Management à distance : 5 signes qui montrent que vous avez atteint vos limites

Management à distance : 5 signes qui montrent vos limites

Malgré votre volonté à toute épreuve, force est de constater que votre habileté à mener des équipes à distance commence à montrer ses limites. Que vous vous soyez transformé(e) en un authentique control freak ou en roi du laisser-aller, vous sentez que votre posture de manager en a pris un coup. Analyse de quelques comportements révélateurs de ce trop-plein, et pistes de solutions proposées par nos expert·es. Allez, on se reprend bon sang !

Signe n°1 : Vous répondez aux e-mails de votre équipe, le matin, depuis vos toilettes

Vous êtes devenu… le manager sans frontières : Au départ, vous vouliez simplement répondre à un e-mail urgent avant de vous coucher. Puis votre smartphone professionnel s’est invité à la table du petit-déjeuner, et maintenant dans vos moments les plus… intimes. Et ce n’est pas fini. Le jour où vous avez découvert que vous pouviez télécharger Powerpoint sur votre téléphone - et ainsi commenter les slides de vos collaborateurs en faisant la queue à la boulangerie - votre petit cœur s’est mis à battre de joie.
Niveau de danger : Miley Cyrus. Ça avait bien commencé… et petit à petit, ça a dérapé.
Conséquences directes : Les membres de votre équipe vous en demandent toujours plus. Votre conjoint menace de vous quitter. Vous oubliez le prénom de vos enfants.
Causes possibles : Vous êtes surinvesti. Vous faites partie des personnes 100% concentrées sur leur carrière. Avant le télétravail, vous aviez quelques garde-fous. Vous finissiez tard, mais ne rapportiez pas (ou peu) de travail à la maison. Aujourd’hui, vous n’avez plus de frontières et votre vie professionnelle dégouline sur votre vie personnelle. Et vous n’êtes pas le seul : 57 % des managers estiment travailler davantage depuis la mise en place du télétravail.
Pistes pour inverser la tendance : C’est un fait, le risque de voir le travail envahir la sphère personnelle s’aggrave avec le niveau d’engagement et la charge de travail. « Avant, les frontières étaient claires : les horaires de travail étaient collectifs et le lieu de travail était un bureau dédié, explique Céline Méchain, DRH de platform.sh, une entreprise 100% remote. Aujourd’hui, le télétravailleur doit formaliser de nouvelles limites - qui sont moins collectives et davantage individuelles - et qui s’imbriquent avec sa vie personnelle ». Et si c’est à votre entreprise de créer un cadre clair (charte de télétravail, charte du droit à la déconnexion), c’est à vous de vous assurer de son application concrète pour vous-même, autant que pour les membres de votre équipe. Céline Méchain suggère de mettre en place une discipline personnelle à l’aide des nouveaux outils de communication. « Je recommande, par exemple, de paramétrer des notifications lors de ses pauses pour ne pas être dérangé et tenté de répondre, ou encore de taire les notifications en dehors des heures officielles de travail », illustre-t-elle. De l’autodiscipline pour travailler moins, vous ne l’aviez pas vue venir, n’est-ce pas ?

Lire aussi dans notre rubrique : Decision Makers

Quête d'autonomie au travail : le sens caché de "la Reine des Neiges"

Signe n°2 - Vous vérifiez trois fois par jour que votre équipe apparaît bien « en ligne » et leur demandez de remplir des reportings quotidiens

Vous êtes devenu… le manager control freak : Tout allait bien (ou presque), jusqu’au jour où vous avez entendu le « bip bip » d’une machine à laver en fin de cycle. En pleine journée, un mardi. C’est certain, votre équipe profite du télétravail pour faire ses corvées, non ? Certes, vous avez toujours été qualifié de « pointilleux et perfectionniste », mais depuis le télétravail, vous vouez un nouveau culte aux plannings et aux reportings Excel.
Niveau de danger : Monica de Friends. Vous êtes plein de bonnes intentions, mais difficile à supporter.
Conséquences directes : Votre équipe est de moins en moins motivée. Plus personne ne vous parle d’autre chose que de boulot. Vous vous êtes fâché avec votre boulangère qui a fermé sa boutique, sans prévenir, un mercredi (« Alors que d’habitude, elle est TOUJOURS ouverte le mercredi OK ?! »).
Causes possibles : Dans le jargon des psys, on vous appelle un “control freak”. Les imprévus et les laisser-aller vous sont totalement étrangers. Les gens sont rarement à la hauteur de vos attentes et de votre niveau d’exigence. Quand vous étiez au bureau, vous les soupçonniez de perdre leur temps à traîner sur Facebook. Depuis le télétravail, cela vous rend malade de savoir qu’ils n’ont même plus besoin de se cacher. Perdre le contrôle, ce n’est vraiment pas votre truc.
Pistes pour inverser la tendance : Il va falloir vous faire violence. Impossible de lutter : le télétravail transforme le rôle traditionnel du manager. Contraint et forcé, vous devrez adopter une posture de facilitateur plus que d’auditeur ou de passeur d’information. Mais c’est aussi l’opportunité de vous élever sur un plan plus stratégique. Et c’est autant de temps gagné à vous focaliser sur les résultats et non plus sur les moyens d’y parvenir. Mais comment vous autoconvaincre de ces bénéfices ? « Un moyen d’adopter ce changement de paradigme est de s’inspirer du succès d’équipes distribuées et de réaliser un test dans sa propre équipe, conseille ici Céline Méchain. Il ne reste qu’à constater les effets sur soi : valorisation de son rôle, boost de productivité. Puis sur son équipe : efficacité accrue, sentiment d’appartenance, responsabilisation, travail collaboratif… » La preuve par l’action, cela vous dit quelque chose ?

Signe n°3 - Vous avez oublié le prénom d’un membre de votre équipe, et avez essayé de vous rattraper par un « Hello, comment ça va… mon coco ? »

Vous êtes devenu… le manager désinvesti : Au bureau, vous étiez un manager très investi, proche de vos équipes. Jamais vous n’auriez imaginé que l’expression « loin des yeux, loin du cœur » pourrait s’appliquer à votre vie professionnelle, et pourtant. Au départ, vous avez simplement espacé les réunions d’équipe. Puis vous avez sauté le team building à distance, car vous aviez une autre réunion. Mais vous vous êtes rattrapé depuis, non ? Non. Bon, c’est vrai que vous n’avez jamais vu venir le burn-out de Robert. Mais vous vous rattraperez avec son remplaçant. Attendez, il ne devait pas arriver cette semaine d’ailleurs ? Ou c’était la semaine d’avant ? Vous ne savez plus.
Niveau de danger : Larusso. Tout le monde se souvient de votre nom, mais vos anciens collègues finissent par oublier votre tête.
Conséquences directes : Les membres de votre équipe commencent à organiser des réunions sans vous. Ils vous appellent « Lui ». Certains viennent au bureau en pyjama. Et vous aussi.
Causes possibles : Le télétravail a tué votre motivation et votre sentiment d’appartenir à une entreprise, à quelque chose qui vous dépasse. Vous ne croyez plus en la vision et la mission de votre boîte. Petit à petit, vos ambitions se sont déplacées de votre vie professionnelle à d’autres sujets : vous êtes devenu un expert du pain aux céréales depuis le premier confinement et empilez 245 allumettes en moins de 10 secondes.
Pistes pour inverser la tendance : « Quand un manager s’essouffle, c’est souvent qu’il est en décalage avec ses valeurs. Il a l’impression de ne plus être aussi utile ou efficace », analyse Delphine Py, psychologue et fondatrice de Psynergy. Comme vous, de nombreux managers se sont désinvestis de leur rôle pendant la pandémie. Mais comment retrouver la motivation intrinsèque de son travail ? « Le manager peut se questionner sur ce qui est important pour lui, puis identifier comment il le fait vivre au quotidien, ajoute-t-elle. Par exemple, mes collègues psychologues et moi avons perdu le contact physique avec nos patients. Mais faire des consultations n’est pas le “sens” de notre métier. Notre sens, c’est d’aider, et même à distance nous faisons vivre ce sens, même si c’est moins facile à percevoir ».

Comment manager des équipes dispersées ?

Découvrir notre Ebook

Signe n°4 - Vous bavez en imaginant manger une simple saucisse purée, à la cantine, avec votre collègue Roger

Vous êtes devenu… le manager Crusoé : Pourtant, vous savez que Roger mange la bouche ouverte et soutient des théories complotistes (« La terre est plate boss, j’ai des preuves ! »). Mais vous êtes tellement en manque de relations sociales et de ces petits moments ordinaires avec votre équipe, que vous seriez prêt à tout - même à manger à la cafèt - pour retrouver un semblant de cohésion.
Niveau de danger : Karadoc de Kaamelott. Fini la décence, au revoir aux convenances, tant qu’il y a un saucisson dans l’équation.
Conséquences directes : Vous passez la moitié de vos réunions à discuter d’autre chose que de vos projets. La productivité de votre équipe s’effondre. Vous prenez 3 kg, à force de manger les saucisses purée Picard.
Causes possibles : L’absence de contact humain est difficile à vivre pour beaucoup. Le télétravail a limité (voire, complètement éteint) les moments informels qui participent à la cohésion d’équipe. Les managers ont des difficultés à endosser leur rôle, et à connaître les membres de leur équipe au-delà de l’univers professionnel.
Pistes pour inverser la tendance : Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul(e) dans cette situation. Contrairement à votre ancienne vie au bureau, le travail à distance nécessite un effort volontaire de mise en place de ces moments informels. « Vous pouvez créer des fils de discussion dédiés à des sujets extraprofessionnels pour organiser des challenges sportifs, partager des photos, discuter de vos derniers films coups de cœur, suggère Céline Méchain. De la même manière, rien ne vous empêche d’organiser des parties d’échecs ou de jeux vidéo en ligne, ou simplement des pauses-café virtuelles ». Vous l’aurez compris, les espaces informels peuvent prendre des formes variées. Et c’est votre rôle d’inviter chaque collaborateur a lancer de nouvelles idées, sans forcément devoir vous consulter. Enfin, et c’est un basique : Céline Méchain recommande de toujours prendre le temps d’avoir des échanges informels en début de chaque réunion. « Eh Roger, tu devineras jamais. Picard propose des plats préparés de saucisse purée maintenant ! ».

Signe n°5 - Vous vous demandez « Qui suis-je réellement ? Quel est mon rôle dans ce monde ? » plusieurs fois par jour

Vous êtes devenu… le manager en perte de sens : Depuis quelques années, vous êtes manager avec un grand « M ». Vos parents et votre grand-mère sont si fiers : « Tu te rends compte Ginette, il a 8 personnes sous sa responsabilité ! ». Mais depuis le début du télétravail, vous vous interrogez. Ce que je fais a-t-il réellement du sens ? C’est quand la dernière fois que j’ai fait quelque chose de vraiment utile pour la société ? Est-ce que mon équipe le verra si j’enfile simplement un pull par-dessus mon pyjama ?
Niveau de danger : Heidi. Encore quelques mois comme ça et vous finirez éleveur de chèvres dans les montagnes suisses.
Conséquences directes : Vous commencez toutes vos réunions par une introduction musicale au son d’Evanescence. Votre équipe s’inquiète pour vous et prévient les RH. Vous êtes viré (chouette, ça ne serait pas le moment d’ouvrir un gîte ?).
Causes possibles : L’absence de contacts humains, la remise en question de votre travail, la prise de conscience d’un défaut d’alignement entre vos valeurs et celles de votre entreprise… Vous voulez des causes ? On en a à la pelle. Et ni les collaborateurs, ni les managers, n’y échappent. Ou alors, peut-être que vous réalisez simplement que vous avez un bullshit job ?
Pistes pour inverser la tendance : Aïe, là, vraiment, ça ne va pas. Surtout, pas de précipitation ! « Quand un manager se sent réellement en fragilité, c’est important qu’il ne prenne pas de décisions trop hâtives comme changer de travail ou changer de poste. » Au contraire, vous devez creuser jusqu’à trouver ce qui ne va pas, sans quoi vous pourriez reproduire le même schéma ailleurs. « Souvent, l’impression est assez diffuse. Il est dur de mettre des mots dessus, ajoute Delphine Py. Parfois, c’est simplement le signe que l’on est dépassé. Certains managers n’ont pas trouvé les bons outils ou n’ont pas réussi à adapter leurs pratiques au télétravail. Dans ce cas-là, il faut travailler l’organisation, la planification, ou même mettre en place les bons outils digitaux pour les aider à compenser ce qu’ils perdent avec le physique. Et quand on ne trouve pas de solution, il ne faut pas hésiter à consulter ».
La crise a eu un impact sur la santé mentale et la motivation des managers, autant que des collaborateurs. Tous les signes évoqués ici sont révélateurs d’un trop-plein, d’un manager qui a atteint ses limites dans le management à distance. Si pour certains, le problème n’est que passager et trouvera des solutions avec la mise en place d’un système hybride télétravail / bureau, d’autres vivent une remise en question trop importante pour trouver une suite favorable, sans aide extérieure. Et si, pour une fois, c’était à votre tour de vous faire aider ?

Photo par Thomas Decamps
Texte édité par Héloïse De Montety

Suivez Welcome to the Jungle sur LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles !

Découvrez le profil de notre expert
  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :