Quelles solutions pour l'insertion des jeunes ? Entretien avec Elisabeth Borne

L'emploi des jeunes et la crise : interview avec Elisabeth Borne

Recul des embauches, difficultés à décrocher un stage, pénurie de jobs étudiants, un an jour pour jour après le début de la crise sanitaire en France et la mise à l’arrêt de secteurs entiers de l’économie, ses effets se font particulièrement sentir chez les jeunes diplômés et les étudiants. Face à la paupérisation des jeunes générations qui viennent allonger les files de distribution alimentaire, le gouvernement tente de réagir avec des aides d’urgence pour les accompagner vers l’emploi. Mais comment garder espoir dans ce contexte morose ? Elisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion depuis juillet 2020, nous explique son plan d’action et sa vision du monde du travail. Pour elle, chaque jeune doit pouvoir avoir la possibilité de trouver une solution en adéquation avec ses envies et ses besoins. Entretien.

Récemment, le gouvernement a multiplié les annonces en faveur des jeunes et des étudiants. Mais entre « la garantie jeune », le plan « 1 jeune, 1 solution », nombreux sont ceux qui ignorent leurs droits. Comment simplifier l’information pour que tous puissent s’en saisir ?

Les jeunes sont souvent les premières victimes des crises économiques et la crise que nous traversons actuellement ne manque pas de nous le rappeler. Pour faire face à la dégradation du marché de l’emploi depuis le début de la crise sanitaire, nous avons mis en place en juillet dernier le plan « 1 jeune, 1 solution » qui triple les moyens habituellement consacrés à l’accompagnement des jeunes. Tous les dispositifs qu’il mobilise sont rassemblés sur un site du même nom (1jeune1solution.gouv.fr). C’est vrai qu’entre les nouvelles formations, l’aide à l’embauche d’un jeune ou d’un apprenti pour les entreprises… les initiatives sont nombreuses. Si cela peut sembler compliqué, le but de cette plateforme, c’est justement de simplifier. En plus de rassembler des milliers d’offres d’emploi, le site propose aux jeunes plusieurs dispositifs d’aide en fonction de leur profil. Ils peuvent également demander à être rappelés par un conseiller de la mission locale la plus proche de chez eux. Et en cas de doute, il y a aussi une ligne d’écoute pour les orienter et répondre à leurs questions. L’idée, c’est que chaque jeune trouve une solution adaptée à sa situation personnelle.

Justement, pouvez-vous nous rappeler le rôle de la mission locale ?

La mission locale est un service public de proximité qui s’adresse aux jeunes de 16 à 25 ans qui connaissent des difficultés réelles pour s’insérer dans le monde du travail. Son rôle consiste donc à proposer un accompagnement renforcé, parfois intensif, et une aide financière pour ces jeunes jusqu’à ce qu’ils trouvent un débouché. C’est généralement un parcours que nous proposons à des personnes qui sont relativement éloignées de l’emploi (des jeunes qui ne sont pas en emploi, en études ou en formation, ndlr) et qui ont ce que l’on appelle des « freins à l’emploi ». Mais si on est jeune diplômé du supérieur, il est également possible de s’adresser à Pôle Emploi et à l’Apec, l’Agence pour l’emploi des cadres qui ont également développé des programmes spécifiques pour les jeunes en recherche d’emploi. Après, il y a un autre dispositif qui, à mon sens, n’est pas encore assez connu chez ceux qui recherchent actuellement un premier emploi : l’aide pour les jeunes diplômés qui bénéficiaient d’une bourse au cours de la précédente année universitaire. Beaucoup l’ignorent, mais ils peuvent continuer à toucher jusqu’à 70% du montant de leur bourse, plus 100 euros, s’ils ne vivent plus chez leurs parents.

image

Autre dispositif largement soutenu par le gouvernement, l’apprentissage. En quoi l’apprentissage est une réponse efficace à la crise que traversent les jeunes ?

Je pense que l’apprentissage est très positif puisqu’il permet aux jeunes de se confronter au monde professionnel tout en continuant à se former. Alors, malgré le contexte de crise, nous avons décidé de mettre en place une aide de 5000 à 8000 euros pour les entreprises jusqu’à la fin de l’année, de telle sorte que la première année d’un apprenti ne coûte quasiment rien à son employeur. Ces aides sont prolongées jusqu’à la fin de l’année. L’effet a été immédiat, puisque nous avons battu tous les records avec 500 000 apprentis cette année. Au-delà des aides, je pense que cet effet sera durable puisqu’il va permettre de montrer aux entreprises à quel point il est bénéfique pour elles d’accueillir des jeunes formés qui correspondent à leurs besoins.

Ces dernières semaines, vous avez également parlé d’un programme de mentorat. De quoi s’agit-il ?

Le mentorat, c’est quelque chose de très important. Le principe est simple : que l’on soit salarié, cadre, patron, retraité ou inactif, chacun peut devenir mentor, parrain ou marraine et bénévolement, mettre à la disposition d’un jeune pendant six mois : son temps, son expérience, son savoir-faire et son carnet d’adresses. C’est un vrai levier pour les jeunes qui ne connaissent pas les formations à suivre pour accéder au poste de leur rêve, mais aussi qui ne connaissent pas les codes de l’entreprise et ne disposent pas des bons réseaux.

Je pense que le monde de l’éducation, de l’enseignement supérieur et le monde de l’entreprise ne se parlent pas assez.

À la vue des difficultés financières que traversent les jeunes, pourquoi le gouvernement s’oppose à la mise en place d’un RSA jeune ?

Un RSA jeune, qu’est-ce que cela signifie ? Donner une aide financière aux jeunes. Si je suis convaincue qu’il faut accompagner les jeunes en difficulté, une aide financière ne suffit pas. Il faut faire plus. On doit en premier lieu les accompagner vers l’emploi, les aider à trouver un projet professionnel et les aider à le réaliser. Quand on est jeune, on doit avoir droit à un dispositif qui nous aide à surmonter nos difficultés financières immédiates, mais aussi bénéficier d’un accompagnement dans la durée pour arriver à s’insérer professionnellement et gagner en autonomie. C’est pour cela que nous avons décidé d’étendre les critères d’éligibilité à la garantie jeunes.

image

Mais pourriez-vous envisager un revenu de base pour tous les étudiants afin de favoriser l’égalité dans le choix d’études ?

Pour les étudiants, on parle plutôt de bourses. La France est d’ailleurs l’un des pays où le nombre d’étudiants qui ont accès à des bourses est le plus important. À la vue de la situation actuelle, peut-être qu’il est nécessaire de revoir nos critères d’attribution. Mais ce que je veux dire aux étudiants, surtout ceux qui n’ont pas pu trouver de petit boulot, c’est que nous avons mis en place des aides d’urgences qui sont distribuées par les Crous. Ceux qui traversent des difficultés financières ne doivent pas hésiter à s’adresser à ces établissements. Après, il est faux de dire que tous les jobs étudiants ont disparu. Sur le terrain, on observe une diminution de 15%. Alors, il faut continuer à chercher. De notre côté, sur le site “1 jeune, 1 solution”, nous allons nous efforcer de mettre en lumière ces petits boulots qui peuvent aider et accompagner les jeunes pendant leurs études.

Les jeunes sont en quête de sens et c’est tout à fait normal. Je pense qu’un certain nombre d’entreprises en ont d’ailleurs pris conscience, surtout les petites structures.

Avant la crise sanitaire, la France était déjà mauvaise élève concernant l’insertion des jeunes si on compare à d’autres pays européens, pourquoi, selon vous, nos entreprises ont-elles des réserves à embaucher des jeunes ?

Je pense que le monde de l’éducation, de l’enseignement supérieur et le monde de l’entreprise ne se parlent pas assez. Faire en sorte de continuer à se former au sein des entreprises et d’y apprendre les codes du monde du travail, c’est justement toute la force de l’apprentissage. Dans les études supérieures, la partie théorique est importante, mais il faut aussi se frotter à la réalité du monde du travail.

Depuis quelques années, nombreux sont les jeunes qui disent vouloir exercer un métier qui a du sens. Les étudiants des grandes écoles n’hésitent plus à se détourner des grandes entreprises pour travailler dans l’économie sociale et solidaire (ESS). Ne pensez-vous pas qu’il y a une fracture plus profonde entre les jeunes et le monde de l’entreprise ?

C’est vrai. Depuis quelque temps, les jeunes ne choisissent plus une entreprise en fonction de son prestige ou de son chiffre d’affaires, mais plutôt de ses valeurs et des projets qu’elle porte. Les jeunes sont en quête de sens et c’est tout à fait normal. Je pense qu’un certain nombre d’entreprises ont d’ailleurs pris conscience de cette importance pour les jeunes générations, surtout les petites structures.

Il est fondamental de rappeler aux jeunes qu’on ne joue pas toute sa vie à 20 ans.

Quand j’occupais le poste de ministre de l’Écologie, j’ai énormément travaillé avec des PME qui souhaitaient s’engager dans la transition écologique et je pense qu’il faudrait accompagner les entreprises dans ce changement. Pour cela, nous avons d’ailleurs développé un nouveau dispositif dans le plan “1 jeune, 1 solution”, le volontariat territorial en entreprise sur les métiers de la transition écologique (VTE vert). L’idée, c’est de permettre à un jeune d’être embauché dans une entreprise pour l’aider à bâtir son projet de transition écologique. C’est à la fois intéressant pour la PME qui n’a pas toujours accès aux jeunes diplômés et pour le jeune d’avoir une première expérience auprès d’un dirigeant d’entreprise.

image

Et d’ailleurs vous, si vous aviez 20 ans aujourd’hui en France, que feriez-vous ?

C’est compliqué. Vous savez, je pense qu’il y a une part importante de hasard dans la vie professionnelle et dans les choix que l’on est amené à faire. Personnellement, je m’étais orientée au départ vers la médecine, mais je n’ai pas été prise dans l’université que je voulais. Finalement, je me suis ravisée, j’ai fait des classes prépa et j’ai intégré Polytechnique. Compte tenu de ma situation à l’époque, il était important pour moi d’être dans une école où les étudiants recevaient une gratification financière. Tout cela pour vous dire que je pense qu’il est fondamental de rappeler aux jeunes qu’on ne joue pas toute sa vie à 20 ans. On peut avoir un premier choix d’orientation, exercer un métier pendant un certain temps et changer d’orientation. C’est important de le garder en tête parce qu’à 18 ans ou à 20 ans, on ne sait pas toujours ce que l’on a vraiment envie de faire. Et pour les jeunes travailleurs qui ne se sentent pas pleinement épanouis dans leur métier, n’oubliez pas que chaque année travaillée crédite 500 euros sur votre compte personnel de formation (CPF) jusqu’à un plafond de 5 000 euros. Ce dispositif permet, quand vous avez envie de changer de voie, d’avoir de l’argent de côté pour suivre une formation et pouvoir rebondir ailleurs.

Avec les différentes mesures sanitaires, notamment le couvre-feu et le confinement le week-end dans certaines régions, travailler est la seule chose que nous pouvons faire. En société, notre métier est aussi la première chose que nous disons à l’autre lorsque nous nous présentons. Un peu comme si seul notre travail définissait qui l’on était aujourd’hui. Qu’en pensez-vous ?

Il est toujours légitime de revendiquer le droit à un travail qui a du sens.

Je ne pense pas qu’on soit seulement défini par son travail. On peut avoir un projet de vie dans lequel le travail occupe une place plus ou moins importante. Et chacun est libre de décider la place qu’il a envie de donner à son activité professionnelle. J’invite donc chacun à réfléchir à quelque chose qui lui plaît. On demande aux jeunes de choisir très tôt, mais il y a plein de métiers que l’on ne connaît pas à cet âge-là. Il faut prendre le temps de découvrir ces métiers pour s’investir dans quelque chose qui nous tient vraiment à cœur.

Dans le contexte actuel de crise, la recherche du sens au travail n’est-elle pas devenue un peu utopique ?

Il est toujours légitime de revendiquer le droit à un travail qui a du sens. Je pense d’ailleurs que de plus en plus d’entreprises classiques et pas seulement de l’économie sociale et solidaire, réfléchissent à leurs missions et à leurs projets pour se mettre au service de la société. D’ailleurs, j’encourage toutes les entreprises qui peinent à attirer des talents à se poser ces questions : qu’est ce qu’on fait pour ses actionnaires, mais aussi pour ses salariés et la planète ?

Qu’est ce que vous avez envie de dire à tous les étudiants et jeunes actifs qui n’arrivent plus à se projeter ?

La crise que nous traversons est complètement inédite et celle-ci a parfois rebattu les projets que l’on pouvait avoir. En même temps, je suis vraiment convaincue que ce moment est une occasion unique de prendre un peu de recul sur ce que l’on a vraiment envie de faire professionnellement et plus généralement de sa vie. Il y a de nombreux métiers qui ont du sens et nous allons soutenir les jeunes pour qu’ils arrivent à trouver leur voie.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook, LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles !

Photo by WTTJ

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :