L'adaptabilité : comment mettre en avant cette qualité en entretien ?

Comment faire preuve d'adaptabilité en entretien ?

« Le chêne un jour dit au roseau », commence ainsi la célèbre fable de Jean de La Fontaine, « le moindre vent qui d’aventure fait rider la face de l’eau, vous oblige à baisser la tête ». Et le roseau de répondre : « Les vents me sont moins qu’à vous redoutables ; je plie, et ne romps pas » … S’ensuit un grand coup de vent. « L’arbre tient bon ; le roseau plie. Le vent redouble ses efforts, Et fait si bien qu’il déracine celui de qui la tête au ciel était voisine »… Et vous, vous êtes plutôt chêne ou roseau ? Devant les évènements êtes-vous plutôt de nature à résister ou faire preuve d’adaptabilité ?

En 2017, l’adaptabilité figurait déjà dans le top 5 du classement des soft skills indispensables réalisé par le Forum de Davos. Mais c’est quoi exactement l’adaptabilité et comment en faire preuve en entretien aujourd’hui ? Décryptage avec Vanessa Lauraire, psychologue du travail et psychothérapeute et Marie-Agnès Deharveng, Talent Manager chez Early Metrics.

Adaptabilité : décryptage

C’est quoi l’adaptabilité ?

Selon le Larousse, l’adaptabilité c’est « la capacité de s’adapter à de nouveaux milieux ou à de nouvelles situations ». Soit, mais nous voilà peu avancés. Alors s’adapter, qu’est-ce que c’est ? Cela signifie « être ajusté, approprié, convenir à quelque chose », ou bien « suivre telle ou telle direction pour convenir à une situation, avoir tel ou tel comportement, être en accord avec son milieu. » Convenir à quelque chose, convenir à une situation… « Le mot convenir est l’union du préfixe ‘’con’’, qui signifie ‘’avec’’, et ‘’venir’’, précise Vanessa. Autrement dit, l’adaptabilité comporte l’idée d’une rencontre. Celui qui en fait preuve, entre en relation avec l’autre. » Et l’autre, ici c’est l’entreprise. « Être adaptable, ajoute-t-elle, c’est donc être capable d’écouter son environnement, d’ajuster sa posture, ses sentiments, ses émotions et ses pensées à son milieu. C’est un qualificatif qui appartient à l’intelligence émotionnelle. » Faire preuve d’adaptabilité, c’est donc être attentif à l’environnement qui nous entoure pour s’ajuster en conséquence.

Une forme de flexibilité

À noter qu’en 2020, le Forum de Davos ne parlait plus d’adaptabilité, mais de ‘’flexibilité mentale’’. « Car la capacité à s’adapter à son environnement n’est pas le propre de l’être humain, dans la mesure où l’animal en est aussi capable, observe la psychologue. La flexibilité mentale va au-delà : c’est le pouvoir à chaque instant d’être conscient de ce qui se passe dans notre environnement et notre capacité à ne pas nous laisser surprendre par les évènements. Il y a donc dans cette idée, non de contrôle et de résistance, mais de maîtrise de soi face aux aléas de la vie ! »

« C’est notre capacité à ne pas nous laisser surprendre par les évènements » - Vanessa Lauraire, psychologue du travail et psychothérapeute

Un soft skill devenu essentiel

« Plus que jamais, il faut savoir faire face aux imprévus, sortir de sa ligne de route et affronter les enjeux du quotidien », affirme Marie-Agnès. Il faut dire que l’actualité nous a réservé dernièrement quelques surprises. « La crise actuelle nous invite à faire preuve d’adaptabilité, de résilience, poursuit la Talent Manager. Elle nous apprend à accepter l’incertitude et nous adapter aux changements qui se produisent dans notre environnement. » Évidemment, on a toujours tendance à faire des plans sur la comète, à anticiper. Mais la situation est telle qu’aujourd’hui toutes les questions appellent des réponses vagues. « L’adaptabilité est donc devenue un soft skill essentiel, y compris dans notre vie personnelle, observe-t-elle. Il faut faire preuve de souplesse, savoir accepter les changements. C’est une forme d’ouverture d’esprit, une capacité à accueillir les évènements et se laisser transformer. »

Être adaptable, c’est donc l’opposé de la rigidité. C’est être souple, malléable, flexible comme le roseau. Bon, très bien… Mais fable à part, comment montrer cette facette de nous en entretien ?

Comment faire preuve d’adaptabilité en entretien ?

A-dap-ta-bi-li-té… Déjà, il faut arriver à correctement le prononcer ! Et ensuite, comment montrer qu’on en est réellement capable ? Voici les conseils de Vanessa et de Marie-Agnès.

Adapter sa posture en amont

Avant de vous rendre en entretien bille en tête, avec un discours préconstruit sur vous-même, posez-vous. « Commencez par faire un travail de préparation sur vous-même, nous recommande Vanessa. Cela vous permettra de gagner en confiance et de ne pas chercher à tout contrôler ». Vous pouvez par exemple méditer, faire un exercice de relaxation, vous recentrer sur votre respiration, vous reconnecter à l’ici et maintenant. « Laissez place à la rencontre, ajoute-t-elle. Rendez-vous à votre entretien dans un état esprit ouvert en toutes circonstances. Tentez de rester dans une présence stable avec vous-même ». Plutôt que de vous entraîner à répéter votre pitch, essayez donc de cultiver un état d’esprit accueillant, sans jugement.

Pendant l’entretien : s’adapter aux conditions

« La situation du candidat le place d’emblée dans une situation d’adaptabilité, constate Marie-Agnès. Une personne qui accepte un processus de recrutement, doit se montrer adaptable sur la date de l’entretien et les conditions de celui-ci. Mais, au fond, s’il ne joue pas le jeu, c’est sans doute davantage par manque de motivation, que d’adaptabilité. » On a beau dire, le candidat ne se trouve pas souvent en position de force en entretien. Il a donc l’obligation de s’adapter aux situations imprévues auxquelles il peut être confronté : cas pratique, nombre de personnes présentes, questions pièges… Il faut être en mesure de s’adapter.

S’adapter à l’autre

On le voit bien lorsqu’on part à l’étranger. En tant que touriste occidental, il nous faut parfois nous adapter aux mœurs et à la culture locale. Dress code, proximité, tutoiement, ton employé… Chaque entreprise aussi a ses propres codes. Lors de l’entretien, « la personne qui fait preuve d’adaptabilité aura su sentir ou questionner l’entreprise sur la tenue à adopter et les codes à respecter, relève Marie-Agnès. C’est ainsi que l’on sait si vous serez capables de vous adapter à chacun de vos clients. Il est évident que lorsqu’on se rend à un rendez-vous client il faut accorder sa tenue. » Avant de vous rendre à votre entretien, tâchez de vous renseigner sur la culture d’entreprise. Vous pouvez par exemple rechercher sur notre site la page de cette entreprise. Vous aurez ainsi une multitude d’informations sur les locaux, l’ambiance et le look adopté par vos - peut-être - futurs collègues. Regardez les vidéos des personnes que vous allez rencontrer. Plus vous serez préparé, plus vous serez serein. « Être adaptable, c’est donc faire un travail de réflexion en amont et se poser des questions », conclut Marie-Agnès.

J’ai su m’adapter, raconter mon vécu

« En entretien, vous allez exposer le fil rouge de votre parcours, souligne Marie-Agnès. Il faudra donc démontrer que vous avez su vous adapter tout du long. Racontez des situations précises où vous avez su faire preuve d’adaptabilité. C’est souvent le cas de profils internationaux ou de ceux qui ont vécu une expérience à l’étranger. Partir vivre dans un autre pays, parler une autre langue, ça démontre une certaine adaptabilité. » Illustrez concrètement votre capacité avec des exemples. Ainsi, vous pouvez raconter comment vous vous êtes intégré avec les locaux, comment vous avez appris telle ou telle langue. Racontez aussi lorsqu’on vous a confié un projet nouveau et que vous ne vous êtes pas laissé démonter… « Il ne s’agit pas de dire ‘’je suis adaptable’’, précise Vanessa. Mais de présenter des situations où l’on comprend bien entre les lignes que l’on a su s’adapter. Il faut savoir l’induire. »

S’adapter à la rencontre au présent

« Et si l’on pose une question qui vous déstabilise ?, interroge Vanessa. Montrez-vous adaptable ! Soyez conscient de ce qui se passe en vous. Quelles sont vos émotions ? Vos pensées ? Respirez ! Vous avez le droit de communiquer, de dire que vous êtes un peu stressé et que vous avez besoin de précisions. N’hésitez pas à poser des questions vous aussi ! Faites preuve d’authenticité et prenez les choses avec de la distance. » Ne prenez pas les questions comme un piège, mais comme une opportunité de mieux vous dévoiler. Ayez une attitude ouverte et bienveillante, ne jugez pas si vous craignez que l’on vous juge. La manière que vous avez de vous exprimer a aussi toute son importance. « On voit tout de suite un candidat qui a la capacité de se remettre en question, observe Marie-Agnès. Il y a une différence entre le candidat qui nous dit qu’il ‘’veut’’ faire telle ou telle chose et celui qui nous dit qu’il ‘’préfère ceci et cela, mais qu’il s’adaptera’’. »

Circonstances incertaines : rebondir

« En tant que candidat, explique Marie-Agnès. Je dois démontrer que je sais m’adapter à la société pour laquelle je postule. » Dans les circonstances actuelles par exemple, il faut montrer que home office ou présentiel, peu importe, on s’adapte et on est flexible ! « Plus que jamais, il faut accepter l’idée que les choses puissent changer, que mon futur poste pourra évoluer, mais ce n’est pas grave. Lorsque l’on dit ‘’ pas de problème, je m’adapte’’, on fait une forme de concession envers un autre, on montre que l’on est flexible, ouvert à l’autre. On va dans son sens. » En fait, on est tous obligés de faire preuve d’adaptabilité. « On ne peut d’ailleurs pas être rigide dans un monde qui change à toute allure », conclut la Talent Manager.

Et vous, comment avez-vous vécu cette période de changement ? Avez-vous adopté le home office sans difficulté? Si vous avez eu du temps, comment l’avez-vous mis à profit ? Et globalement quel était votre état d’esprit ? « Vous pouvez parfaitement profiter de la situation actuelle pour montrer que vous avez su vous adapter, ajoute Vanessa. *Comment avez-vous géré les choses ? Comment vous êtes-vous organisé ? Réfléchissez, nous avons tous été invité à nous adapter et faire des compromis (envers soi, sa famille, son environnement de travail…) durant cette période inédite ! ».

J’anticipe : apprendre et évoluer

« Et puisque le monde change à vive allure, continue Marie-Agnès. Formez-vous dès maintenant aux compétences de demain ! » Après tout, 85% des métiers de 2030 n’existent pas encore… « Se poser des questions, anticiper l’avenir c’est savoir s’adapter, s’enthousiasme-t-elle. Il est nécessaire de se préparer pour avoir un maximum de ressources, ainsi vous saurez faire face aux imprévus. » Il existe en effet plein de formations en ligne sur les compétences de demain. Pas la peine d’être autodidacte, il suffit de se laisser guider… Autrement dit, de faire preuve de flexibilité, de souplesse, bref d’adaptabilité.

Dans des périodes de grand chamboulement, on a parfois tendance à résister. À vouloir revenir comme avant et, comme le chêne, prendre racine, s’accrocher au passé. Essayons néanmoins de nous montrer plus flexible et souple, tel le roseau ! Car la morale de cette histoire, c’est qu’à s’assouplir, on se plie au gré du vent, mais on ne craque pas…

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook, LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles !

Photo by WTTJ

Gabrielle de Loynes

Rédacteur & Photographe

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Comment rédiger son CV en espagnol ?

Traductions, mises en pages, atouts à mettre en valeur... Welcome to the Jungle vous livre des conseils pour réussir votre CV espagnol.

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :