Mutation des cabinets en stratégie : quel avenir pour les métiers ?

La mutation des cabinets en stratégie : quels changements ?

« Aujourd’hui, les entreprises sont dans une maturité croissante à l’égard du sujet digital (au moins 50%), en revanche le passage à l’action avec le bon niveau d’ambition reste l’apanage de quelques sociétés. » analyse Norbert Faure, Managing Director de BCG Platinion WESA (Europe de l’Ouest, Amérique du sud et Afrique du Sud).

Les cabinets en stratégie ont encore un bel avenir devant eux. Dans cette nouvelle donne, des métiers existants se transforment et d’autres se créent. Norbert Faure et François d’Agostini, Chief IT Architect chez BCG Platinion, livrent pour Welcome to the Jungle les nouvelles opportunités professionnelles au sein des cabinets en stratégie.

La mutation profonde des cabinets en stratégie

Ces dernières années, les cabinets en stratégie conseillaient leurs clients par métier (conseil en RH, en stratégie, en incubation). Aujourd’hui, la révolution digitale pousse à la synergie des départements. L’offre proposée au client doit être basée sur la complémentarité des métiers. L’objectif est de faire travailler ensemble tous les collaborateurs d’une tribu qui jusque là travaillaient par groupe de compétences. Une véritable mutation organisationnelle est en marche et les cabinets en stratégie accompagnent les entreprises pour saisir ce nouveau virage.

« Les problématiques actuelles sont clairement centrées sur de nouveaux modes d’organisation, notamment les méthodes agiles. » affirme François d’Agostini.

Alors si les “méthodes agiles” sont une notion encore nébuleuse pour vous, pas de panique, elles se résument assez simplement. Il s’agit d’organiser le travail autrement en impliquant davantage le client et en définissant une équipe projet pour être le plus réactif possible face aux demandes. Il s’est avéré que planifier la totalité du projet dans ses moindres détails avant de le lancer peut être contre-productif. Grâce à la méthode agile, on avance sur le projet étape par étape, on atteint un objectif à court terme et ensuite on vise le suivant. Cette approche flexible permet de pouvoir s’adapter à des imprévus et d’être plus fort face au changement.

« Nous entrons dans l’ère de l’expérimentation permanente, de l’itératif et de l’incrémental. Cela sous entend de faire moins de planning et plus de gestion active du risque par l’expérimentation. C’est l’arrivée de la “méthode scientifique” dans les entreprises. » poursuit François d’Agostini.

image
François d’Agostini, IT Architect

Pour répondre à cette mutation, les entreprises de conseil doivent accompagner leurs clients dans la mise en place d’une organisation transversale mais aussi les aider sur un aspect purement technique. Les développements technologiques ont massivement été sous-traités et les tribus aujourd’hui se retrouvent démunies de ce savoir-faire qu’elles doivent de nouveau internaliser pour gagner en productivité. Ces évolutions organisationnelles et technologiques ont un véritable impact sur les métiers des cabinets en stratégie.

L’impact sur les métiers des cabinets en stratégie

« Les métiers se déplacent fortement vers une meilleure appréhension de l’exploitation de la donnée, de la création de software, des pratiques agiles et du design de parcours client. » explique Norbert Faure.

En effet, le renouvellement des effectifs, de l’ordre de 25 % chaque année, laisse de la place à des profils plus variés que par le passé. Il y a aujourd’hui des opportunités pour les profils scientifiques autrefois considérés comme trop spécialisés.
François d’Agostini résume d’ailleurs cette transformation en citant Marc Andreessen, l’inventeur du premier navigateur Internet qui a déclaré en 2011 : « Software is eating the world. »
François d’Agostini explique : « De nos jours, toute entreprise est une entreprise tech qui se trouve exercer une activité dans un autre domaine. L’exemple des banques est frappant, elles sont devenues de vraies boites technologiques avec une licence bancaire. Dans ce cadre, s’équiper pour pouvoir accompagner les clients sur ces nouveaux domaines est essentiel.»

image
Norbert Faure, Managing Director

Norbert Faure insiste sur ce point, pour BCG : « L’intégration de la technologie comme catalyseur majeur de la stratégie impose la maîtrise de la production de software et des architectures technologiques complexes en interne chez nos clients. Aussi les métiers de full stack soft engineer, data engineer et entreprise architecte sont en accélération. »

Chez BCG Platinion, trois métiers forment aujourd’hui la base de l’offre et François d’Agostini nous les décrit comme tels :

  • Les architectes qui savent créer des architectures incrémentales et évolutives qui permettent aux développeurs d’avoir une productivité importante tout en respectant les standards du domaine.
  • Les “coach agiles” qui accompagnent les clients sur les nouvelles manières de manager les équipes
  • Les designers qui se focalisent sur l’expérience cliente. Avec toutes les nouvelles opportunités du digital, se différencier via des interfaces ou des interactions de qualité est primordial.

Outre ces nouveaux métiers qui se créent, pour François d’Agostini, les métiers qui doivent évoluer sont ceux du leadership et du management. Cette transversalité des organisations est déroutante pour ces personnes qui manageaient jusque-là leur propre équipe métier. La “désillotation” fait peur mais les managers doivent trouver leur place.
François d’Agostini l’explique très bien en disant que « la notion primordiale des équipes agiles est l’autonomie et l’auto-organisation. Dans ce cadre, le manager n’est plus celui qui dicte les règles, mais celui qui accompagne et fait grandir son équipe. »

Il s’agit d’un réel changement de paradigme car un manager était davantage attaché à la manière d’arriver au résultat final. Aujourd’hui il doit s’attacher au résultat produit par l’équipe projet quels que soient les moyens mis en place. Le manager ne perd pas en responsabilité, il se transforme en un véritable « leader, inspirant les équipes et fournissant la direction, mais pas la solution. »

image
François d’Agostini & Norbert Faure

La transformation digitale donne lieu à de nouvelles problématiques rencontrées par les tribus auxquelles les cabinets en stratégie doivent répondre. De nouveaux métiers se créent et, selon François D’Agostini, « après une décennie d’externalisation des activités technologiques, votre valeur ajoutée sera votre capacité à vous réapproprier l’outil technologique, votre capacité à faire plutôt qu’à faire faire, quel que soit votre domaine de compétence. »
C’est le moment d’arriver sur un tout nouveau métier et d’en dessiner les contours, à vous de jouer !

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photos by WTTJ

Audrey Depommier

Envie de rejoindre BCG Platinion ?

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :