Les news pour briller à la machine à café le 27 février 2020

Les news pour briller à la machine à café du 27 février 2020

Parce qu’on sait à quel point paraître malin est primordial lors des pauses entre collègues - surtout si le boss tend l’oreille -, la rédaction de Welcome to the Jungle vous livre toutes les deux semaines les dernières actus chaudes du monde du travail. On vous en prie, c’est normal.

France

Coronavirus : les salariés confinés chez eux seront indemnisés par l’Assurance Maladie

C’est une question que se posent de plus en plus de salariés qui ont séjourné dans des zones à risques ou qui ont été en contact avec des personnes infectées par le coronavirus sans en avoir développé les symptômes : « par précaution on m’a demandé de rester chez moi pour une durée de quatorze jours, mais vais-je bien être indemnisé pendant mon absence ? » Et bien rassurez-vous, oui ! Un décret publié le 1er février 2020 au Journal officiel stipule que les personnes mises en quarantaine après avoir été exposées au Covid-19 seront indemnisées par l’Assurance maladie et ce dès le premier jour de confinement. Une mesure d’urgence, donc, surtout quand on sait qu’habituellement, un délai de carence de trois jours est appliqué aux salariés du privé, et d’un jour pour les fonctionnaires.

Le texte va même un peu plus loin que les mesures appliquées actuellement par les autorités de santé françaises : alors que la période de quarantaine est encore de quatorze jours, le texte prévoit un allongement de l’indemnisation jusqu’à 21 jours maximum. Mais attention, si vous êtes concernés et souhaitez bénéficier de ce dispositif exceptionnel : l’arrêt-maladie ne doit pas avoir été délivré par le médecin de famille, mais bien par un médecin de l’agence régionale de santé.

Les patrons prévoient une hausse des salaires de 2% en 2020

D’après une étude menée par le cabinet de conseil en ressources humaines LHH, qui a interrogé 80 patrons en France, les rémunérations devraient en moyenne augmenter de 2% pour tous les salariés en 2020. Un chiffre à nuancer néanmoins puisque les hausses de salaires attendues varient selon les secteurs d’activité : les plus importantes devraient concerner l’industrie, qui emploie surtout des personnes aux métiers très techniques et en tension, avec une moyenne de +2,1% mais aussi le secteur de la finance qui devrait enregistrer la plus petite hausse avec +1,7%.

Autre enseignement de cette étude, relayée par le Figaro, une entreprise sur trois prévoit en 2020 de verser la prime Macron - prime défiscalisée jusqu’à 1000 euros mise en place pendant le mouvement des « gilets jaunes » - pour un montant moyen de 600 euros.

Des coursiers à vélo s’organisent en coopérative

Après avoir pédaler des milliers de kilomètres pour des plateformes en ligne, des coursiers bordelais se sont rassemblés en une coopérative pionnière, pour enfin… bien vivre de la livraison ! Aujourd’hui, les cinq employés de la Scop (société coopérative de production) s’autorisent huit semaines de congés par an, pour un CDI temps plein salarié « un peu au dessus du Smic. » Leur contrat comprend également une mutuelle, des titres restaurant, des heures supplémentaires payées et une cagnotte commune pour les petits pépins d’équipement… Un luxe pour le secteur.

L’idée de la coopérative née en 2017, était de se « réapproprier l’outil de travail. L’entreprise est à tous ceux qui y travaillent, et tous ont la maîtrise des conditions de travail à poids égal. » Après deux ans d’activité et un chiffre d’affaires en constante augmentation, « Les Coursiers Bordelais » ont déjà embauché deux coursiers l’an passé et comptent bien recruter de nouveau en 2020. Pour l’instant, ces coursiers d’un nouveau genre travaillent avec des traiteurs et des grossistes de Bordeaux et ne comptent pas venir empiéter le business des plateformes de livraison de repas à domicile : ils se savent « pas prêts », question d’échelle et de bras. Mais cela ne les empêche pas d’observer avec philosophie, les procédures et condamnations de leurs anciens employeurs se succéder en Espagne, Belgique et même… en France.

Monde

En Espagne, le gouvernement supprime le licenciement pour arrêt maladie

C’était l’un des engagements du gouvernement de coalition de gauche mis en place en janvier dernier : la suppression immédiate par décret de la possibilité pour les entreprises de licencier leurs salariés pour des arrêts maladie répétés. Si cela semble impensable au regard du droit français, un article de la loi travail espagnole votée en 2012 autorisait jusqu’à présent les entreprises à « licencier un employé absent pour un arrêt maladie de huit jours ou plus durant les deux derniers mois même s’il disposait d’un certificat médical, si en tout il avait manqué 5% de son temps de travail sur les douze derniers mois. »

La suppression de cet article est la deuxième mesure sociale forte prise par ce gouvernement après l’augmentation de 5,5% du salaire minimum, à 1108 euros par mois en janvier dernier.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo d’illustration by WTTJ

Romane Ganneval

Journaliste - Welcome to the Jungle

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Râler au travail, dangereux exutoire ?

La science nous apprend que malgré l'effet libérateur ressenti en râlant, on a intérêt à couper court à cette mauvaise habitude. Explications.

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :