9 dates clés pour comprendre l’origine de la fête du travail

10 dates clés pour comprendre l’origine de la fête du travail

“Fête du travail”, “fête des travailleurs et des travailleuses”… Que célébrons-nous en ce premier mai ? Aujourd’hui, nous sommes beaucoup à bénéficier d’un jour chômé à travers le monde, mais peu à en connaître l’origine. Retour sur l’histoire du premier mai de 1886 à 2020, de Chicago à nos salons confinés, retour sur un chapitre fondateur dans l’histoire des travailleurs…

1886 : Aux origines américaines de l’histoire du premier mai, le massacre de Haymarket square

Jusqu’au XIXème siècle, les journées de travail sont interminables : entre dix et quatorze heures. Un mouvement pour une revendication de 8 heures journalières, alors embryonnaire, prend de l’ampleur aux Etats-Unis. Trois jours après une grève généralisée le 1er mai qui réunit près de 350 000 travailleurs, une manifestation au Haymarket square de Chicago dégénère, créant un bain de sang.

Lire aussi dans notre rubrique : Workers

Métro, boulot, bédo : que recherchent les adeptes de la fumette au travail ?

20 juillet 1889 : Le premier mai devient journée de revendication internationale

Lors de l’Exposition universelle à Paris, les travailleurs européens se réunissent pour le congrès de l’Internationale socialiste et décident de créer une journée pour catalyser les revendications internationales : le 1er mai est choisi, en mémoire du mouvement du 1er mai 1886 de Chicago.

1er mai 1890 : Le premier 1er mai en France

Conscients que leurs revendications gagnent du terrain, les ouvriers défilent pour demander une réduction du temps de travail.

1er mai 1891 : Le drame de Fourmies

À Fourmies, une cité ouvrière du Nord de la France, des ouvriers descendent dans les rues pour réclamer la journée de huit heures. Les forces de l’ordre tirent sur les manifestants qui tentaient d’obtenir la libération des grévistes emprisonnés dans la mairie plus tôt dans la matinée. Bilan : 10 morts.

25 octobre 1906 : Création du Ministère du Travail

Georges Clemenceau crée le Ministère du Travail pour être le réceptacle des revendications ouvrières. Cette même année, la CGT, créée en 1905, participe pour la première fois au défilé du 1er mai.

23 avril 1919 : Instauration de la journée de huit heures

Le Sénat ratifie la loi instaurant la journée de huit heures. Une victoire symbolique pour les revendications historiques du mouvement ouvrier. Exceptionnellement, la Haute Assemblée déclare le 1er mai 1919 journée chômée.

24 avril 1941 : Le 1er mai devient un jour chômé sous le régime de Vichy

La loi Belin sous le maréchal Pétain fait du 1er mai « la fête du Travail et de la Concorde sociale », remplaçant ainsi l’appellation « Journée internationale des travailleurs » désignée par l’Internationale socialiste. Le 1er mai devient alors officiellement « Fête du travail » : un jour chômé, mais non payé.

Avril 1947 : Le 1er mai devient un jour payé sous le gouvernement de la libération

Le Gouvernement provisoire de la République Française (GPRF) confirme, sans pour autant reprendre la terminologie vichienne “Fête du travail”, que le premier mai demeurera un jour férié. Mais qu’il sera, en plus, payé.

1er mai 2020 : Le premier cortège confiné ?

Pour la première fois, il n’y aura pas de cortège le 1er mai. En France, les organisations syndicales et les mouvements étudiants appellent tout de même à manifester aux balcons.

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook, LinkedIn et Instagram ou abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir, chaque jour, nos derniers articles !

Photo d’illustration by WTTJ

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

Pour aller plus loin

Les derniers articles

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :