CV : comment valoriser ses expériences lorsqu’on a un profil “sénior” ?

16 nov. 2022 5min

CV : comment valoriser ses expériences lorsqu’on a un profil “sénior” ?

auteur.e

Daphnée Breytenbach

Journaliste freelance

Vous avez plus de 50 ans et à peu près la moitié de votre parcours professionnel derrière vous... Vient souvent, à cette période-là, l'envie de réfléchir, de repenser votre évolution de carrière voire même d'entamer une nouvelle aventure. Et pour ce faire, pas de secrets : il vous faudra passer par l'envoi de candidatures, avec CV à la clé. Mais lorsqu'on est “senior”, comment rédiger au mieux ce document supposé résumer en l'espace d'une page des décennies d'activité ? Que dire de soi ? On tente d'y voir plus clair avec la coach emploi Gwladys Ramette !

Sur le marché du travail, les “seniors” sont l’une des catégories de profils faisant face à de réelles difficultés quand il s’agit de trouver un emploi. Les 55-64 ans ont, en effet, un taux d’emploi inférieur aux autres tranches d’âge. Ce dernier était de 53,8 % en France en 2020, bien en-deçà de la moyenne européenne de 59,6 % selon une enquête de la DARES. Alors, comment contrer les idées reçues et valoriser son profil face aux recruteurs ?

Mettre en avant ses hard skills

Quel que soit votre niveau d’expérience, ces compétences métiers indispensables doivent sauter aux yeux du recruteur sur votre CV. « Trop de candidats, surtout lorsqu’ils ont une longue carrière derrière eux, pensent qu’il est évident qu’ils savent faire ceci ou cela s’ils répondent à l’offre d’emploi. Mais c’est faux ! Le recruteur ne doit surtout pas chercher à la loupe les informations dont il a besoin. Montrer son sérieux et son professionnalisme, même lorsque l’on a dépassé un certain âge, est indispensable », avance la coach emploi Gwladys Ramette. Pour ce faire, elle recommande de répertorier les mots-clés apparaissant dans la fiche du poste recherché et de les indiquer dans le CV, étape indispensable surtout si le recruteur utilise un moteur automatisé pour faire un premier tri. Encore mieux : avoir un Master CV à disposition, où l’on irait puiser les compétences-clés à mettre en avant.

Prouver concrètement ses compétences

La performance diminuerait-elle au fil des années ? Plusieurs études prouvent le contraire. Les seniors seraient même plus productifs que les jeunes, décrypte une étude américaine. Selon l’Apec, les plus de 55 ans sont des profils à forte valeur ajoutée face aux turbulences et feraient preuve d’une grande capacité d’adaptation.
Mais comment démontrer cela dans votre CV ? Du concret, toujours du concret, encore du concret ! C’est la seule solution pour mettre en valeur les résultats tangibles qu’on a pu obtenir par le passé. Par exemple, préciser le nombre de personnes qu’on a managées, la hausse de chiffre d’affaires dont on a fait bénéficier l’entreprise… Ce sont les données quantitatives. Le qualitatif, quant à lui, peut être mis en avant via les nouvelles méthodes de travail mises en place, la mise en place de nouveaux process, la coordination d’un gros projet. « Lorsqu’on est senior, on a le plus souvent de réels résultats à disposition qu’on peut valoriser. Il ne faut surtout pas se priver ! C’est ce qui permettra de défendre son profil et de justifier par exemple pourquoi on réclame tel salaire plutôt qu’un autre », précise Gwladys Ramette

Sélectionner ses expériences

Le plus souvent, un candidat ayant dépassé les 50 ans est riche d’une expérience professionnelle de près de 25 ans. Si, pour certains, la carrière s’est jusqu’ici déroulée au sein d’une ou deux entreprises, d’autres auront pour bagages des postes et des missions aussi diverses que variées. Si vous êtes dans cette situation, ne mettez en avant que celles qui ont un rapport avec le poste convoité dans votre CV. « En revanche, si votre parcours est plus linéaire, alors je conseille de se concentrer sur les dix dernières années et d’en profiter pour enrichir des tous les détails pertinents pour répondre au mieux à l’offre d’emploi. En effet, les soft skills évoluent avec le temps et c’est la personne que vous êtes aujourd’hui qui intéresse le recruteur », note Gwladys Ramette.

Attester être à jour

Malgré les idées reçues (comme celles que les salariés plus âgés seraient exigeants, inflexibles, travailleraient “à l’ancienne”), la DARES le prouve : en tant que profil “senior”, vous connaissez mieux vos atouts et vos faiblesses et avez par conséquent une capacité à vite vous adapter et vous mettre à jour. Vous faites également partie des profils les plus engagés d’une entreprise grâce à votre vision sur le long terme. Enfin, vous avez tendance à rester plus longtemps en poste. Que d’avantages pour le recruteur !

Ce qui peut néanmoins coincer, ce sont ses craintes quant à des compétences peut-être un peu datées. Il est donc essentiel de bien montrer que vous êtes à jour sur les exigences actuelles du métier que vous visez. « Il faut indiquer les formations continues qu’on a suivies, si l’on a appris à utiliser un logiciel particulier ou un langage informatique novateur », détaille la coach. Idem pour les postes occupés, Gwladys Ramette recommande d’opter pour le nom de poste indiqué sur l’offre d’emploi ou de calquer ceux de l’entreprise (une rapide recherche sur LinkedIn devrait vous aider à trouver les informations). Dans la rubrique formation, il est préférable de remplacer DESS, qui n’existe plus, par Master 2. « C’est un point crucial pour prouver qu’on sait s’actualiser ! », sourit-elle. Enfin, « il est également important de soigner la forme de son CV. À n’importe quel niveau d’expérience d’ailleurs, un CV graphique et dans l’air du temps est important et c’est d’autant plus vrai pour les seniors, qui peuvent souffrir de clichés les imaginant démodés. Bref, on envoie au recruteur le signal qu’on n’est surtout pas has been », insiste Gwladys Ramette.

Démontrer que l’on va s’intégrer facilement

C’est l’autre enjeu qui peut freiner un recruteur face à un candidat ayant dépassé la cinquantaine… À tort ! En effet, au fil de leurs nombreuses années d’expérience, les seniors ont souvent connu des situations économiques et des modes d’organisation très variés. Ils sont ainsi capables de prendre de la hauteur sur les situations et de travailler avec tout un chacun. Selon un sondage mené en 2018, la quasi-totalité des seniors répondants était prête à changer d’entreprise pour obtenir un poste et, souvent libérés de contraintes familiales et financières, ils sont aussi plus ouverts à la mobilité et heureux de rencontrer de nouveaux collaborateurs.

Pour autant, contrairement à ce que peuvent craindre certains recruteurs, comment prouver que travailler avec une équipe plus jeune ne posera aucun souci ? « Ce qu’on peut mettre en avant ici, c’est le goût du travail en collectivité, de l’échange humain, des rencontres. Si on a l’habitude d’évoluer dans un environnement professionnel multi-générationnel, on le dit », conseille notre experte.

Préciser qu’on est prêt à être dans l’opérationnel

Pour certains profils seniors, la perspective de se retrouver à un poste plus opérationnel que stratégique n’est pas enthousiasmante. Mais ce n’est pas le cas de tous ! Dans ce cas, il faut à tout prix le faire comprendre au recruteur, en indiquant des actions concrètes dans ses derniers postes où l’on ne se contentait pas de piloter. « Il faut faire attention, aussi, au titre de ses précédentes missions. Parfois, ils peuvent paraître un peu pompeux et faire croire à tort que vous n’êtes intéressés que par le standing d’une fonction. Par exemple, si vous avez été directeur ces dix dernières années, le recruteur peut en déduire que vous ne serez pas partant pour une position de chargé de mission, souvent à tort. Attention donc, dans la manière de rédiger votre CV, de ne pas donner le sentiment que vous n’avez plus d’appétence du tout pour l’opérationnel », recommande la coach emploi. D’ailleurs, si vous avez décidé de changer de poste pour remettre un pied dans l’opérationnel, vous pouvez tout à fait le préciser dans l’accroche de votre CV !

En conclusion, quel que soit votre âge et votre parcours professionnel, à l’heure de postuler, une seule question compte réellement : qu’ai-je fait dans le passé qui va me permettre de réussir dans le poste que je vise désormais ? Votre CV doit avant tout répondre à cette interrogation. N’ayez pas peur d’être discriminé en raison de votre âge et soyez droit dans vos bottes : si le poste est fait pour vous, l’illustrer avec clarté vous permettra sûrement d’être récompensé !

Article édité par Sami Prieto et Gabrielle Predko ; Photo via Unsplash.

Les thématiques abordées