de paroles pseudo-rassurantes, mieux vaut devenir une oreille attentive afin d’appréhender la problématique de l’autre et de réfléchir à des solutions. Ou à minima, de lui montrer qu’il est écouté et compris. Rien que ça, c’est appréciable.

Lire aussi dans notre rubrique : Workers

Allaiter + retourner au bureau : l’équation impossible ?

Profil n°2 : Le collègue “toujours plus”

Il a toujours un truc à dire et étrangement, il est le protagoniste principal de chacune de ses anecdotes. Comme il fait toujours mieux et plus que tout le monde, il balaie très rapidement les propos des autres, simple tremplin pour rebondir sur ses propres exploits. Exemple : « Hier j’ai vendu trois contrats dans la journée, le premier n’était pas facile mais… » ; « Moi j’en ai signé cinq, et la semaine n’est pas finie ! ». On l’aura compris, ce collègue, passé maître dans l’art de couper la parole, préfère s’écouter parler plutôt que d’écouter les autres.

Bref, un monsieur ou madame “Moi-je” à la vie trépidante, qui ne maîtrise pas tous les codes de la conversation malgré une langue bien pendue. « Une relation est comme une danse, pour s’accorder, il faut d’abord écouter l’autre. Si on n’écoute pas, on n’entre pas en relation », rappelle Nathalie Hammou. Pour moins saouler son entourage, le n°2 doit dans un premier temps prendre conscience qu’il se met beaucoup trop en avant, au détriment des autres. À lui, ensuite, de s’efforcer de laisser plus d’espace à ses collègues et de travailler à des communications plus équitables et équilibrées. L’écoute est au moins aussi importante que la parole, si ce n’est plus !

Profil n°3 : Le collègue de bon conseil (selon lui)

On pourrait sans doute compiler ses bonnes paroles dans un livre de développement personnel intitulé “Un conseil par jour pendant un an”. Une sorte d’éminence grise, qu’on n’a même plus besoin d’être sollicité. Recevoir des conseils peut être appréciable, évidemment… à condition qu’on les ait demandés. Si ce n’est pas le cas, ceux-ci sont rarement bien reçus. On a beau se prendre la tête sur un dossier en cours, cela ne signifie pas que l’on ait besoin de s’entendre dire comment faire notre boulot.

« On rentre généralement dans la leçon morale, explique la spécialiste de l’intelligence relationnelle. Et qui a envie qu’on lui fasse la morale ? Personne ». Pour éviter de passer pour le moralisateur de service tout en formulant tout de même le fond de sa pensée, Nathalie Hammou préconise de s’assurer que l’autre a envie d’écouter son conseil avant de le lui donner. « Expliciter son intention de donner un conseil et demander son autorisation permet d’obtenir l’écoute de l’autre. Mais si on l’impose, on perd sa coopération ». Et parfois, les autres n’ont pas besoin de conseil, mais encore et toujours de se sentir écoutés et compris.

Profil n°4 : Le collègue confident

Difficile d’éviter ce collègue. Le genre qui s’engouffre dans le récit de ses aventures de la veille dès le premier venu. « À 23h il n’y avait plus d’alcool alors on a volé des bouteilles derrière le bar, j’ai fini complètement bourré, la tête dans la cuvette… » Pas sûr que Léa, la nouvelle recrue de la compta, soit complètement opérationnelle pour écouter vos déboires de soirée à peine son croissant du matin avalé. Parler de soi et de son quotidien en dehors des bureaux est certes nécessaire pour nouer des liens avec ses collègues, mais encore faut-il y aller étape par étape, et ne pas tout raconter à n’importe qui.

« Fabriquer de la relation en parlant de sa vie personnelle ne fonctionne que si l’autre a envie de nous écouter », détaille la directrice générale d’Interactifs. Avant de se lancer dans le récit de sa dernière consultation gynécologique ou de parler sans discontinuer de son crush du moment, le n°4 devrait d’abord s’assurer que la personne en face de lui est non seulement disponible pour l’écouter, mais aussi, qu’elle en a envie.

Profil n°5 : Le collègue psychologue

Soucieux de vous voir arborer une petite mine ce matin, il se précipite pour connaître les raisons des cernes qui soulignent votre regard. « Oh tu ne vas pas bien toi, ça se voit. Allez, dis-moi tout ! Insomnie ? Dispute conjugale ? Problème d’ordre familial ? Troubles digestifs ? » Oreille pseudo-attentive, ce psychologue improvisé peut vite devenir très intrusif avec ses collègues et les pousser à la confidence quand bien même ils n’en ont pas envie. Réciproquement au collègue confident, celui-ci devrait plutôt s’assurer que l’autre a envie de se confier au lieu de le presser de questions frontales et potentiellement indésirables.

Si l’un de ses collaborateurs a l’air soucieux, le n°5 peut commencer par lui demander si ça va, avant toute chose. Selon la réponse obtenue, pourquoi pas lui proposer de prendre le temps d’en discuter s’il ressent l’envie de partager ses problèmes, que ceux-ci soient pro ou perso. Et si le collègue en question n’est pas opérationnel pour des confidences devant la machine à café, pas de problème : on ne creuse pas plus le sujet, et on le laisse gérer ses soucis tranquillement de son côté.

« Quelle que soit la relation, il faut délivrer un message simple et direct, tout en étant respectueux. Ceci est d’autant plus vrai dans un environnement professionnel, où la qualité des relations peut faire une réelle différence », rappelle Nathalie Hammou. L’essentiel étant de ne pas s’imposer dans la relation, en s’assurant toujours que ses collègues ne se voient pas subir une communication qu’ils n’ont jamais demandée. Auquel cas, on risque effectivement de devenir le relou de service.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook, LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles !

Article édité par Manuel Avenel
Photo par WTTJ

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :