A.P.C. : 30 ans de triomphe du minimal chic

  • August 23, 2016

Ses premiers modèles ne portaient pas d’étiquette. Aujourd’hui, l’élégance sans chichi du sigle A.P.C. s’arrache aux quatre coins du monde. Depuis presque 30 ans, la marque de Jean Touitou ne dément pas son succès… À raison ?

A.P.C. ou l’austérité chic

Jeans bruts, robes sobres, trenchs impeccables… A.P.C., c’est la mode sans la fioriture, le branché sans bling-bling et le raffinement dans la sobriété. En bref, des vêtements qui ne se la racontent pas, du brut raffiné qui plaît aux exigeants. La recherche du détail commence très tôt, dès le choix de la matière. Le denim des pantalons et des vestes est tissé au Japon. Le nom de chaque modèle, de chaque coupe est travaillé avec soin. Ainsi, le jean n’est pas slim mais « très étroit », les robes sont en « jersey épais » et les chaussures en « croûte de cuir ».

L’aventure de la patte austère mais chic commence en 1987 lorsque Jean Touitou s’installe rue Princesse dans le VIe arrondissement de Paris. L’espace s’appelle alors Atelier de Production et de Création. Dans un joyeux bazar, économies obligent, il fait office, de stock de tissus, de showroom et de boutique. Très vite, une première collection homme est lancée. L’année suivante, c’est au tour de la femme d’afficher le célèbre acronyme sur ses étiquettes. Depuis, le petit atelier est devenu grand, à l’échelle d’une multinationale, et distribue ses produits dans 300 points de vente et 60 boutiques.

Un créateur hors du commun

Derrière A.P.C. se cache une personnalité peu banale. Dans une interview donnée à Grazia, Jean Touitou, avoue que, très jeune, il a senti qu’il allait être « reconnu un jour » mais qu’en même temps il s’en « foutait ». C’est un peu ça le style Touitou : pas de gant dans la forme mais beaucoup de fond. « Artiste, styliste, patron » et aussi, selon ses dires « assez inculte » (on a du mal à le croire), le créateur a l’amour de l’artisanat et balaye d’un revers de la main ceux qui ne connaissent pas le processus de torsion de la fibre. Il tient d’ailleurs une liste rouge de personnes de la mode avec lesquelles il ne veut plus travailler.

Conscient d’être à la tête d’un « petit empire », il n’en garde pas moins la tête froide. Lorsqu’on lui fait remarquer son franc-parler, il déclare qu’il « parle », tout simplement. Liberté dans le ton, liberté dans les propos, Jean Touitou affirme qu’il ne s’est jamais laissé corrompre par un milieu qu’il estime peuplé de « gens qui se la pètent ».

Des collaborations bien senties

Pour autant, ce créateur n’est pas à un paradoxe près. Cet homme de gauche tendance trotskiste a pourtant travaillé avec Kanye West pour une collection capsule à pas moins de 70 dollars le T-Shirt ou 1 950 dollars la parka. Il aime les « beats » du chanteur, dit-il pour évincer les contradictions et justifier le partenariat.

Mais c’est aussi aux côtés de K-Way, Nike, Carhartt ou Vanessa Seward qu’A.P.C. se fait connaître auprès d’une cible plus mainstream. Des collab’ plus resserrées, comme avec M/M, l’un des studios graphiques les plus importants du moment (Givenchy, Palais de Tokyo), lui permet de continuer à asseoir sa réputation. Le cool discret n’a pas fini de surprendre !

Photo @Facebook APC

Mylène

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous!

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Et sur nos réseaux sociaux :