Harcèlement, tricot et médaille d’argent : l’actu RH de septembre en un clic

RH : le best of des actus de septembre 2021

Que s’est-il passé en septembre dans le monde merveilleux de l’entreprise ? Tour d’horizon des meilleures actus RH de France et de Navarre.

Le chiffre à retenir

10% des salarié·e·s sont « en crise de sens »

La crise du Covid-19 a fait émerger son lot de considérations existentielles. Parmi elles, le sens au travail. Selon une étude du Centre d’études de l’emploi et du travail (CEET), basée sur les données de l’EVREST, 10% des salarié·e·s interrogé·e·s expriment une perte de sens dans leur job. En première ligne : les femmes cadres. Avec la démocratisation du télétravail, le cumul du boulot et des tâches domestiques aurait fait exploser le compteur de leurs charges mentales, soulignant ainsi le déséquilibre avec leurs homologues masculins… « En effet, elles déclarent souvent dépasser leurs horaires, sauter des repas, traiter trop vite une opération qui nécessiterait davantage de soin ou encore abandonner fréquemment une tâche », rappelle l’enquête. Or, des conditions qui se dégradent, c’est une disparition progressive de l’intérêt pour son travail avec la même ritournelle en toile de fond : à quoi bon ?

Le bureau, un espace en voie de disparition ?

Nos conseils pour aménager vos bureaux post-Covid.

Découvrir l'Ebook

Les news RH de l’Hexagone

Harcèlement sexuel : une nouvelle définition dans le code du travail

Le harcèlement sexuel en entreprise est un délit répréhensible. La nouveauté juridique ? Grâce à la loi pour renforcer la prévention en santé au travail, le code du travail intègre maintenant dans sa définition les propos et comportements sexistes, et sanctionne le harcèlement sexuel commis par plusieurs individus. Ces évolutions – qui prendront effet le 31 mars 2022 – la rapprochent donc de la définition du code pénal. Une avancée notable pour les victimes, à l’heure où les comptes Instagram tels que Balance ta start-up et Balance ton agency ne cessent de partager des témoignages effarants sur les abus en entreprise.

Industrie de la mode : des pulls tricotés par des imprimantes 3D

Les clubs de tricot de l’Hexagone n’ont qu’à bien se tenir ! Créée en 2020, la startup bretonne 3D Tex invente l’usine textile du futur. Son process 100% automatisé lui permet de fabriquer des pulls tricotés en série, sans couture, en un rien de temps. La prouesse technique ? Un chandail conçu en vingt minutes, avec des métiers à tisser aux allures d’imprimantes 3D, le tout sur le sol français. Dit comme ça, l’innovation peut paraître accessoire. Et pourtant, elle induit de gros enjeux économiques et écologiques, à savoir la relocalisation de l’industrie textile, essentiellement située en Asie aujourd’hui… Un business qui devrait séduire les partisans du « made in France » et de l’indépendance industrielle.

La SNCF lance des abonnements remote-friendly

La SNCF s’adapte aux nouveaux train-train professionnels. Depuis septembre 2021, elle propose un abonnement dédié aux salarié·e·s en télétravail se déplaçant 2 à 3 fois par semaine. Valable du lundi au jeudi, « Mon Forfait Annuel Télétravail » permet de réserver jusqu’à 250 trajets TGV et Intercités par an, et de réaliser une économie globale de 40% en comparaison avec l’offre classique. Ce produit, qui déboule après un an et demi de crise sanitaire, révèle en creux l’empreinte des mutations du bureau sur la mobilité, l’économie et le territoire. Quand l’entreprise change, c’est le quotidien tout entier qui est impacté.

Lire aussi dans notre rubrique : Decision Makers

5 idées pour que les femmes se sentent à leur place dans votre entreprise

Chez nos voisins étrangers

Loi sur l’avortement au Texas : des entreprises prennent position

L’entreprise doit-elle intervenir dans le débat politique ? Aux États-Unis, c’est une question d’actu. Le 1er septembre 2021, une loi interdisant l’avortement après la sixième semaine de grossesse, même en cas d’inceste et de viol, est entrée en vigueur au Texas. Elle encourage par ailleurs les citoyen·ne·s américain·e·s à porter plainte contre les femmes qui ne la respecteraient pas. Depuis sa promulgation, plusieurs acteurs de la Tech ont exprimé leur désaccord. Le fournisseur de services en ligne GoDaddy a refusé d’héberger le site du groupe anti-avortement « Right to Life » parce qu’il incitait à la délation. Les sociétés Bumble et Match vont créer des fonds de soutien pour les femmes souhaitant avorter. Et Salesforce propose quant à elle d’aider ses employé·e·s à quitter l’État pour échapper à la nouvelle loi. Pendant ce temps-là, d’autres géants du secteur basés au Texas préfèrent néanmoins se taire. Eh oui, opinions politiques et intérêts commerciaux ne font pas toujours bon ménage…

Elon Musk nargue Jeff Bezos avec une médaille d’argent

À vos marques, prêts, feu, partez ! Dans le sprint des personnes les plus riches du globe, Elon Musk vient de coiffer Jeff Bezos au poteau. Grâce à l’envolée de l’action Tesla, l’entrepreneur américain pèse désormais 200,7 milliards de dollars. Cette coquette somme lui permet de décrocher le titre tant convoité de première fortune du monde, et il n’en est pas peu fier. Pour marquer le coup, le fondateur de SpaceX et Tesla a décidé de narguer son « concurrent » en lui envoyant une médaille d’argent. Monsieur Amazon garde cependant une deuxième place confortable – ce ne sont pas ses 192,5 milliards de dollars qui diront le contraire.

Marque employeur : le guide des bonnes pratiques selon votre niveau d’expertise

Tous nos conseils pour une marque employeur réussie !

Découvrez notre ebook

Photo par Thomas Decamps

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook, LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir nos derniers articles !

Journaliste et cheffe de rubrique Decision Makers @ Welcome to the Jungle, entrepreneure et vidéaste.

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :