Growth Hacker

25 juin 2018 - mis à jour le 06 nov. 2022

auteur.e

Alexandre

Growth Hacker

Le growth hacker est à l’entreprise ce que l’engrais est à la plante : un booster de croissance. Particulièrement courtisé par les start-up, qui cherchent à se développer rapidement, le growth hacking a permis de faire exploser la notoriété de certains projets, tels que Airbnb ou Dropbox. Zoom sur ce métier qui n’en finit pas de faire parler de lui.

Les points clés du métier de growth hacker

  • Il a pour rôle d’assurer une croissance rapide et peu coûteuse à son entreprise.
  • Il est autodidacte : il doit être capable de se former lui-même et de mettre à profit ses compétences pour booster la croissance de son entreprise.
  • Le salaire oscille entre 30 000 et 80 000 euros brut par an. Doté de compétences larges, le growth hacker est amené à intervenir dans de nombreux départements (marketing, design, développement web…).
  • Les seules formations en growth hacking sont de courtes durées et n’ont pas pour vocation à remplacer l’auto-apprentissage.
  • Un poste de growth hacker permet par la suite d’évoluer vers de nombreux métiers : Head of Acquisition, responsable expérience client, chef de projet digital…

Quelles sont les missions d’un growth hacker ?

Le rôle du growth hacker est de doper la croissance d’une entreprise de manière simple, rapide et peu coûteuse.

Pour ceux qui ont séché les cours d’anglais au lycée, commençons par décortiquer les deux termes qui composent ce métier tout droit venu des États-Unis :

Growth = croissance
Hacker = pirate

Autrement dit, le growth hacker a pour mission de maximiser la croissance d’une entreprise, de manière rapide et en utilisant le moins de ressources financières possibles.

Autodidacte et polyvalent, le growth hacker est un touche-à-tout : SEO (Search Engine Optimization), développement Web, marketing, data science, UI/UX, emailing… Tous les départements peuvent bénéficier de sa créativité !

Voici quelques moyens d’appliquer le growth hacking en entreprise :

  • Stratégies marketing (campagne de publicités, réseaux sociaux, emailing, référencement naturel…) ;
  • Data science (exploitation des données, analyse du trafic…) ;
  • Design produit (amélioration de l’expérience utilisateur, ajout de nouvelles fonctionnalités…).

Le growth hacker travaille sur des missions à très court terme, de l’ordre de la journée ou de la semaine (et plus rarement du mois). Il doit donc mettre en place des actions applicables immédiatement et dont les résultats ne se font pas attendre.

Le saviez-vous ?

L’histoire de Dropbox et du hack qui a tout changé : rares sont les personnes qui ne connaissent pas Dropbox, le service de stockage en ligne. Pourtant, quand on revient 10 ans en arrière, l’entreprise était encore balbutiante. Tout a basculé le jour où un growth hacker a eu l’idée de mettre en place un referral. L’idée était simple : chaque personne qui créait un compte avec le lien de parrainage obtenait de l’espace de stockage gratuit. Rapidement, le bouche-à-oreille a fait son effet et le nombre d’utilisateurs de Dropbox a explosé, amorçant le succès qu’on lui connaît aujourd’hui.

Quelles sont les qualités requises pour être growth hacker ?

Avant de vous précipiter à la recherche d’un emploi de growth hacker, savez-vous quelles sont les qualités requises pour exercer un tel poste ? Voici 5 compétences à maîtriser pour être un “pirate de la croissance” digne de ce nom :

  • Agilité : si vous cherchez un métier aux contours clairement définis, passez votre chemin. Le growth hacker est susceptible de travailler sur tous les fronts, en fonction des actions qu’il met en place et de l’évolution de l’entreprise pour laquelle il travaille. Sa souplesse fait donc sa force !

  • Autodidacte : growth hacker est un métier nouveau, et les formations sont rares. A lui d’être autodidacte pour être le plus performant possible. Ses domaines de compétences incluent le marketing, l’informatique, la data science, etc.

  • Polyvalent : le growth hacker ne connaît pas la routine. Comme nous l’avons vu juste au-dessus, il est susceptible de faire appel à des compétences très diverses, qu’il doit toutes maîtriser afin d’assurer une croissance globale à son entreprise.

  • Créatif : le seul moyen pour un growth hacker de mettre en place des actions performantes à bas coût, c’est de faire preuve de débrouillardise. Il s’agit d’avoir la bonne idée au bon moment, et de savoir penser au-delà des normes établies.

  • Autonome : bien que le growth hacker soit amené à interagir au quotidien avec ses collègues, c’est un métier qui s’exerce souvent en solo. C’est à lui de planifier ses journées et d’organiser son travail pour être le plus efficace possible.

Quelles études pour devenir growth hacker ?

Le growth hacker est avant tout un autodidacte. Le growth hacking étant une activité récente et multidisciplinaire, il existe encore peu d’établissements qui forment spécifiquement à ce métier.

Les profils qui sont parvenus à accéder à un poste de growth hacker viennent d’horizons diverses : école d’ingénieur, business school, cursus en science des données… Un bac+5 est généralement recommandé mais le plus important, c’est votre état d’esprit !

Quelques formations qui permettent d’accéder au poste de growth hacker :

La majorité des formations en growth hacking sont proposées sous forme de formations courtes (de quelques heures à quelques mois). Certaines d’entre elles peuvent être financées à 100 % à l’aide de votre compte personnel de formation (CPF).

Quel est le salaire d’un growth hacker ?

Le salaire moyen d’un growth hackeroscille entre 40 000 et 45 000 € par an.

Le salaire d’un débutant avoisinera plutôt les 35 000 € brut par an.
Quant aux profils seniors, ils peuvent espérer une rémunération qui peut grimper jusqu’à 80 000 € par an.

Quelles sont les évolutions de carrière possibles ?

Du fait de sa grande polyvalence, un growth hacker peut évoluer vers de nombreux métiers en rapport avec ses compétences.

Il peut par exemple possible devenir Head of acquisition (ou Responsable Acquisition) et gérer la stratégie d’acquisition clients sur les canaux digitaux.

Autre perspective d’évolution : Responsable expérience client. Vous êtes alors garant de l’ergonomie du site et/ou de l’application mobile de votre entreprise, afin de rendre l’expérience client plus agréable et de maximiser les conversions.

Ne vous fermez aucune porte. Une expérience en growth hacking est valorisée par de nombreuses entreprises, et en particulier par les startups. De nombreuses opportunités s’offriront à vous du moment que vous êtes capable de mettre en lumière vos compétences.

Alors, prêt à sauter le pas ?

Retrouvez toutes les offres d’emploi de growth hacker.

Growth Hacker