Labels, agréments et certifications : que disent-ils des entreprises ?

Labels et certifications : que disent-ils des entreprises ?

Labels, agréments et certifications sont partout dans notre quotidien. Que ce soit lors d’une virée shopping ou en scrollant une énième page Internet, leurs logos captent notre attention. À l’oreille, ces mots sont instinctivement associés à un certain gage de qualité. Au croisement de l’argument de vente, de la valorisation de la marque employeur et d‘une réelle démarche éthique, ils sont les garanties que l’entreprise réponde aux exigences définies par un tiers indépendant.

Pourquoi et comment certaines entreprises choisissent de se faire labelliser ou certifier ? Qu’est-ce que l’adhésion à un label ou un agrément vous indique sur une entreprise au moment de postuler ? Welcome to the Jungle décortique pour vous ces notions et met en lumière ceux à repérer lors de votre recherche d’emploi.

Pourquoi les entreprises cherchent-elles à être reconnues par des labels et agréments ?

Qu’est-ce qu’un label ?

Un label est une sorte d’étiquette, un élément d’identification qui garantit certains aspects d’un produit, d’un service ou d’une entreprise et qui se matérialise généralement par la présence d’un logo. S’ils peuvent être nationaux ou internationaux, en France l’appellation « label » fait obligatoirement l’objet d’une reconnaissance officielle, c’est-à-dire d’une publication au Journal Officiel (journal électronique authentifié publiant les textes législatifs et réglementaires de la République française). Les labels sont basés sur un cahier des charges spécifique et font intervenir un organisme certificateur indépendant, qu’il soit privé ou public. Il est important de se renseigner et de faire attention au sérieux et à la fiabilité de cet organisme ainsi que de vérifier ce à quoi s’engagent vraiment les adhérents.

Qu’est-ce qu’un agrément ?

Un agrément est à l’origine une autorisation officielle délivrée par les pouvoirs publics à une personne ou une organisation. L’agrément peut être délivré à des entreprises ou à des personnes, à qui il donne la permission d’exercer leur activité.

Qu’est-ce qu’une accréditation ?

L’accréditation est un mode d’attestation des compétences et de l’autorité des organismes et des personnes dans un domaine donné. Un organisme accréditeur vérifie la conformité d’une personne ou d’une organisation par rapport à des normes définies en termes de compétences techniques et de mise en œuvre d’un système. L’organisme accrédité possède alors l’autorité nécessaire pour agir dans un domaine.

Qu’est-ce qu’une certification ?

Une certification est une reconnaissance de la conformité d’un organisme ou d’une personne avec un certain nombre de critères fixés par une autorité compétente. La vérification se fait sous la forme d’un certificat délivré par cette autorité pour attester de la conformité de la personne ou de l’entreprise certifiée avec les normes et les règlements en vigueur.

Les avantages pour une entreprise d’entreprendre de telles démarches qualité

Au sein de la jungle commerciale, posséder un label, une accréditation ou être certifié est tout d’abord un gage de qualité et souvent preuve d’une certaine éthique. Mais cela peut également :

  • Être un atout concurrentiel, source de différenciation vis-à-vis des concurrents
  • Être un gage de qualité, de crédibilité et de confiance, valorisant à la fois l’entreprise et la marque employeur auprès des clients et des potentiels employés
  • Favoriser l’amélioration de certains processus en interne et témoigner d’une volonté d’engagement. Ce qui accroît le sentiment d’appartenance des employés et valorise la marque employeur
  • S’assurer que les dispositions en matière de santé, de sécurité et d’environnement sont respectées pour les organismes de réglementation

Les inconvénients pour une entreprise de courir après ces validations extérieures

Ces démarches de reconnaissance peuvent prendre du temps, sont souvent coûteuses et représentent un investissement à long terme. En termes de suivi, bien souvent, les labels et les certifications sont régulièrement contrôlés par des tests ou des audits, parfois payants voire même très onéreux. Les adhérents doivent donc scrupuleusement respecter leurs engagements au jour le jour, au risque d’être exclus de la démarche. Or, toutes les entreprises n’ont pas les ressources nécessaires !

Mais quel est l’intérêt pour les candidats ?

Pour les candidats, les labels et certifications sont des gages de qualité qui permettent d’en savoir plus sur les structures qu’ils souhaitent rejoindre. Ils donnent des indices sérieux sur les choix et engagements des entreprises en matière de sécurité, de santé, d’environnement, de qualité de vie au travail, etc.
S’il est bien sûr évident que de nombreuses entreprises, pourtant très investies dans les démarches d’excellence, ne possèdent pas pour autant de label ou de certification, on peut tout de même déduire qu’une entreprise ayant entrepris les démarches parfois longues pour obtenir un label, un agrément ou une accréditation dans un domaine précis montre sa volonté de s’engager pour adopter les meilleures pratiques dans ce domaine.

Focus sur 4 labels, agréments et certifications emblématiques

B-CORP, VALORISE LA POLITIQUE SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE DES ENTREPRISES

  • L’objectif :

Importé des États-Unis, ce label, acronyme de « Benefit Corporation », réunit des entreprises engagées pour le bien commun. Il veut faire évoluer le capitalisme en prônant des entreprises qui n’ont pas pour unique but de faire du profit mais également de développer un projet de création collective, une activité innovante. Les performances de l’entreprise sont alors mises au service de l’intérêt public.

  • Critères :

Le processus de labellisation passe d’abord par une auto-évaluation de l’entreprise, qui doit répondre à un questionnaire en ligne portant sur ses pratiques en matière d’impact environnemental, ses relations avec ses parties prenantes et ses pratiques de gouvernance.

Ce sont ensuite plus de 80 critères sur 200 qui doivent être remplis et contrôlés par l’ONG B-Lab pour que celle-ci consente à délivrer une labellisation (valable deux ans). On retrouve ce mode de fonctionnement chez des labels de renoms comme Fair Trade (pour le commerce équitable), ou AB (agriculture biologique). Ces critères incluent notamment :

  • l’écart de salaire maximum entre le mieux et le moins bien payé des salariés
  • l’impact écologique des activités de l’entreprise
  • le bien-être des employés

La labellisation vise ainsi des entreprises qui se fixent des objectifs extra-financiers sociaux et environnementaux et ont des critères exigeants en matière de comptabilité et transparence.

  • Entreprises adhérentes :

Attention, le label comporte des poids lourds internationaux comme Patagonia ou Ben & Jerry’s. Mais les Français ne sont pas en reste ! Y adhérent : La Ruche qui dit Oui! , Cojean, Nature & Découvertes, Ulule, l’Agence 148, Blédina, Phenix

image

ESUS, MET EN AVANT LES ENTREPRISES SOLIDAIRES D’UTILITÉ SOCIALE

L’objectif :

Les entreprises et structures de l’Economie Sociale et Solidaire se distinguent par :

  • leur but d’utilité sociale (soutien à des publics vulnérables, cohésion territoriale ou développement durable),
  • l’orientation de leurs excédents vers la poursuite de leur activité, souvent non lucrative.

L’agrément ESUS « Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale » incite les financeurs privés à se diriger davantage vers les entreprises d’utilité sociale afin de donner un sens à leur investissement et de créer un écosystème favorable au développement des entreprises solidaires. Comment ? En leur faisant notamment bénéficier d’une fiscalité avantageuse : 18% de réduction d’impôts et 50% de réduction sur l’impôt sur la fortune (ISF).

Critères :

Les critères pour les entreprises qui souhaitent obtenir l’agrément sont strictes :

  • L’entreprise doit avoir pour objectif principal la recherche d’une utilité sociale (soutien à des publics vulnérables, cohésion territoriale ou développement durable, par exemple), cet objectif devant figurer dans les statuts de l’entreprise.
  • La priorité accordée à l’utilité sociale doit être visible dans les chiffres : « La charge induite par l’objectif d’utilité sociale doit impacter significativement compte de résultat » ou la rentabilité financière de l’entreprise (loi n° 2019-486 du 22 mai 2019).
  • La politique de rémunération de l’entreprise fixe une échelle de salaire précise : les salaires des cinq salariés les mieux rémunérés et le salaire des dirigeants sont encadrés et ne peuvent dépasser certains montants (7 fois ou 10 fois le SMIC).
  • Les titres de capital de l’entreprise, s’ils existent, ne peuvent être négociés sur les marchés financiers.

Entreprises adhérentes :

MicroDon, Up Cyle, La Resourcerie Créative, Artisans du Monde.

image

LA CERTIFICATION RGPD (ANCIEN LABEL CNIL), GARANTE DE LA SÉCURITÉ APPORTÉE AUX DONNÉES PERSONNELLES

L’objectif :

La CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés) a longtemps délivré des labels « à des produits ou à des procédures tendant à la protection des personnes à l’égard du traitement des données à caractère personnel. » Ces labels constituaient un cadre éthique et juridique adapté témoignant de la volonté de l’organisme de se mettre en conformité. En 2018, avec l’évolution des lois européennes sur la protection des données, ces labels se transforment au profit d’un nouvel outil de mise en conformité : la certification RGPD. Il s’agit d’une procédure qui permet aux entreprises de valider la conformité de leurs produits, de leurs services, de leurs processus ou de leurs compétences en matière de protection des données auprès d’un organisme extérieur, ici à la CNIL appelé tiers certificateur. Ainsi :

  • Pour les organismes, cette certification permet de se distinguer par la qualité de son service en matière de protection des données.
  • Pour les utilisateurs, c’est un indicateur de confiance dans les produits ou procédures certifiés qui permet aisément d’identifier et privilégier ceux qui garantissent un haut niveau de protection de leurs données personnelles.

Critères :

Pour définir les critères de certification, la CNIL a publié un référentiel correspondant aux exigences que les produits et services doivent satisfaire. Ces critères vont plus loin que la simple conformité à la loi de protection des données. Si la CNIL impose désormais à l’ensemble des entreprises de maintenir à jour un registre des activités de traitement des données et de nommer un délégué à la protection des données (DPO), il lui sera cependant difficile d’aller vérifier la conformité de toutes les entreprises. En choisissant la certification de leurs délégués, de leurs systèmes et de leurs prestataires, les entreprises prennent le temps de vérifier toute la chaîne tout en montrant leur bonne volonté pour être des modèles en matière de protection des données.

Entreprises adhérentes :

Les entreprises labellisées CNIL étaient plus souvent des grands groupes, des cabinets de conseil ou d’avocats portant une attention particulière à la sécurité de leurs données tels que Safran, BNP Paribas, le CNAM, Deloitte, EY, etc. Avec la nouvelle certification, libre à chaque entreprise de se tourner vers des organismes certificateurs divers, la liste des entreprises certifiées s’allonge chaque mois depuis le passage de la nouvelle loi !

image

LE LABEL HAPPY AT WORK DE CHOOSEMYCOMPANY, POUR REJOINDRE UNE SOCIÉTÉ OÙ IL FAIT BON TRAVAILLER

L’objectif :

Le label Happy at Work est un label développé par la société ChooseMyCompany, qui classifie les sociétés où il fait bon travailler. Pour cela, cette entreprise privée propose différentes évaluations anonymes de la satisfaction des salariés envers les entreprises, via les classements HappyIndex® pour 3 types de population : At Work, pour les salariés, Trainees, pour les stagiaires, et Candidates, pour les candidats qui cherchent à se faire recruter. La démarche est gratuite et participative :

  • Elle permet aux entreprises de récolter des données statistiques sur le niveau de contentement des salariés, mais aussi des stagiaires ou des candidats dans leur expérience avec la structure.
  • Elle permet aux personnes qui cherchent à rejoindre une entreprise d’obtenir des informations objectives sur la satisfaction des salariés de telle ou telle structure.
  • Elle récompense les entreprises les plus impliquées dans l’épanouissement des salariés, en mettant en avant leur attractivité via un classement annuel des sociétés où il fait bon travailler.

Critères :

Afin d’obtenir le Label Happy at Work, les entreprises doivent mettre à contribution leurs salariés via une enquête. Les salariés répondent à 18 questions sur la base du volontariat : les questions portent sur le développement professionnel, l’environnement de travail, le management, la motivation, le salaire, la reconnaissance, le plaisir et la fierté éprouvés par les équipes au quotidien. Le taux de participation des effectifs doit être d’au moins 50%. Leurs réponses sont évaluées statistiquement et anonymement et donnent naissance à une note globale de satisfaction sur 5 et un pourcentage de recommandation des employés vis-à-vis de leur structure. Pour obtenir le label, les entreprises doivent être recommandées au minimum à 60% et obtenir une note proche de 5.

Entreprises adhérentes :

Les entreprises qui adhèrent au label Happy At Work sont nombreuses. On retrouve des structures de toutes les tailles, de la start-up à la grosse entreprise du CAC 40. Pour 2019, on peut par exemple citer Lucca, LeKiosk, Doctrine, 360 Learning, et tant d’autres qui ont été citées dans le classement !

image

Alors, si vous rechercher une tribu d’adoption, pensez à jeter un coup d’œil aux labels et certifications qui vous donneront des indications sur l’engagement des entreprises en matière de qualité de vie au travail (Great Place to Work, Top Employers, etc.), de responsabilité sociale (écologie, protection des données, et de nombreux autres critères). Cependant, restez vigilants : comme les médailles sur les bouteilles de vins, les labels et certifications sont parfois davantage des démarches marketing qu’une récompense de la qualité de vie au travail et des services fournis… Il devient alors intéressant de s’interroger sur les organismes qui les délivrent et les critères appliqués dans l’allocation de ces labels et certifications !

Suivez Welcome to the Jungle sur Facebook pour recevoir chaque jour nos meilleurs articles dans votre timeline !

Photo by WTTJ @Rosbeef!

Ingrid Dupichot

Freelance Content Writer

Envie de rejoindre 360Learning ?

  • Ajouter aux favoris
  • Partager sur Twitter
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Linkedin

S'engager dans son travail

Métiers et entreprises engagés, investissements associatifs, mais aussi tips pour devenir un acteur du changement à votre échelle... Découvrez les ar…

Suivez-nous !

Chaque semaine dans votre boite mail, un condensé de conseils et de nouvelles entreprises qui recrutent.

Vous pouvez vous désabonner à tout moment. On n'est pas susceptibles, promis. Pour en savoir plus sur notre politique de protection des données, cliquez-ici

Et sur nos réseaux sociaux :